Social

La Réunion bonne dernière dans l'utilisation des contrats d'avenir

Selon un rapport qu'a pu se procurer Le Monde, les départements français boudent toujours le dispositif d'aide à l'embauche de jeunes de moins de 25 ans largement pris en charge financièrement par l'Etat. Malgré un taux de chômage record, La Réunion s'illustre en étant le département le moins consommateur.


En photo, les 5 premiers contrats d'avenir signés en novembre 2012 à St-Paul. Mais les collectivités restent hésitantes
En photo, les 5 premiers contrats d'avenir signés en novembre 2012 à St-Paul. Mais les collectivités restent hésitantes
17.347 emplois d'avenir, c'est l'enveloppe des emplois d'avenir jusque-là sollicitée sur l'ensemble du territoire national, outre-mer compris. L'objectif des 100.000 contrats signés à la fin 2013 qu'espérait le gouvernement figure désormais comme un épouvantail.

En avril, selon les documents qu'a pu se procurer Le Monde, à peine 57 % des 9.091 emplois d'avenir prévus pour le mois dans toute la France ont effectivement été signés. Des chiffres qui, rajoute le journal, "viennent démentir le discours du gouvernement lorsqu'il assure que le déploiement se ferait à un rythme normal".

La Réunion se démarque par sa très grande frilosité sur le dispositif. Alors que quatre mois de l'année sont déjà écoulés (les chiffres sont arrêtés à fin avril, ndlr), notre territoire n'a rempli que 4,2% de ses objectifs sur l'année 2013 avec 210 emplois d'avenir effectivement signés pour un objectif de 5.000 emplois d'avenir sur l'année. Ce qui fait de La Réunion le département qui a le moins sollicité cette nouvelle formule de contrats, promesse du candidat Hollande pour endiguer le chômage des jeunes sans qualification.

Un bémol est à noter sur cet écart flagrant entre objectif et nombre de contrats signés. Là où un département comme la Haute-Vienne atteint sans difficulté la barre des 78% de ses objectifs, le département s'était vu attribué un un objectif de 173 emplois d'avenir. 135 l'ont déjà été. Mais les collectivités et autres associations de ce département métropolitain se sont littéralement ruées sur le dispositif, ce qui n'est absolument pas le cas à La Réunion. Juste derrière notre département, c'est l'Ile-de-France qui ne décolle pas non plus avec seulement 6% de ses objectifs remplis.

Les critiques n'ont pas manqué à l'instauration des contrats d'avenir, dont le peu d'engouement a également atteint les collectivités socialistes. La crainte de devoir embaucher ces jeunes à l'issue des 3 ans freine considérablement les bonnes volontés. Les plus avertis se rappellent en effet du casse-tête qu'avait engendré la fin des emplois jeunes au début des années 2000.
Vendredi 31 Mai 2013 - 07:00
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1501 fois




1.Posté par polo974 le 31/05/2013 11:17
incompétence ou malveillance ? ? ?

2.Posté par RIPOSTE le 31/05/2013 11:53
On a les énarques qu'on mérite à la REUNION , de passage pour 2 ans et demi , une nouvelle mutation mais entre temps la sur-rémunération a aidé à se constituer un petit matelas et jamais responsable . Venir parler de la très grande frilosité sur le dispositif ... C'est l'hôpital qui se fout de la charité depuis le 6 Mai 2012 suite à la présidentielle !

3.Posté par David Asmodee le 31/05/2013 13:22
Ils refusent d'embaucher les emplois jeunes car c'est trop cher.
En même temps ils font la leçon aux entreprises ; débourser près de 2000 euros par mois TTC pour embaucher un fainéant (qui ne vaut même pas la corde pour se pendre) n'est jamais assez cher.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales