Politique

La Réunion et les RUP dans le viseur de l'Union Européenne

En tant que Région communautaire, la Réunion appartient par principe au marché intérieur. Pour autant, sur le plan économique, l'accès des entreprises, des consommateurs et des citoyens à l'ensemble du marché unique reste limité de part l'éloignement physique mais aussi l'uniformisation des normes européennes qui ne prennent pas forcément en compte les spécificités des régions ultrapériphériques (RUP). C'est pour dresser un bilan exhaustif des réalités des RUP que Pedro Solbès a été "missionné" par Michel Barnier, commissaire européen. Objectif affiché de la lettre de mission dévolue au "conseiller spécial auprès du commissaire Barnier" : "évaluer les freins à une meilleure intégration au marché intérieur tout en n'oubliant pas d'intégrer les RUP dans leur bassin économique".



C'est sur un rythme soutenu que se profile la visite de Pedro Solbès, "conseiller spécial auprès du Commissaire européen Michel Barnier", comme le précise sobrement le communiqué de la Préfecture. Chargé d'établir en trois mois une étude visant à nourrir la réflexion sur l’élaboration des futures politiques de l’Union, y compris la rénovation de la stratégie européenne à l’égard des régions ultrapériphériques, le conseilleur spécial est, pour quelques mois, les yeux de la Commission européenne.

Les politiques communautaires sont conçues à la base pour répondre à des préoccupations "continentales"

Son CV plaide en sa faveur. Ancien ministre de l'Économie et des Finances et second vice-président du premier gouvernement de José Luis Zapatero, ancien commissaire européen de 1999 à 2004, le "chargé de mission" ne découvre donc pas la situation particulière des régions ultrapériphériques. L'Espagne compte comme la France des régions ultrapériphériques dont l'avenir semble toujours être mis en balance.

Après des visites aux Açores, aux Canaries et à Madère, le spécialiste dresse un premier état des lieux des RUP et donc de la Réunion.

En tant que Région communautaire, la Réunion appartient par principe au marché intérieur. Pour autant, dans la réalité, elle ne participe pas pleinement à son accomplissement sur deux plans. Pedro Solbès y voit deux aspects dont les RUP semblent rester en marge. "Sur le plan politique et réglementaire, les RUP sont insuffisamment prises en compte dans la conception des politiques communautaires, conçues à la base pour répondre à des préoccupations continentales. Sur le plan économique, l'accès des entreprises, des consommateurs et des citoyens à l'ensemble du marché unique est de facto limité à cause d'une distance géographique".

Même si ce constat a amené l'Union Européenne a apporter une solution dérogatoire pour les RUP fondée sur l'article 349 du Traité de Lisbonne, le commissaire Michel Barnier souhaite aller plus loin. Pedro Solbès le réaffirme lors du point presse : "la question fondamentale qui traverse l'analyse que j'effectue en visitant chaque RUP est d'apporter des pistes de travail pour la Commission Européenne sur la conciliation entre convergence européenne et prise d'initiative locale via notamment une intégration dans votre environnement géographique immédiat, en l'occurrence la zone océan Indien pour la Réunion".

Concurrence entre partenaires européens ?

Exemple des bizarreries qui découle des directives européennes : le traitement des déchets. Philippe Leyssene, délégué à la coopération régionale dans la zone océan Indien, explique : "L'Union Européenne exige des pays membres qu'ils éliminent, au sein de l'UE, leurs déchets pour éviter qu'ils ne soient transportés par bateau et transformés à des milliers de kilomètres de là. Or, l'exiguïté des territoires dont nous parlons, c'est-à-dire les RUP, les contraint à expédier ces déchets vers certains pays de l'UE lorsque la filière n'existe pas sur place. Peut-être que les traiter vers des pays de la zone pourrait être une solution intermédiaire. C'est tout le sens de notre évaluation qui prévaut dans d'autres domaines", poursuit-il.

Alors que sa visite s'achève le 6 mai dans notre île, Pedro Solbès poursuivra son tour de ces territoires éloignés appartenant pourtant à l'Union Européenne. "Je dois remettre mon rapport fin juin", précise-t-il.

En établissant les recommandations pour une meilleure intégration des régions ultrapériphériques au sein du marché intérieur, tout en tenant compte de leur proximité géographique, cette étude alimentera la réflexion de la Commission sur la rénovation de la stratégie européenne à l’égard des régions ultrapériphériques. Un vaste chantier qui se concrétisera par un plan stratégique pour les RUP de 2014 à 2020. "Meilleure intégration dans le bassin économique" : la formule semble étrangement répondre en écho à ce fameux "développement endogène" voulu par l'État français. Mais sur une éventuelle mise en concurrence des aides financières énormes attribuées aux RUP vis-à-vis des autres partenaires européens de plus en plus exigeants (ouverture à l'Est), le conseiller spécial n'en dira pas un mot. Diplomatie oblige.
Jeudi 5 Mai 2011 - 09:29
Ludovic Grondin
Lu 2064 fois




1.Posté par kaloupillé le 05/05/2011 12:11
c'est vraiment une Mode maintenant de voir des gens qui n'ont jamais mis les pieds à l'ile de la Réunion ils Débarquent tous comme des Mouches et ce Monsieur Pédro SOLBES qui Travaillait pour Luis Rodriguez ZAPATERO qui est né en ESPAGNE aurait t-il l' Espoir de donner du Travail aux Réunionnais de faire évoluer la Pêche et l' AGRICULTURE que cherche t-il vraiment ?

2.Posté par timagnola le 05/05/2011 13:42
Ce monsieur est sans doute espagnol ou portugais. Il ne manquera pas de faire le comparo avec les RUP espagnoles (les Canaries) ou portugaises (Madere, Açores) quant aux travaux réalisés il y plus de 20 ans dans ces îles... touristiquement développées. C'est une bonne initiative de M. Barnier.

3.Posté par cassepapaye le 05/05/2011 15:17
J'aimerais suggérer à M. Pedro Solbès l'abolition des barrières douanières (octroi de mer, tva ) afin d'intégrer complètement La Réunion dans le territoire français ainsi que notre intégration dans l'espace Schengen (fini les douaniers à nos portes). Le dispositif RUP servirait alors à compenser (provisoirement) le "manque à gagner" pour les collectivités bien que du point de vue du consommateur il y aura un "plus à gagner".

4.Posté par polo974 le 05/05/2011 15:35
"Sur le plan économique, l'accès des entreprises, des consommateurs et des citoyens à l'ensemble du marché unique est de facto limité à cause d'une distance géographique".

Et peut-être aussi un peu beaucoup à cause d'une "distance douanière et fiscale"...


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales