Blog de Pierrot

La Cité des Outre-Mer torpillée par Emmanuel Macron ?

Jeudi 9 Novembre 2017 - 18:00

Ericka Bareigts a signé une lettre ouverte en compagnie de militants, élus, chercheurs, artistes ou citoyens originaires d'Outre-Mer et proche du Parti socialiste, courrier adressé au gouvernement pour s'alarmer de son silence autour du projet de Cité des Outre-Mer. Un projet culturel attendu depuis vingt ans par les ultramarins.


La Cité des Outre-Mer torpillée par Emmanuel Macron ?
L’installation d’une Cité des Outre-Mer à Paris mettant en valeur l’histoire, la mémoire et les cultures des outremers, constitue une promesse récurrente des autorités politiques de notre pays depuis plus de vingt ans, du président Jacques Chirac à François Hollande, de la maire de Paris aux présidents successifs de la Région Île-de-France.

Le vendredi 17 mars 2017 un pas décisif était franchi avec la transmission au Conseil d’Etat d’un décret portant création de l’établissement public de la Cité des Outre-Mer. Le site d’implantation au cœur du parc de la Villette à Paris, face à la Cité des sciences et de l’industrie, l’ancien cinéma désaffecté, le "Cinaxe", a été affecté au futur établissement public industriel et commercial de la cité des Outre-Mer. Le ministère des Outre-mer a par ailleurs, affecté au sein de la Loi de Finances 2017 dûment votée par le Parlement il y a un an, 10 millions d’euros pour le développement de la Cité des Outre-Mer.

Nul ne pouvait imaginer qu’il était possible de revenir sur un engagement pris par plusieurs présidents de la République, réalisé par le président François Hollande et avalisé par le Parlement. Nul ne pouvait imaginer un tel camouflet envers des acteurs ultramarins qui se mobilisent depuis vingt ans pour faire émerger un centre culturel destiné à promouvoir et valoriser les cultures, les arts, les traditions et coutumes des territoires ultramarins. En somme, un lieu de découvertes, d’échanges, de rencontres et de convivialité, des notions qui sont d’autant plus importantes dans une société actuelle coupée de ses histoires.

Depuis la nomination de la nouvelle ministre des Outre-mer dans le gouvernement Philippe, pas un seul mot sur cette Cité des Outre-Mer, pas de communiqué de presse, pas de déclaration d’une minute, pas de discours, aucune intervention publique pour défendre ce lieu qui correspond aux besoins de nos compatriotes d’Outre-mer. Pas une ligne dans le budget soumis au Parlement pour 2018.

Nous ne pensions pas qu’un changement de majorité -à la fois à la tête de l’Etat et dans l’hémicycle, après les élections présidentielle et législatives- allait empêcher la création de la Cité qui doit faciliter la découverte des Outre-mer qui bénéficieront ainsi d’une formidable visibilité au centre du site de La Villette, fréquenté chaque année par plus de dix millions de visiteurs.

Car il s’agit bien d’un site homogène, à l’ordonnancement équilibré entre arts, culture et biodiversité en milieu urbain. Il était également prévu de donner la priorité au numérique, de manière à permette aux ultramarins, demeurés dans leurs îles éloignées, de partager aussi les cultures mises en valeurs en ce lieu, et ce, via des expositions virtuelles.

Nous craignons que l’actuelle indifférence envers les territoires ultramarins continue de s’accroître en continuant à les priver de toute visibilité dans l’hexagone, y compris pour les populations qui s’en sentent proches. La Cité des Outre-Mer vise, en outre, à retendre le lien entre l’Hexagone et ses Outre-mer: dans son rapport intitulé «Les DOM, défi pour la République, chance pour la France», le Sénat estime le nombre d’ultramarins résidant dans l’hexagone entre 900 000 et 1 100 000, dont 60% installés en région parisienne, sur les 2,1 millions d’habitants des cinq départements d’Outre-Mer.

Cette présence n’est pas le fruit du hasard mais celui de l’Histoire, des échanges et des migrations, à l’instar de ces 260 000 «Domiens» qui ont abandonné leur île d’origine pour rejoindre l’Hexagone, en demande de main-d’œuvre. Ce lieu d’ancrage, fenêtre sur la France océanique, centre de rayonnement au cœur de la capitale et de l’Europe devait donc permettre de reconnaître, de faire connaître et de célébrer l’unité dans la diversité.

Si la mémoire commune continue de vivre à travers de grands textes, tels que la loi sur la traite négrière et l’esclavage reconnu crime contre l’humanité, c’est aussi la connaissance qui permet de la nourrir, et l’ambition que se donne cette Cité c’est de faire vivre le présent et l’avenir, la mémoire mais aussi la richesse des échanges culturels d’aujourd’hui. Tel un mirage, ce projet, sur le point d’aboutir s’éloigne sans cesse.

Alors nous nous demandons, s’il ne serait pas plus raisonnable, au lieu de mettre sous le tapis cette ambition partagée par tous depuis vingt ans, de respecter la parole de l’Etat, et de faire en sorte que l’ouverture puisse être envisagée en 2019 comme initialement prévu. Les ultramarins ont les yeux rivés sur ce dossier. Faute d’agir, le Gouvernement enverra un signal très négatif à ces terres de la France d’outre-mer, qui ne souhaitent pas dissocier leurs histoires et leurs diverses cultures de la France hexagonale.

Les premiers signataires :
Maurice Antiste, sénateur de la Martinique ;
Marie-France Astégiani-Merrain, militante ;
Ericka Bareigts, députée de la Réunion;
Dominique Carotine, militant;  
Fabienne Coezzi,
militante;
Catherine Conconne, sénatrice de la Martinique ;
Béatris Compère, vice-présidente de l’association Tous Créoles ;
Maryse Condé, écrivain; 
Martine Evezard,
militante;
Maurice Fléret, animateur radio;
Michel Hieu, conseiller municipal; 
Victoire Jasmin, sénatrice de la Guadeloupe ;
Lydia Jean, adjointe au maire ;
Barbara Jean-Elie, journaliste productrice;
Pierre Kanuty, conseiller régional ;
Patrick Karl, artiste;
Serge Letchimy, député de la Martinique ;
Chantal Loïal, danseuse chorégraphe;
Victorin Lurel, sénateur de la Guadeloupe ;
Josette Manin, députée de la Martinique;
Mariann Mathéus, artiste ;
George Pau-Langevin, députée de Paris;
José Pentoscrope, président du CIFORDOM;
Luc Rangon, conseiller municipal;
Viviane Romana, conseillère régionale, psychologue ;
Olivier Roncin, producteur ;
Lilian Thuram, président de la Fondation Lilian Thuram;
Hélène Vainqueur-Christophe, députée de la Guadeloupe;
Claude Vamur, percussionniste;
France Zobda, productrice.

Sur sa page Facebook, Ericka Bareigts a ajouté un commentaire : "En mars dernier, le président François Hollande posait la première pierre de la Cité des Outre-mer. Je m'étais battue pour qu'elle dispose d'un budget suffisant. Aujourd'hui, le projet est remis en cause par le gouvernement. Avec mes collègues du groupe Nouvelle Gauche, des artistes et des acteurs associatifs, nous signons une lettre commune pour le défendre".

Pierrot Dupuy
Lu 1136 fois



1.Posté par GIRONDIN le 09/11/2017 18:10

..... projet culturel attendu depuis vingt ans par les ultramarins......

Ah bon !!!!!!!!!


Mila rien demandé.

2.Posté par PATRICK CEVENNES le 09/11/2017 21:25

fukcd473
1.Posté par GIRONDIN le 09/11/2017 18:10
Moi non plus, je n'ai rien demandé. 10 millions c'est une somme. Alors par les temps qui courent autant investir dans autre chose, genre comme aiment à nous rabâcher les syndicats, dans les emplois. Mdr !
Déjà que le Gouvernement de la sous-scribouillarde de service a laissé une ardoise de 10 milliards d'euros à Macron, alors on peut comprendre que ce projet ne soit absolument pas une priorité.
Et que pèse le groupe Ancienne Gauche face à LREM ? Rien ! Pdr !

3.Posté par jiji le 09/11/2017 23:04

notre députée ne se battrait pas plutôt pour la cité des Antilles.
Combien de personnalités réunionnaises portent ce projet? ? ? ? ? ? ? ?

4.Posté par PATRICK CEVENNES le 10/11/2017 12:11

fukcd473
3.Posté par jiji le 09/11/2017 23:04
C'est comme la photo de l'article qui évoquait "le code" vestimentaire de la Ministre de l'OM, salopette et espadrilles. Sur la photo que des personnalités des Antilles. Enfin je crois.
Je me demande si la presse locale des Antilles à cette époque s'était émue de la tenue vestimentaire de la Ministre.
A ce jour, je n'ai toujours pas de réponse à la question que je posais : salopette et espadrilles étaient-elles de marque ou non ? Mdr !

5.Posté par justedubonsens le 10/11/2017 14:30

ben oui dans les signataires, band reyonais le un peu isolé ! Ericka, Ericka, Eri...k...k !

6.Posté par Gérard Jeanneau le 20/11/2017 06:31

L’installation d’une Cité des Outre-Mer à Paris mettant en valeur l’histoire, la mémoire et les cultures des outremers...

Et l'université de La Réunion, à quoi sert-elle ? Et le machin de la culture, à Saint-Denis, à quoi sert-il ? Et qui demandent cette fumeuse Cité des Outre-Mer sinon de braves gens des Outre-Mer, qui attendent une petite place dans la fumeuse cité ?

La REM voit clair. Que les dalons des cocotiers attendent patiemment ... les calendes grecques !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >