Blog de Pierrot

La gestion de l'Assemblée nationale épinglée par la Cour des Comptes

Lundi 3 Novembre 2008 - 10:26

Il y a quelques semaines, c'est le Sénat qui s'était vu reprocher ses dépenses somptuaires et son ancien président, Christian Poncelet, avait dû renoncer à bénéficier de son appartement de fonction à vie.
C'est maintenant au tour de l'Assemblée nationale d'être critiquée sur son train de vie. Un audit confidentiel de la Cour des comptes, réalisé à la demande de Bernard Accoyer, le président de l'Assemblée nationale, révélé par Le Journal du dimanche, épingle la Chambre des députés.

Voici la présentation qu'en fait Le Figaro :

Budget en hausse constante depuis dix ans, frais de personnel trop lourds, travaux plus coûteux de prévu, cagnotte mal gérée, politique d'achat approximative, tout y passe. Les magistrats de la Rue Cambon reprochent à l'Assemblée le niveau global de ses dépenses. Elles ont grimpé de 47 % en dix ans, bien plus vite que celles de l'État sur la même période (+ 37 %).

Or, selon la Cour des comptes, cette augmentation ne tient pas seulement aux travaux lancés il y a quatre ans par l'Assemblée sur ses immeubles de la rue Saint-Dominique et de la rue de l'Université et qui, selon eux, coûteront deux fois plus chers de prévu, soit 125 millions d'euros.

Un million d'euros pour rien

Les rémunérations des fonctionnaires de l'Assemblée pèsent aussi lourdement. Elles représentent 25 % du budget total, bien plus qu'à la Chambre des communes britannique (15 %) et qu'au Bundestag allemand (12 %). Selon Le JDD, les magistrats de la Rue Cambon s'étonnent que ces rémunérations soient de 75 % à 150 % supérieures à celles de la fonction publique d'État et que les 24 fonctionnaires les mieux payés touchent une rémunération annuelle brute de 213 000 euros.

Au-delà des dépenses, c'est l'organisation de plusieurs services qui est montrée du doigt. Le service des achats n'a pas «une compétence éprouvée d'acheteurs» et, à ce titre, aurait dépensé un million d'euros pour rien l'an dernier. La paie ne dispose pas, par exemple, d'un logiciel approprié. Les finances ont essuyé un manque à gagner de 1,8 million d'euros depuis 2001 suite à des décisions pas toujours heureuses de placements de la cagnotte qui représentait 302 millions d'euros en 2007. Symbole de cette organisation tâtonnante : la Chambre des députés disposerait d'une dizaine de comptes bancaires, dont la gestion serait complètement cloisonnée.

Soucieux de préserver l'image de l'institution auprès de l'opinion publique et de faire dégonfler la polémique, Bernard Accoyer a réagi dès dimanche. "Dès 2009, les préconisations de la Cour des comptes pour une meilleure gestion de l'Assemblée nationale seront mises en œuvre», a-t-il indiqué dans un communiqué rappelant qu'il avait, il y a un mois, au début de la crise bancaire, "refusé la hausse de 3,89%, qui était prévue en loi de finances, et décidé que l'Assemblée en 2009 devrait faire avec la même dotation qu'en 2008".

Quoi qu'il en soit, les députés, très gênés par le contenu du rapport, cherchaient dimanche à minimiser l'ampleur des problèmes. "On apprend dans le rapport de la Cour des comptes que les travaux réalisés dans l'immeuble Chaban-Delmas ont coûté beaucoup plus cher que prévu. C'est vrai, mais ces travaux généreront à terme des économies puisque beaucoup de députés n'auront plus à dormir à l'hôtel", affirmait l'un d'entre eux.

Un autre s'interrogeait de son côté sur la capacité à réformer rapidement cette maison. "Il y a des scandales à l'Assemblée, notamment concernant le statut du personnel. Mais cela va prendre beaucoup de temps d'y remettre de l'ordre". Bernard Accoyer veut y croire. "Réformer pour économiser l'argent public, cet objectif de législature du président de l'Assemblée n'aura jamais été aussi justifié qu'aujourd'hui", a-t-il indiqué dimanche.
Pierrot Dupuy
Lu 603 fois



1.Posté par boyer le 03/11/2008 14:41

et on ne parle meme pas de leur retraites a 1xxx euros pour 5 ans de cotisations!

2.Posté par FRANCO le 03/11/2008 16:04

après avoir lu cet article on ne peut que penser à l'article "Deux Réunionnaises sans ressources à Berlin à cause de bourses en retard " ! Quelle horreur que la France d'aujourd'hui qui n'est sûrement plus la France des Droits de l' Homme, mais est devenue la France des nantis, cette France d'en Haut gavée à coup de milliards des spéculations des traders.

3.Posté par Basile le 03/11/2008 16:27

C'est pour payer leur retraite après 5 ans d'activité que les parlementaires vont voter la possible retraite à 70 ans ?

4.Posté par denis le 03/11/2008 16:45

La cour des comptes, c'etait pas Philippe Seguin? Sarko devrait écouter la cour des comptes, et appliquer ses preceptes, au moins cela !
Il y a des fonctionnaires de l'assemblée à ne pas remplacer, des appartements de fonction à supprimer, des remunerations à baisser, une organisation à synthetiser !
Les députés, s'ils "s'assemblaient" par internet, visioconférence, ca couterait moins cher, en billets d'avion, restaurant au frais de la princesse, hotels...

Avec ce million gaspillé, combien de sans-abris on pourrait loger?

5.Posté par Patrick FLOC'H le 03/11/2008 17:40

Attendez le pire reste à venir l'Union des Moutons de Panurges comme ils n'ont rien à proposer ils vont sortir le livre noir des villes socialistes en préparation
Samuel Potier (lefigaro.fr)

C'est Bizarre qu'ils ne prennent jamais les infos sur les DOM TOM et en particulier sur la situation ici à la Réunion pourtant il y en a des choses Abracadantesques comme les subventions pour les clubs de foot? Voir les dépenses d'une Maisons des civilisations qui n'existe pas encore? Voir les projets annulés parce que la mairie à changé de bord Malheureusement nous sommes dans les DOM TOM et nous vivons dans un Département qui brille par sa somnolence...dans tous les domaines.
Ils me ferons toujours rire (ou pleurer)
La politique en France est pitoyable. Nos hommes politiques sont de grands courageux puisqu'ils ne risque rien, ils me dégoutte de plus en plus.
...Bref de la gabegie généralisée . Mais ne nous trompons pas Il y a derriére ça une arriére pensée politique ;Celle qu'aux prochaines élections le "petit peuple" saura se souvenir de la "pseudo " générosité du maire, sans se poser la question :comment cet argent pourrait être mieux utilisé...


Le député UMP de l'Hérault Jacques Domergue et de grands leaders du parti présidentiel dans les grandes villes vont s'attaquer à la gestion des municipalités détenues par le PS.

Le député UMP de l'Hérault Jacques Domergue et de grands leaders du parti présidentiel dans les grandes villes vont s'attaquer à la gestion des municipalités détenues par le PS.
Des élus UMP publieront en mars un document commun remettant en cause la gestion des municipalités socialistes, «trop électoraliste et sectaire». «Ce sont des pompiers pyromanes», rétorque au Figaro.fr un ancien ministre PS.

Les oreilles des maires socialistes vont siffler ce mardi à l'Assemblée nationale. Six mois après la vague rose aux élections municipales, des élus UMP s'apprêtent à leur adresser un carton rouge. Député de l'Hérault, chef de file de l'opposition municipale à Montpellier et adversaire du controversé président de Languedoc-Roussillon Georges Frêche, Jacques Domergue présentera en début d'après-midi le projet de «Livre noir de la gestion socialiste des villes». Une première.

Avec d'autres leaders UMP dans les grandes villes, la plupart sévèrement battus en mars dernier, comme Sébastien Huyghe à Lille face à Martine Aubry ou Jean-Luc Moudenc contre Pierre Cohen à Toulouse, ils comptent publier ce document à la mi-mars 2009, pour le premier anniversaire des municipales. Une année funeste, à en croire Jacques Domergue, qui reproche aux élus PS «leur vision trop électoraliste et sectaire dans la gestion municipale».

Pourquoi un tel projet, qui intervient hors campagne électorale ? «Sept des dix plus grandes villes de France sont aujourd'hui à gauche. Si nous travaillons de manière isolée, nous n'existerons pas. C'est pourquoi nous sommes unis pour dénoncer certaines dérives», confie Jacques Domergue au Figaro.fr. Nous voulons faire respecter les droits de l'opposition. A Montpellier par exemple, il y a encore un mois, la mairie ne nous avait pas fourni de matériel informatique ! Même chose pour les Verts, aujourd'hui passés dans l'opposition, et avec qui nous partageons deux bureaux de 10m2», se désole le député UMP de l'Hérault.

L'explosion de la fiscalité en ligne de mire

A l'instar du «Livre noir des régions socialistes», les principaux axes de leur travail porteront notamment sur les services, l'attribution des subventions et bien sûr la fiscalité. Ils ne se gêneront pas pour rappeler que Bertrand Delanoë a augmenté de 9% les impôts locaux à Paris, même si ceux de la capitale figurent parmi les plus bas de France. «Ce qu'a fait Delanoë, les autres maires PS vont le faire», veut croire Jacques Domergue, qui assure toutefois ne pas vouloir «faire un livre à charge».

Avec ses collègues, il s'étrangle lorsque Jean-Luc Moudenc lui a raconté la dernière décision de la mairie de Toulouse : «faire attribuer à tous les élus de la majorité une voiture électrique ou hybride». «L'idée est plutôt originale, mais ce cadeau n'est-il pas vraiment déplacé en cette période de crise économique et au moment où les gens souffrent ?»

Des arguments qui laissent de marbre André Laignel. «Ah, les plaisantins !», rigole l'ancien ministre socialiste de François Mitterrand et actuel secrétaire général de l'Association des maires de France (AMF), interrogé par Le Figaro.fr. « J'ai l'impression d'avoir en face de nous des pompiers pyromanes. Leur travail sera purement partisan et déconnecté des réalités. L'UMP ne supporte décidément pas la démocratie quand elle ne lui convient pas», allusion à la défaite du parti présidentiel lors des municipales.

Il appuie ses propos avec le projet de budget 2009, «un jeu de massacre», «un véritable charcutage des territoires», citant «l'absence de remboursement» de toute une série de dépenses aux collectivités locales, majoritairement gérées par la gauche. «Leur démarche n'est pas crédible. Comment peut-on juger l'action de maires élus en mars ? Faire un bilan six mois après, c'est bouffon», tacle André Laignel. «C'est sur un mandat complet qu'on juge une action !» Le 91e Congrès des maires et des présidents des communautés de France, prévu dans un peu plus d'un mois (25-27 novembre) et où Laignel briguera la présidence de l'AMF, promet déjà d'être animé…

L'UMP dénonce la flambée fiscale dans les régions PS


6.Posté par svp1789 le 05/11/2008 11:09

ET DIRE QUE CES MÊMES DEPUTES ET SENATEURS VIENNENT EMMERDER DES PETITS RETRAITES QUI TOUCHENT 500 EUROS DE PRIME ALORS QU'ILS PERDENT 30 A 40 % DE LEUR SALAIRE D'ACTIVE !
ILS VIENNENT CHERCHER DES POUX DANS LA TÊTE DE CEUX QUI LEUR PERMETTENT DE VIVRE DANS L'OPULENCE ET SANS RISQUE DE CHOMAGE, CAR MÊME BATTUS ILS TOUCHENT. SI JE SUIS LICENCIE JE VAIS POINTER AU CHOMAGE EUX NON ILS CONTINUENT A RECEVOIR LEURS CHEQUES .
NOUS DECIDONS, VOUS EXECUTER C'EST CELA LA DEMOCRATIE.
POUR QUI LA RETRAÎTE A 70 ANS ? POUR CES ¨MÊMES SENATEURS ET DEPUTES QUI VONT AU PALAIS BOURBON OU AU SENAT POUR FAIRE LA SIESTE.........APRES UN BON REPAS........A LA CANTINE

7.Posté par nicolas de launay de la perriere le 05/11/2008 12:41

La requête que devrait formuler certains ici, aux élus bénéficiant de voyage dans le cadre de leurs fonctions électives, c'est de s'engager à ne prendre que des places "économiques", au nom de l'effort que chacun doit faire face à la dépense publique. Pourquoi ne pas imaginer une pétition ... c'est la mode en ce moment..

C'est également de demander officiellement et publiquement (pétition à faire signer aux élus et aux quidams), un positionnement des conseils délibérants des établissements publics et collectivités (bref, tout ce qui repose sur du financement public) à ce que les miles soient gérés au profit de la collectivité ou de l'établissement, et non au profit de ceux qui voyagent.

Un truc un peu officiel qui partirait de Pourpre, de Zinfos ou de tout autre association avec collecte de signature, qu'en pensez vous ..?

Ceux qui ne signeront, on pourra alors les désigner et les interpeller publiquement sur leur refus de signer ces pétitions, qui vont dans le sens, je le répète, de l'équité, de la transparence, et d'une bonne gestion des dépenses publiques (faut bien commencer par quelque part, non ?) sur ces deux éléments.

8.Posté par denis le 05/11/2008 14:10

Patrick a raison, Pierrot, il faut envoyer tes limiers fureter dans les clubs de foot...joueurs avec des emplois fictifs, peut etre...et autres magouilles...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter