Départementales 2015

La dynamique adroite, à gauche la déshérence


On  gagne une élection sur la dynamique que l’on sait créer et faire vivre. C’est elle  qui fixe le cercle victorieux des alliances et porte la campagne jusqu’au triomphe. Et  toutes les subtilités que l’on peut imaginer ne peuvent au premier tour,  au mieux, que retarder ce triomphe. Quant aux  arrangements d’entre-deux tours, ils n’y peuvent généralement rien.

Ce postulat  a été de nouveau confirmé avec ces élections départementales. Les manœuvres de Thierry Robert et de Gilbert Annette, cette semaine qui vient de s’écouler, ne pouvaient qu’être vaines, et aussi désespérées qu’impuissantes et pathétiques. Ce postulat rappelé, passons en revue quelques faits marquants de cette campagne puis les résultats du second tour. 

Les candidats de l’union de  l’UMP, de l’UDI, d’Objectif Réunion  ont su constituer une plateforme. Une plateforme attractive, c’est sa première caractéristique. Elle permet alors de fixer, voire d’éviter de dériver quelques "divers" et même de rallier, voire de ressusciter le MPA un mouvement  qui avait disparu depuis des lustres avec son leader, Alain Armand. On pourra toujours gloser sur l’intégration à cette plateforme de Serge Hoareau, le maire de la Petite- Ile, fils spirituel de Christophe Payet, l’ancien fondateur du PS. Et surtout d’Alain Armand, incarnation  de la gauche culturelle, ancien premier-adjoint de Saint-Denis, actuel conseiller municipal de l’équipe d’Annette, bordé, comme beaucoup  d’autres au lendemain de la victoire du PS aux municipales de 2014 dans la capitale. 

L'Union de la droite, une plateforme attractive
 
Une situation surprenante a-t-on écrit ici ou là, voire opportuniste. Et si c’était tout simplement la puissance attractive de la plateforme et la volonté de revanche et de l’un et de l’autre sur le traitement qui leur a été infligé, tant à la Petite-Ile  qu’à Saint-Denis ? Nadia Ramassamy, vice-présidente de la Région aux cotés de Didier Robert, a sans doute fait le meilleur choix possible, comme Serge Hoareau aux cotés, lui également, d’une adjointe de Michel Fontaine, Marie- Paule Balaya. Ni Alain Armand, qu’Annette a su aller chercher dans la décennie 1980, pour conquérir Saint- Denis, ni Serge Hoareau, ne sont que des "créatures" d’appareils ou de clans familiaux. L’un et l’autre ont des équations personnelles incontestables. 

Didier Robert et Michel Fontaine, les pères fondateurs et principaux animateurs  de la plateforme, ont bien joué.

Mais cette plateforme n’est pas qu’attractive, elle est aussi audible et visible, à l’opposé, à gauche,  de cette scissiparité, qui, en politique,  contrairement à la biologie, est mortifère. Audible et visible  globalement, mais aussi à l’échelon des cantons, avec les   personnes qui la représentent.

Qui a pu écouter, et sur quoi, plus d’une demie seconde, Gérard Françoise tant il est d’une indigence exceptionnelle ? Qui  a pu retenir quoique ce soit du terne et inexistant Jacques Lowinsky, si ce n’est cette exotique histoire de terrain vendu, décidément,  à un des siens ? C’est à se demander pourquoi avoir chargé leurs binômes féminins Belim Audrey  et Adame Brigitte de tels boulets ? 

Une victoire logique pour la droite

 Avec de tels  candidats, lestés de surcroit des principales créatures du clan Annette, le duo des deux députées Orphée et Bareigts, aucun appareil municipal ne peut faire de miracles. Les victoires de Jean- Jacques Morel et de Boustoini Graziella,  la benjamine des candidates, comme celle de Nadia Ramassamy et d’Alain Armand, n’en sont que plus symboliques. 

La victoire de la plateforme UMP, UDI et  Objectif Réunion est logique et indiscutable, l’échec de Yoland Velleyen étant  circonscrite à Saint-Paul. La dynamique qu’a su mettre en œuvre la Plateforme va vraisemblablement s’étendre et finir par arrimer les élus tamponnais, takistes estampillés, après avoir déjà ramené Jean- Paul Virapoullé dans ses filets.  

Nassimah Dindar est assurée de voir son mandat de présidente renouvelé au Palais de la Source

A gauche, le travail de régénération va être long et compliqué : autour de quelle figure ? pour quel projet ? dans quel cadre ? et avec pédagogie ? Et dans cette nasse, où les divisions se multiplient, c’est sans doute autour d’une alliance  du Progrès, de Patrick Lebreton et de ses amis, et d’Huguette Bello, et de son micro-parti, le PLR, qu’un faible espoir peut apparaître. Le Progrès résiste et le PLR  envoie au Palais de la Source, trois élus. Il y a  le binôme portois et aussi Michèle Caniguy,  qui, jusqu’ à preuve du contraire,  est du PLR.  Mais pour que cet espoir  se fortifie, encore faut-il que la Gauche renonce à sa course à la partition micro cellulaire et autre paratomie.  

Le PS, grand perdant
 
En tout cas l’espoir n’est certainement pas  du côté du  PS aux mains de Gilbert Annette, de sa parentèle, et de ses créatures. Des créatures, dont les "explications" de leur défaite ne manquaient pas de piquant hier soir. Gilbert Annette, qui est à la manœuvre, depuis plusieurs années, pour tout verrouiller, tant au PS qu’à Saint-Denis, est le grand perdant de ces élections. 

Ne disons rien du PCR, même si la performance du fils de Roland Robert, Philippe, est à signaler. Yves Dejean, son Secrétaire général,  est soulagé de la performance de son  parti. Laissons-le à son soulagement. Mais qui, au fait, Yvon Dejean, de micro en micro, ne cesse depuis quelque temps de vitupérer contre les politiciens analphabètes ? 

Autre perdant, le LPA, et son si drolatique leader, Thierry Robert. Même si, entre, pitreries,  vociférations, invectives et discours victimisants, Thierry Robert va continuer à chercher à exister. Mais il devra surtout se trouver des alliés. Ce qui ne sera pas simple du tout, d’autant que la  politique "autrement" d'Alain Armand est décidé à lui rappeler qu’il  en est le premier et légitime représentant. Bien avant Thierry Robert, et le nouvel élu de Saint-Denis est bien décidé à faire fructifier les potentialités de cette marque.  

La route vers les Régionales est plutôt dégagée pour Didier Robert, sa stratégie et ses alliés, même si aucune élection n’est une répétition de la précédente et qu’aucune dynamique ne s’impose naturellement.  

Aux Régionales donc, pour la suite.
Lundi 30 Mars 2015 - 11:16
Eliard de Laleu
Lu 808 fois




1.Posté par noe le 30/03/2015 13:39
petite faute dans le titre ???
En avant à Droite , toute ... Le bateau "France" vogue désormais à Droite de Dieu !

Mais on voit que pour le Pouvoir en place , les élections pendant le mandat présidentiel ne joue jamais en sa faveur ! Les Français sanctionnent le Président et le gouvernement qui n'arrivent pas à faire de la croissance , le plein emploi ...la cohésion sociale !
4000000 de chômeurs en France , ça suffit ! ça crée des mécontents !
Les "tits gens" souffrent et par la puissance de leur bulletin de vote , ils rappellent au Pouvoir qu'ils sont tj là !

2.Posté par beaucoup de perdants le 30/03/2015 15:23 (depuis mobile)
Pas, que le PS à perdu hier. Il y a les rêveurs, le militant qui se voyait déjà embauché, dés le 1 er avril et il y a aussi MR ALLAMELOU, et sa clique de mouettes, qui piaf ou cacaille selon la saison, la rue ou Le mandat électoral à prendre. bye bye

3.Posté par bonnemémoire le 30/03/2015 15:49
Oui , les socialistes version Annette n'avaient à la bouche que " nationalisation" , regrettable , à leurs yeux ,pour expliquer leurs piètres résultats.
Sans doute, en partie , mais , et le mais est important
1- Qui si non M Valls a décidé de nationaliser ce scrutin?
2- Qui si non les deux députées , et donc Gilbert Annette , ont décidé d'opter , elles et lui , pour cette nationalisation?
Donc contradiction de Annette et sa garde .
Il faudra donc chercher ailleurs les causes de cet échec , même si ce qui se passe au " national" a joué en partie dans ces résultats.
En clair les candidats imposés par Gilbert Annette ne faisaient pas le poids .
Car comme le démontre l' article ce n'était que des, je cite, " créatures" et créatures " "indigentes "

4.Posté par Yes we can avec la droite le 30/03/2015 16:19
A droite toute !!!

5.Posté par good vote sanction le 30/03/2015 16:54
aucune cohérence avec ce PS qui n'arrete pas de se diviser !

6.Posté par union le 30/03/2015 16:56
La première victoire est celle d'avoir pu reconstruire la droite autour de l'union ! des choix de raison en faveur des Réunionnais qui démontrent que c'est uniquement rassemblés autour de projets cohérents que le département pourra mettre ses reflexions en pratique pour notre département.
L'union de la droite , fortement engagée ne peut que réussir dans ces nouveaux défis!

7.Posté par bravo le 30/03/2015 17:00
Bravo à la plateforme UDI/UMP/OR et auxx candidats élus! un avenir pour la Réunion se dessine. restez unis et continuer à oeuvrer pour La Réunion. L'union est votre force!

8.Posté par la bande va encore frappée..?? le 30/03/2015 17:49
la REUNION en déshérence... plus appropriée!.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales