Société

La Possession : Un projet immobilier stoppé net par des riverains

Les résidences Les Vergers du Soleil, dans les hauts de la Possession, seront-elles un jour occupées ? Une poignée de riverains espère obtenir gain de cause face à ce qu'ils dénoncent comme le passage en force d'un promoteur immobilier. Lequel répond que tout sera plié dans deux mois.


La Possession : Un projet immobilier stoppé net par des riverains
La rue Alexandre Dumas, à Sainte-Thérèse, a du mal à retrouver sa sérénité d'antan. Posé au milieu de rangées de cases individuelles dont le regard plonge sur la ville du Port, la série de résidences Les Vergers du Soleil n'accueille pour l'heure aucun locataire. La faute à la résistance acharnée des riverains de la première heure.

Le permis de construire est accordé le 27 juillet 2007 à la société immobilière Novamonde. La première entorse au plan local d'urbanisme ne tarde pas, à en croire les voisins. Une série de résidences est montée en lieu et place "d'habitations individuelles à caractère pavillonnaire noyées au sein d’espaces verts" comme le prévoit le PLU dans une zone dite UC. Le promoteur Sadeck Dindar fait valoir le respect de "la hauteur des appartements en R+1", comprendre rez-de-chaussée plus un étage.

A l'époque, un arrêté interruptif des travaux est pris par la mairie en juin 2009, sous la pression d'un collectif de quartier qui s’est formé entretemps pour protester. Sur ce point encore, Sadeck Dindar dirige ses remarques non pas à l'encontre d'un "soi-disant collectif" mais d'une seule et unique forte tête : "un riverain qui g…. plus fort que les autres", dit-il sobrement.

Le respect du cadre d'habitations ne serait pas la seule entorse aux règles de l'urbanisme. Le promoteur n’aurait pas respecté la largeur minimale de 5 mètres imposée par le PLU pour la voie d’accès. Constat sur place : il n’y a pas plus de 3,5m entre la lignée de murs des riverains et la clôture de la résidence de Novamonde. "5 mètres est la norme minimale permettant à deux voitures de se croiser ou encore pour que les véhicules de lutte contre l’incendie puissent faire demi-tour", évoquent les plaignants.

"Je construis, je régularise ensuite" : Une méthode locale bien connue

La dernière étape notoire est la levée de l'arrêté interruptif de travaux en date du 24 mai 2012 signé du maire lui-même. La voie sans issue qui desservait jusque-là les six familles pourrait bien déboucher sur un chemin desservant l'ensemble du quartier en forme de boucle autour de la résidence Les Vergers du Soleil.

L'étonnement des riverains est à son paroxysme. "Nous n'avons vu aucun panneau réglementaire d'installé signalant la légalisation de la construction", explique Théo Thibur, habitant du coin depuis 26 ans.

Le promoteur attaque à son tour. "Les riverains n'ont rien dit dans la période de contestation légale du permis de construire (à comprendre le tout premier, celui de 2007, ndlr)". Par la suite, les mêmes riverains ont refusé une expertise de bornage à l'amiable selon le promoteur. Suivront donc deux bornages judiciaires pour "tenter" de mettre tout le monde d'accord. C'est sur les conclusions de ceux-ci que la mairie dit aujourd'hui s'appuyer pour délivrer le fameux sésame de reprise des travaux. Pour avoir une idée, sur place, le gros oeuvre est effectué. Les appartements se dégradent aujourd'hui sans occupants, un comble pour Sadeck Dindar. "Il faut que ces personnes se mettent en tête que la Réunion est un territoire restreint, avec de nombreuses zones protégées. On ne peut pas dire à tout bout de champ : je veux ma petite maison et pas de voisins en face", avance fermement le promoteur qui dit avoir sollicité à une dizaine de reprises un dialogue que lui aurait refusé le leader de la contestation.  

Parmi les riverains justement, Raphaël Mithra ne se laisse pas bercer par l'évocation du foncier qui se fait de plus en plus rare à la Réunion. Il réfute aujourd'hui la politique du fait accompli : "je construis mon projet de résidences et je régularise ensuite" n'est décidément pas du goût de riverains remontés à bloc. Et ce n'est pas cette dernière appréciation du promoteur Sadeck Dindar qui viendra les calmer : "dans deux mois, c'est fait", annonce, serein, le promoteur.
Mercredi 29 Août 2012 - 10:40
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2256 fois




1.Posté par kada le 29/08/2012 12:10
bravo les riverains

je construis mon projet de résidences et je régularise ensuite" du n' importe quoi !

2.Posté par Municipalité bananière le 29/08/2012 12:39
Promoteurs voyous : Il faut rechercher les complicités : la mairie, les banques, certaines administrations...

Quant à la Justice, on se fout complètement des ses décisions.

3.Posté par oceane le 29/08/2012 17:31
Ce sont les promoteurs et les mairies qui devraient remettre en question leur méthode. Les proprio installés depuis des années paient leurs impôts fonciers et croyez-moi, le montant augmente de plus en plus. Qu'ils construisent c'est un fait : mais qu'ils respectent les codes de l'Urbanisme et de construction et les habitants des quartiers. Non mais, pour qui ils se prennent! Ce n'est pas un problème de voisins en face, c'est le problème de comment les voisins d'en face vont s'installer : en violant les espaces privés environnants avec les PLU qui évoluent en fonction des projets et de ce que ça rapportent à des personnes privées? Tant que les promoteurs ne seront pas sanctionnés quand ils ne respectent pas les règles et qu'ils essaient par tous les moyens d'obtenir des autorisations loufoques de mairies trop complaisantes on ne s'en sortira pas. Le développement du foncier oui, mais un développement harmonieux et étudié! Pas un développement anarchique ou ceux qui paient ont des passe droits qu'ils obtiennent Dieu sait comment! Les proprio aussi paient le droit d'être respecté par les municipalités et par ceux qui arrivent! Pas de REGULARISATION, le mot en lui même est une insulte!!! On ne régularise pas n'importe quoi!

4.Posté par Thierry le 29/08/2012 20:29
Qui disait qu'un pot de terre ne rivalise pas avec un pot de fer ???

Le chêne et le roseau ... il suffit au roseau d'attendre patiemment...

5.Posté par Fin de règne !!! le 29/08/2012 21:41
Ça sent de plus en plus le pâté pour Robert et sa famille. Si même de "banals" administrés sont devenus des empêcheurs de construire en rond (alors que TOUTES les instances légales de cette colonie sont in the pocket depuis 40 ans ), où va le monde ? Il n'y a plus de saison, ma brave dame !!!

6.Posté par lexus le 30/08/2012 07:36
Il faut interdire ce promoteur d utiliser la rue Alexandre Dumas car comment la Mairie peut autoriser une telle situation d abus pour régulariser un tel permis.
Bon courage à vous tous.......................................................

Roro et Dodo la saumure son DGS ont levé l arrêté Interruptif de Travaux où se trouvent ce document qui doit être accessible à ce collectif d habitants, caché dans la caverne d'Ali Roro, peut être.

Si aucune levée de l AIT existe à aucun moment les travaux ne peuvent continuer ................à méditer.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales