Social

La gestion de l'ARAST ne sera jamais contrôlée par la Chambre des comptes

La demande expresse du préfet de l'époque, Pierre Henri , n'y aura rien fait. Les culpabilités de l'ARAST, si tant est qu'elles soient établies un jour, ne viendront en tout cas pas d'un rapport de la Chambre régionale des comptes. Un échange de courriers entre la CFTC et le président de la CRC a figé les positions de chacun.


Presque deux ans d'attente dans le vide pour Paul Junot et les ex-Arast
Presque deux ans d'attente dans le vide pour Paul Junot et les ex-Arast
 
Stupeur du côté de la CFTC qui n'a cessé de suivre au jour le jour le développement de la désormais historique liquidation de l'Arast. Alors que le syndicat ainsi que les anciens employés de l'association coulée attendaient d'en savoir plus sur l'état d'avancement du rapport de la Chambre régionale des comptes, ils apprennent aujourd'hui qu'aucun travail n'a débuté. Explications.

"Il a fallu attendre 18 mois pour enfin apprendre qu'un rapport commandé par le Préfet en 2010 n'avait jamais été pris en considération par la CRC au motif d'un "manque d'effectif ou d'un surcroit de travail"", affirme désabusé Paul Junot, le secrétaire général de la CFTC, partie prenante du combat des ex-Arast.

Petit retour au plus chaud des événements. Suite à la liquidation de l’Arast (association réunionnaise d’accompagnement sociale territorialisée) le 27 novembre 2009, le préfet de l'époque, Pierre Henri Maccioni, dans un courrier du 13 janvier 2010, avait demandé à la CRC un rapport permettant de comprendre les raisons de cette faillite.

Droit de regard pas obligatoire

Un an et demi plus tard, suite à l'interpellation de la CFTC à l'adresse de Christian Roux, président de la Chambre, la réponse de ce dernier (voir plus bas) laisse amer le syndicat. Alors que le partage des responsabilités s'est joué sur le terrain judiciaire, il est désormais formel que la CRC ne se penchera pas sur les années de gestion qui ont mené l'association au résultat que l'on connaît.

La justification des magistrats financiers est complétée ce matin. "Deux autorités peuvent saisir la CRC : le préfet ou le président de la collectivité territoriale concernée, en l'occurrence le Conseil général dans le cas de l'Arast. Mais la Chambre n'est pas tenue de répondre favorablement à la demande de contrôle d'exercices budgétaires non soumis à la comptabilité publique. A l'inverse, la CRC est obligée de réaliser un programme annuel concernant le contrôle de gestion et juridictionnel des collectivités". En clair, l'Arast, en tant qu'association dépendante d'une collectivité ne faisait pas partie des priorités absolues et ce malgré le retentissement que sa mise à mort a pu avoir.

Par ailleurs, "quel est l'intérêt de contrôler une structure qui aujourd'hui n'existe plus ?" demande la CRC. L'institution met aussi sur la table la masse de travail supplémentaire qu'a engendré l'entrée dans le giron du contrôle de la Chambre de la Réunion des collectivités de Mayotte. "Alors qu'en 2008, il n'y avait aucun contrôle effectué à Mayotte, aujourd'hui, la production des magistrats porte le nombre de ces contrôles à 30 ! Et ce avec le même effectif", poursuit la Chambre pour justifier son choix.

reponse_crc_juillet_2011.pdf Réponse CRC juillet 2011.pdf  (263.48 Ko)

Jeudi 11 Août 2011 - 11:13
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2177 fois




1.Posté par BEROT RICE le 11/08/2011 11:37
après avoir accompagné activement le malade vers la mort , la cftc veut en faire l'autopsie
laisse les âmes en paix popol

2.Posté par FIASCO le 11/08/2011 12:09
Les placements de certains dirigeants de l'ex arast au sein de certaines collectivités en dises long sur une quelconque volonté pour la collectivité départementale de mettre a jour "la vérité arast".

Cela est d'autant plus vrai que le CG avait par le passé mis en place 2 audits de l'ARAST sans pour cela en tiré les conséquences qui s'imposaient.

Cela signifie en claire que si le CG appuie la demande formulée par le préfet auprès de la CRC, la passivité culpabilisée du CG risque d'être également mis au grand jour, chose que ne veut certainement pas les leaders de cette collectivité.

Personne n'est dupe et c'est pour cela qu'il aurait été intéressant que les organisations syndicales comme le conseil d'administration de l'arast contestent la liquidation mais à l'identique
de ce qui a été dit précédemment, rien n'a été fait et qu'il y a maintenant presciption.

Je crois savoir également que la CFTC n'a pas obtenus de sièges lors des dernières élections professionnelles qui se sont déroulées dans les deux institutions qui ont repris les activités de l'arast.


3.Posté par nrj le 11/08/2011 12:34
Pas fini ce feuilleton morbide ?

4.Posté par bibi97490 le 11/08/2011 14:17
Ouhhh ces focntionnaires, malheureux, ce n'est pas ma faute mais de la faute d'untel.

Je connais une institution public leader nationale en matière d'emploi, tellement qu'ils sont occupés, les DE doivent venir en rendez vous pour avoir un rendez vous pour le traitement de leur dossier. dans quel monde vit-on et en plus dans les locaux pas un chat. et là on vous traite comme des moins que rien mais mesdames messieurs; il ne faut pas oublier que les DE vous font manger. s'ils n'étaient pas là vous aussi vous serez en train de pointer... a bon entendeur


5.Posté par jeremy le 11/08/2011 17:01
A BIBI 974, on ne parle pas du pole emploi mais de l'ARAST si tu ne trouve pas de boulot va au conseil général ou à la région, c'est eux qui on le pognon , notre pognon, tiens va au Port gueuler , il ya 200 européens qui nous ont pris du boulot que le pôle emploi n'a pas vu venir.
Un jour c'est des éuropéennes, qui vont bosser au Conseil général est tu pourras arrêter de dire des conneries.

6.Posté par metencor le 11/08/2011 17:02
Mais que fait Pierrot Dupuy ?

7.Posté par ptit crick le 11/08/2011 18:10
après le chantier du port voila l arast
pourra t on faire un tour sur les travaux de soudure sur le chantier de la riviere st etienne pour voir
si sa tourne bien pour nos embauche local

8.Posté par bibi97490 le 11/08/2011 18:18
Monsieur JEREMY

Encore une connerie de pole emploi s'ils n'ont pas vu venir. je ne pense moindrement que je débite des conneries, puisque vous dites tellement chose sensée pourquoi m'aviez vous répondu on ne répond pas aux gens qui débitent des conneries! et si je n'ai pas envie d'aller voir le CG ou la Région qui m'en empeche vous?, je gueule parce que la CRC se sont des fonctionnaires, je précise au cas où vous n'auriez pas compris, c'est pourquoi j'ai parlé de fonctionnaires....

que vient faire les européens dans un sujet qui parle de l'arast! et puis les européens pour aujourd'hui m'interessent guère.

Oh fait si je suis allé à Pôle Emploi c'était pour gérer un dossier d'un contrat que j'ai trouvé tout seul comme un grand, mais malheureusement il fallait passer par eux (un dossier que je pouvais régler avec les agents de l'ASSEDIC, s'il existait encore) car se sont les seuls qui bossent dans ce truc à soit disant emploi.

salut



9.Posté par jeremy le 11/08/2011 19:37
A Monsieur BIBI ! je vous remercie de votre éclairage qui m'a permis de m'informer sur cette situation du coté de la CRC qui m'a échappé dans ma lecture.Je sais m'incliner quand je suis dans l'erreur.Bonne soirée à vous et tous ceux qui vous entoure.

10.Posté par TEGO le 11/08/2011 21:59
Le CRC ne sert à rien si ce n'est à payer ces magistrats en mal de l'ère surtout sur mon île . Aux ex salariés de l' Arast de continuer ce combat , ça vaut la peine et vous n'êtes pas au bout des surprises ! C O U R A G E .

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales