Santé

La fin des dérogations pour la détection de la leucose bovine


Huguette Bello et les adhérents de l'ADEFAR dont son président Pascal Ethève entrent en préfecture
Huguette Bello et les adhérents de l'ADEFAR dont son président Pascal Ethève entrent en préfecture
Le préfet Dominique Sorain a reçu hier après-midi les représentants des éleveurs laitiers en difficultés pour ne pas dire ruinés par l'état sanitaire du cheptel réunionnais. Dans leur combat pour une reconnaissance, ils ont reçu le soutien de la députée Huguette Bello.

Cette rencontre avec le représentant de l'Etat intervient un mois après que le tribunal administratif ait reconnu que l'arrêté préfectoral du 25 mars 2013 par lequel le préfet de La Réunion prévoyait un dépistage "facultatif" de la leucose bovine enzootique dans le département était entaché d'un "excès de pouvoir". Une information que nous vous révélions le 2 février. Autrement dit, rien n'autorisait l'administration préfectorale à décider que les campagnes de prophylaxie devaient ne pas avoir lieu ici alors que le cheptel français est considéré comme indemne.

Les membres de l'ADEFAR (l'Association de Défense des Agriculteurs de la Réunion), composée d'adhérents qui ont pour certains tout perdu à cause de la forte prévalence de la maladie bovine - non transmissible à l'homme faut-il le rappeler - ont vu dans ce jugement une première victoire.

A l'issue de cette entrevue avec le préfet, le président de l'ADEFAR, Pascal Ethève, témoigne des échanges qui ont pu s'y tenir. Dominique Sorain a pris acte de la décision du tribunal administratif de janvier dernier. Aucun recours devant la cour administrative d'appel ne sera intenté. Il faut dire que devant l'évidence, l'Etat fait profil bas.

Sur un plan opérationnel, un plan leucose sera lancé. Dans les faits, 20% du cheptel entrera dans un programme de prophylaxie pour tenter de mettre à jour les taux de prévalence de la leucose chez les animaux.

En métropole, la maladie a quasiment disparu

Sur le territoire national, la lutte contre la leucose a été rigoureuse à l'extrême. L'arrêté ministériel du 31 décembre 1990 prévoit en effet que la prophylaxie de la leucose bovine enzootique est "obligatoire sur l'ensemble du territoire national à l'égard de tous les cheptels bovins et s'applique dans tous les lieux de séjour, de rassemblement ou d'accès fréquentés par les animaux de l'espèce bovine". En son article 15, il ordonne qu'il soit procédé à "l'abattage" dans un "délai maximum d'un mois" des animaux déclarés porteurs de la maladie.

Résultat : la prophylaxie drastique menée sur le territoire national a permis une quasi disparition du virus dans les élevages. A La Réunion, les multiples dérogations ont livré un tout autre résultat. Le cheptel laitier est atteint à 70 %.

Si la leucose en elle-même est perçue par beaucoup d'éleveurs comme n'étant "pas la pire des maladies" qui puisse affecter une bête, "la leucose demeure un nid pour les autres maladies". Moins productives, réformées plus rapidement, ces vaches laitières en mauvais état sanitaire ont sans doute causé la perte de nombreux éleveurs laitiers de l'île. C'est le combat de l'ADEFAR présidée par Pascal Ethève que de faire reconnaître ce lien.

Une première reconnaissance du problème est intervenue le 21 octobre 2014 devant la représentation nationale. Questionnée par la députée Bello, la ministre des DOM, George Pau-Langevin, confirmait qu'un "plan d’action global" serait engagé. Le préfet l'a donc respecté à la lettre hier. L'objectif : photographier la situation épidémiologique faute de chiffres récents.

Notre département ne compte plus que 63 livreurs de lait. Ils étaient deux fois plus nombreux il y a dix ans.
Jeudi 26 Février 2015 - 06:33
LG
Lu 1722 fois




1.Posté par Zbob le 26/02/2015 10:58
Et qui avait demandé ces dérogations? les éleveurs eux mêmes , les importateurs de bovins ( qui se sentaient peut-être le cul merdeux?) ou bien la préfecture , comme ça , juste pour rigoler!
On croit rêver!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales