Faits-divers

La Cour de discipline budgétaire sanctionne trois ex-directeurs du GHSR

La dégradation financière du groupe hospitalier Sud Réunion (GHSR) sur les exercices 2007 et 2008 n'est pas passée inaperçue. Au point d'être remontée au plus haut niveau.
Les anciens cadres supérieurs sur cette période ont eu la peu flatteuse expérience de s'être fait prendre par la prestigieuse Cour de discipline budgétaire et financière (CDBF) siégeant à la Cour des Comptes. Un exploit peu reluisant en soi.
Il est reproché à ces trois anciens cadres "un grave déficit budgétaire qui témoigne d’un défaut général de surveillance et d’une méconnaissance des obligations de bonne gestion auxquels est astreint tout responsable d’un organisme soumis au contrôle des juridictions financières".


La Cour de discipline budgétaire sanctionne trois ex-directeurs du GHSR
Trois cadres supérieurs du GHSR ont subi les foudres de la Cour de discipline budgétaire et financière présidée par le Premier président de la Cour des comptes en la personne de Didier Migaud. Dans un arrêt pris le 9 décembre 2011, le groupe hospitalier Sud Réunion est sévèrement critiqué. La dégradation de la situation financière de l’établissement sur la période 2007-2008 n'est que la conséquence, dixit la Cour, des "dépassements des effectifs autorisés par les crédits budgétaires, dépassements qui constituent la cause majeure de cette dégradation".

Recrutement d'administratifs plutôt que de personnels soignants

Les recrutements montrés du doigt par les magistrats financiers ont "essentiellement concerné des postes administratifs, alors que les enveloppes accordées par l’agence régionale d’hospitalisation (ARH) étaient destinées, notamment dans le cadre d’un plan de santé mentale, au renforcement des effectifs de personnel soignant".

Trois protagonistes sont la cible des magistrats financiers. Emmanuel Bouvier-Muller a exercé, du 6 mars 2006 au 14 mai 2007, parallèlement à sa fonction de directeur du centre hospitalier Félix Guyon, celle de directeur par intérim du GHSR.  La conduite générale de l’établissement est assignée, par délégation, à Alex Lysandre (directeur délégué*) puis en cas d'absence à Gérard Lassays, directeur des ressources humaines*.

Problème, conconmitamment à cette redistribution de postes, le compte financier définitif pour l’exercice 2007 a été arrêté avec un déficit de 9.317.736 €, soit 3,5 % des recettes de fonctionnement de l’hôpital. L'année suivante, et malgré la mise en œuvre d’un plan de retour à l’équilibre, ce même déficit s’est établi à 8.284.248 € (exercice 2008).

Cette envolée des déficits du GHSR est étonnante aux yeux des magistrats financiers, "alors même que l’équilibre financier du GHSR était, lors de l’exercice 2005, attesté par de nombreuses sources émanant de la direction de l’hospitalisation et de l’organisation des soins et de la mission d’expertise et financière du Trésor public". 

L'arrêt qui met en cause les ex-responsasbles du GHSR est signé de Didier Migaud
L'arrêt qui met en cause les ex-responsasbles du GHSR est signé de Didier Migaud
Un poste budgétaire en particulier interpelle l'institution financière. Morceaux choisis : "Cette dégradation de la situation financière de l’établissement résulte en grande partie d’une augmentation des charges de personnel ; qu’en effet, des recrutements d’agents au-delà des effectifs autorisés par les crédits budgétaires ont été réalisés ; qu’ainsi les charges nettes de personnel sont passées de 148,9 M€ en 2005 à 157,9 M€ en 2006 et 168,2 M€ en 2007 ; que cette augmentation de près de 20 M€ en trois ans représente les deux tiers de l’augmentation des dépenses sur la même période ; Considérant qu’une grande partie des déficits des comptes 2007 et 2008 du GHSR est la conséquence directe et certaine du recrutement d’agents en méconnaissance de la régularité budgétaire et des règles de gestion des ressources humaines".

Des responsabilités disparates

Le rôle des trois protagonistes est disséqué par la Cour de discipline budgétaire et financière. Des nuances apparaissent sur le niveau de responsabilité de chacun.

Selon la Cour des Comptes, si Emmanuel Bouvier-Muller (directeur par intérim du GHSR), "a donné à Alex Lysandre, directeur délégué, une délégation de signature "aux fins d’assurer la conduite générale du groupe hospitalier Sud Réunion", (...) elle n’exonère pas Emmanuel Bouvier-Muller, autorité déléguante, de sa responsabilité". Cependant, sa lettre de mission, qui consistait essentiellement à la conduite du projet de centre hospitalier régional (CHR), a été reconnue comme circonstance atténuante par la Cour. Il a été relaxé de toute amende suite à la décision du 9 décembre.

En revanche, en sa qualité d’ordonnateur responsable de la préparation et de l’exécution du budget ainsi que de la présentation des comptes, Alex Lysandre "a une responsabilité directe dans les graves anomalies constatées en matière de suivi budgétaire et comptable" poursuit l'arrêt de la CDBF. L'arrêt le condamne à verser une amende de 10.000 €. Bien légère, diront certains, au regard des écarts financiers engagés.

Enfin, pour le troisième protagoniste, Gérard Lassays, la Cour n'est pas tendre. Directeur des ressources humaines jusqu’au 3 septembre 2007, il disposait d’une délégation de signature pour "la gestion des crédits budgétaires affectés aux ressources humaines" ainsi que pour "la gestion des recrutements des personnels titulaires et non titulaires" qui l'obligeait à référer des éventuelles difficultés rencontrées dans l’application de sa délégation. "En ne rendant pas compte de recrutements au profit des services qui ne correspondaient pas aux mesures nouvelles accordées par l’ARH, il n’a pas respecté les termes de la délégation que lui avait consenti le directeur de l’hôpital", complète l'arrêt. En plus de cette absence de vigilance, une "comptabilisation insincère des engagements financiers" est reprochée à l'ancien DRH. Le tableau prévisionnel des effectifs rémunérés ne correspondait pas aux autorisations données par le conseil d’administration. Il est lui aussi condamné à 10.000 euros d'amende.

----------
* Alex Lysandre a exercé les fonctions de directeur délégué du GHSR du 28 mars 2006 au 14 mai 2007, puis de directeur par intérim du 14 mai 2007 au 2 février 2008.
* Gérard Lassays a exercé la fonction de directeur des ressources humaines du GHSR du 6 août 2001 au 1er août 2007


L'arrêt complet de la CDBF du 9 décembre 2011 :

arret_9_12_2011_ghsr.pdf Arret_9-12-2011_GHSR.pdf  (168.81 Ko)

Vendredi 23 Décembre 2011 - 07:43
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2531 fois




1.Posté par Nordiste le 23/12/2011 06:57
Voilà le résultat des "emplois de complaisances", en fait des recrutements familiaux ,famille du directeur avec la complicité active de la CFTC...

2.Posté par So what ? le 23/12/2011 07:19
Les noms ont changé mais les pratiques sont restées.

3.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 23/12/2011 07:20
"recrutements montrés du doigt par les magistrats financiers ont "essentiellement concerné des postes administratifs,".....
Tu m'étonne, à l'image de la Femme de l'Ancien Président du TGI de ST PIERRE, LIENARD,
recrutée comme "Porte Parole du GHSR" ?

4.Posté par noe!!?! le 23/12/2011 08:03
Etre "directeur" n'est pas donné à tout le monde .... la Cour des Comptes en sait quelque chose !

Malheureusement , " Il faut choisir, dans la vie, entre gagner de l'argent et le dépenser; on n'a pas le temps de faire les deux. " (Edouard Bourdet)

et ne pas oublier , que "Les fonctionnaires sont un petit peu comme les livres d'une bibliothèque. Ce sont les plus hauts placés qui servent le moins..." (Georges Clemenceau)

5.Posté par cornouailles le 23/12/2011 09:49
On ne pourrait pas faire la même chose avec les ex cadres de l'ARAST ??????

6.Posté par Olivier le 23/12/2011 10:43
Tous les syndicats combinent ! Il faudrait aller fouiller du cote de la CAF !!!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:53 Le CROSS évacue un marin philippin par hélicoptère

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales