Economie

La Convention Fisac pour rénover et rebooster les épiceries


La Convention Fisac pour rénover et rebooster les épiceries
Les épiceries de l'île, actrices du commerce de proximité, sont en voie de disparition. Si, en 1980, on en comptait 4500, aujourd'hui il n'en reste plus que 800 sur toute l'île. "La nouvelle génération qui souhaite reprendre le commerce des parents ne veut pas reprendre une affaire qui ne marche pas", indique Nathalie Carron, présidente du Syrcap (Syndicat réunionnais du commerce alimentaire de proximité).

Signée aujourd'hui, la convention Fisac, soutenue par l'Etat, la CCI, la Dieccte et la Région (en cours de négociation), est un fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce d'un montant de 329.234 euros, créé le 23 avril dernier par le Secrétariat d'Etat chargé du commerce à destination des commerces alimentaires de proximité.

Pour ce projet, la CCIR a demandé à ce que le département soit considéré sous forme de quatre micro-régions. La première tranche s'étalera sur deux ans et est prévue dans la région Est où une vingtaine d'épiceries seront choisies en fonction du cahier des charges qui définit les critères d'accès au Fissac. Six communes de la Cirest sont concernées par ce projet de redynamisation du commerce de proximité : Saint-André, Bras-Panon, Saint-Benoît, Salazie, Sainte-Rose et la Plaine des Palmistes.

La rénovation et la modernisation d'une épicerie, "patrimoine de la Réunion qui doit être protégé", remarque le président de la CCIR, Ibrahim Patel, est estimée a 40.000 euros. Le Fisac interviendra à hauteur de 12.000 euros, soit 30% de l'investissement.

L'objectif est de relancer le commerce de proximité, qui maintient un lien social au sein des quartiers, au travers d'actions telles que des études sur l'approvisionnement, la définition d'un concept de boutique de proximité, la communication et l'animation.

Afin que les commerces de proximité puissent être compétitifs face aux tarifs des grandes surfaces, qui sont en moyenne 30% moins chères, un dossier de demande de subventions a été réalisé en partenariat avec le Syrcap. Deux axes majeurs d'intervention ont été définis : une centrale d'achat afin d'obtenir de meilleures conditions d'approvisionnement des boutiques et la définition d'un concept intégrant patrimoine et modernité ainsi que sa mise en oeuvre professionnelle. Un deuxième axe qui mérite d'être pris compte par les aides de l'Etat, selon Ibrahim Patel.
Mardi 18 Décembre 2012 - 17:19
Lu 1080 fois




1.Posté par polo974 le 18/12/2012 16:55
c'est marrant de voir tous ces libéraux pleurnicher des subventions...

d'un autre coté, ils n'ont qu'à demander une condamnation et des dommages pour concurrence déloyale aux grands qui narguent la justice en ouvrant hors la loi...

2.Posté par Grain2Sel le 18/12/2012 20:32
@polo974 : Un libéral est contre les subventions. Un libéral est contre les interventions de l'État et la CCIR a fortiori dans quelque domaine que ce soit. Un libéral est pour la suppression quasi totale des prérogatives des CCI et des CM. Un libéral pense que si un secteur économique doit disparaître, parce qu'il n'est plus adapté, il disparaîtra subvention ou pas.

Un épicier de quartier ne peut pas lutter contre un HyperKekchose s'il vend les mêmes produits. Il doit faire preuve d'inventivité et si ces messieurs les commerçants ne sont pas foutus d'évoluer avec leur temps et avec la concurrence ils devront disparaître. C'est la loi du marché et aucun libéral ne pleurera sur leur sort (sauf à titre privé bien sûr).

Pour finir: un libéral est avant tout pour la liberté et contre l'oppression quelle qu’elle soit (économique ou politique)

Monsieur, renseignez vous avant de l'ouvrir.


3.Posté par social democrate le 18/12/2012 20:40
Pierrot pour la crédibilité de tes infos ça serait bien que tu instruises tes journalistes débutants : quand on connait pas un sigle on s’informe : c’est F.I.S.A.C : fond d’investissement pour le servie l’artisanat et le commerce et non pas FISSAC.
Déjà qu’on n’est pas gâté vu le niveau des politiques affligeant de la plupart des politiques réunionnais si en plus on doit se taper des brêles comme journalistes ça devient pénible.

4.Posté par mi marche ec Melenchon le 19/12/2012 07:00
bravo a la cgtr qui accompagne le fissa fissac en faisant appliquer la loi sur la fermeture des grandes surfaces le dimanche.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales