Société

La délégation réunionnaise est arrivée "à bon port" à Brasília

Mardi 27 Juillet 2010 - 15:10

Jean-François Bénard (coordonnateur de la cellule Patrimoine mondial) et François Virassamy-Macé (médiateur du patrimoine), agents du Parc national et membres de la délégation réunionnaise partie défendre la candidature de la Réunion au patrimoine mondial de l'Unesco racontent leur voyage, leur arrivée à Brasília et les premiers contacts qu'ils ont noué sur place.


De g à d : Jean-François Bénard, coordonnateur de la cellule  patrimoine mondial, Daniel Gonthier, président du parc national,  Gérard Collin, expert conseil du parc sur le dossier, Olivier Robinet,  directeur du parc national, Daniel Huet, représen
De g à d : Jean-François Bénard, coordonnateur de la cellule patrimoine mondial, Daniel Gonthier, président du parc national, Gérard Collin, expert conseil du parc sur le dossier, Olivier Robinet, directeur du parc national, Daniel Huet, représen
L'arrivée de la délégation de La Réunion à bon port

Le temps de trajet a été long (pas loin de 48 heures), le décalage horaire est important (- 7 heures), nous sommes encore entre deux mondes. Ce voyage commun nous a permis, au delà de la journée "shopping" du samedi à Paris, de mieux nous connaître et de nous apprécier. L'ambiance dans le groupe est excellente.

Air-France a tout fait pour faciliter notre voyage : Eddine Lechlech, directeur de la communication nous a accompagné pendant la première partie du trajet, depuis La Réunion le vendredi soir jusqu'à notre départ de Paris Charles de Gaulle le samedi soir, avec accueil dans chaque aéroport, surclassement d'une partie d'entre nous, personnel naviguant disponible et serviable, chambre d'hôtel à Paris. Cet apport a été très apprécié par l'ensemble de la délégation.

Le survol d'une partie du Brésil nous a permis de pressentir l'immensité du Pays, sa grande diversité, son potentiel énorme. Rio de Janeiro nous a paru comme une mégalopole. Vue d'avion, la partie entre Rio et Brasília paraissait quasi vide d'hommes, avec d'énormes champs souvent circulaires. Brasília est construite sur un plateau intérieur sec et de couleur rouge, le Cerrado (qui n'est pas sans rappeler les Hauts plateaux malgaches). Nous sommes actuellement en période sèche et cela se voit, la végétation nous rappelle celle des régions sèches de l'océan Indien ; on retrouve en ville les mêmes arbres cultivés (Flamboyant, Manguier, Bougainvillier, Frangipanier, Bois Noir …). La visite de la ville est prévue pour plus tard.

Notre participation à l'ouverture officielle de la 34ème session

L'ouverture de la 34 ème session du comité UNESCO du Patrimoine mondial s'est déroulée au Théâtre National de Brasília à 18 heures (peu après l'heure de notre arrivée dans cette ville). Cette séance d'ouverture a été marquée par un spectacle sur les richesses naturelles et culturelles du Brésil et sur des discours de bienvenue.

Le spectacle, conduit par un excellent maître de cérémonie (un "fou du roi" tournant le sérieux à la dérision), a été grandiose avec une volonté délibérée de faire passer plusieurs messages : la diversité du Brésil (extraits de films) et également son unicité, le besoin d'assurer la relève culturelle (présence de "granmouns", d'adultes et de d'enfants). Il a été montré, dans un seul spectacle, les différents styles musicaux du Brésil (Samba, ambiance carnaval, musiques populaires (notamment Milton Nascimento et le groupe Ponto de Partida), les "guerriers de la culture" avec le Ballet Folklorique de l'État de Bahia…). Nous avons eu également l'occasion de relever des points communs avec notre île lors de la prestation remarquée d'un joueur de birimbao (l'équivalent de notre bobre) et des chansons et danses rappelant étrangement par leur rythme et leur chorégraphie le maloya et le moringue (un chanteur lance une mélodie qui est répétée par les autres).
 
Les discours d'ouverture ont été faits à la fois par les officiels - la Vice-Gouverneur du District fédéral de Brasilia, la Directrice générale de l'Unesco Irina Bokanova, le Ministre de la Culture du Brésil, Président du Comité du Patrmoine mondial -  et par les représentants de la jeunesse (une sélection de jeunes des différents pays latino-américains). Au delà des messages de bienvenue, les fondamentaux du Patrimoine mondial ont été rappelés (fraternité entre les Hommes, besoin de paix, importance de la multiculturalité, des échanges entre les Hommes, de la transmission patrimoniale). La question posée est : "comment faire pour que ce patrimoine naturel et culturel réparti sur toute la planète ne disparaisse pas ?" Un des éléments de réponse est le rôle des nouvelles générations. Le discours du groupe de jeunes des pays d'Amérique du Sud a été édifiant sur ce point, ainsi que le travail de transmission du Patrimoine qui semble avoir été fait au Brésil. Tout la cérémonie, discours comme spectacle a été basée sur la jeunesse.

de g à d : Daniel Gonthier, président du parc national, Olivier  Robinet, directeur du parc, Tim Badman, expert de l'UICN, Julia  Marton-Lefevre, directrice Générale de l'IUCN, Hubert de Canson, chef de la délégation française.
de g à d : Daniel Gonthier, président du parc national, Olivier Robinet, directeur du parc, Tim Badman, expert de l'UICN, Julia Marton-Lefevre, directrice Générale de l'IUCN, Hubert de Canson, chef de la délégation française.
Les premiers contacts pour l'appui de notre candidature

Des contacts nombreux ont eu lieu dès la première journée à Brasilia, notamment avec :
- UICN monde : Julia Marton-Lefevre (Directrice générale), Tim Badman (qui a expertisé le dossier de La Réunion et va le présenter en séance), Brian Thomson (chargé de la communication).
- Délégation française auprès de l'Unesco : Hubert de Canson (Chef de la délégation française), un rendez-vous de travail a eu lieu avec lui lundi en début d'après midi.
- Ambassadeur de France au Brésil, Yves Saint-Geours.
- Mairie d'Albi : Philippe Bonnecarrère, maire d'Albi   (Albi est l'autre candidate au Patrimoine mondial présentée par la France).
- Déléguée permanente de Madagascar auprès de l'Unesco : Pr Irène Rabenoro (des trafics de bois précieux ont lieu dans un Bien malgache nouvellement inscrit, une amorce de collaboration entre iles de l'océan Indien a été abordé).
- Délégué permanent du Portugal auprès de l'Unesco, Fernando Guimaraes.
- Centre de recherche en écologie de Côte d'Ivoire: Dr Touao Kah Martine Tahoux (elle travaille avec Gérard Collin),
- Mairie d'Abomey au Bénin : Blaise Onésiphote Glélé Ahanhanzo (Maire d'Abomey, apportant son soutien à Albi dans le cadre de l'accord de coopération décentralisée qui existe depuis 2004 entre les deux villes.
- Programme MAB-Unesco, Natarajan Ishwaran, directeur.
- Centre du Patrimoine mondial Unesco, Mechtild Rossler, chef du département Europe.
- Centre du Patrimoine mondial Unesco, Lazare Assomo, chef du département Afrique.
- Centre du Patrimoine mondial Unesco, Guy Debonnet, chef du département des Projets.
- Association des Villes du Patrimoine mondial, Kerstin Manz, coordonnatrice.
- Association des Paysages culturels du Patrimoine mondial, secrétaire général,
- Ambassade de Bénin au Brésil : Isodore Benjamin Amédée Monsi, Ambassadeur.

Les premiers retours sont positifs, soutien des différentes délégation et sérénité de la part de l'IUCN.
Lu 4000 fois



1.Posté par Ulysse le 27/07/2010 17:42

On est encore noyé dans un grand blablabla largement inutile mais j'ai encore pas compris à quoi ça sert que ces huit personnes soient allés passer 1 semaine au Brésil (combien de jours exactement ?).
Huit hommes et pas une seule femme ? Sont machos ou quoi ?

2.Posté par Citoyen le 27/07/2010 20:13

c'est à ça que servent NOS IMPOTS ? à aider nos CHERS élus à aller BAT'Carré au Brésil?

il serait intéressant de vérifier QUELS DIPLOMES ont ces gens qui sont nommés à ces potes

vérifions aussi DANS QUELS HOTELS LUXUEUX ils ont confortablement dormi.

et Mme COUAPEL-SAURET, elle en pense quoi de cette délégation composée de très nombreuses personnes? soit disant elle qui est "ANTI GASPI" ?

mme COUAPEL, nous attendons impatiemment votre avis sur ce gaspillage d'argent public.

3.Posté par Citoyen 2, le Retour le 27/07/2010 20:30

"la journée "shopping" du samedi à Paris"

"L'ambiance dans le groupe est excellente"

"Air-France a tout fait pour faciliter notre voyage "

"surclassement d'une partie d'entre nous"

"chambre d'hôtel à Paris"

"Cet apport a été très apprécié par l'ensemble de la délégation"

"La visite de la ville est prévue pour plus tard"



hééééééééé bien messieurs ! vous avez raison : faut pas se gêner ! on s'amuse mieux quand c'est l'argent des autres ! allez, gavez vous, sur le dos des contribuables !

4.Posté par Korkovado le 27/07/2010 21:50

Comment ça, Saint-Louis n'est pas à l'origine d'une délégation pour le Brésil ?
...

5.Posté par Fabrice le 27/07/2010 22:18

Que des commentaires negatifs, empreints de beaucoup de jalousie et de beaucoup d'ignorance
A vous ecouter, cette session du comité UNESCO du Patrimoine mondial ne serait qu'une perte de temps ..... que des conneries, qu'une occasion de faire la fete. Le patrimoine mondial?? Rien a foutre!
Citoyen de mes deux...oui! lol

6.Posté par michel ravine blanche saint pierre le 27/07/2010 23:07

Cela un fait rappeler une belle escapade, un groupe soudé, un bel hôtel...Mois de juin 2010, Knysna....et ils rentrèrent bredouille et couvert de honte....!!! Est ce que Air France a prévu le retour????
En espérant que la candidature "Péi" sera retenu !!!

7.Posté par Oeil-de-Lynx le 28/07/2010 07:31

Je confirme au post 1 qu'en découvrant la photo et avant même de lire l'article, j'ai tout de suite été frappé par le nombre important de membres de la délégation : 8, et pas une seule femme.
Ils sont tous machistes ou homosexuels. Ou alors, il n'y a pas à la Réunion des femmes ou des jeunes filles dignes et capables de représenter notre île à Brasilia.

8.Posté par patrick.chan le 28/07/2010 07:48

Mêmes remarques que les posts précédents. Ils sont tous satisfaits d'être traités comme des VIP, c'est tout ce qui les intéresse. On dirait le sarko-show ou le Verges-tour. L'intérêt de La Réunion là-dedans est inexistant. J'ai vomi dans ma bouche à la lecture de l'article. Bon je retourne bosser, pour nourrir ces parasites vie mes impôts.

9.Posté par Pêche-Cavale le 28/07/2010 07:58

Pourquoi ne pas nous montrez la délégation Réunionnaise en entier? ce ne sont pas que huit personnes à être parties là-bas, ce qui coutera certainement sa sélection au patrimoine mondial de l'UNESCO, tant cette sur-enchère a déplu. J'ai entendu parler de 22 personnes? si c'est le cas que l'on nous explique leur impérieuse nécessité.
Pour Fabrice post 5, il n'est pas question de jalousie ni d'ignorance, posez vous la question du coût d'un tel voyage avec tout un troupeau hors qu'il aurait suffit de 3 ou 4 personnes pour représenter la Réunion. Mais peut-être faites vous parti du troupeau?
Au fait, est-il prévu un "stop-over" à Cancun pour se remettre de leur émotion?

10.Posté par Baya Monrovia le 28/07/2010 09:25

On remarquera au passage l'absence de femmes. Fabienne Couapel-Sauret a-t-elle été écartée ? Quel que soit le résultat de la candidature réunionnaise, cette délégation respire le grand n'importe quoi. Profitez bien. Na in zour i apèl demin.

11.Posté par Cambronne le 28/07/2010 10:43

2.Posté par Citoyen le 27/07/2010 20:13
Vous voulez rire maintenant que ces humanistes sont au manettes ils vont pas cracher dans la soupe ...
il est clair que pour l'instant, nous n'avons pas eu un seul défenseur intervenant humaniste , venir nous expliquer en quoi le pastiche Unesco , va apporter plus de travail et générer plus d'économie pour la Réunion de demain vous avez vu le pôle emploi vient encore de voir une augmentation exponentielle , jusqu'où vont ils conduire le carnage ...

12.Posté par Gilles le 28/07/2010 21:46

Incroyable mais vrai !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 19 Novembre 2017 - 13:37 La route du littoral ouverte à la circulation