Société

La Possession: Le bidonville de la Ravine à Malheur est toujours habité


La Possession: Le bidonville de la Ravine à Malheur est toujours habité
Voici une affaire dont ni les décisions de justice ni la médiatisation en date de 2010 n'ont produit d'effets. Au grand désespoir de la famille Aoustin et des riverains de la Ravine à Malheur, l'autorité municipale n'a jamais assuré la démolition des cases insalubres. Deux familles restent sur les lieux alors que d'autres avaient réinvesti les cases des familles précédemment relogées. Un cercle sans fin.

Après pas moins de cinq jugements, le bidonville de la Ravine à Malheur demeure une verrue dans le paysage bordant la route CD41. Pire, depuis le relogement de toutes les familles il y a quelques mois, hormis deux d'entre elles, deux autres foyers ont investi les habitations dont l'insalubrité est notoire. A côté de ce panorama peu reluisant, c'est le dépotoir à ciel ouvert qui ne manque pas d'interpeller le voisinage.

"Intentionnellement ou non, par imprudence ou par négligence, et malgré nos multiples sollicitations, le maire laisse perdurer ou cautionne une situation sanitaire et environnementale déplorable et potentiellement explosive et dramatique. Son refus persistant de mettre en œuvre les pouvoirs qu’il tient du code général des collectivités territoriales, du code de l’urbanisme, du code de l’environnement et du code pénal contribue au maintien de la ravine dans un état de pollution pour le moins inquiétant et fait courir des risques avérés et significatifs aux personnes et aux biens", fait prévaloir la famille Aoustin dans sa plainte à l'encontre du maire Roland Robert.

Ce cas d'inaction laisse en effet perplexe tout le voisinage. Voilà plus de 10 ans qu'il est mobilisé. Après une première pétition qui a circulé dans le voisinage dès 2002, c'est la famille Aoustin, seuls voisins dont l'intérêt à agir paraissait évident, qui a entamé une procédure judiciaire. Le but : enjoindre la collectivité, après relogement de la vingtaine de familles s'y trouvant, de détruire ce bidonville.

Possession Ecologie se mobilise
Possession Ecologie se mobilise
Si les familles ont été relogées, les tôles sont restées en l'état. "Il y a énormément de détritus, des batteries jonchent le sol", relate Tristan Aoustin, qui revient à la charge après une première médiatisation en 2010. Cette fois, il est épaulé par la jeune association Possession Ecologie Solidaire de Vanessa Miranville qui ne manque pas de rappeler l'impact environnemental de ces déchets, qui plus est en bordure de ravine.

"Le maire reste manifestement insensible aux injonctions"

Loin d'être résigné, Tristan Aoustin partage malgré tout son incompréhension sur l'attitude du maire. Et pourtant, la décision du tribunal administratif du 19 juin 2008 est bien venue appuyer les réclamations du voisinage. Dans cette décision, le TA avait fait remarquer qu'"en l’absence d’élément tendant à établir que les installations litigieuses ont été détruites ou régularisées, il doit être enjoint au maire de la commune de La Possession, dans un délai de deux mois à compter de la notification du présent jugement, de faire dresser un procès-verbal de l’infraction commise et d’en transmettre une copie sans délai au ministère public".

Si le jugement a le mérite de clarifier les obligations de la mairie en matière de salubrité publique, la suite sera beaucoup plus chaotique.

"Plus de deux ans se sont écoulés depuis cette décision et rien n’a évolué dans les faits. Le maire reste manifestement insensible aux injonctions et menaces d’astreintes du juge et méprisant à l’égard des citoyens de sa commune et des devoirs que lui impose la loi. Il n’a jamais pris, de quelque manière que ce soit, la peine de s’intéresser à cette affaire", estiment les requérants. Ce qui devait arriver n'a donc pas tardé à se produire : les cases vides ont été réoccupées par deux foyers, avant qu'ils ne s'en aille. Deux autres familles restent sur place. Et cette fâcheuse impression pour les riverains de revenir 10 ans en arrière.

La Possession: Le bidonville de la Ravine à Malheur est toujours habité

La Possession: Le bidonville de la Ravine à Malheur est toujours habité
Jeudi 20 Juin 2013 - 16:04
LG
Lu 1628 fois




1.Posté par pour pes le 20/06/2013 20:28
la marie ne fait rien a part margouillet ce n'ai plus possible de vivre a la possession avek un maire kome sa vivre le changement avec PES !!!!!!!!!!!!

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 20/06/2013 20:53
mieux vaut dépenser l'argent dans une hypothétique opération de rénovation du parking de la mairie, cela est bien plus ... enfin, on connaît bien les manoeuvres du PCR pour remplir certaines poches en vue des prochaines élections..

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales