Social

"La SEDRE n'a jamais ordonné de couper l'eau dans les logements squattés"

Le bras de fer continue entre la SEDRE (Société d’Equipement du Département de la Réunion) et les familles occupant illégalement des lotissements vides à l'Eperon. Des lotissements vides, certes, précise le directeur général de l'organisme mais qui sont en cours d'attribution. Le référé déclenché par la SEDRE devrait éclaircir la situation très prochainement.


"La SEDRE n'a jamais ordonné de couper l'eau dans les logements squattés"



Qui des squatteurs ou de la SEDRE gagnera la guerre psychologique lancée depuis une semaine ? Comment opposer droit au logement au respect de la procédure d'attribution des logements ? Philippe Lapierre, le directeur général de la SEDRE fait parler le droit.

"Ca nous a surpris. On n'a jamais donné l'ordre de couper l'eau dans les lotissements occupés tout simplement car à notre connaissance ces logements n'étaient pas encore raccordés" , précise d'emblée Philippe Lapierre. "La réponse se trouve vraisemblablement du côté de la Créole, la régie des eaux de la commune de Saint-Paul, à moins que ça soit une nouvelle manipulation. Il y a des enfants en bas âge, certes, mais ils occupent de façon illégale les logements. Il ne faut pas que la situation soit inversée et que la SEDRE soit montrée du doigt car c'est ce qui est en train de se passer. Nous avons des contrats de location en cours de constitution et des familles qui attendent".

Pas de préférence particulière

Des familles qui sont passées par la procédure normale, c'est-à-dire fléchées par les "réservataires" que sont la CAF, le Conseil général ou encore la mairie de Saint-Paul sont en attente.

Concernant les soupçons de préférence d'attribution des logements à des personnes extérieures à la commune de l'Ouest, Philippe Lapierre balaye ces rumeurs d'un trait. "Sur les 56 logements du lotissement Bois de Corail, seules quelques familles ne sont pas de Saint-Paul. Une venant de la Possession, une autre originaire de Saint-Paul mais dont le dossier a été instruit à Saint-Pierre car ils y habitent de façon provisoire et enfin une autre par la CAF de Saint-Leu, c'est absolument tout".

Selon Philippe Lapierre les 56 logements du lotissement de l'Eperon ont justement pour but de résorber en partie les familles délogées dans le vaste projet de RHI de la zone.

Procédure en référé

Une réunion s'est tenue hier après-midi entre les différents acteurs concernés, qu'ils soient du Département, de la commune de Saint-Paul et donc de la SEDRE. Mais le délogement des cinq familles squatteuses passera par la voie judiciaire. "Nous avons lancé une procédure en référé qui devrait déboucher sur l'expulsion", prévient le directeur de la SEDRE.

Tout a été fait en bonne et due forme selon lui. "Nous avons procédé au constat d'huissier constatant l'occupation des lieux. Son deuxième passage leur a intimé l'ordre de quitter les logements et enfin l'huissier est passé une troisième fois pour constater qu'ils s'y trouvaient encore".
Jeudi 7 Avril 2011 - 12:27
Ludovic Grondin
Lu 2033 fois




1.Posté par noe974 le 07/04/2011 15:37
L'eau est vitale .... Si la SEDRE n'a pas ordonné de couper l'eau à ces malheureux qui ne réclament qu'un logement ... Qui a osé faire couper l'eau ?

Il est urgent et vital de construire des logements pour nos concitoyens qui sont dans la misère au lieu de contruire des aires de pique-nique ....et autres constructions de prestige surtout avec de l'argent public ....

2.Posté par L'abbé Noé le 07/04/2011 16:51
A Noe974 : t'as qu'à les prendre chez toi les squatteurs, et tu remplaces l'eau par du champagne...suis sur que ça te ferait plaisir qu'on squatte une de tes propriétés...à ton bon coeur!

3.Posté par Y sent pas bon! le 07/04/2011 16:55
A force de construire trop peu de logements sociaux qui ne sont pas adaptés aux réunionnais, un jour l'île va exploser...

4.Posté par Reunionnite le 07/04/2011 17:19
mi veu lozemen, loz à mwin...apré donn a mwin travay...mé pas tro dir solmen, mi veu fé "vigil"

5.Posté par Gvar le 07/04/2011 18:06
Je suis mitigé dans cette affaire... Comment ne pas avoir pitié de cette famille ? En même temps ça dépend aussi depuis combien de temps ces logement sont vides, car squatter des logements sociaux inoccupés depuis une éternité je veux bien; hors dans ce cas ils ne sont même pas encore finis et aux normes. C'est injuste pour les autres familles qui attendent, encore faudrait-il que ces autres familles attendent depuis plus longtemps que celle-ci... Bref, la détresse de cette famille ne peut laisser personne indifférent, mais laisser faire ce genre de chose serait une porte ouverte à toutes les fenêtres comme dirait l'autre...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales