Santé

La clinique Saint-Vincent met en place une unité pour les patients diabétiques



La clinique Saint-Vincent, du groupe de santé Clinifutur, a opté pour la mise en place au sein de son établissement d'une unité de prise en charge du patient diabétique. "Ce type de prise en charge en milieu hospitalier et clinique existe déjà, mais on répond à un véritable manque dans le Nord-Est de l'île", souligne le directeur de la clinique, Luc Triboulet (voir la vidéo).

L'idée d'une hospitalisation sur cinq jours peut faire peur, mais l'encadrement insiste sur le fait qu'il s'agit d'une véritable prise en charge du patient destinée à acquérir des connaissances sur la maladie et son traitement. Pendant cinq jours, les patients vont donc, par exemple, apprendre à détecter les signes d'hypoglycémie, à effectuer les premiers gestes en cas de plaie ou à adapter leur alimentation…

"C'est très intéressant. J'aurais aimé qu'on m'aide ainsi dès le départ de la découverte de mon diabète", indique Michel, diabétique depuis 15 ans. La clinique, située à Saint-Denis, propose ainsi des consultations individuelles, des ateliers d'éducation thérapeutique en groupe ou en individuel, des supports pédagogiques et un plateau technique de qualité.

Rencontrer tous les professionnels de santé en cinq jours

Depuis dix ans, Bernadette vit avec son diabète : "Il a fallu que je tombe malade pour que je prenne conscience de la maladie. Sinon, on sent rien. Cette semaine, j'ai appris à mieux équilibrer mes repas, a trouver une pratique sportive adaptée et à gérer mes médicaments…", explique-t-elle. Bernadette a particulièrement apprécié le fait de pouvoir rencontrer, en l'espace d'une semaine, un diabétologue, un cardiologue, un diététicien ou encore un ophtalmologue.

Axel est un peu ému : "Depuis 15 ans, je sais que j'ai le diabète. Après cette semaine de prise en charge, je retrouve le moral. Je suis motivé, j'ai envie d'avancer : Avant je mangeais n'importe comment, tout ce que je trouvais dans le frigo. Maintenant je vais faire attention… et je vais marcher aussi, trois fois par semaine !", est-il fier d'annoncer.

Une hospitalisation prise en charge par la sécu

Ces cinq journées d'hospitalisation sont prises en charge par la sécurité sociale. Les patients concernés peuvent aussi bien être des patients nouvellement diabétiques que des patients diabétiques équilibrés en demande d'éducation, des patients diabétiques avec déséquilibre chronique du diabète ou encore des patients donc le diabète est déséquilibré suite à une complication aiguë.

"Je me force à mettre ma voiture de côté et à marcher trois fois par semaine. Mon diabète s'est stabilisé. Moi c'est un vieux diabète", souligne Chantal, qui vit avec la maladie depuis une trentaine d'années. En face d'elle, il y a Marie (prénom d'emprunt) : "J'ai appris que je suis diabétique il y a une semaine. Je vais essayer de suivre au mieux les consignes que les spécialistes m'ont données cette semaine. Je vais aussi essayer de reprendre le sport !"

Après ces 5 journées de prise en charge, des engagements sont pris par les patients. Ces derniers sont alors guidés vers les associations et réseaux de patients diabétiques tels que Reucare et la Maison du Diabète qui pourront les aider tout au long de l'année à maintenir leurs efforts.

*La vidéo rencontre quelques soucis au niveau du son, nous nous excusons de ce désagrément.
Lundi 7 Février 2011 - 14:07
Melanie Roddier
Lu 2529 fois




1.Posté par noe974 le 07/02/2011 14:46
Très bonne initiative pour nos amis diabétiques .
Leur prise en charge sera facilitée .


2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 07/02/2011 22:34
le service public ne pouvait il pas le faire ?

3.Posté par le congo chez tintin le 08/02/2011 09:54
ça se fait depuis des années à Bellepierre, avec le succès que l'on sait...pas étonnant que le secteur privé s'intéresse à cette pompe à fric, on a déjà eu les assocs d'alimentaires depuis quelques années ou les Rmistes diabétiques sont fortement invités à aller faire un stage qui font aussi dans ce domaine !

on "éduque" en quelques jours un patient, on lui sert la bouffe qu'il faut donc bons résultats, on explique aux rmistes qu'il faut bien manger, surtout des légumes alors qu'ils ont pas de fric.., on lui bourre le crane en disant qu'il est autonome même si analphabète et QI à 60 histoire que la sécu fasse des économies sur le dos des infirmiers....quelques années après ça ne loupe pas..une patte en moins, la dialyse ou un AVC !

4.Posté par Z'embroKaf le 08/02/2011 10:50
"Clinifutur"...est une pompe à fric...!!! les hôpitaux public, celui de St Pierre que je connais, font du bon boulot....quand on connait le nombre de diabétique à la Réunion...il faut élargir les parts de marché!!!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales