Economie

La FDSEA interpellera Marie-Luce Penchard

La FDSEA est montée au créneau ce vendredi sur un certain nombre de sujets d'actualité. De retour de Paris où il a assisté à l'annonce des mesures dédiées à l'agriculture par le président de la République, le président du syndicat Frédéric Vienne a tenu à s'exprimer sur le sujet mais également sur la prime bagasse ou les retards pris dans la campagne sucrière.


La FDSEA interpellera Marie-Luce Penchard
Frédéric Vienne le sait, la secrétaire d'Etat à l'Outre-mer Marie-Luce Penchard se déplacera dans le département le 23 novembre prochain.

A cette occasion, le président de la FDSEA interpellera la secrétaire d'Etat sur la mise à disposition d'une enveloppe de 40 millions d'euros dès 2010 en direction des agriculteurs. Problème, cette enveloppe n'est dédiée qu'aux agriculteurs appartenant à une filière organisée selon les annonces relatives au Programme d'options spécifiques à l'élargissement et à l'insularité des DOM (POSEI-DOM). Pourtant, nombreux sont ceux à ne pas appartenir à un groupement.

"L’ensemble des agriculteurs qui font de la diversification ne sont pas tous en filière organisée, par exemple les maraichers qui vendent sur les marchés forains sont exclus. Sur les 3300 producteurs, nous pouvons estimer que seulement 400 sont en groupement" explique Frédéric Vienne.

"Un traitement plus équitable de la part des usiniers..."

Les retards accumulés dans le cadre de la campagne sucrière 2009 ont également fait l'objet de revendications, à l'image de la CGPER en début de semaine. En effet, plusieurs secteurs tels que Ravine Glissante, Pente Sassy, Beaufond ou Tamarin, souffrent d'un retard conséquent lié à de multiples contretemps.

En réponse, la FDSEA "demande un traitement plus équitable de la part des usiniers. (...). Nous demandons que les quotas pour les agriculteurs qui coupent manuellement soit renforcés puisque les conditions de travail sont de plus en plus difficiles".

Les positions du syndicat sur la prime bagasse n'ont pas bougé. Les membres de la fédération estimant que les 14,80 euros sont "déjà acquis par les planteurs". Pour autant, des négociations sont en cours et c'est la commission paritaire de la canne et du sucre qui devrait avoir le dernier mot sur la part réclamée par les usiniers.

Quant au Plan d'urgence nationale sur l'agriculture, étendu à la Réunion après les mouvements du 16 octobre 2009, il devrait être l'objet d'une réunion le 20 novembre prochain à la Direction de l'agriculture et des forêts (DAF).
Samedi 14 Novembre 2009 - 14:00
Ludovic Robert
Lu 1286 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales