Faits-divers

La modeste éleveuse de poulet s'est fait déplumer


La modeste éleveuse de poulet s'est fait déplumer
L'histoire d'Annie Rose Ledoyen n'est pas banale. Éleveuse de volaille à l'Entre-Deux, elle risque demain de perdre définitivement le terrain qu'elle exploite depuis 1996. Lorsqu'elle raconte son histoire, les trémolos dans la voix, il est facile de comprendre qu'elle a été dépassée par les événements

Pour Annie Rose Ledoyen, les soucis commencent en 2005 avec la crise du chikungunya. L'éleveuse tombe malade et tarde à se remettre d'aplomb. Pour gérer son exploitation, elle fait appel à un employé mais ces quelques mois ont eu raison de sa trésorerie et les dettes s'accumulent. Rapidement, elle doit 12.000 euros à sa banque et se retrouve condamnée par le tribunal. En difficulté, sa société est placée en redressement judiciaire.

Malheureusement, on lui refuse alors de constituer un compte bancaire et malgré sa capacité à générer un chiffre d'affaires stable et régulier, elle ne peut plus encaisser ses ventes et donc redresser sa situation. Le tribunal finit par prononcer la liquidation de sa société. Le terrain qu'elle exploite est alors vendu pour 102.000 euros alors que la mise à prix est de 100.000 euros. L'heureux acquéreur n'est autre que Crète d'Or, la société qui commercialise la "volay péi".

"Le temps est l'ennemi du droit"

Pour les bâtonniers Georges-André Hoarau et Isabelle Lauret, qui viennent de reprendre le dossier, leur cliente s'est littéralement faite escroquer. Selon les deux avocats, il existe plusieurs irrégularités dans la procédure du redressement judiciaire et surtout de l'adjudication de son terrain. D'après Georges-André Hoarau, qui évoque une "véritable mafia", l'éleveuse aurait été victime d'une magouille visant à récupérer son terrain qui jouxte celui de la société Crète d'Or. Annie-Rose Ledoyen aurait subi des pressions.

Reste maintenant à savoir si ce n'est pas trop tard pour réagir. Demain, le tribunal de commerce doiit procéder à la clôture de la liquidation pour extinction du passif. En d'autres termes, le tribunal solde la liquidation. C'est donc demain que l'agricultrice doit officiellement tout perdre.

Les avocats espèrent obtenir un renvoi pour constituer un dossier solide afin de démontrer notamment que la procédure de redressement n'a pas joué son rôle et qu'elle a été victime d'une arnaque. Il reste à espérer pour l'éleveuse qu'il ne sera pas trop tard. Rien n'est moins sûr : "Le temps est l'ennemi du droit", rappelait justement Me Isabelle Lauret qui a bien conscience de rentrer en scène un peu tard...

Malgré nos tentatives nous n'avons pas réussi à joindre la société Crête d'Or.

Lundi 18 Juin 2012 - 18:03
Lilian Cornu
Lu 3119 fois




1.Posté par Piou piou le 18/06/2012 18:26
La mafia des producteurs de poulets emballés mais élevés par d'autres a encore frappé!
C'est pareil en métropole.
Les banques s'acharnent sur les petits éleveurs car elles sont de mèche avec les gros producteurs ( voir Doux qui a pu accumuler des millons de dettes avant que les banques ne se bougent alors qu'elles font venir les huissiers dès qu'un éleveur a d^mal a rembourser ses traites)
Tous des pourris...comme leur bouffe , des poulets engraissés en 4 ou 5 mois alors qu'il faudrait a minimum un an , donc hormones de croissances anti biotiques...beurk

2.Posté par Thierry le 18/06/2012 18:31
Ouaih, comme c'est si bien dit. Et toujours un petit qui se fait écraser ..dépouiller ...et la justice risque d'en être complice.... Reste que les juges pour interrompre se vol administratif bien organisé ou de le faciliter ...

Il n'y a qu'une JUSTICE, celle de l'homme et plus particulièrement celle du riche ... et depuis tout temps ... Donnez tort à cette présumée vérité ... L'exception pourra faire jurisprudence ... car ce cas n'est pas isolé ... Vive "mi aime zote toute" ...

3.Posté par FABIEN le 18/06/2012 18:40
CEST NEST PAS LA PREMIERE FOIS QUE LA BANQUE AGRICOLE AVEC LA COMPLICITE DU SUPER PRESIDENT MINATCHY DEPLUME DES AGRICULTEUR

4.Posté par noe1er le 18/06/2012 18:59
Le profit !
Tj le profit !
Crête d'Or en tête !

Dire qu'on a des socialistes au pouvoir ...

5.Posté par curebien le 18/06/2012 22:26
La responsabilité du liquidateur ne peut pas être mis en cause?

6.Posté par hoarau le 18/06/2012 23:25
olalala la belle phote d'ortografe ...elle s'est FAIT déplumer...même si c'est une dame monsieur le journaliste...

7.Posté par El Foutor de Merda le 18/06/2012 21:47
Bon Noé en même temps, les socialistes viennent d'arriver et les faits remontent au bon vieux temps de la Sarkozie... Rendons à César ce qui appartient à César.

8.Posté par jyves974 le 19/06/2012 01:57
Haro sur les banques, les huissiers, le tribunal et Crete d'or..
et..

Silence radio sur l'employé qui a conduit l'entreprise a la ruine.

9.Posté par Bibi le 19/06/2012 07:04
2005 c'était sous Chirac , laissez Sarkozy tranquille svp

10.Posté par Rafale le 19/06/2012 07:59 (depuis mobile)
@hoarau...
Non il n'y a pas de faute d'orthographe, il faut revoir ta propre copie...
Les Rectifications de l'orthographe proposées en 1990 préconisent l'invariabilité de laissé lorsqu'il est suivi d'un infinitif.
Elles se sont laissé tomber...

11.Posté par Sansblague le 19/06/2012 09:19
post 9

SARKOZY était alors sinistre sous Chirac, et en matière de "déplumage" des finances il en connait un rayon d'hyper-marché....

12.Posté par hoarau le 19/06/2012 11:52
heu rafale qui arrive comme une fleur, il y avait faute d'orthographe, ils ont gentiment modifié le titre, et "laisser" n'a rien à voir la dedans, il s'agit du verbe "faire" qui ne s'accorde pas quand il est suivi d'un infinitif. "elle s'est faite déplumée" n'était donc pas correct. Merci aux journalistes.

13.Posté par on croit rêver ... le 19/06/2012 14:20

La modeste éleveuse de poulet s'est fait déplumer ?
ou
La modeste éleveuse de poulet s'est faite déplumer ?

14.Posté par Jean Charles le 19/06/2012 14:50
Non il y a pas faute d’orthographe ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales