Economie

La production de fruits de la passion retrouve des couleurs !

Le fruit de la passion est soumis à rude épreuve depuis quelques années... En cause, un virus qui s’attaque massivement aux plants et qui a très fortement nui à la production du fruit. Encore en phase de tests, deux procédés innovants, devraient permettre prochainement aux producteurs locaux de fournir à nouveau généreusement les étals.


La production de fruits de la passion retrouve des couleurs !
Ces dernières années, la production du fruit de la passion a chuté de moitié, tandis que les prix en grande surface se sont envolés. Un virus végétal, ou "potyvirus", a décimé une grande partie des plants du petit fruit au goût si savoureux. Un enfer pour les producteurs.

Ignace Hoarau, responsable de la filière fruits à l’Association Réunionnaise pour la Modernisation de l’Economie Fruitière Légumière et Horticole (Armeflhor), témoigne. "Avec l’arrivée de ce virus il y a 4 ans, les producteurs locaux ont arrêté de planter. Six mois après plantation, les pieds dépérissaient, pour la moitié d’entre eux…".

La culture hors-sol, une première

Pour contrer les caprices de dame nature, l’Armeflhor expérimente actuellement deux pistes encourageantes, susceptibles de booster la récolte de fruits de la passion sains. D’une part, la plantation d’arbres "dévirosés" par l’intermédiaire du Cirad. D’autre part, et c’est une première, la culture hors-sol, comme cela se fait pour la tomate. Sous serre, la plante n’exprimerait pas le virus. La maîtrise de la floraison ainsi que le rendement et la qualité du fruit s’en trouveraient également améliorés.

"Les techniques sont encore en période de test, explique Ignace Hoarau, le temps de voir si nos plants ont bien les mêmes caractéristiques que la variété initiale en terme de développement".
Le professionnel espère pouvoir distribuer des plants viables dans le courant de l’année prochaine, voire fin 2011, et relancer ainsi la production. Une bonne nouvelle pour les nombreux amateurs du fruit acidulé.

Pas d’impact significatif sur nos portefeuilles

Pour nos producteurs aussi puisque notre variété péi, prisée à La Réunion, s’exporte également plutôt bien en métropole. Par contre, si l’on en croit Ignace Hoarau, la loi du marché ne remplumera pas forcément nos portefeuilles… Si la production du fruit de la passion augmente, il se pourrait que leurs prix sur nos étals soient revus à la baisse, "notamment dans les grandes surfaces où le prix au kilo a décollé ces trois dernières années, pour atteindre parfois 7 euros le kilo, voire plus".

Mais il ne faut pas s’attendre à de grosses économies car, "pour produire des fruits de bonne qualité, on pollinise la fleur à la main, ce qui représente une grosse somme de travail". Et c’est bien connu, tout travail mérite salaire!
Jeudi 5 Mai 2011 - 12:43
Marine Dijoux
Lu 3375 fois




1.Posté par Guillaume le 05/05/2011 16:05
j'en ai plein mon jardin , les passiflores ont envahi ma haie sur les hauts de st-paul .....les gens font des overdoses de fruits de la passions .....alors à 5 euros au marché no comment !!!

2.Posté par gillou974 le 05/05/2011 20:10
guillaume donne un peu...lool

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales