Faits-divers

La musique à haute dose, continuez, les mecs ! Les tribunaux sont avec vous...


Cédric Abélard, des Avirons, ne comprend pas, n’a jamais compris qu’il n’a pas le droit d’assourdir ses voisins avec sa musique. Enfin, musique… si on peut appeler ça musique.  Mettons du désordre.

Alors, lorsque ce charmant jeune homme n’est pas d’accord avec un de ses voisins, il l’assomme, l’inonde, le noie de décibels jusqu’à plus soif.

Cet Abélard ne risque pas de sitôt de trouver son Eloïse pour cause de bêtise crasse. Il ne travaille pas, jouit du RSA et habite une maison qu’il a construite sur le terrain de son papa. Lequel papa ne sait plus à quel saint se vouer face à un rejeton qui accumule connerie sur connerie.

Les voisins ont fait une pétition. Le papa de l’inconvenant lui-même, coupe le courant lorsque le fiston fait trop de décibels. Parce que le fiston en question ne veut rien entendre : "Moin la le droit fé la misik mi vé !"

Ben non, crétin, tu n’as pas le droit de faire hurler ta sono à tue-tête. De jour comme de nuit, ça n’y change rien. La notion faussement répandue de "tapage nocturne" n’existe pas. Il y a tapage ou pas tapage, point !

Au mois d’avril dernier, les gendarmes en patrouille aux Avirons, avisent au-dessus d’une clôture, splendides, gras, joufflus, 8 beaux plants de "salade"… Les gardiens de l’ordre intiment aussi sec à l’inconvenant de détruire son petit verger.

Mais dans son esprit malade, il n’y a qu’une personne pour le dénoncer aux flics. Pour punir celui-ci, il va mettre sa sono à contribution toute la journée que Dieu fait. Plusieurs jours durant.

Lorsque le voisin incommodé vient lui demander de diminuer les décibels de trop, il l’attaque à coups de balais puis, lorsque le voisin s’en va, à grands jets de pierres dans le dos.

C’est sans doute ce que nos angéliques irresponsables appellent "le vivre ensemble" ? Z’ont bien de la chance…

Les voisins de l’irresponsable amoureux de mauvaise musique ont multiplié les pétitions. Il appert que le contrevenant  n’écoute que lui-même.

Il utilise le courant de la maison de son papa. Il ne coupe sa sono que lorsque son papa, brave bougre, zappe son tableau EDF.

Pour trouble à la tranquillité et à l’ordre public, Cédric Abélard a écopé de 4 mois avec sursis plus quelque 1.600 euros d’amendes diverses.

Vous voulez mon avis ?

Pour empoisonner la vie de ceux qui veulent dormir en paix,  pour emm… le monde, c’est pas cher payé !
Jeudi 3 Décembre 2015 - 22:14
Jules Bénard
Lu 3022 fois




1.Posté par Effé ralgan le 03/12/2015 22:45
BRAVO ...cela donnera des ailes à b[UN ]résident dans le quartier de BEAUSEJOUR Sainte Marie qui inonde le quartier avec SA musique et un résident dans un joli petit ensemble en centre ville de Saint Denis qui en plus de sa musique fait des exactions dans la résidence avec la Benediction du propriétaire, de la police, de la société , mon DIEU Oussa y sava la Réunion

2.Posté par Lokiel le 04/12/2015 03:22
1600 euros d'amende sur un RSA, ça risque quand même de lui servir de leçon...

3.Posté par min mi pense que ... le 04/12/2015 05:10
Des crétins comme celui ci qui croient qu'ils peuvent saouler leur voisin avec leur musique ne concerne pas que des zonards comme celui-ci. J'ai un voisin qui à priori ( mr comme Mme ) ont un bon statut social.
Ca n'empêche que régulièrement ( je suppose quand ils ont picolé tous les deux ), ils mettent de la musique pour le quartier. C'est INSUPPORTABLE !
Ne dites rien, sinon, il sort sa hâche et son sabre….
Un vrai CONNARD !

4.Posté par eve97400 le 04/12/2015 06:24
Je ne vois pas pourquoi on s'encombre de procès dans notre charmant pays. Il y aurait pourtant de solutions plus simples. Par ex: au bout de 2 déplacements des flics pour nuisance sonore, TOUT le matos audio serait confisqué (revendu ou détruit)... A force d'en avoir marre de se racheter une sono, ils finiraient par baisser le son

5.Posté par des incultes, dégénérés asociaux ... le 04/12/2015 06:44
et en général ce qu'ils font brailler ça n'a de commun avec la musique digne de ce nom que la première lettre ... "m" ...

6.Posté par madibastard le 04/12/2015 07:51
Idem, 1600 euros sur un RSA ce n'est pas indolore ! Confiscation de la sono en plus, ça aurait pu être utile.

7.Posté par dègue le 04/12/2015 08:23
Le bruit rempli le silence intérieur pour ne pas avoir à penser et se retrouver face à soi même ;
et des benêts qui font du bruit ne manquent pas ici !

8.Posté par Pas du journalisme : de la beaufitude le 04/12/2015 10:01
Jules Bénard... ou le semi-illéttré qui se prend pour un goncourt ? Ou la concierge qui croit écrire des chroniques judiciaires ?

Désolé Julot mais tes papelards ce n'est pas du journalisme, c'est plein de jugements de valeurs et d'insultes, c'est mal écrit, faussement stylé... mais n'est pas Frédéric Dard qui veut ; affublé d'un style aussi lourdingue qu'une discussion philosophique tenu par une poivrasse devant la boutique du coin, M. Benard nous fait part de ses réflexions de beaufs à chaque "article". Au secours !

Sinon éclairez-moi, brave chroniqueur café-commerce : quand vous avez affaire à un pédophile vous taisez le nom mais là vous livrer ce pauvre garçon, sans doute un con certes, en pâture à la populace ? C'est curieux ce déchaînement... Vous avez été battu à coups d eCD de KM David étant enfant ahahaha ???

Bref, c'est du petit petit petit niveau. Mais ça plaît aux amateurs de radio freedom j'imagine.

9.Posté par Caffreman le 04/12/2015 14:48
@POST 8 Pas du journalisme : de la beaufitude
Quand je lis tant de haine cachées dérierre un Pseudo je me demande jusqu`a où peut aller
la jalousie.
A quand votre propre journal en ligne , parfait jumeau du New York Times >?

10.Posté par madibastard le 04/12/2015 15:58
c'est mal écrit, faussement stylé... mais n'est pas Frédéric Dard qui veut

Je plussoie. Aussi affligeant que Sebastien Follin quand il parodiait le style "rapido" de De Caunes et se croyait original...

11.Posté par Jules Bénard le 04/12/2015 16:01
à posté 8 :
Je vous répondrai, cher indigné béat, que lorsque je ne donne pas le nom d'un pédophile, c'est pour qu'on ne puisse en déduire le nom de sa ou ses victimes. Mes collègues ne réagissent pas différemment.
La bassesse de vos insultes prouve que, outre votre haine à mon égard, vous ne connaissez pas le b.a.-ba de la déontologie journalistique.
Il y a des lecteurs, dont vous êtes le digne représentant, qui jettent plus l'opprobre sur la victime que sur son bourreau. Ce dernier, lui, est déjà inscrit au fichier des délinquants sexuels. Il ne m'appartient pas, en vous donnant son nom, de vous inviter à le lyncher. Ce que vous seriez parfaitement capable de faire.
Dernier détail : pour ce qui est de l'écriture, vous ne ferez jamais le poids en face de moi.

12.Posté par kld le 04/12/2015 16:12
Du respect d'autrui , c'est pas gagné chez deux trois tetes frés.

13.Posté par L'Ardéchoise le 04/12/2015 16:29
Caffreman, le 8 ne se cache pas derrière un pseudo, mais de multiples pseudos.
Et pourtant, son style, sa propension à traiter les gens qu'il n'aime pas comme des êtres inférieurs, avec force insultes, signe systématiquement ses propos.
Lui qui se croit si supérieur nous gratifie de plus d'une diatribe empreinte de fautes d'orthographe et de français.
Il colle particulièrement avec le "Criticon" de Desproges...

14.Posté par Provocation le 04/12/2015 17:05
Je vous plaint sincèrement !!!
Des voisins bruyants c'est ce qu'il y a de pire, faudrait avoir le droit de les euthanasier 💥💥💥
Tu bosses toute la journée et quand tu rentres tu te fait emmerder par des abrutis qui foutent rien à longueur d'année et qui se la coule douce sur ton dos de travailleur qui paie des impôts pour l'entretenir.
Vive la solidarité nationale !!!

15.Posté par Poil le 04/12/2015 17:18
Avis partagé avec le post n° 8.

Autant sur le fond de cette affaire je suis du même avis, autant j'accroche ni avec la philosophie ni avec le style littéraire de Jules.

ça suinte trop souvent le mépris du bourgeois pour la populace.

16.Posté par la crise le 04/12/2015 17:51
post 8 encore un maloki qui étouffe ec la jalousie. Si tu aimes pas , tu lis pas couillon. Moin mi adore le style de Jules Bénard. Lu mette la vie dans ses récits. Le plus marrant ,lu critique le boug, mais son propre texte nana des fautes. Allez pousse bourrique dans la pente Bel Air don.

17.Posté par touché croulé le 05/12/2015 11:11 (depuis mobile)
Mon brave Benard, outre votre plume goudronnée, dont les effluves pequenaude ne portent pas à grande conséquence, le fait de livrer ici le patronyme de l''intéressé, sa ville, fait de vous un redresseur de tort plouc, pas un journaliste.

18.Posté par con jus gai zon le 05/12/2015 11:18 (depuis mobile)
D''entrée : "je vous repondrai". Ben non Jules ce n''est pas du futur mais du con-ditionnel. C''est donc bien "je vous repondraiS". Voila. C''est ballot, Julot. Petit niveau donc.

19.Posté par Jules Bénard le 06/12/2015 11:38
à posté 18 :
Erreur, ami. Je ne mets aucune condition dans ma réponse. Je n'ai donc aucune raison d'utiliser le conditionnel.
Ceci posé, je pourraiS vous dire que votre point de vue est digne d'intérêt en ce sens qu'il permet au moins de discuter de notre grammaire française, chose que je n'ai que trop rarement l'occasion de faire.
Qui plus est, vous ne critiquez pas pour le plaisir de le faire : vous essayez d'être constructif.
Vous ne m'insultez pas, vous au moins. Vous argumentez et ça, j'aime.
Au plaisir de vous lire de nouveau (ou A nouveau ?) bientôt, l'ami.
Vous avez compris, j'apprécie la prose de ceux qui aiment notre langue. Même si c'est pour me critiquer.
Nou artrouve, lo frèr....

20.Posté par Effé Ralgan le 06/12/2015 16:20
A post 8 et 10 et les autres

Zot y moucate Jules et pourtant zot y soaute sur l'article comme carpat si tété bèf ..seule solution pour vous les dignes représentants de Frédéric Dard et consorts de faire autant
moi j'aime bien la vie des prétoires racontés par JB et puis au lieu de fatigue lire seulement les titres

La musique à haute dose, continuez, les mecs ! Les tribunaux sont avec vous...



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 08:55 Quatre blessés graves en cette fin de week-end

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales