Economie

La Sogecore tend la main aux frères Moussajee et leur propose un accord amiable

L'éternelle affaire Moussajee continue... Et cette fois-ci c'est la Sogecore qui répond. Rares sont les fois où la direction du concessionnaire automobile s'exprime mais Amir Meralli Ballou, PDG de la Sogecore, a souhaité aujourd'hui nous donner sa version des faits.

Depuis 2006, les frères Salim et Yassine Moussajee ne cessent de traîner la société devant les tribunaux. Cette année-là, ils avaient cédé leurs cinq sociétés Propneus à la Sogecore pour 450.000 euros. Ils estiment aujourd'hui cette somme insuffisante et pensent qu'elle devrait plutôt être de l'ordre de 7 millions d'euros. Et pour arriver à leurs fins, ils ont engagé pas moins de 120 procédures contre la Sogécore, pour un coût estimé à au moins 700.000€ rien qu'en frais d'avocats.


Amir Meralli Ballou, PDG de la Sogecore (à gauche) et Arzou Mahamadaly, directeur général (à droite)
Amir Meralli Ballou, PDG de la Sogecore (à gauche) et Arzou Mahamadaly, directeur général (à droite)
"Les Moussajee sont très convaincants, commence Amir Meralli Ballou, et même à l'époque ils l'étaient. On aurait dû vérifier leurs comptes car c'est seulement après la vente qu'on a réalisé que leurs bilans et leurs stocks étaient faux".

"Les Moussajee ont fait de cette affaire leur fonds de commerce"

Intéressé à l'époque par la jeunesse et la fougue commerciale des jeunes hommes, Amir Meralli Ballou avoue que la Sogecore a été "très légère" mais précise ne pas avoir été la seule à être convaincue. "En particulier la présidente (du tribunal arbitral, ndlr), Anne-Françoise Zattara-Gros qui a conversé avec Salim Moussajee pendant plus de deux heures en fraude des règles élémentaires de procédure", explique-t-il.

Le 30 décembre 2008, le tribunal arbitral avait en effet condamné la Sogecore à payer 1,17 million d’euros de dommages et intérêts aux frères Moussajee. Une somme comparable selon Amir Meralli Ballou, au "loto" pour des "jeunes de 32 ans". "Depuis, les Moussajee ont fait de cette affaire leur fonds de commerce et réclament à tout le monde des millions d'euros. Pour y arriver, ils multiplient les procédures et déclinent sans cesse le même schéma: se faire passer pour des victimes, travestir les faits, harceler et au besoin intimider".

Pour Amir Meralli Ballou, la Sogecore n'a donc rien à se reprocher. L'année dernière, un rapport d'experts est même venu confirmer leurs dires, selon le concessionnaire. Le rapport rendu par deux experts auprès de la Cour de cassation "met complètement hors de cause la Sogecore". Un rapport contesté par les frères Moussajee qui ont également fourni le leur. Mais Amir Meralli Ballou précise que l'expert des Moussajee était "non-indépendant", "pas nommé par la justice" et qu'il n'a entendu que les frères Moussajee contrairement aux experts nommés par la Cour de Cassation.

Et les accusations des frères sont nombreuses. Concernant les inventaires après l'achat des sociétés en novembre 2006, qui auraient été "trafiqués", la Sogecore assure qu'ils ont été examinés par des experts qui les ont jugés conformes. Quant au déménagement de pneus au milieu de la nuit pour les dissimuler avant les inventaires, la direction répond que le déplacement de ce stock a été effectué en novembre 2007, soit un an après l'inventaire...

Accusée aussi d'avoir fait en sorte de couler les entreprises Propneus après les avoir achetées, la Sogecore répond qu'elles étaient "déjà au bord de la liquidation".

Plus de 120 procédures judiciaires

Et dernière accusation en date: la Sogecore aurait vidé ses comptes "pour ne rien payer" aux Moussajee. Des comptes à -187.000 et - 704.000 euros, ce qui serait "normal en automobile". Les véhicules en stock auraient déjà été payés auprès des constructeurs, et il est normal que les comptes soient déficitaires, le temps qu'ils soient vendus. "Nous avons plus de 20 millions d'euros en stock" , précise le PDG de la Sogécore.

Après plus de 120 procédures judiciaires, comment en finir? "Cette affaire peut durer encore quelques années sauf si, comme nous l’avons toujours préconisé, il y a un règlement amiable. Mais pour cela, un préalable: la bonne foi de la Sogecore doit être reconnue et cela ne doit pas être un nouveau moyen, pour les Moussajee, de s’enrichir sans cause", termine-t-il.
Lundi 13 Juillet 2015 - 17:45
SH
Lu 3790 fois




1.Posté par noe le 13/07/2015 18:37
Croyez à mon expérience ...
Devant une bonne coupe de champagne et tout rentre dans l'ordre !

2.Posté par KLD le 13/07/2015 18:37
la "politique" de la main tendue .c'est bien , c'est un début de reconnaissance de ses erreurs !

3.Posté par GIRONDIN le 13/07/2015 19:18 (depuis mobile)
PERSO J'ADORE:
"""La bonne foi de la Sogecore doit être reconnue et cela ne doit pas être un nouveau moyen, pour les Moussajee, de s’enrichir sans cause"...

Quoi dire? Va te .............

4.Posté par @ Mytho le 13/07/2015 19:23
Suite au prochain épisode la SOGECORE / les Moussajee

5.Posté par JPA le 13/07/2015 20:11
Les négociations seront juste ? MIEUX VOS UN BON ARRANGEMENT QUE DES MAUVAIS PROCÈS !

6.Posté par Vert de gris le 13/07/2015 21:52
C'est un premier pas. Les Moussajee devraient esssayer pour retrouver une vie normale pour eux et leur famille !

7.Posté par Luq le 13/07/2015 22:30 (depuis mobile)
Sogecore veut négocier quand elle est condamné a payer, ils marchent sur la tête ces gars la !!!
Baisement lé chaud pou zot dit plutôt ça
Koz pas Dan la presse alle voir moussajee et paye a zot ...

8.Posté par @soifdejustice le 13/07/2015 22:47 (depuis mobile)
MDR ! Les pauvres savent que ça ne passe plus les gros mensonges et ont peur de se faire démasquer ? Obliger de diaboliser les Moussajee.

9.Posté par Moussajee le 14/07/2015 00:04 (depuis mobile)
ce sont eux qui ont tout commandité dès le départ avec la collusion de la BRED et son directeur de l''époque qui a été choisit pour être leur témoin de bonne moralité devant le tribunal privé qu''ils ont fabriqué !

10.Posté par Moussajee Salim le 14/07/2015 00:10 (depuis mobile)
Ils ont récupéré une de nos sociétés avec deux centres autos tout équipes clés en mains au PRIX PROVISOIRE DE 2€ (deux euros) et ce n''est pas une blague ! SOGECORE est condamnée DÉFINITIVEMENT pour escroquerie au jugement par la Cour de Cassation !

11.Posté par Zizou. le 14/07/2015 00:37
Non mais j'hallucine !
Tiens commençons par les stocks, où ont-ils finit ? Le fruit de la revente des pneus sous le bras est allé dans quelles poches au fait ?
Et la comptabilité volontairement faussé par un changement de logiciel, moment à partir duquel les sociétés MOUSSAJEE rentrent dans le triangle des Bermudes, comment justifier ? En même temps que le licenciement et leur mise à l'écart forcée.
Et le disparition des stocks en pleine nuit !!!!!????
Ou plutôt, comment justifier le rachat de leurs sociétés pour le montant du résultat brut d'exploitation ? On ne tiens pas compte du chiffre d'affaires ? C'est pas joli-joli tout çà de la part des gentils-gentils patrons de la SOGECORE !
Donc en fait, c'est après le rachat des sociétés MOUSSAJEE que les hommes d'affaires se sont rendus compte s'être fait prendre pour des quenelles ?! Par deux jeunes entrepreneurs qui auraient selon eux roulé ces baroudeurs-économiques. Heureusement que les MOUSSAJEE ont porté l'affaire devant les tribunaux, sinon SOGECORE n'aurait rien vu passer ! Ils peuvent leur dire merci.
On oublie surtout de dire qu'en l'espace de 7 années, ces deux jeunes entrepreneurs ont réussit à partir de rien pour arriver à se hisser à la 2nd place du secteur avec un chiffre d'affaire de plus de 4 millions d'euros (ils en seraient où aujourd'hui ?!).
On ne dit rien non-plus sur la complicité des banques locales (comme d'hab).
Et si on parlait de la condamnation de Maître ARNAULT en métropole, et qui n'a d'ailleurs tjrs pas été sanctionné par le Bâtonnier (au fait s'en sort-il lui-même avec ses ... ?).
Franchement, çà prêterait à rigoler si ces gens n'avaient pas d'importants "appuis", et des gens tjrs prêts à vendre père et mère pour des cacahuètes. La France est malheureusement une contrée malade ; d'un mal qui la ronge (nous ne sommes pas dans le Seigneur des Anneaux, mais dans le Silence des Jambons) ; même si le Retour du Roi aura lieu.
Sinon, comment sont-ils capables de déposer pour reprendre comme bon leur chante, des fonds (dont ils disposent) qu'ils sont condamnés à verser aux sieurs MOUSSAJEE, à la Caisse des Dépôts et Consignations (du jamais vu sauf à La Réunion) ; sauf à avoir un soutien en haut lieu (non ! j'ai dit en haut lieu les quenouilles, levez la tête !). Le pouvoir est dans les urnes, ils faut donc être directement politiquement incorrect ; n'hésitez pas (souvenez-vous de la Grèce) !
Ok, alors d'un côté on a Goliath et de l'autre le petit David que la SOGECORE n'arrive pas à mettre à terre depuis 8 années ! Et vous croyez qu'ils remueraient ciel et terre sans être dans leur bon droit ?! Vous croyez que toute cette débauche d'énergie est capable de la part de gens qui ne disent même pas la vérité (et qui s'exposent à ce point). Non ! Car c'est l'énergie des justes.
Vous en connaissez beaucoup des gens qui iraient dépenser 700 000 euros et intenter 150 procédures tout en sachant qu'ils ont tord et qui monteraient de toute pièce une arnaque sur un monopole type SOGECORE dont on sait très bien que les accidents ne gênent pas ? Depuis le temps, ils auraient été passés par les armes, même en temps de paix !!! Et puis, la SOGECORE n'auraient pas été condamnée à de multiples reprises !
Alors, si je comprends bien : si tanté que David arrive à faire condamner Goliath, ce dernier s'en tire toujours puisqu'en fait les arrêts (qui n'ont de valeur que la confiance qu'on y conçoit, tout comme la monnaie-chiffon) prononcés ne sont pas appliqués ? Il sont condamnés, ne paient pas, et la Justice ne fait rien, ne dit rien ?! Quelle LOURDES responsabilité !
Sous vos yeux ébahis messieurs-dames : la Loi de la jungle.
Et on veut nous faire croire que nous vivons dans un pays civilisé ?!
Plutôt dans un état de Droit où la Loi ne vaut que pour tenir sous sa coupe les gens du peuple.
IMPOSTURE.

12.Posté par Méditation le 14/07/2015 08:04
Il vaut mieux une bonne transaction qu'un mauvais procès : adage bien connu SOGECORE a été intérêt à négocier .

13.Posté par Moussajee salim le 14/07/2015 08:07
A TOUS NOS LECTEURS : LISEZ LE JUGEMENT CI-DESSOUS :

À la lecture des extraits ci-dessous d'une décision arbitrale du 30 décembre 2008 et validée par la Cour d'Appel de Saint-Denis, et jugez en par vous mêmes : QUI CROIENT-ILS TROMPER ?

Extrait de la seconde sentence arbitrale (validée par la cour d'Appel par arrêt du 25 Mars 2013) PAGE 20 et 21 :

"En outre, il s'avère que ces opérations d'inventaire se sont déroulées dans des conditions difficiles : opérations d'inventaires effectuées par des personnes n'appartenant pas à leur site habituel et qui venaient d'autres centres, ce qui n'a d'ailleurs été le cas que pour le seul inventaire de décembre 2006, changement de logiciel opéré par la SOGECORE et ce dès après la cession alors que ces inventaires devaient intervenir dans un délai très proche, nombre limité d'utilisateurs du nouveau logiciel (comptables, certains employés, responsables de centres) et impossibilité en vertu de la configuration du logiciel de corriger les erreurs ou anomalies rentrées comparativement à antérieurement.
Ce changement de logiciel a eu des conséquences importantes :
- de nombreuses références existantes dans la base de données précédentes ont été exclues de la nouvelle base (absence de nombreuses pièces ou de pneus en stocks)
- les prix de nombreux articles n'ayant pas été repris dans la nouvelle base n'ont pu être rentrés
- des prix ont été rentrés, ne correspondant pas à la réalité physique des stocks valorisation à 0, prix indiqué différent du prix de revient),
- les quantités de nombreuses références n'ont pas été saisies ou ont été saisies de façon inexacte (écarts flagrants entre stocks informatiques et stocks physiques).

Ceci est de nature à émettre des réserves sur la fiabilité de l'inventaire effectué le 1er et 2 décembre 2006. Ces réserves, qui ont d'ailleurs été formulées par un certain nombre d'employés des différents sites et de la SOGECORE, témoins de l'une et l'aitre des parties, ont conduit à ce qu'un nouvel inventaire soit réalisé en juillet 2007. Il résulte des écritures et auditions ainsi que des pièces versées aux débats qu'il ne fait pas de doute que des irrégularités persistent dansles listes d'inventaire qui ont été produites suite à ce nouvel inventaire qui a été mené à cette date (nombreuses valorisations à 0 ou faibles en rapport avec les références d'articles visés, écarts de prix pour une même référence d'un centre à l'autre...)
De la même façon, les auditions font apparaître qu'alertée de la situation, la SOGECORE n'a pris aucune mesure de nature à corriger les nombreuses anomalies qui avaient été décelées et portées à sa connaissance de sorte que depuis il n'y a pas eu lieu à rectifications.
Fort de l'ensemble de ces éléments, qui dénotent d'une exécution peu loyale et fidèle de ses engagements par la SOGECORE, la situation intermédiaire n'a pu être établie. Le tribunal arbitral ne peut en effet que constater le lien de cause à effet entre le changement de logiciel adopté, inhérent aux difficultés de réalisation des inventaires, et l'impossibilité pour l'expert de procéder à l'établissement de la situation intermédiaire en vue de fixer le prix définitif. Il estime qu'il y a là une attitude de la SOGECORE qui a eu pour effet de fausser les données de référence devant servir de base à l'établissement du prix des actions cédées, l'expert étant dans l'impossibilité d'accomplir sa mission d'établissement de la situation exigée. Il en déduit que la SOGECORE a manqué à son obligation de bonne foi.


Extrait de la sentence arbitrale du 30 décembre 2008 (validée par la Cour d'Appel ) page 21 et 22 :
"Ensuite les actes prévoyaient encore dans leur article 3.4 que le prix définitif de cession serait fixé sur la base du bilan arrêté au 30 juin 2006 et d'une situation comptable arrêtée au 30 novembre 2006 tenant compte des opérations intervenues à l'intérieur de cette période. Il résulte des auditions et pièces versées aux débats, confirmant les écritures, qu'il n'est pas douteux que les comptes clos pour l'exercice 2006 soit au 30 juin 2007 aient un caractère non sincère et ne reflètent pas une image fidèle. En effet, M. LALA, expert comptable des sociétés à l'époque avait à leur propos procédé par voie d'opinion, notamment dans une lettre du 22 novembre 2007 , mettant en lumière les changements de méthodes comptables initiés par la SOGECORE notamment pour la société MDOI, qui n'étaient pas conformes à la règlementation comptable en la matière de sorte que les changements auxquels il avait été procédé avaient un impact significatif sur le montant du chiffre d'affaires et donc sur la valorisation des stocks en fin d'exercice. Il faisait encore état dans son courrier de l'impossibilité d'établir les comptes intermédiaires, en raison de l'absence d'approbation par les associés des mouvements comptabilisés dans les comptes courants au regard de ce que ces derniers n'avaient pas eu accès aux documents et pièces comptables nécessaires pour procéder à la vérification de tels mouvements. Le tribunal arbitral, qui prend acte par ailleurs de ce que M. LALA a mis fin à sa mission en septembre 2007 suite aux observations qu'il avait faîtes et au regard des conditions difficiles dans lesquelles sa mission se déroulait, considère qu'il y a là encore des éléments qui caractérisent la volonté de SOGECORE de fausser les données de référence aux fins d'évaluation des stocks et de là de détermination du prix définitif.

Enfin, il appert des auditons et des pièces versées aux débats qu'à deux reprises, sur une période de 10 jours (19 au 29 novembre 2007) et début décembre 2007, de grossesquantités de marchandises sont sorties des dépôts (celui de MDOI de Saint-Paul et celui du Port) sans bon de livraison pour en rejoindre d'autres (Saint-Louis et Saint-Denis), sur ordre de la gérance des sociétés en cause et sans autre mesure de sécurité nécessaire pour assurer le dévidage des dépôts et le transport de celles-ci au regard de ce que les opérations de dévidage et de transport étaient assurées par des intérimaires et donc non-salariés des sociétés alors que des procédures de traçabilité avaient été mises en place par la nouvelle gérance. Le tribunal ne peut tirer de ces faits la constatation selon laquelle la SOGECORE procède ici à des dévidages des dépôts dans des conditions telles (absence de bon de livraison, dévidage des dépôts par des intérimaires, transport des marchandises par des intérimaires) que les marchandises sont exposées à un grand risque de vols et mises en péril, ce qui est de nature à peser négativement sur la valorisation des stocks. Il estime qu'il y a là des faits mettant en lumière la volonté de SOGECORE de minimiser la valeur de ces derniers et de fausser l'établissement du prix définitif.
De l'ensemble de ces considérations, le tribunal conclut que la SOGECORE a manqué à son obligation d'exécuter fidèlement et loyalement ses engagements". TOUS CES ELEMENTS ONT ETE PASSES SOUS SILENCE ALORS QUE CES DECISIONS ONT ETE VALIDEES PAR LA COUR D'APPEL DE ST DENIS et bénéficie de l'autorité de la chose jugée !!!!!!

14.Posté par Zizou. le 14/07/2015 10:17
Je crois que certains se croient encore )à Chicago dans les années 20, non ?
Soulager la Caisse des Dépôts et Consignations d'1,3 millions d'euros (et pas de roubles) aussi facilement qu'ils dévalisent les stocks des Sociétés Mousajee qu'ils n'ont d'ailleurs pas payés !
Mais non, je suis un gros béta, c'est le miracle républicain (sans douleur et sans odeur).

15.Posté par Trop tard le 14/07/2015 10:58 (depuis mobile)
Sogecore négocie quand elle est condamné a payer 700.000€ au moussajee par la cours de cassation de Paris. C''est avant les négociations non ?!!!
Manipulation encore une fois !!!
Veulent ils vraiment négocier ou gagner du temps encore ....

16.Posté par Appletini le 14/07/2015 11:00
Je suis comptable de formation, et c'est vrai qu'il y un truc bizarre dans l'extrait publié par le post 13 : on parle d'une situation comptable arrêtée au 3 novembre 2006 (pour réaliser les situations comptables dans les entreprises de négoce, il faut en effet faire un inventaire), donc avec un inventaire au 30 novembre 2006.
Dans le paragraphe d'après, il est dit qu'il y a des transferts effectués en novembre et décembre 2007 et que ces transferts de 2007 ont pesé "négativement sur la valorisation des stocks".
Or, c'est le bon sens, des transferts réalisés en 2007 ne peuvent pas minorer un inventaire effectué un an plus tôt.
Peut-être une erreur de frappe ?

17.Posté par metabron le 14/07/2015 11:17
S'ils veulent négocier allez-y, chacun pourra retrouver une vie normale - vous y gagnerez probablement plus qu'eux. En n'ayant plus cette affaire à gérer et avec vos compétences vous reviendrez très vite au top dans les affaires. Ce dossier vous bloque, tournez la page, tant pis pour Sogecore, et redéveloppez votre business

18.Posté par Denny Crane le 14/07/2015 11:18
Il semblerait que la Sogecore soit disposée à dialoguer, OK.
Parlons G.P.S quand arrêterez vous de vendre des véhicules avec un GPS mais sans cartographie de la Réunion, sans aucune compensation ?
Quand allez vous arrêter de vouloir faire porter la chapeau aux constructeurs, alors que ces derniers (et certains de vos commerciaux) nous disent que c'est vous qui ne voulez pas payer ?

19.Posté par David Asmodee le 14/07/2015 11:29
Cette affaire commence vraiment à nous les briser menu car elle ne nous concerne pas.

Quoiqu'il en soit, quand il y a autorité de la chose jugée et des décisions définitives avec la formule exécutoire, l'huissier doit faire son travail. Il y a 20 millions d'euros de stock : on saisit et on vend aux enchères. Le stock de la Sogecore ne doit pas être sanctuarisé.

En plus, dans l'article, le directeur avoue que les véhicules ont déjà été payés. Donc pas de clause de réserve de propriété.

Les grosses boites répondent toujours à des appels d'offres. Hop : saisie-attribution auprès de la personne publique concernée.

Si les murs appartiennent à la Sogecore : saisie immobilière d'un local et vente aux enchères.

Je trouve que les huissiers ont beaucoup plus de couilles quand ils vont saisir le petit entrepreneur, le petit artisan, le petit commerçant pour 200 euros de charges sociales. La Sogecore serait donc too big too fail ?

Que font les huissiers ? Il faut le demander par courrier officiellement à la Chambre Départementale et à la Chambre Nationale des huissiers de justice.

20.Posté par GIRONDIN le 14/07/2015 12:07 (depuis mobile)
18.Denny Crane
NISSAN FRANCE et NISSAN WEST disent la même chose.C''est au concessionnaire local de faire le nécessaire!
Perso j''ai fait une croix sur:
-le GPS
-toutes les marques SOGECORE moto et voiture (j''importe directement)
+ pub gratuite

21.Posté par Moussajee le 14/07/2015 12:46 (depuis mobile)
http://m.inforeunion.net/Affaire-Moussajee-Les-experts-de-la-Cour-de-cassation-tres-embarrasses-par-la-question-de-la-valorisation-des-societes_a11381.html

22.Posté par Choupette le 14/07/2015 12:47
Inouï !

Ils sont condamnés à payer et ils veulent régler ça à l'amiable en chargeant les Moussajee ???

Ils comptaient sur la lassitude des Moussajee et beaucoup de collusion avec l'un ou l'autre ... Et ça n'a pas marché.

Rendez à César ce qui lui appartient et arrêtez de vous ridiculiser !

En tous cas, ce n'est pas demain la veille que je fréquenterai un SOGECORE.

23.Posté par Frigidaire le 14/07/2015 13:14
A lire les diatribes dans les commentaires, le feuilleton n'est pas prêt d'être terminé. Les seuls qui gagnent ce sont les avocats, 700 000 EUR c'est pas mal, une partie de la dette des Grecs (je plaisante).

24.Posté par Zizou. le 14/07/2015 20:16
Zizou

Négocier ?!
Perso, je baisse mon pouce et je dis œil pour œil.
Il s'agit d'une arnaque de grande envergure de la part d'un monopole local qui se croit au-dessus des lois car intouchables (et cautionné par l'état jusqu'ici au plus haut niveau puisque l'on ne veut pas que justice soit rendu sur l'île : ouvrez les yeux !).
A la Justice et au pouvoir exécutif de faire appliquer les décisions.
La prison pour les dirigeants SOGECORE serait déjà un bon début (et tous leurs complices !), puis un audit complet sur le groupe pour dénicher tout le reste qui est louche (et sur les biens personnels de ces gens et de leurs familles), puis des aveux de leur part ne seraient pas de refus ! pour ensuite dédommager de l'ensemble de leurs préjudices les frères MOUSSAJEE (si j'oublie un truc faut le dire); etc ...
Il en va de la crédibilité des institutions car en cas de crise majeure en métropole, elle sont censées être les garantes de la sécurité publique et des principes pour lesquels nous consentons à donner en contrepartie une part non-négligeable de notre liberté, mais certainement pas au profits de bandits couverts par ceux qui sont payés grassement pour nous défendre, nous le Peuple souverain.
Amen.

PS : ces messieurs ne seraient-ils pas en train de préparer leur départ en retraite par la vente de leur groupe à ... ?!

25.Posté par Moussajee le 14/07/2015 22:19 (depuis mobile)
http://www.clicanoo.re/?page=archive.consulter&id_article=436425
Découvrez "Le Ventre du barbare" d'Arnold Jaccoud, un roman fiction inspiré de notre affaire, en vente à la librairie "Autrement" et au "Rallye" au barachois

26.Posté par polo974 le 15/07/2015 13:04
Oh, la Sogecore qui se victimise à son tour...

Sortez les mouchoirs...

Pour essuyer les larmes de rire ! ! !

27.Posté par Zizou. le 15/07/2015 15:36
Ah moi, je n'ai plus de larmes à verser pour les pauvres SOGECORE.
Mais je prie pas sincèrement pour eux par contre.
Une fois, pas deux.
La roue tourne car rien n'est acquis en ce bas monde.
Et quand chute aura lieu, se sera avec perte et fracas, parce que cela fera mal et sera su.
Redonnant espoir à tous ceux victimes qui luttent, pour ainsi décupler d'énergie.

28.Posté par Moussajee salim le 15/07/2015 15:51
la SOGECORE fait opportunément croire à la terre entière que nos sociétés étaient exsangues lorsqu'elle est arrivée en sauveur alors qu'elles ont été reconnues parfaitement VIABLES et dégageaient ensemble un excédent brut d'exploitation de 596 000€ au 30 juin 2006, comptes attestés par l'expert LALA qui officiait il y a quelques temps comme Président de l'ordre des experts comptables et qui est un homme de l'art reconnu.
Nous sommes tombés dans un traquenard juridico-financier avec une collusion dans l'ombre avant la vente entre la SOGECORE et la BRED qui a mis toutes nos sociétés à la porte le 3 juillet 2006. Malgré toutes les garanties offertes, et après avoir répondu à toutes leurs prescriptions, la BRED a contre toute attente maintenu l'expulsion. Le Grand patron de l'époque a d'ailleurs été choisit pour être le témoin de bonne moralité de la SOGECORE devant le tribunal arbitral et perdu dans ses contradictions, il a reconnu lors des auditions QUE NOS SOCIETES N'ETAIENT PAS EN SITUATION COMPROMISE !!!! Il a même attesté par écrit avoir été contacté par les dirigeants de la SOGECORE AVANT les cessions afin de savoir si nos sociétés étaient reprenables !!!
NOUS AVONS ASSIGNE LA BRED DEVANT LE TRIBUNAL DE COMMERCE DE PARIS POUR RUPTURES ABUSIVES DES CONCOURS BANCAIRES ET COLLUSION FRAUDULEUSE AVEC LA SOGECORE POUR L'ACCAPAREMENT DE NOS PARTS SOCIALES EN FRAUDES DE NOS DROITS. L'affaire sera plaidée dans les semaines à venir.

Le rédacteur unique des actes de vente et conseil des deux parties le jour de la vente, en la personne de ME PATRICK ARNAUD a été condamné en 2014 devant un tribunal parisien pour avoir favorisé sa cliente historique SOGECORE lors de la vente.

Me ARNAUD a fait dépendre le prix de cession de L'ACTIF NET COMPTABLE, qui a permis a SOGECORE de recupérer nos sociétés pour une bouchée de pain sans tenir compte des données essentielles comme le chiffre d'affaires, la clientèle, les parts de marché, l'enseigne, l'excédent brut d'exploitation, la capacité d'autofinancement,...)

Or d'après un document essentiel intitulé "LES 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE EN MATIERE D'EVALUATION D'ENTREPRISE, édité par LA COMPAGNIE DES CONSEILS ET EXPERTS FINANCIERS (CCEF), remis aux experts de la cour de cassation nommés par le juge d'instruction chargé de l'enquête sur les plaintes pour escroquerie en bande organisée que nous avons diligentées, IL EST PRECISE EN 1ERE ERREUR A NE PAS COMMETTRE SUR LA LISTE, CELLE JUSTEMENT D'UTILISER L'ACTIF NET COMPTABLE !!!!!

L'actif net comptable est avant tout une notion comptable et juridique sans signification économique et une mesure qui peut être remise en cause par un changement de normes......

Comme par hasard, ne pouvant contrer cet argument en béton, les experts dont l'impartialité interroge, ont préféré ZAPPER la question de la valorisation des sociétés afin de protéger la SOGECORE alors que l'évaluation des sociétés constitue un point essentiel dans cette affaire !

NOTRE DOSSIER EST EN BETON s'appuyant sur des données objectives et jugements rendus, tandis que la SOGECORE s'appuie juste sur un RAPPORT ARRANGE qui a passé SOUS SILENCE TOUT CE QUI LA MET EN CAUSE ET MEME CE QUI A DEJA ETE JUGE !!

Lorsque nous ne serons plus tenus par le secret de l'instruction, nous médiatiserons notre rapport d'expertise et la VERITE éclatera encore plus car elle a déjà commencé à sortir avec notamment le fait que la SOGECORE qui parle de sa bonne foi, vient d'être CONDAMNEE a titre définitif par la COUR DE CASSATION pour ESCROQUERIE AU JUGEMENT qui a confirmé son COMPORTEMENT FRAUDULEUX et le PDG de la SOGECORE fait l'objet d'une nouvelle assignation en septembre prochain devant le TRIBUNAL CORRECTIONNEL de Saint-Denis pour une nouvelle escroquerie au jugement apres avoir TROMPE la caisse des dépôts et consignations pour dérober la somme de 1.3 millions d'euros en fraudes de nos droits et de la loi.

la majorité de nos sociétés ont déjà été FERMEES ET PILLEES avec des millions d'euros détournés! (rapport d'expertise à l'appui qui confirme le pillage)

LA VERITE EST EN MARCHE ET PERSONNE NE POURRA L'ARRETER !

29.Posté par zinjustice le 15/07/2015 17:43
post 27 ou Sogecore ?

30.Posté par Zizou. le 16/07/2015 19:45
post 29 ?
moi pa comprendre ta question.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales