ZinfosBlog

La chute du vice Premier ministre et ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun


La chute du vice Premier ministre et ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun
Nos Zorros de la presse ont encore frappé. Le journal l'Express du groupe la Sentinelle et ses journalistes vedettes viennent de créer une nouvelle forme de journalisme. Un méli-mélo de spectacle, de mise en scène et de mélange des genres. Après avoir eu la peau de l'Attorney General dans une parodie d'enquête d'investigation montée en mayonnaise. Cette fois-ci c'est la démission du vice Premier ministre dont les propos à connotations racistes ont été "divulgués" non pas dans leur journal mais aux oreilles du Premier ministre lors d'une visite de courtoisie entre "gentlemen".

C'est Xavier Duval, le leader de l'opposition qui aurait remis de son propre aveu la vidéo compromettante aux journalistes de la Sentinelle. Qui, ce sont empressés de rencontrer le Premier ministre pour lui en parler. On n'a pas fait mieux comme bourriques ! 

Le vice Premier ministre, ministre du Logement et des Terres Showkutally Soodhun lors d’une réunion à son bureau en juillet, avait rencontré des habitants qui s'opposaient à la construction de logements sociaux et qui ont exprimé leurs craintes d’une augmentation de la criminalité dans leur quartier.

Cette rencontre a été enregistrée en caméra cachée. On voit et entend Soodhun qui n’aurait rien trouvé de mieux que de rebondir sur leurs propos à fort relent communautaire et sectaire. Dans une surenchère et un excès qui lui sont propres, il fait la promesse que les Kréols ne bénéficieront pas de ces logements sociaux, les associant à la prolifération de la drogue et de la prostitution. Un raccourci court et facile à la limite de l'indigestion. 

Il poursuit en affirmant que 90 % de ces logements seraient octroyés à un groupe ethnique semblable au leur (hindous). Outre cette garantie, il leur a aussi déclaré que ces personnes devraient disposer de revenus mensuels qui seraient une preuve qu’elles seront issues d’une "certaine classe sociale". 

Face à cette succession de propos qui puent le racisme et la discrimination pouvant inciter à la haine raciale, les leaders des différents partis de l’opposition ont réclamé à l’unanimité la démission du numéro 4 du gouvernement. 

Si Soodhun continuait à clamer comme un cri dans le désert à qui veut l'entendre : "Non, je ne suis pas un raciste!". Entre-temps la fronde et la solidarité con-fraternelle des membres du gouvernement s’est organisée. La bande de bras cassés n'a pas déçu. 

Ivan Collendavelloo ministre de l'Energie tient pour responsable, la personne qui a rendu la vidéo publique. Ça ose tout, même le ridicule!
"Celui qui inn pren sa bande la inn fané en public , c’est li ki responsable".

"En tant que ministre", Prem Koonjoo ministre de l'économie Océanique se dit solidaire de son collègue Soodhun mais ne se prononce pas sur les propos racistes.

Etienne Sinatambou ministre de l'Environnement approuve son collègue à l’Energie. "Ivan a raison de dire que ceux qui propagent les vidéos, vraies ou non je ne sais pas, incitent à la haine raciale". En concluant "il n’y a pas de cas Soodhun, mais une enquête".

Le Cardinal Maurice Piat s’est rendu au bureau du Premier ministre. L’homme d’Églises n’a rien voulu révéler sur sa conversation avec le petit Pravind. Mais il semblerait que le Premier ministre a reçu une raclée verbale qu'il n'est pas prêt d'oublier, l'obligeant à précipiter une rencontre avec la presse hier vendredi en fin de journée pour évoquer la démission de son ministre. Un exercice qui lui est familier.  

Une série d'emmerdes qui provoque la pitié. 

Entre ses propres déboires judiciaires, Showkutally Soodhun est le deuxième ministre et troisième membre du gouvernement à devoir soumettre sa démission après un scandale. Le premier a été Raj Dayal, ancien ministre de l’Environnement accusé dans l’affaire Bal Kouler. Dayal qui avait l'idée grandiose à l'occasion de Diwali de lâcher sur nos tronches des balles de couleurs et le tout par hélicoptère. 

Ensuite Ravi Yerrigadoo, qui a démissionné de son poste d’Attorney General après l’affaire de blanchiment d’argent. Il y a eu également la démission de Roshi Badhain, ministre de la Bonne Gouvernance qui a provoqué des partielles anticipées pour le mois de décembre de cette année dans la circonscription n18. Le ministre des finances Lutchmeenaradoo, adepte de méditation contemplative, empêtré dans une affaire d’un prêt de 1,1 million d’euros accordé par la State Bank of Mauritius et ses investissements dans l'or qui s'est vu confié suite à ses talents de magicien (délicatement blanchi, lessivé de tout soupçon) aux affaires étrangères. 

Sans compter la mise à pied récente du député Tarolah qui s'est filmé le petit zoizeau à l'air en pleine séance parlementaire. La liste est longue et non exhaustive.

Soodhun, celui qui s'est dit prêt à «travay esclave pou SAJ la nuit ek li zour, même si li bat mwa, li zour mwa, maltraite mwa. Gouvernement pou kit mwa mé zamais mo pou kit li.» aux dernières nouvelles était dans l'avion en partance vers Dubai dans la soirée de vendredi pour s'occuper d'une mission liée à son ancienne fonction. Sans avoir préalablement menacer d'une probable démission en tant que député et « de révéler des choses». 

À lire sur le blog de La Mauricienne le portrait de Showcutally Soodhun "Sur la tête de ma mère". Avril 2017



Suivez le Zinfos Blog de la Mauricienne.
Samedi 11 Novembre 2017 - 00:55
La Mauricienne
Lu 537 fois




1.Posté par A mon avis le 13/11/2017 22:59

Le communautarisme mauricien dans toute sa splendeur !

Avec le Cardinal Piat qui s'érige en représentant de la communauté créole, en allant parler au Premier ministre !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >