Faits-divers

La Cilam: La justice ordonne de lever les barrages, sans succès


Les premiers jours de grève à la Cilam
Les premiers jours de grève à la Cilam
Le juge des référés du tribunal de grande instance de Saint-Pierre a rendu sa décision hier, selon la presse locale. Il a ordonné le lever du barrage des grévistes devant la Cilam, qui y sont depuis lundi.

Les grévistes ne comptent malgré tout rien changer à leur manifestation. Chaque gréviste risque ainsi une amende de 1.000 euros. La direction peut désormais demander l'intervention des forces de l'ordre si elle le souhaite.

Avec des milliers de litres de lait déjà perdus, Jean-Luc Marx, le préfet de La Réunion, demande à ce que le dialogue reprenne.

Samedi 5 Juillet 2014 - 08:03
.
Lu 975 fois




1.Posté par chikun le 05/07/2014 09:49
A la cilam , c'est la m...
A l'éducation nationale, c'est la m....
Au Port , c'est la m....
Au gouvernement , c'est la m...
Le chômage, c'est la m...
Heureusement que nous avons la CGTR et alter-égos qui défendent les gentils travailleurs contre les méchants patrons.
Camarades, ne cédez rien, vos revendications sont justes.

2.Posté par ALEXANDRA le 05/07/2014 11:32
Faut mettre fin à la CGT qui pourrit la vie de tout le monde

3.Posté par noe le 05/07/2014 12:02
Il faut réformer le "droit" de grève ! Certains macros de syndicats ne pensent qu'à détruire les patrons et leur entreprise .... les moutons de Panurge suivent bêtement car en cas de fermeture définitive de l'entreprise ...ils peuvent prétendre au RSA et autres aides idiotes pour se la couler douce aux frais des autres ... Bande de paresseux sans scrupules !
Lamentable pseudo travailleurs !

4.Posté par Co le 05/07/2014 16:31 (depuis mobile)
Pour un peu mi croit que zot i comprend pas le monde du travail
Soit zot i travail pas soit zot les patrons
La grève c un droit et les syndicat les la pou défend les patrons abusent sur les salariés .

5.Posté par L’INDÉPENDANT le 05/07/2014 23:04
@ post 4 Co
Le droit de grève existe certes, mais ce presque toujours, des "privilégiés" qui abusent de ce droit, pour des objectifs souvent douteux...
Un exemple, la RATP en grève pour un oui ou un non, ses syndicalistes, roulent sur l'or, s'achètent un château.
Située à Fontenay-lès-Briis, cette splendide propriété nichée dans la vallée de Chevreuse, au cœur d'un parc boisé de 75 hectares, est agrémentée de trois terrains de tennis, d'un minigolf et d'un camping. Les amateurs de promenades à bicyclette peuvent également s'égayer sur le parcours VTT du domaine et les pêcheurs goûter aux joies d'un étang à truites.
«Moins de 13% des salariés de la RATP font appel au comité d'entreprise pour leurs séjours de vacances et, parmi ceux-ci, ce sont les agents les moins défavorisés qui sont majoritaires», dénonce le rapport.
Depuis 2007, année du soixantième anniversaire du comité d'entreprise de la RATP, le CE y organise des agapes annuelles au mois de juin. Vide-greniers, animations, concert du groupe Kassav ou de Bernard Lavilliers… La facture des festivités s'élève à 447.000 euros en moyenne. Une somme astronomique et gérée de manière opaque. «Cet argent est dépensé par un agent détaché de la RATP, qui ne répond qu'aux élus, ne suit aucune procédure, choisit seul les fournisseurs dont certains pratiquent des facturations manifestement abusives, et se dispense de produire les pièces justificatives pour un nombre significatif de transactions, constate la Cour des comptes. Aucune procédure de contrôle de l'encaissement des recettes collectées lors de la fête ne permet par ailleurs d'assurer que les fonds sont bien remis par le trésorier à la caisse du comité d'entreprise.»
Le château de l'Essonne est loin d'être le seul centre de vacances géré de manière défaillante par le CE de la RATP, selon la rue Cambon qui pointe des anomalies dans un hôtel déserté de Serre Chevalier ou dans un camping des Pyrénées-Orientales. À Fontenay-les-Briis, le maire craint que la vie de la commune ne pâtisse de ce scandale. «Je ne voudrais pas que le château tombe en décrépitude», s'inquiète-t-il.
Bien entendu, ce n'est qu'un cas parmi tant d'autres...
Voir les dépenses de Mr Y. HOAREAU et autres syndicalistes de la CGTR et leurs avantages en natures déjà dénoncés il y a peu...

6.Posté par L’INDÉPENDANT le 05/07/2014 23:19
Combien de sociétées, d'entreprises, ont coulées "grace" aux syndicats ?
Un exemple de la charge que les syndicats pèsent sur une entreprise.
L'année dernière, Frédéric Gagey, le PDG d'Air France, voulait faire de sa filiale « une grande compagnie low cost paneuropéenne de référence ». Le chemin est encore long. En 2013, elle a accusé une perte de près de 5 millions d'euros.
le comité central d'entreprise (CCE) d'Air France a été déclaré en état de cessation des paiements et le tribunal de grande instance de Bobigny s'est prononcé mardi pour la liquidation judiciaire de cette instance représentative du personnel – l'une des plus riches de France.
En difficulté financière depuis des années, le CCE d'Air France a bénéficié de plusieurs dispositifs pour redresser ses comptes.
Pourtant, les moyens ne manquent pas. En 2011, Air France a donné 87 millions d'euros au CCE et aux huit comités d'établissement de la compagnie pour qu'ils financent des "activités sociales et culturelles" (spectacles, voyages à prix subventionné, etc.). Au fil des années, le CCE s'est constitué un patrimoine immobilier impressionnant – composé en particulier de centres de vacances en métropole et dans des territoires d'outre-mer.
Cherchez l'erreur, d'un coté, déficit de fonctionnement de la société de 5 millions et de l'autre, (pas au même moment) 87 millions distribués pour des achats inconsidérés qui ne profitent certainement pas à l'employé de base...
Malgré toutes ces largesses, ils en veulent encore plus, il n'y a qu'à voir les grèves fréquentes chez AIR FRANCE...

7.Posté par Amiral la Po le 06/07/2014 15:36
Une idée ??
Remplir un camion de pompier de lait de la Cilam et arroser ces crétins de grévistes...qui empêchent les autres de travailler....
Voilà un bel exemple de démocratie!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales