Economie

La TVA sociale c'est quoi? La parole aux consommateurs

Pas facile de se concentrer sur une des bases de l'économie lorsque l'on a son caddie bien rempli. Si le projet du gouvernement venait à entrer en vigueur dans quelques semaines, vous paierez vos produits de consommation courante un peu plus cher à cause de la désormais fameuse TVA sociale. Mais qui peut expliquer le mécanisme de cette mesure qui divise gauche et droite. Les consommateurs réunionnais tentent d'y répondre...


La famille Laude n'y voit déjà plus très clair avec l'euro
La famille Laude n'y voit déjà plus très clair avec l'euro
 
La TVA sociale fait jaser au plus haut sommet de l'Etat, et divise hommes politiques de tout bord. Mais in fine, ce sont les consommateurs qui testeront la mesure dans leurs achats courants. Le tout dans quelques semaines, puisque le gouvernement a promis d'aller vite, avant la fin du quinquennat. Au moment de faire leurs courses, les Réunionnais semblent très peu au courant des retombées d'une telle mesure si elle venait à être adoptée. Tour d'horizon.

Sur le panel que nous avons interrogé à l'entrée et dans une grande surface de l'Ouest, le sigle semble relever du charabia. La famille Rayer est la première à dégainer. "Je ne sais pas trop", nous répond Béatrice, la maman, accompagnée de ses deux enfants. Le plus grand, sans doute un peu plus assidu aux actualités sauve la face : "ça fera augmenter les prix des produits, c'est ça ?". Un maigre indice qui aiguillera sa mère : "je trouve qu'on paye déjà assez, je pense notamment aux yaourts, enfin tout ce qui dit laitage. Nous sommes arrivés à la Réunion il y a un an et demi et c'est vrai que c'est déjà plus cher ici. Bon je ne suis pourtant pas à plaindre, mon mari est fonctionnaire, il bénéficie de 53% de vie chère, mais boucler les fins de mois c'est aussi difficile pour nous. Mais je n'ose imaginer pour les gens qui n'ont pas d'emploi. Nous vivons dans une zone où il y a des logements sociaux en face de chez nous, nous voyons tous ces gens qui auront encore plus de difficultés", poursuit Béatrice.

Les Grondin s'en sortent honorablement. Merci la maman !
Les Grondin s'en sortent honorablement. Merci la maman !
Prenant à coeur le sujet de la TVA sociale qu'elle semble pourtant découvrir, elle n'en est pas moins acerbe vis-à-vis du gouvernement: "Appauvrir les plus faibles, c'est cela que semble vouloir le gouvernement, c'est incompréhensible". Malgré ce savon passé aux ministres, il est déjà tant de s'engouffrer dans le supermarché, la raison attendra.

TVA sociale ou pas, ça reste de la TVA !

Chez la famille Grondin, la mère semble être plus au fait que le mari. "Oui, j'en ai entendu parler. Ils vont augmenter les taux de TVA". Mais pour quels objectifs demandons-nous naïvement. Le silence s'impose un instant: "Bof, la TVA, qu'elle soit sociale ou pas, ça reste de la TVA  !". Voilà pour la formule, qui a le mérite de venir du coeur. "On profite toujours sur les basses classes", conclut-elle.

Un discours qui reviendra aussi dans la bouche de la famille Turpin. "Demandez à mon mari, c'est lui qui gère les comptes à la maison", se dédouane Brigitte, mère de trois enfants. Ce qui ne l'empêchera pas de donner son sentiment: "J'ai entendu à la télé qu'on parlait de TVA sociale mais je ne sais pas à quoi ça va servir, c'est vrai. Vous avez la réponse ?". Son mari, Eric, tente tant bien que mal : "je sais qu'ils veulent faire payer plus cher les produits chinois ou indiens, enfin tout ce qui n'est pas européen, mais après…". La finalité, telle que présentée par le gouvernement, n'est en effet pas très loin de cette explication. Mais continuons notre marché...

"Les patrons profitent aussi de la délocalisation"

Gilles, la soixantaine, n'est pas pris au dépourvu, bien au contraire, "ça tombe bien on en parlait avec des amis à midi, en rigole-t-il. Il est toujours difficile de faire une analyse comme cela mais bon, je pense qu'au final on sera toujours perdant". Devant le rayon des produits frais, son avis est forcément plus subjectif. La question de la TVA sociale glisse sur le terrain politique. "Il ne faut pas s'en prendre à Sarkozy. C'est le président qui a fait le plus de réformes de toute la Vème République. Des réformes qui auraient dû être prises depuis Giscard, je pense à la maîtrise de la natalité par exemple". La France est en effet championne de la natalité européenne a-t-on pu apprendre récemment.

"Regardez mes chaussures Pierre Cardin, ça me fait penser à un ami qui me disait que ses Weston lui faisaient mal aux pieds. C'est normal, la production de ces chaussures a été délocalisée en Chine. Ils peuvent imiter mais ils n'ont pas la qualité. Mais en même temps, les entrepreneurs français profitent très très bien de la délocalisation croyez-moi, ils ne sont pas à plaindre. Cette nouvelle TVA sera difficile pour nous mais les patrons en ont bien profité en produisant à l'étranger je pense", argumente-t-il.

Les Rayer pensent à ceux qui traversent plus de difficultés à joindre les deux bouts
Les Rayer pensent à ceux qui traversent plus de difficultés à joindre les deux bouts
Au comptoir charcuterie, dans la fil d'attente, la famille Laude promet, elle, de regarder beaucoup plus attentivement les informations. "Déjà que nou paye déjà très cher avec l'euro", dira le chef de la famille Laude, "mais la TVA c'est c'que nous paye sur les produits mais mi connais pas plus" ajoutera sa femme.

Peut-être apprendront-ils que la TVA sociale, telle qu'annoncée par la porte-parole du gouvernement Valérie Précresse ce lundi, doit en effet venir augmenter les taux de TVA (taxe sur la valeur ajoutée) actuels afin de financer la protection sociale. Concrètement, on augmente la TVA pour dégager une cagnotte qui elle même permettra un abaissement des charges sociales et patronales. Le but avoué du gouvernement étant de favoriser la création d'emplois en France et de lutter contre les prix cassés des pays émergents. Le dumping des produits chinois est en effet souvent montré du doigt. Un point de vue que ne défendent évidemment pas les hommes politiques et syndicalistes de gauche puisque la TVA sociale a ceci de désavantageux qu'elle s'applique à tous, sans distinction.

Les consommateurs réunionnais pourront toujours se consoler en se disant qu'ils bénéficient d'une "ristourne" (comme les autres DOM sauf la Guyane) avec un taux de TVA réduit (8,5% et 2,1%) comparé à la métropole. Pas sûr que cette spécificité suffise à les satisfaire longtemps. Un sommet social doit intervenir à la mi-janvier entre le gouvernement et les partenaires sociaux. Nous en saurons à ce moment là un peu plus sur ce que nous réserve le gouvernement.
Jeudi 5 Janvier 2012 - 14:57
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2495 fois




1.Posté par SKYBLER le 05/01/2012 17:37
C'est assez réducteur de dire que la TVA EST REDUITE DANS LES DOM, sachant qu'en contre partie les produits sont soumis à l' OCTROI DE MER ET L'OCTOI DE MER REGIONAL... Je ne vois pas ou nous sommes gagnant ! d'ailleurs entre la concurrence inexistante et les marges des centrales d'achats c'est un système opaque qui ne contente que les entreprises et la région reunion. Pour le reste c'est encore ces même entreprises qui vont augmenter les marges au détriment de tous les consommateurs !
Un grand bravo a la droite qui nous la met encore une fois avec un petit cadeau au patronat qui est forcement pour ....Apres tant que la gauche n'aura pas soigné sa diarrhée mentale ils auraient tord de s'en priver ...

2.Posté par E Delest le 05/01/2012 19:44
"La TVA sociale est une manipulation fiscale.
Mais de quoi s'agit-il ? De baisser les cotisations sociales des entreprises et de garder les bénéfices de cette baisse pour ces mêmes entreprises ...
Au final, le jeu est très largement en faveur du patronat."

Qui a dit ça à votre avis ?
Un ancien ministre de droite : Alain Madelin

Voir ses déclarations dans Le Point

3.Posté par Hubert HERVET le 06/01/2012 09:16
admirons l’escroquerie à la prétendue « taxation » !Il s'agit bien d'une taxe, un impôt indirect, proportionnellement plus lourd en taux pour ceux qui ont de faibles moyen. Il s n'ont qu'à moins consommer direz vous. Donc moins de production,donc risque de chomage!

La « taxation implicite », c’est –si j’ai bien compris- la moyenne pondérée des taxes pesant sur un agent ou un facteur de production. Or, si le raisonnement sur la « consommation » est exact, celui sur les salaires est totalement trompeur !

Les prélèvements sociaux (part salariale et part patronale comprises) constituent un salaire socialisé, et en aucun cas une « taxation ». Part patronale comprise, cela signifie que, si vous baissez de 10 Md€ la « part salariale » et de 30Md€ la « part patronale", vous aboutissez à diminuer de 40 Md€ le salaire socialisé qui alimente la protection sociale. Il n’est pas du tout garanti (euphémisme) que les salaires directs augmenteront globalement de 10 Md€ pour autant (on peut faire confiance au patronat !) : et même dans ce cas, on aura diminué de 30 Md€ le salaire socialisé !

Sur les 10 Md€ (au mieux !) récupérés en salaire direct, au moins 8 milliards (pour une propension à consommer des salariés évaluée grossièrement à 80%) seront consommés ou affectés à une protection sociale complémentaire (privée éventuellement : Médéric-Sarkozy). Quant à la hausse de la TVA (40 Md€), elle coûtera… 32 Md€ aux salariés (environ 80% de la TVA est supportée par eux). Cherchez l’arnaque ! Seuls les gogos s’imaginent que leur pouvoir d’achat va augmenter.

On comprend pourquoi les libéraux mélangent allègrement les torchons et les serviettes, en confondant, à dessein, taxation et salaire socialisé. Point de vue strictement patronal (ce qui est versé en charges salariales et patronales diminue d’autant l’EBE –excédent brut d’exploitation- restant au capital, soit les profits). Le vilain mot de « taxation » sert à envelopper la marchandise…
Plus que jamais, la bataille des idées et des mots est d’actualité, pour défendre la protection sociale et empêcher le démantèlement du programme du CNR(1) voulu par le MEDEF. Et à ceux qui trouveraient cette position « purement défensive », il faut répondre que la défense de la cotisation (prélevée sur la valeur ajoutée -la richesse créée-) contre l’imposition est la condition nécessaire du rééquilibrage des comptes sociaux, par l’augmentation de la part du PIB (somme des valeurs ajoutées) qui y est affectée.
CNR:Conseil National de la Resistance qu'on s'applique à détricoter depuis 50ans On voit ce que cela donne,sans être expert économiste.…
Communication UFAL-974


Amitiés,

4.Posté par dobchoa le 06/01/2012 09:21
La tva sociale c'est déshabiller Pierre pour habiller Paul, et Paul en retour soutiendra Nicolas... Quelle fumisterie quand même, comme si les entreprises allaient répercuter la baisse de leurs charges sur les prix. On a bien vu ce que cela a donné avec les restaurateurs. On voit bien qu'aucun de ces 'bureaucrates politico alimentaires' n'a jamais foutu les pieds sdans une PME, sinon ils sauraient que ces baisses ne vont bénéficier qu'aux patrons.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales