Social

La préfecture met l’Aveca à l’amende

L’article L. 412-1 du Code de la route condamne à 4 500 euros d’amende et à deux ans d’emprisonnement toute entrave à la circulation sur la voie publique. Ce matin, de nombreux artisans, chefs d’entreprises et salariés qui allaient prendre part aux barrages routiers, ont été verbalisés.


Une délégation de l‘Aveca (Association pour la valorisation des entreprises commerciales et artisanales) a été reçue de 14h30 à 16h00 par le directeur du cabinet du préfet.
C’est en petit convoi, deux camions et deux voitures, “une petite opération escargot entre Saint-Pierre et Saint-Denis, une action avant tout symbolique” que l’Aveca s’est rendue à la préfecture. C’est un cortège partage en retenue et colère (voir la vidéo) qui est arrivé sous un chaud soleil dans le chef-lieu.
“Nous allons déposer une motion. Et s’il doit y avoir une autre action, cette fois-ci, nous ne dévoilerons pas notre plan d’action”, souligne Laurent Boyer, président de l’Aveca.
Cela aurait-il vraiment empêché l’impressionnant déploiement des gendarmes mobiles, tôt ce matin ? Sans doute pas, car la préfecture ne voulait pas de cette nouvelle manifestation sur les routes.
Selon nos informations, jusqu’à dimanche midi, la préfecture a rencontré l’Aveca pour la dissuader d’exécuter son préavis de grève aujourd’hui. En vain. La réponse de l’Etat ce matin, a été spectaculaire, coercitive (contrôles et amendes à gogo ce matin) et efficace (dissuasion) contre la mise en place de barrages routiers sur divers sites de l’île.
La préfecture entend aussi poursuivre le dialogue avec l’ensemble des professionnels. “Lors de la rencontre, tout à l’heure, le chef de cabinet du préfet nous a dit qu’il travaille à ce que les collectivités locales répondent à nos sollicitations, restées lettres mortes à ce jour”.
Le combat continue pour l’Aveca. “Nous ne voulons pas laisser mourir nos entreprises et licencier nos salariés”, conclut Laurent Boyer, président de l’Aveca.  
Lundi 26 Janvier 2009 - 17:29
Jismy Ramoudou
Lu 974 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 26/01/2009 17:58
scandaleuse attitude de la préfecture, qui doit bien répercuter les ordres venus de paris, qui ne veulent pas dans les DOM d'une extension du conflit ou du blocage qui a lieu aux antilles...

putain, vivement la fin de l'ère du monarque....

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 26/01/2009 18:01
on peut s'étonner de l'absence de cette mesure lors des précédentes manifestations...est ce à dire que lorsqu'un réunionnais ouvre sa gueule, on le baillonne, et quand il s'agit d'un antillais, on courbe l'échine ..?

(...)

3.Posté par nicolas de launay de la perriere le 26/01/2009 18:11
je conseillerai à ceux qui ralentissent la circulation, de ne pas oublier de rouler feux de détresse allumés, et sans banderoles...en cas de contrôle, de dire qu'ils craignent pour leur moteur de rouler à la vitesse maximale autorisée...ou qu'ils préfèrent rouler au pas afin d'économiser leurs sous...quoi ? on a pas le droit de rouler au ralenti ..?

4.Posté par Olivier GUILLAUME le 26/01/2009 19:34
La liberté des uns commencent où s'arrête celle des autres. Moi salarié quand je suis bloqué sur la route et que je perd é heures de travail, qui me rembourse ? Pour un smicard, qui va lui compensé sa perte financière ? Vous les petits artisans !
Vous parler de démocratie et vous prenez en otage les petites gens ! La Réunion n'est pas une île d'assistana, que croyez vous, construire à outrance, casser notre île pour vous en mettre plein les poches ! La Réunion a une spécificité....c'est une île ou on ne peut faire n'importe quoi. On le sait, il n'y a pas assez d'espace pour construire, vous parler de grands travaux....Alors allez bloquer la préfecture, le conseil régional, le conseil général et demandé à abattre cette falaise de la route du littoral.....Là vous aurez du boulot pour pas mal de temps. Mais.... entre les conviction, la réalité du terrain et des blablabla Eh bien en attendant vous serez verbalisé car nous sommes dans un pays démocratique et que force reste à la loi (LA POLICE) pour protéger les petites gens comme nous qui devons arriver à l'heure à notre travail et gagner notre SMIC ^pour pouvoir survivre. C'est cela un pays démocratique !

5.Posté par bertel le 26/01/2009 20:03
"La préfecture met l’Aveca à l’amende"

MDR !

Moralité : si ou nana un bel camion, ou fé sat ou veut...

6.Posté par FRANCO le 26/01/2009 20:09
ce qui est le plus extarordinaire dans ces affaires de combat économique et de défense du pouvoir d"acher est l'assourdissant silence de tous nos élus si ^promts à défendre leurs gamelles ( postes, indemnités, vice-présidences, salaires, jetons de présence, etc...). A croire qu'il n'y a plus un seul élu à la Réunion malgré la rentrée des classes !!!

7.Posté par franck974 le 26/01/2009 20:18
alors là je suis surpris : pourquoi scandaleuse ? (post 1 de nicolas)
veut on de la reproduction de la guadeloupe ??
la seule solution est de frapper fort...
la vie économique n'est donc pas paralysée
c'était ici l'objectif...

8.Posté par nicolas de launay de la perriere le 26/01/2009 21:33
scandaleuse car ils n'ont pas bougé de la même manière lors des précédents conflits...deux poids deux mesures???

9.Posté par Trouillomètre au maximum le 26/01/2009 22:18
La préfecture menace, mais la préfecture mettra t-elle à exécution ?
Heeuuu .... (temps de a réflexion)
Réponse : OUI, mais à la condition que le manifestant soit un type comme moi ! Je précise bien UN type comme moi au singulier. Si on était deux, le préfet commencerait à avoir peur.
Le pouvoir est comme un un gros toutou endormi et bien lâche : il ne mord jamais.
Attention patron préfet ; le pli est presque pris. Si vous continuez à vous écraser devant 3 patrons incompétents ce nouveau genre de droit de grève qui consiste à séquestrer la population deviendra une institution. C'est bien ici que ce procédé a été inventé depuis bien longtemps. Les autres DOM sont en train de découvrir ...

10.Posté par Albert Ebasque le 26/01/2009 23:08
Les transporteurs ont chopé la grosse tête...ils viennent de se prendre un coup de boule!...
Tout à fait post 4... Ies contribuables payent suffisamment chère pour que leur routes soient carrossables....pas pour qu'elles soient bloquées "scandaleusement" à chaque problème de ces messieurs....
C'est un message fort......La préfecture discute... (enfin!) mais n'entend pas laisser faire n'importe quoi.....c'est le boulot du Préfet...et il aurait du le faire dès la première fois......
Parce qu' après que les transporteurs aient lancé cette nouvelle mode de " je bloque tout et je t'emmerde", on peut être sur que l'on va avoir tous les 15 jours une "manif-bloquante"
Quand aux Antilles............je mange pas leurs bananes toxiques....j'aime la figue mignonne de la cour mémé...



11.Posté par FRANCO le 27/01/2009 06:54
Nicolas je pense que tu connais pourtant très bien la notion de "rapport de forces". Tu penses qu'un préfet, malgré ses moyens officiels, qui sont sensiblement les mêmes quels que soient ses interlocuteurs, va réagir de la même façon face aux transporteurs qui représentent une réalité économique, sociale et financière ( que les détracteurs accusent "de rouler sur l'or", alors que pour beaucoup ils n'ont que de grosses dettes, détracteurs petits esprits à courtes vues soucieux de justifier leurs positions personnelles égoïstes de petits médiocres ridicules qui n'ont pas encore compris que dans la vie c'est le COMBAT SOLIDAIRE qui fait gagner POUR TOUS même pour ceux qui en ont moins besoin aujourd'hui mais et demain ? ) tandis que pour les petits, les sans gros moyens de l'AVECA ( ils ne déméritent pas pour autant car au moins ils veulent agir !) il est bien plus facile d'intimider, voire même de faire peur et de réprimer avec la bonne conscience d'avoir les "aboyeurs puants" avec soi. Il est évident que cette attitude est moins facile avec "les troupes des syndicats et du PCR" et il faut y mettre un peu plus les gants. Quand il s'agit du MEDEF, il faut y mettre la manière ... et reculer mais très discrètement.

Ce qui est très grave dans les conflits sociaux et économiques de notre société réunionnaise, ce n'est pas que des routes soient barrées quelques heures ou quelques jours car qu'est-ce que c'est face à la vie quotidienne depuis des années des millions d'Irakiens, face aux 23 jours de bombardements des habitants de Gaza, hommes femmes et enfants qui ne sont pas tous du Hamas, de leurs 1500 morts et des milliers de destruction qui ont laissé totalement indifférents tous les "opposants aux barreurs de route" sur la base du même égoïsme étroit, petit, mesquin d'individus qui se croient être seuls et uniques au monde. Ce qui est dramatique et nous le paierons collectivement, c'est cette totale absence de solidarité et de compréhension des autres, pas même quelques heures ou quelques jours, par égoïsme et repli sur soi sur la base de "chacun pour soi et Dieu pour personne !" qui atteste combien notre île mérite si peu son nom, Réunion, qui n'est, du fait de beaucoup de pauvres types pourris par le matérialisme, qu'une illusion mensongère. La situation actuelle qui ne pose pas les vraies responsabilités ( la spéculation massive sur le pétrole source d'énergie stratégique pour laquelle les USA ont envahi et occupent toujours un pays indépendant à des motifs mensongers : les armes de destruction masssive n'ayant jamais existées ) et les responsables en France et à la Réunion ( le gouvernement et son préfet, les politiques, qui malgré leurs propos et leurs rôles théoriques de représentants et defenseurs de l'intérêt général, ne font que protèger les spéculateurs, parce que les plus forts et les plus riches, ce qui est tout à fait naturel dans un pays et un monde où la raison du plus fort est devenue toujours la meilleure ).
Oui pour ma part j'accepte d'être embarassé pour quelques jours ( mais ne le suis-je pas déjà TOUS LES JOURS des heures durant sur les routes et dans les villes et villages par l'asphyxie circulatoire du à l'imprévoyance, à l'incompétence, au laxisme de ceux qui nous dirigent à la région depuis à minima 10 ans, le PCR, et de ceux qui les ont précédé, et les fonctionnaires, préfecture, DDE et tous les politiques de tous bords ) sur les routes si cela fait effectivement enfin changer les choses plutôt que de les laisser s'amplifier au point qu'un jour ce sera dans la violence, la mort et le sang que les problèmes de l'intérêt général non réglés trouveront leur issue.

12.Posté par almuba le 27/01/2009 07:33
Ce qui est scandaleux c'est de voir des gens crier au scandale parce-qu'ils ne peuvent plus emm... les autres en les empêchant de circuler.
Plus moyen de foutre le bordel tranquillement.
Cela dérange les fouteurs de m... mais arrange les braves gens.
Merci, Monsieur le Préfet.

13.Posté par papapio le 27/01/2009 08:01
La Préfecture: "Faites c'que j'dis, pas c'que j'fais": Question Moralité, que chacun se rassure, la Préfecture n'a AUCUNE LECON A DONNER... La Culture de la DISCRIMINATION envers les Hommes du Préfet, n'est plus à démontrer, Mme ELIZEON pourra vous le confirmer... L'Idée: Hyper Favoriser les Femmes seules représentées à la Préfecture, pour les Perspectives de "Fournisseur Officiel d'Enfants à la Métropole", pendant qu'on favorise à outrance l'exploitation Financière des Hommes...
Donc, si vous êtes Camionneur et Père divorcé, alors là "Vous avez Tout Gagné"... Le Préfet vous sourira en vous expliquant qu'il ne peut rien faire pour cause de dissociation des pouvoir, puis prendra son téléphone pour demander au Procureur Général d'accentuer les poursuites de délits routiers entravant la "libre Entreprise": Enfants / €...Enfants / €...Enfants / €...

14.Posté par FRANCO le 27/01/2009 08:28
almuba, vous êtes donc "un brave gens" qui peut lui payer sans aucun problème tous les prix abusifs qu'on nous fait subir dans tous les domaines. Vous avez donc raison, les "fouteurs de merde", ceux qui ne peuvent pas comme vous tout payer sans problème, sont des "salauds de pauvres" dixit Coluche, qui osent se défendre contre les intérêts des privilégiés très riches et qui entendent le devenir toujours plus. Si vous êtes banquier spéculateur, pétrolier profiteur, qui engrangez à millions les € et qui êtes totalement responsables de la CRISE financière par préoccupation de faire des profits toujours plus importants, vous n'êtes sujets à aucune poursuite, mais si vous osez exprimer, y compris par un barrage de route ( qui n'est pas, je le reconnais et l'ai dit et écrit souvent, le meilleur moyen d'agir en gênant tout le monde et pas les responsables ) alors là, les poursuites pour trouble de l'ordre public se mettent en route. Les superprofits, les spéculations effrenées sur les monnaies, sur les matières pemières, sur les denrées alimentaires ne suscitent elles aucune poursuites en France du moins malgré les belles paroles de notre président amoureux des riches et de la richesse de quelques uns.

15.Posté par Albert Ebasque le 27/01/2009 10:14
Payer!!! à ça oui!!! mais avons nous le choix? (pour le moment) vous avez raison, il faut se mobiliser contre les sempiternelles saignés que nous imposent certains.....c'est un combat...que vous menez comme un chevalier.......mais en attendant nous payons, c'est un fait et nous sommes bloqués!!!! NON MERCI.....il faut s'attaquer aux vrais cibles, et ne pas prendre le public en otage, qui partage bien souvent tous ces points de vues.....mais doit travailler..lui aussi.....et être à l'heure....sous peine de voir un maigre salaire fondre....comme neige au soleil de La Réunion.....il faut trouver des actions alternatives.....et qui touchent les "saigneurs" de cette ile....

16.Posté par FRANCO le 27/01/2009 13:53
Tout à fait d'accord avec toi Albert Ebasque : alors que faisons nous d'original et de payant pour faire que collectivement nous obtenions gain de cause sans occasionner de préjudice à quiconque ? Peut-on vraiment faire une bonne omelette pour tous sans casser des oeufs ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales