Santé

La liste des 77 médicaments surveillés


La liste des 77 médicaments surveillés

Suite à l'affaire du Médiator, l'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a publié une liste de 77 médicaments qui sont désormais "sous surveillance". Une liste complétée par une autre, celle de 12 familles de médicaments également sous surveillance.

Comme le précise l'Afssaps, ces médicaments sont surveillés "soit parce que les autorités sanitaires ont jugé nécessaire, à titre préventif, de renforcer ce suivi, soit parce que des signaux de risques ont été détectés, justifiant une vigilance accrue. (...) Cela signifie qu’il existe une surveillance particulièrement proactive de ce médicament, et que les mesures adaptées seront prises si nécessaire. Cela ne doit en aucun cas conduire les patients à qui il a été prescrit un de ces médicaments à l’interrompre sans avoir préalablement pris conseil auprès de leur pharmacien et/ou consulté leur médecin".

Les dextroprophxyphène retirés en mars

Parmi ces médicaments, plusieurs sont déjà condamnés, c'est par exemple le cas de ceux à base de dextroprophxyphène (Diantalvic, Propofan), ils seront définitivement retirés du marché dès le mois de mars.

Pour les autres, certains sont commercialisés depuis quelques mois, d'autres depuis des décennies...

On notera une réévaluation du rapport bénéfice/risque pour l'Alli (une version sous-dosée du Zenical accessible sans ordonnance). Ce médicament pour maigrir avait obtenu une autorisation de mise sur le marché européen malgré l'avis des autorités françaises en raison de sa toxicité supposée pour le foie.

On trouve aussi le même type de réévaluation pour de nombreuses pathologies différentes comme l'Hexaquine, contre les crampes (en raison des risques allergiques, cutanées et hépatiques graves), une pilule du lendemain (l'Ellaone), le Noctran contre les troubles du sommeil, le Champix pour le sevrage tabagique (accusé de provoquer des états suicidaires) et des vaccins contre la méningite et le cancer du col de l'utérus.

En pièce-jointe, la liste complète des 77 médicaments sous surveillance.

la_liste_complete_des_medicaments_surveilles.pdf La liste complète des médicaments surveillés.pdf  (52.08 Ko)

Mardi 1 Février 2011 - 17:19
Lilian Cornu
Lu 7088 fois




1.Posté par David Asmodee le 01/02/2011 17:21
Zamalax est sur la liste ?

2.Posté par oXo le 01/02/2011 18:10
Surveillez plutot les laboratoires pharmaceutiques.....
On risque de gagner en terme de remboursement SS et de morts , soulager, voire guérir ou engraisser ces entreprises qui ne pensent pas qu'à notre santé ???

3.Posté par noe974 le 01/02/2011 19:23
Si on s'arrêtait de prendre ces cochonneries dès qu'on a trop bouffé des piments , dès qu'on a un simple mal au ventre , dès qu'on est constipé .... on aurait moins de problèmes de santé .

Qu'on laisse le corps agire face à une petite fièvre !
La mode à l'heure actuelle est d'aller voir son médecin pour un simple bobo .... Si le pauvre médecin ne donne que 3 petits comprimés , on crie au scandale "Li la pa soig a moin" ....

Il est vrai qu'avec la carte verte (=gratuité) , beaucoup exagère dans la consommation des médicaments ...
Dans beaucoup de maisons , on pourrait ouvrir une pharmacie avec le stock de poisons accumulés !

4.Posté par oXo le 01/02/2011 21:18
Post 3
Si pour vous la carte verte est gratuite.................
Qui abusent des remboursements ???
Le bon médecin de famille ?

5.Posté par Gajik le 01/02/2011 23:03
J'ai croisé aujourd'hui un ami d'une soixantaine d'années que je n'avais pas vu depuis longtemps.

J'avais gardé de lui une image de quelqu'un de triste, malade, renfermé sur lui-même. Quand je lui ai dit que je le trouvais complètement transformé et en pleine forme, il m'a raconté qu'il était "soigné" depuis des années par un truc du genre atarax.

Il était devenu complètement perclu de douleurs articulaires. Cà l'avait rendu triste et soucieux.

Dès qu'il a arrêté de se "soigner", il est revenu très vite dans son état normal. Il est persuadé pour l'avoir vécu au quotidien dans son corps, que c'est ce médicament qui l'intoxiquait.

La plus que bi millénaire médecine Ayurvédique Indienne nous enseigne que le même produit peut tuer quelqu'un et guérir un autre. Selon le type de votre constitution vatta pitta ou Kaffa, déterminé après un interrogatoire long et approfondi, pris le rythme de tous VOS pouls, vous devez prendre tel ou tel remède, associé à tel ou tel aliment, à telle ou telle réforme profonde de votre rythme de vie perturbé ... Un type hyper chaud qui se chauffe davantage avec des alicaments inappropriés va tomber malade. Les mêmes alicaments conviendront à un autre type.

Notre médecine est analphabète et seulement capable de soigner ou d'opérer des bras, des jambes, mais inapte à rééquilibrer un être COMPLET.

Avec notre médecine de pharmaciens on achève davantage qu'on ne soigne. Aucune confiance dans les 3/4 de notre médecine vendue aux laboratoires.

6.Posté par meaux le 02/02/2011 13:34
bonjour gajik, tu parles de l'atarax juste au dessus , mais l'atarax n'a rien a voir l'a dedans il n'est pas dans la liste qu'ils ont donné et attention , certains medicaments sont sous surveillance et non dangereux et retiré des pharmacies, il ne faut pas tout mélangé.
cordialement

7.Posté par Gajik le 02/02/2011 20:57
bonsoir Meaux,

effectivement je ne parlais pas des 77 médicaments en particulier mais de la question de fond qui est constamment éludée de l'abus de médicaments et des médicaments prescrits pour prétendument soigner une maladie et non un malade.

C'était juste pour donner un peu de "hauteur" au débat qui n'est pas qu'une histoire de sous ou d' ouverture politique de parapluies. Même un "bon" médicament peut être une calamité s'il est prescrit à la légère comme souvent, puisque sans explications au client ni bilan approfondi en quelques minutes d'auscultation.

8.Posté par cigarette caen le 15/02/2011 00:47
la plupart des médicaments ne servent pas à soigner les malades mais à enrichir les laboratoires pharmaceutiques avec les complicités que l'on sait, et c'est l'assurance maladie, c'est-à-dire nous, qui paye! Si un médicament est efficace, il doit avoir agit au bout d'un mois au maximum, ensuite ce n'est qu'une rente pour le laboratoire le fabricant et pour le médecin prescripteur, un trou pour l'assurance maladie et un malade dont l'état risque d'empirer!

9.Posté par Wooap le 17/09/2013 15:58
Une autre question d'un domaine proche se pose également, quel sera l'avenir des cigarettes électroniques en France ? Médicament ou non ...
http://www.wooap.fr/

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales