Faits-divers

La Sogecore et les Moussajee s'affrontent sur le terrain de la diffamation


La Sogecore et les Moussajee s'affrontent sur le terrain de la diffamation
Les frères Moussajee se retrouvaient ce matin devant le tribunal correctionnel pour une affaire "satellitaire", comme l'indique leur avocat, au fond du dossier qui les oppose à la société Sogecore. Depuis la première publication d'un tract des Moussajee visant à dénoncer les faits qu'ils reprochent à Sogecore, les plaintes en diffamation pleuvent. Il s'agissait donc ce matin du procès devant le tribunal correctionnel de Saint-Denis de l'une de ces plaintes en diffamation.

Et c'était le combat des Me Lambert aujourd'hui. D'un côté, Me Pierre Olivier Lambert, avocat de Salim Moussajee, de l'autre, Me Gilles Lambert, avocat de la Sogecore. Dès le début du procès, tous deux se sont affrontés sur la demande de nullité de la plainte formulée par l'avocat des Moussajee. "L'imprécision de la plainte ne permet pas au prévenu de savoir ce qui est poursuivi, et donc comment il doit se défendre", indique Me Pierre Olivier Lambert. "Conformément à l'article 53, nous avons extrait des propos qui nous paraissaient être à caractère diffamatoire", rétorque Me Gilles Lambert.

Des propos diffamant ou injurieux? Sur le fond, Me Pierre Olivier Lambert a principalement plaidé sur le droit strict de la diffamation. Il a par ailleurs tenté de montrer le contexte de bonne foi dans lequel se trouve son client en citant notamment deux jurisprudences, l'une concernant Thierry Robert, l'autre Bernard Tapie. Tous deux avaient été relaxés, le tribunal estimant que les propos en cause avaient été tenus dans un contexte particulier où l'on peut estimer que la personne est meurtrie, déroutée par la situation. "C'est un cri du désespoir que mon client lance. Depuis 6 ans, il se bat. Ces plaintes sont satellitaires au fond du dossier mais symptomatiques. On veut museler mes clients", indique Me Pierre Olivier Lambert.

Me Nasser, l'autre avocat des Moussajee, a rappelé que, au-delà des propos, parfois durs, tenus par son client, "tout ce qui est avancé est constaté et validé par décision arbitrale". Il a enfin rappelé, en réponse à une attaque de l'avocat de la partie adverse, que les procès pour diffamation sont les seuls perdus, "sur le fond, nous avons toujours gagné". Le délibéré sera rendu le 28 septembre.

Face à la presse ce matin, avec le soutien d'associations, de représentants syndicaux et de citoyens, Salim Moussajee et ses avocats ont rappelé les enjeux dans ce dossier et les procédures en cours. Dans quelques jours, la décision concernant les injonctions de paiement ordonnées aux banquiers, mais non suivies des faits, tombera, le tribunal décidera si le refus des banques de payer est légitime ou pas. Dans quelques jours également, les avocats des Moussajee interpelleront la Garde des sceaux sur cette affaire.
Vendredi 6 Juillet 2012 - 16:29
Lu 1856 fois




1.Posté par kada le 06/07/2012 19:49
LES DROITS DE L’HOMME
Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.
Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement des relations amicales humaines entre cultures
Article 17
Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

Article 19
Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que se soit.

2.Posté par Oceane le 06/07/2012 20:01
Il n'y a pas diffamation quand les faits sont constatés, quand on dit la vérité! J'espère que la justice sera à la hauteur de sa mission! N'oublions pas que les moussadjee n'ont toujours pas obtenu justice, ils n'ont toujours pas vu la couleur de ce que les banques auraient du lui payer! Ca c'est scandaleux!

3.Posté par Déborah974 le 06/07/2012 22:59 (depuis mobile)
La honte,faut croire qu'il faut se laisser voler sans ouvrir sa bouche!!!!Pour une fois que quelqu'un se laisse pas faire...
Le monde à l'envers!!!continuez comme sa Bravo


4.Posté par coco de lo le 06/07/2012 23:05
3.
Halte a linjustice et la magouille de certains enf...

5.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 07/07/2012 09:11
Heureusement qu’il y a des MOUSSAJEE, des KADA et des PAVARD pour dire « NON ! » dans ce pays où tant ont intérêt à continuer de faire croire que lorsque l’on est intelligent et – surtout ! – bien « élevé », il n’y a rien à faire ; d’autant que « c’est partout pareil »…

6.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 07/07/2012 10:12
J’allais oublier : Heureusement que pour les « victimes » de ces cruelles « injures et diffamations », nous avons d’excellents avocats à la Réunion… En une heure ( …une heure !) de dense plaidoirie, solidement argumentée, cet aigle du Barreau dionysien - le LAMBERT-peï… - a éclairé la Société Civile sur les coupables agissements de ce mauvais sujet de Salim MOUSSAJEE ; et sur les terribles souffrances de ses « victimes-SOGECORE »…ET IL NE FALLAIT PAS RIRE !!!

7.Posté par Les citoyens le 07/07/2012 13:40
l' injustice est bien réel sur Saint-Denis

42 SIGNATAIRES DEPUIS 4 JOURS, SUR LA PLAINTE DES INJUSTICES FAITES DANS LE QUARTIER ST JACQUES SAINT-DENIS
LES RAISONS L INERTIE LA COMPLAISSANCE LA CORRUPTION POUR DES INTERETS DE CERTAINS ET LES CITOYENS DOIVENT SUBIR ET BIEN, NON CHACUN DE NOUS ENSEMBLE POUR STOPPER LA GANGRENE, LA PLAINTE TOURNE TOUJOURS.....

Droit de l' homme Article 17
Toute personne, aussi bien seule qu’en collectivité, a droit à la propriété.
Nul ne peut être arbitrairement privé de sa propriété.

8.Posté par Mano le 13/07/2012 09:55 (depuis mobile)
Une étape de plus à été franchi par les deux frère courage mes amis la fin est proche et une grande victoire historique est en train de se dessiner. La tortue aura raison du lievre

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales