Santé

La nouvelle campagne pour inciter à la consommation de génériques


N’ayez pas peur des médicaments génériques… C’est le message qu'a voulu faire passer la CGSS lors de sa conférence de presse ce mercredi sur la nouvelle campagne de Marisol Touraine. En effet, la ministre des Affaires sociales et de la santé l’a lancée hier : "Devenir générique, ça se mérite".
 
Médecins et pharmaciens ont venté les mérites des génériques en expliquant qu’ils n’ont absolument rien à envier aux médicaments "princeps". "Les médicaments génériques ont la même substance active, le même dosage et la même action, assure Cyril Apostoloff, pharmacien, ainsi qu’une bio-équivalence, c’est à dire la même force et la même rapidité".
 
Il s’agit tout simplement d’un médicament développé à partir d’une molécule déjà existante dont le brevet est tombé dans le domaine public. C’est pour cela qu’ils coûtent moins cher à l’assurance maladie et donc à la collectivité, "permettant, selon Etienne Billot, directeur de la stratégie et de la performance de l’ARS OI, davantage de recherches de nouvelles molécules pour des maladies lourdes et chroniques". Cyril Apostoloff ajoute qu’accepter les médicaments génériques est "un acte citoyen".

Quelles différences alors ?
 
Si les molécules sont les mêmes, ainsi que les effets, quelles sont donc les différences ? Les "excipients", c’est à dire tout ce qui entoure les molécules principales pour en faire un médicament, peuvent différer: colorants, arômes, conservateurs, etc. Certaines personnes peuvent être allergiques à un excipient, auquel cas un autre générique ou le médicament princeps leur est prescrit.
 
Mais Cyril Apostoloff explique qu’il y a moins d’effets notoires dans les génériques que les princeps car les génériques ont subi des études supplémentaires.
 
En effet, ne deviennent génériques que les médicaments qui sont sur le marché depuis 20 ans et ont donc déjà subi toutes les mises au point et présentations de dossiers aux instances concernées. Le spot télé de la nouvelle campagne le rappelle : "Des dizaines d’experts, des centaines de tests réussis, des milliers de professionnels de santé mobilisés…"
 
82% des Réunionnais acceptent les génériques
 
Le but de la campagne est donc de convertir ceux qui restent à la substitution, car si 82% des Réunionnais l’acceptent, certains demandent souvent une mention "non-substituable" sur leur ordonnance. Le taux est similaire à celui en métropole qui est de 83%. "On comprend que le fait de prendre un médicament est un acte complexe, surtout quand c’est pour des traitements de maladies chroniques, avoue Michel Der Kasbarian, médecin généraliste, et changer de boîte ou de couleur de cachet du jour au lendemain, ça peut être déstabilisant, surtout pour les personnes âgées ou illettrées".
 
La campagne a débuté hier sous forme de spot télé et d’affiches.
 
Mercredi 28 Septembre 2016 - 17:58
SH
Lu 1928 fois




1.Posté par Question pas bette le 28/09/2016 18:59
Hi hi hi un band raconter zistoire

Les médicaments génériques ont la même substance active, le même dosage Re Hi hi hi

Et pourquoi deux trois médecins disent le contraire

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/medicaments-generiques-le-cri-d-alarme-des-medecins_1236973.html
Faut déjà prouver le contraire les chers de la SS qui devrait mieux cadré les adaptent de carte vitale plutôt et rembourser les médicaments que les médecins prescrits car mon Medecin est sérieux

LI met un naffair et le pharmacien y raconte un autre romance OUSSANOUSSAVA


Et comme le précept y faut payer ....Ben si ou na point l'argent ......? Donne toute la bas et laisse nos ailleux sans soins Pfffffffff.

2.Posté par kld le 28/09/2016 19:07
total confiance aux génériques , qui sont un obstacle aux "profit de l'industrie pharmaceutiques" inhérentes aux systèmes , certain s'en contentent ..................le profit qui mène le monde .rien de nouveau .

3.Posté par Aurichou le 28/09/2016 19:11 (depuis mobile)
Pffff zot médicament tran acheve demoune la !!!!!


4.Posté par Question pas bette le 28/09/2016 20:47
@ Post 2 KLD kossa ou raconte ? total confiance aux génériques

Les génériques ne génèrent pas d'économies ?
les économies réalisées dans un premier temps risquent d'être vite balayées par les nouvelles consultations ou hospitalisations.
Le générique contient le même principe actif que le médicament de marque, certes. Mais la concentration du métabolisme de la molécule originale peut varier de + ou – 20 %. Conséquence : l’efficacité du médicament varie d’autant.
Alors, les médicaments génériques vont-ils être un nouveau scandale sanitaire ?

Les contre-vérités sur les médicaments génériques (L'OBS Plus)

5.Posté par kld le 28/09/2016 21:21
profit aux pluriels oui : les "profits de l'industrie pharmaceutiiiiiiiiiiques " , merde , scuse mon pardon aux "académiciens" .......mon clavier "made in France" la fourché !

6.Posté par kld le 28/09/2016 22:53
c'est déjà un "plus" post 4; face au "système pharmaceutique" , après , je ne suis pas "espécialiste" comme certains l'affirment dans d'autres domaines aqueux............ . je ne donne qu'une opinion "généraliste"et je n'ai pas la "science infuse" , certe . .

7.Posté par mass le 29/09/2016 07:27
Quelle est la frange de population la plus hostile aux génériques ?

Ceux qui bossent où les assistés ?


8.Posté par ANTHECHRIST le 29/09/2016 08:10
Tout à fait "question pas bette" moi qui suis malade depuis ma naissance je peux affirmer que non les génériques ne valent pas le traitements d'origine j'ai eût l'occasion de tester le générique et j'étais aussi mal que si je n'avais rien pris, les pharmaciens et les médecins le savent que les traitements liés au choeurs ne peuvent être remplacé aujourd'hui vous pouvez ajouter la thyroïde... Sans compter les antidépresseurs puisqu'à une époque ou j'étais en dépression le pharmacien c'est carrément trompé et m'a donné l’équivalent du prosac à la place du déroxat. Pour ceux qui ne connaissent pas le prosac peut engendrer des tendance suicidaire chez le patient, pas le déroxat hé bien avec le générique le suicide n'est pas loin, je l'ai constaté.
MST veut boucher le trou de la sécu avec ces merde là en nous obligeant à payé pour avoir le bon traitement, que fait-elle pour le vaccin de merde qui remplace le bcg classique elle attend que le bébé meurt...On met ça sur le dos de la mort subite alors que c'est leur vaccin à la con à peine tester qui est distribué partout, moi je parie que elle aussi comme la grosse dinde de Bachelot à des part dans les labos.

9.Posté par Caro le 29/09/2016 09:43
les génériques sont fabriqués dans des conditions d'hygiène déplorables en Inde ect ...

Hollande, tous les politiciens et les riches ne prennent PAS de génériques, pourquoi nous ?

un médecin contre les génériques m'a dit que si un jour un autre médecin refusait de me donner le bon médicament, de lui poser la question si lui il prend de la merde pour ce soigner

10.Posté par Je demande à voir le 29/09/2016 14:16
Je demande à voir.

Quoique...ce n'est pas la peine. A chaque fois que je prends un médicament générique, j'ai l'impression de me bourrer de merdes chimiques pour rien. Aucun effet. Il vaut mieux se soigner avec des tisanes pays ou à la rigueur de rien prendre et se laisser pourrir sur pied...ou guérir.

D'ailleurs, je refuse d'aller chez le médecin tant que je ne suis pas obligé de ramper. Si c'est pour consommer du médoc bas de gamme et totalement inéfficace, autant ne rien prendre.

11.Posté par pipo le 29/09/2016 14:21
c' quoi le p'tit nom gâté du subutex ou de lartane en générique?

12.Posté par Absurdite .... le 29/09/2016 15:28
Chers spécialistes:

Concernant les génériques que vous ne ne cessez de vanter... Une simple question de bon sens :
Si ces derniers ont toutes les vertus, alors POURQUOI fabrique t'on encore des médicaments non génériques...il suffit de les interdire, car ils apportent aucune plus - value.... (économique, médicale...) je crois rêver devant ce non sens.....et j'enrage...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales