Politique

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

Hier soir, aux environs de 19 heures, la conférence Climat Energie a été officiellement ouverte en présence de Nicolas Hulot. Retour en images sur la 2ème journée de déplacement de l'envoyé spécial de François Hollande pour la protection de la planète, dans notre île.


La conférence Climat Energie officiellement ouverte
Voici le discours du président de la Région Réunion, Didier Robert:

Mesdames et messieurs, distingués invités,

Je suis particulièrement heureux de pouvoir vous accueillir ici à l'occasion de cette Conférence Internationale sur les Iles et le changement climatique.
Je voudrais vous souhaiter une nouvelle fois la bienvenue à tous. Je voudrais aussi adresser mes plus vifs remerciements au Président du Climate Group, Mark KENBER, saluer et remercier Nicolas BARITO, représentant du R20, partenaire également de cette conférence.

Saluer encore nos amis du groupe Akuo Energy, de NRG 4 SD, ceux du groupe DCNS et de l'IUCN, organisation à laquelle nous avons souhaité également intégrer, une demande en ce sens est en cours de finalisation. Je veux bien sûr aussi souligner la présence à nos côtés de Nicolas HULOT, envoyé spécial pour la protection de la planète.

Permettez moi encore une mention particulière pour Mélanie LAURENT, Cyrille DION et toute l'équipe de tournage du film « Demain » qui sera
sans aucun doute une superbe réalisation, l'occasion de mettre en avant les meilleurs exemples de réussites ici et dans le monde entier sur tous ces
sujets qui nous rassemblent pendant ces quelques jours.

22 ans après le sommet de la terre à Rio, après toutes les prises de parole, les engagements pris, ceux tenus et ceux non respectés, après les évolutions remarquées dans tel ou tel pays, après le refus aussi de valider tel ou tel programme, après beaucoup d'enthousiasme et d'énergies déployées... des progrès certains ont été au final réalisés.

Mais, pour reprendre des propos tenus par d'autres avant moi: notre maison brûle toujours. Ce qui a incontestablement changé depuis, c'est très certainement une prise de conscience mieux partagée, une plus forte mobilisation des acteurs, publics, privés, associatifs, une mobilisation citoyenne plus sensible...mais le chemin à parcourir apparaît encore bien long, sinueux et parsemé de difficultés.

Nous ne sommes pas ici exempts de toutes critiques, loin s'en faut. Notre facture énergétique représente chaque année à La Réunion plus de 800 millions d'euros d'équivalent pétrole ou charbon. Notre taux de dépendance énergétique dépasse les 85 %. Nous construisons des ports, de nouvelles routes, nous agrandissons nos aéroports, construisons de nouveaux logements, des écoles, des collèges, des lycées. Les Réunionnais se déplacent beaucoup, chacun avec sa voiture. Ils voyagent en dehors de l'île beaucoup plus qu'avant.

Nous sommes ici comme sur l'ensemble de la planète, engagés depuis des décennies dans un processus et une course en avant rythmée entre consommation et accumulation.

Ces avancées, puisqu'il faut bien l'évoquer ainsi, étaient et restent nécessaires pour beaucoup d'entre elles ou en tout cas, difficilement toutes négociables en l'état. Mais nous aurions pu par contre les réaliser différemment !

En tant que responsable politique, avec d'autres aujourd'hui, d'autres avant moi, je suis déterminé à tout mettre en oeuvre sur ce sujet et à notre niveau
pour, progressivement, gommer les erreurs du passé (parce qu'il y en a eu et il y en a eu beaucoup ) et intégrer de manière systématique à la réflexion
la dimension durable de l'action, pour nous et pour les générations futures.

C'est très exactement ce que nous faisons pour chacun des projets engagés ici sur notre territoire. Sortir des beaux discours et des belles paroles pour se situer délibérément dans l'action. C'est ce que nous nous évertuons à faire. Sur ces questions, nous nous sommes clairement positionnés sur deux grandes orientations.

D'abord un investissement public important dans le développement des technologies innovantes. C'est un choix délibéré. Une politique de proximité ensuite auprès du plus grand nombre de Réunionnais avec comme objectif de parvenir à une réelle appropriation collective des enjeux et des solutions.

I / D'abord, l'investissement :
A titre d'exemple, les projets SWAC et ETM, qui vous seront présentés, ont déjà mobilisé de lourds investissements pour le développement des énergies marines, énergie de la houle et énergie thermique des mers. Nous sommes, sur cette question, en phase d'expérimentation avancée. Notre île compte aujourd'hui une centaine de fermes photovoltaïques, plus de 2700 panneaux installés chez des particuliers, 125 000 chauffe-eau solaires individuels, près de 28 000 m2 de capteurs solaires dans les collectivités.

À ce jour, la part des énergies renouvelables dans la production d'électricité à la Réunion est de plus de 34%, un taux supérieur à la moyenne nationale et européenne. Avec l'électricité obtenue à partir du solaire, des barrages hydrauliques, de l'éolien ou encore de la biomasse, nous posons clairement notre ambition d'une Réunion de l'excellence ; nous posons clairement notre objectif d'atteindre l'autonomie énergétique en 2030.

Et pour cela, nous mobilisons chaque année une part importante des budgets européens, nationaux et régionaux pour pouvoir atteindre cet objectif.

II/ Dans le même temps, je suis, comme vous, absolument convaincu qu'il ne peut y avoir de politique environnementale sans la participation pleine
et entière des populations. La Région Réunion mène donc en parallèle une politique de proximité dans le but de sensibiliser chaque citoyen et de
l'aider à s'impliquer individuellement.

Quelques exemples concrets là encore :

Le chèque énergie : c'est une aide de 3000€ aux particuliers qui veulent s'équiper d'une centrale photovoltaïque individuelle, soit au final 50% de
l'investissement subventionné.

Le projet Millener en partenariat avec EDF et l'ADEME: pour le financement de 500 boîtiers intelligents qui permettront aux familles bénéficiaires de contrôler/adapter leur comportement énergétique ; le financement également de + de 500 batteries de stockage offertes à des particuliers équipés de panneaux photovoltaïques.

Le dispositif Eco Solidaire : c'est une subvention à hauteur de 80% pour l'installation de chauffe-eau solaires chez des familles à faibles revenus : il
y a eu à ce jour plus de 1500 bénéficiaires.

Le dispositif Énergies solidaires : grâce auquel plus de 60000 familles ont pu être mieux sensibilisées aux économies d'énergie après les interventions
et les passages chez ces familles d'une quarantaine d'ambassadeurs présents dans toutes les communes.

Les chantiers emplois verts encore qui ont permis la création de près de 10000 emplois en 4 ans. Ce dispositif a un double avantage : l'entretien et
l'embellissement des espaces naturels, des aires de pique-nique, des sentiers de randonnées en intégrant une réelle politique d'insertion sociale
et de formation professionnelle.

Dans tous ces domaines, énergies nouvelles, préservation et valorisation de notre environnement , biodiversité...les efforts de mobilisation sont ici
réels. Mais nous sommes conscients aussi que nous ne sommes en définitive, à notre niveau et à l'échelle du monde, qu'au début d'une nouvelle ère, une
société nouvelle que nous participons à construire.

Je fais partie de ceux qui considèrent que nous n'avons évidemment pas d'autre alternative et que l'imagination de nos meilleurs ingénieurs, techniciens, penseurs, philosophes, sociologues, experts en tous genres... doit être mise au service de cette formidable révolution pour un monde nécessairement différent et, je le crois, meilleur.

Pour terminer, je rappellerais que la conférence internationale qui nous rassemble aujourd'hui est une occasion particulière et forte de faire entendre la voix des territoires insulaires, de toutes ces petites îles qui se retrouvent finalement aux premières loges des effets du changement climatique.

Je vous souhaite à tous d'excellents travaux et je vous remercie de votre attention.

Didier Robert

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte

La conférence Climat Energie officiellement ouverte
Mercredi 25 Juin 2014 - 06:42
Lu 879 fois




1.Posté par JD974 le 25/06/2014 10:15
Or, une découverte absolument hallucinante vient d’être faite aux États-Unis par les sceptiques des théories du réchauffement. Accrochez-vous, c’est du lourd !

Les données météo américaines du XXe siècle qui ont été utilisées pour« prouver » le réchauffement ont été… fabriquées de toutes pièces !!!

Oui, vous avez bien lu !

Arguant que « les données mesurées ne sont pas fiables et qu’il faut les corriger par un modèle informatique », les « scientifiques » du GISS ont un beau jour (trop ensoleillé ?) décidé de directement EFFACER les données capturées sur des THERMOMÈTRES pendant un siècle, pour les remplacer par des« données » issues d’un algorithme sorti de leurs mains !


Ça vous paraît énorme ? C’est pourtant exactement ce qui s’est passé !


Voici une courbe représentant les changements de température aux USA au XXe siècle tels qu’ils étaient indiqués avant 1999 sur le site du GISS :

Et voici maintenant la « même » courbe des « mêmes » changements de température, telle qu’elle est présentée aujourd’hui :


Nous sommes donc en présence d’une manipulation tellement visible qu’elle en devient – comme La Lettre Volée d’Edgar Allan Poe – indétectable, inimaginable.

Il est amusant d’observer les subterfuges par lesquels passent les« scientifiques » pour étayer leurs thèses, non ?

2.Posté par Bofbof le 25/06/2014 14:05
C'est bizarre, la Réunion vue d'en haut... il y a les golfs là où c'est sec, et les panneaux solaires là où ça se couvre déjà le matin.
Si on veut visiter cette île il faut dépenser 600 litres de kérosène, plus 100 environ pour ceux qui font le survol par hélicoptère, par siège. Le survol de l'île augmente donc l'impact énergétique de plus de 15%.

Si on ne va sur l'île qu'une courte période, le chauffage évité en métropole ne compense pas le kérosène avion, l'équilibre ne se fait que pour des gens y allant plus de 3 mois, en congés exceptionnel...
Le survol de l'île avec 50 vols par jour cumulés correspond à l'utilisation au quotidien de 25000 voitures environ, tout en faisant dans les hauts des nuisances sonores non négligeables qui obligent à construire insonorisé et retire la motivation de la découverte pédestre de la nature, au longs sejours sur place qui permettent de jouir d'un lieu sans dépenser un max d'énergie: randonnez donc le matin au soleil dans les cirques pour constater que ce tourisme là est condamné.
Comme les choses se font, le tourisme à la Réunion est lourd énergétiquement.
Bref, pour le tourisme, il faudrait des séjours longs avec une installation fixe dans une chambre ou hotel, plus les trajets en bus associés aux ballades pédestres. Tout le contraire de prevoir de faire visiter en 3 jours avec le survol helicos, et de se faire déposer a brûlé marron pour faire une partie de golf... meme si les chinois ou africains viennent de moins loin en avion...

Pour les transports, il faudrait compter sur le tram train, associé à des taxis collectifs, des navettes, des bus, des funiculaires et tout faire pour éviter que ce soit en voiture que l'on se déplace, tout faire pour que la nature, l'air et la santé ne soient pas si loin et si difficiles d'accès qu'on soit obligé d'utiliser une voiture pour s'y rendre et surtout que on puisse s'en passer pour vivre une vie sociale admirable, pour suivre son idéal social.

Tout ça nous le savons, c'est juste que nous ne voulons pas sortir de ce schéma de croissance économique associée au gaspillage d'énergie saupoudré de corruption pour détourner l'argent qui sert à consommer plus, encore plus, que nous ne voulons pas renoncer à certains acquis égoïste de notre société, telle la voiture individuelle qui rend cher de seulement survivre...

Nous en sommes loin, loin de se préparer à vivre dans un endroit organisé sur l'efficacité plutôt que sur le gaspillage et l'individualisme...

3.Posté par jean le 25/06/2014 14:16
Si on se focalise seulement sur le co2 et le réchauffement climatique... on se trompe totalement de débat, on fera tout autant de nuisances au quotidien et quasi autant de dégât sur nos vies en diposant d'une énergie propre... réfléchissez! Bon sang!
Que la mer monte de 200m, qu'il fasse 13 degres de plus en moyenne, qu'on trouve l'arbre à pain au cercle polaire... ça s'est déjà produit...
La nuisance qui détruit le bonheur de vivre est ailleurs...

4.Posté par La rédactrice le 25/06/2014 16:08
Bonjour,

La Région envisage de diversifier les différentes ressources propres de notre île, utiliser la chaleur même de la terre, les rayons solaires, l'eau, la force du vent...
Notre planète, notre île s'assainira que si chacun apporte leur contribution. Nous devons tous être sensible à cette problématique. Travailler ensemble coopérer.

5.Posté par jean le 26/06/2014 14:53
La veritable ressource de l'île, c'est peut être bien la chaleur humaine affective qui évite les frustrations existencielles (ces frustrations de pas vivre d'amour qui augmente l'addiction à la consommation à la compétition et toutes ses formes de gaspillage dans le vouloir faire plus pour avoir plus finalement en toutes sortes de produits futiles et de narcissisme par les objets ostentatoires possédés tels les voitures inutilement surpuissante ou le bling bling). C'est aussi le contact avec la nature zoizo forets calmes eau air paysages, MAIS AUSSI NATURE HUMAINE que le vouloir exploiter tourisme-fric dégrade en tous point, en arnaquant par le futile et la fausse sympathie, mais aussi en provoquant des nuisances pollution, pollution sonore...
Dans les bas renouer avec la douceur de vivre et le calme semble bien difficile, et dans les hauts, cette notion fondamentale est menacée par un tourisme "De masse" qui détruit précisément ce qui fait la valeur de TOUT ici...
La croissance du gaspillage énergétique encore couplé à la croissance économique, seul moyen de survie... est en fait la sublimation d'un but encore plus essentiel que douceur de vivre, chaleur humaine ainsi que la sécurité vivre et non survivre gagnée de la technologie peuvent apporter: LA CROISSANCE SPIRITUELLE pour peu que nous nous n'ayons pas peur... de nos sentiments et besoins affectifs réels!

C'est pourquoi nous devons préserver des "lieux havres de paix et détente" et la "douceur de vivre" car sans calme, sans paix, dans le bruit et la, compétition, on en reste à vivre avec pour seule issue la survie par la croissance, que la planète ne supporte plus dans la version "gaspillage"...

La source d'énergie la plus miraculeuse qu'on puisse trouver est si simple... retrouver contact avec la nature, marcher, se baigner, ecouter le murmure, et oser se prendre dans les bras, oser s'aimer tel, que nous sommes sans vouloir coller aux idéaux culturels ou religieux, oser être curieux et émotifs, comme des enfants!

C'est... enfantin!

Tout le reste, c'est du bla bla, de la fuite en avant et du gaspillage... pour compenser ce que l'on détruit.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales