Sport

La FIFA au cœur d'un scandale de corruption

Une commission d'enquête de parlementaires anglais a auditionné l'ancien président de la Fédération anglaise de football. Ce dernier accuse quatre membres de la FIFA d'avoir cherché à obtenir des contreparties en échange de leurs voix pour la désignation du pays organisateur de la Coupe du monde 2018.


La FIFA au cœur d'un scandale de corruption

Désignée organisatrice de la Coupe du monde 2018, la Russie avait devancé l'Angleterre qui croyait en ses chances d'organiser "la plus grande compétition sportive", un moment que les Anglais attendent depuis 1966. Aujourd'hui, l'ex-président de la FA (Fédération anglaise de football) accuse quatre membres du comité exécutif de la FIFA d'avoir voulu obtenir des contreparties en échange de leurs voix.
Suite à l'échec de leur candidature les Anglais avaient lancé une enquête parlementaire, notamment pour tenter de trouver des réponses à ce revers.

Auditionné hier, David Triesman, accuse Jack Warner, représentant de Trinité et Tobago, d'avoir réclamé environ 2,8 millions en échange de sa voix. Officiellement, cet argent devait servir à construire des écoles à Trinidad.

"Que pouvez-vous pour moi ?"

Trois autres membres de la FIFA sont concernés par ces accusations. Le Paraguayen Nicolas Leoz aurait demandé un titre de noblesse et le Thaïlandais Worawi Makudi des droits de retransmission télévisés pour un hypothétique match entre son pays et l'Angleterre. Enfin, ne sachant pas comment profiter de la situation, le Brésilien Ricardo Teixeira aurait demandé à David Triesman: "Que pouvez-vous pour moi ?".

Si l'Anglais affirme qu'il va bientôt transmettre ses preuves à la FIFA, d'autres membres du comité de la FIFA sont montrés du doigt, cette fois pour les conditions d'attribution de la coupe du monde 2022 au Qatar. La commission d'enquête accuse le vice-président camerounais de la FIFA, Issa Hayatou, et l'Ivoirien Jacques Anouma d'avoir été achetés par le Qatar.

La FIFA offre 20 millions d'euros à Interpol dans le cadre d’un programme pour la lutte contre la corruption

Paradoxe, alors que l'institution internationale du ballon rond est accusée de corruption, elle vient parallèlement d'offrir 20 millions d'euros à Interpol dans le cadre d'un programme anti-corruption. Ce plan, sur 10 ans, vise à lutter contre les paris irréguliers et illégaux, ainsi que le trucage des matchs de football. "Le trucage de matchs est l’un des plus grands dangers auxquels est confronté le monde du sport, et nous sommes déterminés à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour contrecarrer cette menace", a déclaré le président de la FIFA, Joseph Blatter.
Mercredi 11 Mai 2011 - 18:11
Lilian Cornu
Lu 1220 fois




1.Posté par môvélang le 12/05/2011 08:31
tant qu'il y aura des trouduc-s (spectateurs et téléspectateurs) pour pour financer, il y aura la magouille, le trucage et la corruption

2.Posté par FoxMulder2012 le 13/05/2011 10:45
@poste 41 : bien dit :)

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 15:32 Surf: Johanne Defay est 5e mondiale

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales