Faits-divers

La brute, l’irresponsable et la proie : Cette terrible violence familiale !

Tribunal correctionnel de Saint-Pierre, le 6 mars 2014:


La brute, l’irresponsable et la proie : Cette terrible violence familiale !
Je ne citerai pas le nom de cette jeune mère accusée de violences aggravées sur sa propre fille. Le tribunal lui a donné une vraie chance de se reconstruire et ses remords ont paru sincères à tous.
 
Je ne citerai pas plus celui de la victime, 13 ans.
 
En revanche, je nommerai un vrai salaud, le sieur Imache, le ti-père, plus coupable que sa compagne et qui a sévèrement brutalisé la gamine. Trop peu courageux pour assumer ses responsabilités (il n’est fort que face aux faibles), il est en cavale et activement recherché.
 
Marlène (pseudonyme), 29 ans, a grandi dans une famille où la violence était quotidienne. Elle a grandi dans une atmosphère d’alcool, de coups, de brutalités diverses sur lesquelles nous ne attarderons pas. Son premier enfant, elle le conçoit, si on peut appeler ça comme ça, à 13 ans à peine. Quand on les voit côte à côte, sa fille et elle, on pourrait dire deux jeunes sœurs. Sauf que l’une porte sur le visage l’incompréhension totale de ce qui lui arrive, qui l’a obligée à porter plainte contre sa mère.
 
La jeune maman, devenue femme avant qu’on lui laissât le temps d’être ado, a eu plusieurs enfants avec des compagnons de passage. Fuyant un univers familial douloureux, elle a plusieurs fois changé de domicile.
 
Comme cela est hélas trop souvent le cas, elle a reproduit sur la chair de sa chair le redoutable schéma qui avait présidé à son enfance. Les coups considérés comme normaux à partir du moment où cela devient une habitude.
 
Elle comparaissait donc pour violences aggravées. Sur le corps de la malheureuse gamine, le médecin légiste a relevé les traces, les preuves incontournables de la faute maternelle.
 
Mais avec des accents de sincérité, elle nie certains des faits qui lui sont reprochés. Si elle admet des gifles fréquentes ("parce qu’elle désobéissait et faisait des bêtises"), elle récuse sa faute concernant de gros hématomes, des traces de coups de ceinture, des reliquats de morsures, les bleus indélébiles souvenirs de coups de câbles électriques, "les coups de poing et de pied dans le ventre" !
 
On frémit en imaginant le calvaire de la pauvre souffre-douleur, un quotidien sans une once d’amour, avec la souffrance physique et morale en toile de fond permanente.
 
On comprend mieux la complexité du dossier quand la présidente Peinaud parle de la présence d’Imache, ti-père bien peu aimant, décrit comme violent et incontrôlable par l’entourage. Il aurait même mis le feu dans l’appartement familial après avoir tout cassé dans sa rage éthylo-destructrice.
 
Il aurait dû être à la barre mais le salaud a pris la clé des champs. Violent mais pas téméraire.
 
Le procureur, sensible à cette détresse, évidente de part et d’autre, n’a pas accablé la jeune maman. Plaignant la gamine obligée de porter plainte contre sa mère, l’accusateur public s’est surtout montré désireux de s’assurer que la jeune victime, plus tard, ne reproduise cette même violence "habituelle" sur ses propres enfants. Et de ne demander qu’une peine avec sursis pour permettre à la maman de changer, et à sa fille d’oublier… si cela est possible.
 
La défense est allée dans le même sens, insistant sur le rôle du ti-père qui, au lieu de jouer les éléments modérateurs, n’a eu de cesse de martyriser sa belle-fille.
 
La Cour a suivi, avec 6 mois assortis du sursis simple. Sa fille restera encore quelque temps en famille d’accueil, le temps de se persuader que sa maman, à laquelle elle semble tenir, a vraiment compris la leçon et changé d’attitude. Ce que nous voulons croire aussi.
 
En revanche, s’il y en a un à qui je conseille de se trouver un bon terrier, quelque chose comme un trou de tangue, bien enfoui quelque part, c’est le peu reluisant Imache. Parce que s’il tombe sur ce procureur-là, le jour où il comparaîtra, il ne sera pas déçu du voyage !
Vendredi 7 Mars 2014 - 10:28
Lu 1408 fois




1.Posté par inconnue le 31/05/2014 01:20
Comment brutaliser la chair de sa chair !! c " est honteux de la part d ' une mére enfin si on peut dire une mére ! vraiment honteux !!(...)

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 11:10 Route de Mafate: Un motard décédé après une chute

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales