Culture

La parole aux anciens du Bumidom

Jeudi soir dernier France 2 proposait dans le cadre du magazine Infrarouge le documentaire inédit "Bumidom, Des français venus d’Outre-Mer". Un film de Jackie Bastide. Malheureusement, sa programmation tardive (23h métropole et 2h du matin pour la Réunion), n'a sans doute pas permis à de nombreux Réunionnais de pouvoir le regarder. Dommage aussi qu'il n'ait pas été mis en valeur par la chaîne publique locale. La réalisatrice raconte son documentaire :


 
"Au début des années 1960, la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion sont en crise : le chômage plonge toute une partie de la population dans la misère, la démographie galopante menace les îles de surpopulation, les mouvements indépendantistes fleurissent.

La jeunesse est en ébullition et la révolte couve. Pour faire baisser la pression, le gouvernement trouve une solution : le Bumidom, une société d’Etat censée vider les colonies de son péril jeune et combler ainsi le manque de main d’œuvre en métropole. Il propose un aller simple, un logement et un emploi aux jeunes Antillais et Réunionnais en échange de leur départ. Croyant à cette promesse d’une vie meilleure, plus de 160 000 hommes et femmes, entre 18 et 25 ans, vont transiter par ses structures. Mais beaucoup d’entre eux ont eu le sentiment d’avoir été déplacés, exploités et trompés.

En pénétrant aujourd’hui l’univers intime de ces familles déracinées, le film raconte le parcours emblématique et singulier des hommes et des femmes du Bumidom".

Source : jackiebastide.com

Vendredi 25 Novembre 2011 - 09:31
.
Lu 3792 fois




1.Posté par Miou-Miou le 25/11/2011 09:43
Franchement, ça me gonfle de voir que des reportages intéressants et intelligents sont passés a des heures impossibles et cependant qu'on nous asperge de télénovelas, téléréalité et autres programmes insipides en tout genre.
L'art et la manière d'abrutir la population...

2.Posté par marcel le 25/11/2011 11:17
regardable par l'intermédiaire du replay ou téléchargeable par le logiciel TVO

3.Posté par ndldlp le 25/11/2011 12:09
faut réclamer la redif à RFzéro..

4.Posté par lolobatz le 25/11/2011 13:10
Très beau reportage, j'ai cliqué en pensant regarder 2 ou 3 minutes et je suis allé jusqu'au bout !
C'est vrai que c'est pas facile de vivre en métropole et même si les mentalités ont un peu évolué, le racisme en métropole persiste et fait souffrir. Ce qui me choque avec les métropolitains c'est qu'ils ne réagissent pas face à des islamistes qui disent haut et fort qu'ils veulent balayer la société française et sa culture, rien face à des jeunes de banlieue qui les insultent dans le métro...mais ces métropolitains, lorsqu'ils ont sous leur ordres un Réunionnais qui aime la France et qui ne menace en rien leur mode de vie et leurs valeurs, sont capables de montrer du mépris, du racisme. Franchement, ces métropolitains feraient mieux de changer de cibles, ils devraient s'attaquer à leurs vrais ennemis. Nous, même si nous sommes un peu trop noirs, nous sommes prêts à les aimer. ce n'était pas le sujet principal du reportage, bien entendu mais c'est juste une réflexion.
Lolobatz

5.Posté par Gaston la gaffe le 25/11/2011 14:00
A quand les reportages intéressants en prime-time et les sar-cocos et autres glandus à 2 heures du mat?
Là on verrait peut-être quel pourcentage de gens s'intéresse à l'un ou aux autres... quand on aime, on ne compte pas, ni le temps, ni les heures de sommeil!

6.Posté par gerard97460 le 25/11/2011 13:54
Un autre titre pourrait bien définir cet exil forcé : La Réunion, tu l'aimes et tu la quittes.

J'en connais qui ont signé avant l'âge légal de la majorité, toujours dans le cadre du Bumidom.

7.Posté par Gil Xavier le 25/11/2011 14:00
Le 17 novembre, tard dans la soirée en métropole , France 2 a diffusé les documentaires "Bumidom" et "Né sous Z" (l'histoire de la déportation vers la France - après sélection ! - des enfants nés de pères français restés anonymes et de mères vietnamiennes pendant la guerre d'Indochine). D'une façon générale les émissions de France Télévisions peuvent revus gratuitement pendant sept jours sur le site pluzz.fr. Passé ce délai, il faut payer : aux alentours de deux euros la location, et de trois euros l'achat (le dvd ou le téléchargement ? Je ne le sais pas : le site Internet de France Télévisions est "fouillis", pour ne pas dire une jungle dans laquelle il est très difficile de s'y retrouver). En tout cas, les documentaires "Bumidom" et "Né sous Z" sont d'utilité publique : à voir absolument

8.Posté par metencor le 25/11/2011 14:08
Aujourd'hui il y a Ladom comme quoi rien ne change vraiment.

9.Posté par diazotdon le 25/11/2011 18:24
L'histoire se répète, la déportation continue direction le QUÉBEC

10.Posté par geko le 29/11/2011 22:02
Agée de 17 ans en 1966,cadette d'une famille de 12 enfants, employée bénévole en foyer,auprès d'enfants et voulant acquérir une qualification dans ce milieu, une responsable me suggéra une possibilité de formation en métropole de monitrice d'enfants.
A ce moment là, le BUMIDOM chargé d'organiser la migration des jeunes créoles vers le continent proposait une formation, répondant à ma demande.
Ce fût l'option prise, il fallut m' émancipé et ce fût le départ.
En réaction à l'excellent documentaire sur France 2, j'apporterai un regard critique, sur la situation de ces jeunes déplacés et arrivés en métropole.
Pour la génération qui nous suit , ils doivent tout savoir de notre épopée.
La première injustice subie, fût celle du manque d'information qui précéda le départ . Trop naïfs peut être, on nous à laissés imaginer la France comme l'eldorado.Pure illusion !!! On nous a menti et abusé de notre ignorance. A ce jour encore, nous sommes des déracinés. Abusés aussi par un organisme qui avait pour mission de sortir le maximum de jeunes de leurs îles. Nous considérant plus comme de la marchandise, que comme des humains, que l'on transporte, pour au final en faire des femmes de ménages ou des bonnes à tout faire.
Voilà le résultat d'une galère sans nom. J'ai connu le froid, ( 32°en partant de la Réunion, 0° en arrivant à Paris au mois de janvier) Sans habits adéquats. Sans plus d'information, sans mise en garde. J'ai connu la faim, la fatigue, le manque de sommeil. J'étais en France depuis 48 H. et je voulais rentrer chez moi. Mais comment ? Nous avions un aller simple et si peu d'argent. La grisaille, les moqueries, habillées comme " des pantins ", sans personne à qui se confier, le moral à zéro et j'en passe....C'était mon quotidien.
Avec l'aide d'une amie de " galère ", nous avons fait face et de cours en apprentissage, d'apprentissage en stages, au bout de 3 mois nous étions prêtes à exercer notre métier de ménagères chez des particuliers,notables ou autres ou, dans des hôtels.
C'est donc cela que nous a permis de faire le BUMIDOM. Après débrouillez-vous ! (En substance)
Venue pour 'une formation débouchant, sur un diplôme de monitrice d'enfants.Ma destination était toute autre.
Mais il y a autre injustice, celle de n'avoir jamais bénéficié de congés bonifiés( un aller / retour gratuit tous les 3 ans pour toute la famille, conjoint / enfants ) étant salarié du privé. Sans faire injure à ceux du service public et sans jalousie, peut on parler d'égalité ? NON !
Faute de moyens, en 45 ans, je suis repartie3 fois à la Réunion.
En conséquence, l'écart s'est creusé entre ma famille et moi, au point de me demander si j'ai encore ma place dans la fratrie. A l'heure du téléphone et d'internet, le contact reste difficile.
C'est une frustration et un drame de vivre cela depuis des décennies
Alors, DERACINES prends tout son sens.

"JEUNES NE QUITTES PAS TON PAYS.
NON AU BUMIDOM "
J'en fais volontiers mon slogan. Mais ! Trop tard !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales