Société

La plateforme de compostage du TCO remodulée pour sa sécurité


La plateforme de compostage du TCO remodulée pour sa sécurité
La cadence des camions à benne ne faiblit pas. Pourtant, entre les tas de 7m de haut remplis de déchets verts, les travaux progressent pour rebâtir entre la ville du Port et le lit de la Rivière des Galets une plateforme de compostage complètement remodulée. "On est en situation de saturation", admet Dominique Dijoux, responsable "traitement" au TCO, ce qui n'est pas sans incidence sur d'éventuels sinistres.

Chaque jour, c'est environ 40 à 50 camions qui entrent sur site, avec toutefois "des pics de fréquentation en période cyclonique". Après leur tournée dans les rues des villes de l'Ouest, les camions de déchets verts livrent ici, dans le meilleur des cas, uniquement des branches et des feuilles. "L'incivilité est comme partout ailleurs. On retrouve heureusement de moins en moins de machines à laver dans le tas", se félicite le professionnel.

Depuis le début de l'année, des travaux d'ampleur ont été effectués par tronçon. "On ne pouvait interrompre la réception des déchets", souligne le responsable de leur traitement.

Mis en demeure à de multiples reprises par la DEAL pour des taux de nickel supérieurs à la norme, le site frôle ses capacités maximales d'accueil, lorsqu'elles ne sont tout simplement pas dépassées. Le mot "saturation" est vite évoqué. "On a des tas de déchets déjà très hauts comme en ce moment. L'objectif est d'en réduire la hauteur", explique Dominique Dijoux. Mais comment faire autrement ? "Ne pas récupérer des tas de déchets verts au bord des routes pourrait engendrer d'autres dégâts sanitaires. C'est également sans compter sur les maladies apportées par le moustique", souligne-t-il. La révolution du site était indispensable. Une bonne partie a été faite sans que cela n'impacte l'usager dans les points de collecte en porte à porte. L'autre partie des travaux doit suivre dans les prochains mois.

"Nous avons commencé à refaire le béton de la plateforme", assure le responsable. Aujourd'hui, celle-ci comporte des hausse-baisse. Le nouveau revêtement garde un degré d'inclinaison de l'ordre de 3%. L'astuce permettra de récupérer une bonne partie de l'eau déversée dans les andains. Cette eau injectée dans les immenses dunes de déchets verts en décomposition ont un double effet : "on contrôle l'hydrométrie pour réguler la chaleur qui se forme au milieu des tas", explique Dominique Dijoux. Celle-ci peut grimper très rapidement, surtout en été, jusqu'à 70°. L'eau favorise la perpétuation du processus de compostage. S'il fait trop chaud, on tue les micro-organismes qui favorisent le processus. "C'est exactement le même procédé que pour le bac compost du jardin, sauf que là c'est à l'échelle industrielle", confirme-t-il.

La plateforme de compostage du TCO remodulée pour sa sécurité
Au milieu des tas de déchets verts, un immense bassin réceptionnera tout ces écoulements pour que cette eau ainsi récupérée soit réinjectée dans les tas, à la manière d'un circuit fermé. En bordure de la plateforme, des canalisations doivent faire l'objet d'un achèvement des travaux cette semaine. "Le tout doit être raccordé avant la mi-décembre et la trêve du BTP", précise Dominique Dijoux.

Un incendie compliqué à maîtriser en 2011

Le site fait l'objet de larcins qu'on aurait eu du mal à imaginer sans l'expérience des professionnels y travaillant. "On a eu des personnes qui sont entrées sur le site pour... voler les batteries des tracteurs", témoigne-t-il. Le site comporte un réseau de caméras de surveillance, cinq au total, avant tout installé pour signaler des départs de feu les dimanches, seul jour où le site reste sans présence humaine. Les images arrivent dans un centre de sécurité privé en sous-traitance.

Victime d'un incendie en août 2011 dont l'origine reste inconnu, la plateforme reste un site à risques. Des bouches incendies parcourent déjà les allées de la plateforme. Une bâche de 120m3 est placée en bordure de site, assez éloignée des tas de déchets qui pourraient prendre feu. Elle est remplie à l'année, au cas où... "On a beaucoup appris de 2011", assure le responsable de traitement.

Toujours dans cette logique de sécurisation maximale, le réseau d'eau sera bientôt découplé entre la partie transit située à côté de la plateforme de compostage et qui accueille les camions "poubelles grises" du TCO. "Si les pompiers doivent intervenir, cela ne nécessitera pas qu'on passe obligatoirement par le site de transit".

Une extension de la plateforme de compostage du TCO est d'ailleurs dans les cartons, tout comme le traitement des boues d'eaux usées, mais cette fois-ci pas avant 2014.
Lundi 3 Décembre 2012 - 16:32
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1847 fois




1.Posté par Réunionnais lucide le 03/12/2012 16:00
Vivement qu'un nouvel incendie d'origine inconnue (...)
nous débarrasse une fois de plus, de ce scandaleux tas de merde , véritable nid à moustiques de l'Ouest dont nos pseudos écolos-cumulards du TCO n'ont que faire !!!

2.Posté par noe le 04/12/2012 04:43
Il faut tout brûler au lieu de les enfouir pour nos enfants !
Bande de tarés d'adultes !

3.Posté par billy le kid le 04/12/2012 06:11
le TCO, une bande de bobo écolo surpayé et arrogant

4.Posté par Pour ce qui est de taré le 04/12/2012 07:35
Les 2 premiers commentaires sont exemplaire ?!
le compostage est très écologique ; c'est particulièrement stupide de vouloir le brûler et ainsi de s'en priver tout en polluant énormément !

5.Posté par Réunionnaise attentive le 04/12/2012 17:34
@4. Le gland qui est taré

C'est écologique ou irresponsable de faire des tas de merde sur lesquels se produisent chaque année des incendies "accidentels" qui polluent énormément l'air avec les fumées et la nappe phréatique avec les milliers de mètres cubes des lances des pompiers et pour terminer en faire le plus gros nid à moustiques de l'ouest ???

6.Posté par Puisque le feu pollue via les fumées le 05/12/2012 04:16
Pourquoi faire un appel à l'incendie volontaire ou non alors ? ;)
Les voitures polluent énormément plus, vous appelez aussi à les flamber ?

7.Posté par CON TRIBU able INDIGNE le 05/12/2012 08:56
@ 3.Posté par billy le kid

Quand on voit le nombre SCANDALEUX de vice-présidences créées qui émargent chaque mois au T.C.O , simplement pour placer les coquins-coquines de nos CHERS élu-e-s qui se partagent ce généreux gâteau payé avec nos impôts, avec le résultat minable que l'on connait ,...

on se dit qu'une Société privée qui agirait de la sorte, aurait déjà été dans l' OBLIGATION de déposer le bilan depuis longtemps et ses dirigeants poursuivis devant les tribunaux pour banqueroute frauduleuse !!!

8.Posté par Zarin le 03/01/2013 19:14
Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales