Faits-divers

La gramoune de 93 ans et les trois ignobles : "Passez par la case prison!"


Difficile d’être plus lâche car le besoin d’argent, même urgent, ne justifie rien, et surtout pas les actes odieux, révoltants, commis par ces 3 sordides personnages.

Car leur victime, une vieille femme sans défense de Petite-Ile, est âgée de 93 ans. Et le calvaire qu’elle a subi difficilement imaginable.
Ikbal Salamut, Noorani Ahseek et Bibi Amina Dilmahamod, ressortissants mauriciens, habitent ici depuis plusieurs années et exercent le métier de vendeurs de vêtements ambulants. Ce qui permet de bien connaître les diverses topographies de l’île et, surtout, savoir à qui ils ont affaire.

C’est ainsi qu’un jour d’octobre 2014, ils jettent leur dévolu sur une vieille gramoune de Petite-Ile à qui ils ont déjà proposé leurs marchandises  Et qui, pour son malheur, vit seule, totalement désarmée face à la violence.

Reconnaissance préalable des lieux

Qui, le premier, a eu l’idée de cette descente brutale chez la vieille grand-mère ? L’enquête, pas plus que les questions insistantes de la présidente Ramage, très incisive, ne permettront pas de le déterminer.

Soi-disant, le dénommé Ikbal Mahamut, en fuite à Maurice, aurait eu un besoin pressant de liquidités. Ils connaissent bien la vieille dame et savent qu’elle a quelques bijoux et une modeste pension de 800 euros par mois. Mais il n’y a pas de petits bénéfices, n’est-ce pas ? Et  puis, comme le dit  Ahseek, "à son âge, elle n’a pas besoin de tout ça !" C’est du moins sa complice Bibi Amina qui l’affirme avec force.

Plonger dans l’ignoble n’interdit pas la prudence. Ils décident donc d’expédier Bibi Amina en reconnaissance chez la gramoune, histoire de bien reconnaître les lieux car il s’agit de faire vite.

Selon Bibi Amina, elle y est allée  "pas pou cette raison mais pour vende à li de linge". Et si elle a demandé à utiliser les toilettes, "lété pas pou voir son case mais parce que mi boir in bon peu tisanes donc mi sava souvent toilettes". Il est évident que seuls des esprits malsains pourraient trouver ça louche.

Tout sur le dos de l’absent !

Il faut croire que Bibi Amina a la mémoire courte car il lui faudra plusieurs reconnaissances pour bien mémoriser la case. Pardon… "pou vende à li d’linge". Ne reste plus qu’à exécuter le forfait.

Le 21 octobre 2014 à 13h35, quand il n’y a pas grand monde dans les rues, ils se présentent chez leur victime à deux, Ahseek faisant le guet dans la voiture. Là, l’ignominie se met en scène.

La vieille grand-momon est immobilisée, plaquée de force sur une chaise. Un bâillon lui est fourré dans la bouche. Si elle n’est pas morte étouffée, c’est qu’il y a vraiment un Dieu pour les vieilles personnes… et leurs tortionnaires. Faute de quoi ils finissaient aux Assises. Puis elle est saucissonnée.

Qui l’a bâillonnée ? Qui l’a ficelée ? Il faut se contenter de la version de la seule femme du trio maudit. Selon elle, c’est Ikbal (le fuyard) qui a installé le foulard dans la bouche de leur victime.

"Après, dit Bibi Amina, moin la voulu attache à elle moin même à cause moin lavé peur Ikbal i fé à elle mal. Moin lavé peur pou elle à cause Ikbal té capab tué à elle".

"En somme, demande la présidente Ramage, l’œil pétillant de malice, vous avez voulu la protéger ?" Réponse d’une naïveté confondante : "Oui !"

"On ligote rarement quelqu’un pour lui faire du bien", suggère la présidente, dissimulant son sentiment de révolte et d’exaspération sous une ironie bien à elle. Mais qui ne récolte qu’un soupir d’incompréhension chez Bibi Amina.

Manque de bol pour la menteuse, les seules traces d’ADN retrouvées sur le foulard et les liens sont de nature féminine.

"Moin na l’habitude dort à terre"

Ont-ils trouvé l’argent ? La réponse ne sera pas trouvée de sitôt. Où sont passés les bijoux ? "Certainement à Maurice", suggère Me Omarjee. Parce qu’avant même que l’enquête ne débute, le dénommé Ikbal Salamut a pris l’avion pour son île d’à-côté. Et que les demandes d’extradition n’ont jamais abouti. Ce qui explique que les deux complices restants sont les seuls à répondre de ces actes inqualifiables.

Leur attitude à l’audience n’a guère plaidé en leur faveur. Noorani Ahseek a fait tout un cinéma, les bras au ciel, pleurant à chaudes larmes "à cause mi vive La Rénion depu longtemps, mi aime La Rénion, tout de moune ici i conné à moin, i aime à moin !"

Et en niant l’évidence. Ainsi, la vieille victime a bien dit aux enquêteurs que Bibi Amina a menacé de la tuer si elle ne révélait pas sa cache au trésor (quel  trésor, mon Dieu ?) Ce que cette dernière nie farouchement.

"Et pourquoi vous être dissimulée par terre, entre votre lit et la cloison, quand les gendarmes sont venus vous chercher ? On vous le donne en mille : "A cause mon rein i fé mal. Moin na l’habitude dort à terre !"

Malgré tout leur talent, Me Omarjee et Me Larifou n’ont pu trancher ce nœud gordien. Bibi Amina écope de 4 ans dont un avec sursis et Noorani Ahseek de 3 ans dont un avec sursis car il n’a pas participé aux mauvais traitements infligés à la vieille gramoune.

Jules Bénard
 
Jeudi 9 Juillet 2015 - 20:14
Lu 1635 fois




1.Posté par baller le 09/07/2015 22:31
rien qu'à lire le titre de l'article, je savais que c'était Jules Bénard.

je mets même pas le lien du récit du même fait divers sur clicanoo, il tient pas la comparaison.

2.Posté par EKOLO le 09/07/2015 23:31
Normalement, quand un étranger est reconnu coupable de faits particulièrement graves, il peut faire l'objet d'une mesure d'expulsion (Arrêté ministériel d'expulsion, AME).
Dans chaque préfecture, il y a un service dédié aux étrangers, et dans ce service il y a des personnes spécialement désignées pour proposer la mesure. Ces personnes lisent les journaux tous les jours, et quand un fait attire leur attention, ils le soumettent à leur chef. Ils font une proposition d'expulsion motivée par les textes de loi et la jurisprudence, et ça passe en Commission d'expulsion (Comex).
Si la mesure est retenue, un arrêté est pris par le ministère de l'intérieur, et au lieu de purger sa peine, l'étranger est expulsé dans son pays, avec signalement auprès du consulat français dans son pays, pour que ses demandes de visa soient systématiquement rejetées pendant une durée fixée à l'avance.

Dans le cas présent, la mesure me paraît personnellement largement envisageable. Comme l'a dit JB dans son article, la gramoune aurait pu mourir d'avoir été projetée violemment au sol.

D'ailleurs, il me semble aussi que ceux qui s'en prennent à des personnes "vulnérables" (généralement handicapées) sont jugées bien plus sévèrement que s'ils s'en étaient pris à d'autres personnes.
Une femme de 93 ans, pour moi elle est vulnérable.
Pour moi la peine aurait du être plus sévère, et j'espère que la famille de la victime fera appel de ce jugement.
Et qu'elle prendra contact avec la préfecture, bureau des étrangers, pour savoir si une mesure d'expulsion sera envisagée ou non.

Meilleur rétablissement à la dame.

3.Posté par olivier le 10/07/2015 00:32
A Maurice pour du trafic de drogue, c'est des années et des années de prison (je ne me rappelle plus le nom de cette jeune française Aurore...). Alors pour de tels faits, ché pa ce que ces voyous auraient pris ? En France, la justice est tendre. Alors welcome !!!!

4.Posté par De bonnes recrues (laches) pour l'EI le 10/07/2015 05:44
D'accord avec le post 2: qu'ils repartent là d'où ils viennent.

Pourquoi le 3ème larron n'a-t-il pas été condamné par contumace? Il pourrait ensuite être interpelé à Maurice et rapatrié puis emprisonné, avant un arrêté d'expulsion...

Et quid pour les bijoux volés? Elle sera remboursée la vieille dame au moins?

5.Posté par Caffreman le 10/07/2015 20:32
ça me fout la honte ce genre d`individu,alors que moi je meures d`envie de visiter l`ile soeur
voila que quelques faux c... sont en train de tout gacher!!!
Je ne comprend pas pourquoi les autorités chez moi refuse de vous envoyer ce voleur cacher ici?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales