Politique

"La cure d'austérité" budgétaire ne plaît pas aux socialistes tamponnais


"La cure d'austérité" budgétaire ne plaît pas aux socialistes tamponnais
L'opposition socialiste du Tampon monte au créneau pour dénoncer la "supercherie" que constitue selon elle le retour à l'équilibre du budget de la collectivité. Isabelle Musso, conseillère municipale du groupe socialiste, offre sa lecture des événements.

"La presse a montré un maire suffisant et satisfait d'un retour à l'équilibre du budget communal. Si la situation n'avait pas de conséquences aussi dramatiques pour les Tamponnais, nous pourrions en rire tant le ridicule l'emporte sur la réalité", commence-t-elle.

"Le budget du Tampon à l'équilibre : c'est une supercherie car ce résultat est la conséquence d'une cure d'austérité et d'arrêt des tous les services et dispositifs en place dans la commune. Tout le long de l'année 2012, les Tamponnais ont vu s'arrêter à peu près tout : bons aux livres pour les lycéens, bourse pour les voyages scolaires, prix de l'entrée à Florilèges et Miel Vert, triplement du prix de la cantine, arrêt de la publication papier du Tampon-magazine, arrêt des séances de la commission d'appel d'offres, des services communaux figés dans l'inquiétude et l'attente, crise dans de nombreuses structures associatives du Tampon", énumère-t-elle.

"Cette potion amère risque de continuer"

Cette sortie offensive fait écho à la conférence de presse organisée ce lundi par le maire du Tampon, Paulet Payet, qui se félicitait du redressement des comptes publics de sa commune. Un redressement d'autant plus louable selon Paulet Payet qu'il a été rendu possible avec une augmentation des impôts de 6%, "alors que nos détracteurs avaient prédit des taux oscillants entre 30 et 40%".

Isabelle Musso n'en démord pas. "Tous les investissements prévus sont renvoyés aux années suivantes. Le faible nombre de réalisations au Tampon est patent comparé à la plupart des communes de l'île de cette taille. Les investissement choisis sont loin d'être judicieux ou peu réussis comme ceux des grands kiosques, des rénovations scolaires, de la Place de la Libération". Pour l'opposition, "cette potion amère risque de continuer".
Vendredi 1 Mars 2013 - 10:55
LG
Lu 1788 fois




1.Posté par Zarin le 01/03/2013 11:43
Raymond Barre n'est pas inconnu !
(A creuser !)

2.Posté par Didam le 01/03/2013 13:20
Et alors, Morue? Tu penses que c'est indispensable de dépenser de l'argent dans des magasines que personne ne lit et dans des fêtes alors que la commune n'a pas d'argent? En temps de crise, on va à l'essentiel...

3.Posté par pouake le 01/03/2013 20:01
a didam ,tu n'as pas due aller à l’école trop loin , ton niveau de langages envers les femmes montre à quel point tu doit être impitoyable a voir ,ce quel dit c"est la pure vérité ,plus ne s'est fait au tampon au détriment des Tamponnais ,iln'y a que des trous du c!!! comme toi pour penser le contraire

4.Posté par un trouduc de plus le 02/03/2013 14:42
Post 3 en matière de formation scolaire vous me semblez bien mal placé pour faire des remontrances à Didam. Si vous en avez les moyens usez d'un dictionnaire pour écrire ! Quant à votre dernière gentillesse sur laquelle je poste mon pseudo, je suis parfaitement d'accord avec Didam pour trouver DECENT de faire des économies sur un magazine qui nous coutait bien trop cher pour une information inintéressante et largement obsolète lorsqu'elle paraissait ! Enfin Mme Musso reproche au Maire l'augmentation des repas de cantine. Soyons sérieux quand les enfants mangent chez eux le prix d'un repas est sinon supérieur, il est largement égal à celui payé en cantine. Et ne nous dites pas que les enfants ne mangent pas à leur faim chez eux. Je crois que nos finances ne nous permettent plus et depuis longtemps de jouer les bons samaritains à l'égard de tous. Que les repas soient à un prix raisonnable d'accord mais que cela frise la gratuité soyons sérieux. Si le prix était exagéré on ne verrait pas de nombreuses mères de familles qui ne travaillent pas laisser leurs enfants à la cantine si elles n'y trouvaient pas avantage. Je n'émets pas une critique négative sur ce dernier point mais un constat ! Quant aux investissements reportés ce n'est pas une catastrophe. Le coût des intérêts de l'emprunt mérite largement qu'on s'attelle au remboursement de nos dettes. Les économies ainsi faites permettront de plus nombreux investissements le temps venu. La patience est une qualité qu'il est urgent de mettre en oeuvre pour un meilleur avenir !

5.Posté par Didam le 02/03/2013 19:05
Le plus grave c'est que les gens ne semblent pas avoir compris que ce n'est que le début, que les impôts vont continuer d'augmenter, les aides sociales de baisser, les subventions de l'Etat aux collectivités locales de même, que ça va durer encore des années, 3, 5, 10 ans, on ne sait même pas, tant les perspectives économiques sont incertaines ; et il y en a qui trouvent scandaleux qu'on augmente le prix déjà symbolique d'un repas ultrasubventionné de 10 centimes ; même d'un euro ça ne change rien. Ce que vous n'avez pas compris c'est que ça continuera ainsi. Pareil pour l'essence, pas la peine de crier "ouaille" et d'engueuler le Préfet parce que le gazole augmente de 10 centimes. Ca continuera ainsi parce que les politiques, de droite comme de gauche, ont dépensé n'importe comment pendant les trente dernières années.

6.Posté par pouake le 03/03/2013 13:07
posté 4 je vous renvois la balle ,vous connaissez surement un rayon en trouduc

7.Posté par Critique acerbe le 04/03/2013 12:11
Je reste assez dubitatif sur le fait que les modérateurs de Zinfos974 ne modèrent pas les insultes à l'encontre des personnes. Ok pour le débat d'idées mais pouvons nous laisser des personnes à l'éducation limitée insulter à tout va ? Le poste de modérateur sur Zinfos974 serait un emploi fictif ? Quelque soit vos opinions, essayez au moins de respecter les gens ... Ce genre de comportements ca fait un peu alimentaire voir beni oui oui de la municipalité.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales