Faits-divers

La Poste: Des salariés indisposés par des travaux de désamiantage à St-Denis

Depuis hier, plusieurs salariés du centre de tri de la Poste se plaignent de démangeaisons et/ou picotements au niveau de la gorge et du nez. Ils pointent du doigt les travaux de désamiantage au niveau d'un hangar du centre de tri du courrier de Saint-Denis. Pour la direction, toutes les mesures de sécurité ont été prises et les travaux doivent s'achever demain.


Les salariés dénoncent le manque de protection du chantier
Les salariés dénoncent le manque de protection du chantier
Depuis le début de la semaine, des travaux de désamiantage sont entrepris sur la toiture d'un des bâtiments du centre de tri du courrier de Saint-Denis (situé rue Juliette Dodu ndlr). Des travaux planifiés depuis le mois de novembre, les membres du CHSCT (Comité hygiène, sécurité et conditions de travail) ayant été mis au courant à l'époque.

"Mais les salariés se plaignent de picotement au niveau du nez et de la gorge depuis hier. C'est l'inquiétude et le personnel se sent mal", rapporte le délégué régional de Solidaires, Johnny Michel.

Tous pointent du doigt les travaux de désamiantage entrepris sur le hangar qui abrite les véhicules de fonction de la Poste. Dès aujourd'hui, les syndicats ont été mis au courant. Reste à savoir les actions qui seront entreprises. Les salariés sont inquiets pour leur santé et souhaitent obtenir des réponses sur le bon suivi de la réglementation en matière de travaux de désamiantage. "On a essayé de prévenir les membres du CHSCT mais pour le moment nous n'avons pas eu de retour", déplore le syndicaliste.

Pour Johnny Michel les travaux ne sont pas effectués correctement. "Vous n'avez qu'à regarder le chantier. Les bâches de protection sont mal fixées, avec des bouts de scotch, et il y a des trous. L'air peut passer", poursuit-il. (voir photos ci-contre)

La direction se veut rassurante pour ses salariés

De son côté, la direction de la Poste assure avoir pris toutes les mesures nécessaires au bon déroulement des travaux dans des conditions de sécurité optimum. Le diagnostic amiante était revenu positif après avoir lancé des travaux suite à une infiltration. "Toute la réglementation a été suivie. Nous avons demandé les habilitations à tous les organismes compétents et le CHSCT a validé pour les travaux de désamiantage", poursuit la direction.

Une réunion en présence d'un expert indépendant CSP (coordination en sécurité et protection de la santé) spécialisé en amiante s'est même tenue dans les locaux de la Poste ce matin. Objectif, rassurer et valider que l'ensemble des mesures de sécurités étaient respectées.

"C'est un expert indépendant en règle de désamiantage et il a expliqué que toutes les mesures de sécurité étaient réunies", ajoute la direction de la Poste.

Les travaux de désamiantage commencés ce lundi doivent s'achever demain. Tandis que les travaux pour réparer les infiltrations de la toiture s'achèveront plus tard.

La Poste: Des salariés indisposés par des travaux de désamiantage à St-Denis

La Poste: Des salariés indisposés par des travaux de désamiantage à St-Denis
Mercredi 15 Janvier 2014 - 15:53
Lu 1368 fois




1.Posté par dbv974 le 15/01/2014 23:36
lol.... ils me font rire ces gens là... pour le peu qu'ils bossent ils ne vont pas se plaindre quand même. Je penses que c'est plus la flémingite aigue et la fainéantise grandissante qu'ils ont qui leurs donnent tous ces symptômes.

2.Posté par iliade974 le 16/01/2014 07:28
L'approche du week end pardi !!
Deux jours de repos pas plus mal rajouté au week end ...
Allez demander au maçon si il n'est pas géné par les poussieres, le bruit et le soleil en plein mois de janvier ....

3.Posté par RTRECAN le 16/01/2014 12:47
C'est là qu'on se rend compte de la désinformation du personnel !!!!
L'amiante de gratte pas ni ne pique !!!
On ne se rend compte que l'on est malade que 20 ou 30 ans après !!!!!

4.Posté par RTRECAN le 16/01/2014 13:03
Manque d'information ou abus de la situation ?
L'amiante ne gratte pas et ne pique pas !!!! Ses maladies, dues à l'inhalation des poussières, ne se déclarent que 20 ou 30 ans après !!!!

5.Posté par O.de Trogoff le 16/01/2014 16:26
Les pauvres "chochottes" l'amiante ne pique pas et effectivement on s’aperçoit que l'on est malade que plus de 20 ans après, et encore faut il en avoir fait une utilisation intensive. Lorsque j'avais 10/11 ans j'aidais mon père à isoler notre maison avec des plaques d'amiante nous en mettions partout et, plus tard je réparais le pot d'échappement trouée de ma "motobécane" bleue toujours avec des plaques d'amiante que je serrais autour avec un fil de fer. Aujourd'hui je pète le feu. Là ces pauvres mikado* tentent de toucher des pensions et autres primes versées lors de contaminations prouvées. Ces gens devraient être interpellés pour tentative d'escroquerie en bande organisée....

* Mikado parce que le premier qui bouge, à la poste, a perdu et doit payer la tournée d'apéro. (lol)

6.Posté par Un peu de recul le 11/11/2016 18:53
C'est l'histoire du faible (les employés) face au fort (les grandes entreprises).

Les employés ne pourront jamais prouver qu'ils ont été exposé à l'amiante puisque celui-ci est invisible et que l'on aura pris soin de leur dire qu'ils ne risquent rien. Les employeurs veulent réduire leurs coûts et leur responsabilité, pour cela, ils ne voudront jamais admettre qu'ils ont pu empoisonner leurs employés. Après coup, ils pourront toujours dire qu'ils ne savaient pas, et qu'ils croyaient avoir fait comme il faut. C'est facile à dire, ça ne coûte rien, et ça n'engage aucune responsabilité. D'ailleurs, comme c'est la propagande habituelle, le discours ne sera pas nouveau. Cela prouve simplement que les lois et les techniques sont inadaptées à la problématique soulevée: un préjudice à une échéance de deux ou trois décennies que la loi ne permet pas d'établir, alors qu'une fois que le préjudice sera avéré, les fauteurs ne seront plus là pour payer...

La polémique ne solutionne rien et les commentaires des lecteurs sont affligeants de naïveté et déconcertant par la manière avec laquelle ils cautionnent la langue de bois des décideurs:
*@ dbv974 Le travail ne doit pas être une chance, mais un équilibre entre l'effort et sa contrepartie (le don et le contre-don), d'ailleurs avec les critères d'aujourd'hui on considère que l'esclavage n'offrait pas un équilibre équitable entre les parties, d'autant plus facilement que cela n'engage à rien de le reconnaître.
* @ iliade974 II ne faut pas prendre pour modèle celui qui s’empoisonne, mais plutôt celui qui ne s'empoisonne pas. D'ailleurs, le suicide est un acte traditionnellement condamné par les doctrines religieuses.
* RTRECAN Si un cancer peut se déclarer vingt ou trente années plus tard, pourquoi les poussières (des matériaux fins, mais durs et en forme d'aiguilles) ne pourraient pas être ressentis au moment du contact? Faut-il attendre d'être complètement mort et complètement muet pour dénoncer une situation anormale?
* O.de Trogoff Les plaques d'amiante n'émettent pas (beaucoup) d'amiante tant qu'elles ne sont pas cassées ou réduites en poussière, le désamiantage libère des fibres d'amiante dites libres dans l'air, c'est vraisemblablement autre chose... Si vous respirez cet air, comment ces fibres pourraient ne pas aller dans vos voies respiratoires?

Bref, il n'y a rien de comique dans ce genre de situation.

7.Posté par Un peu de recul le 12/11/2016 18:54
Par ailleurs, une problématique similaire existe à Paris, avec le Tour Montparnasse...

Il existe un article à ce sujet:
L’amiante sature l'air de la tour Montparnasse
Peut-on désamianter la tour Montparnasse avec 5 000 salariés à l'intérieur ? Un pré-rapport d'expertise, dont « Le Monde » a eu connaissance, montre que le chantier n'est pas sûr.
LE MONDE | 11.12.2013

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:53 Le CROSS évacue un marin philippin par hélicoptère

Vendredi 2 Décembre 2016 - 10:51 St-Louis: Collision entre un bus et une voiture

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales