Politique

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis

Claude Hoarau a tout fait pour empêcher que le rapport de la Chambre régionale des Comptes que vous avez sous les yeux ne soit rendu public.
La loi lui donnait un mois, après qu'il l'ait reçu, pour convoquer un conseil municipal et le lire en public. Il a fait mine d'obtempérer... avant d'annuler le dit conseil, sans aucune explication.
Son calcul était simple : il pensait que le rapport resterait secret tant qu'il n'aurait pas été lu en conseil municipal. Pas de conseil, pas de publication... Et comme la délégation spéciale qui risque d'être mise en place n'a pas pouvoir pour convoquer un conseil, il pensait que ses turpitudes allaient rester secrètes jusqu'après les élections.
Perdu... Grâce à Zinfos, tout le monde sait maintenant que Claude Hoarau a creusé un trou de 21 millions d'euros dans les caisses de sa commune en un an...
Pour ceux que cela intéresse et qui auraient du mal à lire les documents en illustration, nous avons mis le rapport complet à la fin de l'article, en pièce jointe.


La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
Claude Hoarau est sans doute le pire gestionnaire qu'ait connu la Réunion. En moins d'un an, il a été capable de creuser un déficit de 21.601.759,42 € dans les comptes de sa commune, à comparer avec des recettes réelles de fonctionnement de 73.763.500€....

Il a bien fallu tenir les innombrables promesses d'embauches faites au cours de la campagne, et à nouveau embaucher depuis qu'il sait que son élection risque d'être cassée par le Conseil d'Etat.

Il n'a pas hésité à tripatouiller son budget pour dissimuler son incompétence. Pas de chance, les magistrats de la Chambre régionale des Comptes ont mis à jour toutes ses petites combines.

Pris comme un gamin les doigts dans le pot de confiture, il a alors tout fait pour empêcher que le rapport ne soit rendu public. Il pensait y être arrivé. Perdu! Zinfos est passé par là...

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
Revenons à la genèse de l'affaire : comme toutes les communes, Saint-Louis est tenue de transmettre à la Préfecture son budget.

A réception de la décision modificative n°1 du budget primitif 2009, les services de l'Etat tiquent sur un certain nombre de points manifestement anormaux, au point que le Préfet décide de saisir la Chambre régionale des Comptes pour y voir plus clair.

Les magistrats décortiquent les comptes de la commune de Saint-Louis et publient leur avis le 2 juillet dernier. C'est ce document que vous avez sous les yeux, d'une rare férocité bien que rédigé dans un style administratif typique.

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
Un constat plus qu'alarmant...

Les magistrats financiers de la Chambre régionale des Comptes n'en sont pas encore revenus. Rarement, ils n'auront vu autant de "bidouillages" "gros doigt" destinés à cacher autant de dérapages.

Première anomalie, les juges constatent que "la décision modificative n°1 a augmenté les dépenses réelles de fonctionnement" d'un montant de 15 millions et demi d'euros, dont près de 14 millions "au titre des charges de personnel". Pour financer cette charge nouvelle, la commune a inscrit une recette de "travaux en régie" de près de 14 millions d'euros, financée essentiellement par la promesse d'un nouvel emprunt de 12 millions d'euros.

Or note la Chambre, la banque a depuis refusé l'octroi de cet emprunt, ce qui met ipso facto les comptes de la commune en déséquilibre, ce qui est strictement interdit pas la loi...

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
Qui plus est, la Chambre démontre en page 4 de son document qu'en fait, ces soit-disant travaux en régie n'étaient qu'un tour de passe-passe destiné à faire passer des dépenses de fonctionnement pour de l'investissement, et ainsi permettre de les faire financer par de l'emprunt.

Pour preuve, la Chambre note que si ces travaux en régie avaient été réels, ils auraient dû automatiquement entrainer une hausse équivalente des matériaux et matériels destinés à les réaliser. Ce qui n'a pas été le cas.

Il ne s'agit en réalité que d'un moyen destiné à "masquer la situation budgétaire alarmante de la commune". Et pan! Un premier coup de règle sur les doigts de Claude Hoarau...

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
Des charges de personnel "démesurées"

Au passage, la Chambre note que ces emplois prétendument destinés à la régie représentaient un tiers des emplois de la commune...

Un peu plus loin, page 6, la Chambre relève également que "la dégradation financière de la commune résulte essentiellement de l'augmentation démesurée des charges de personnel". Et, page 7, elle note que "les charges de personnel sont passées de 28 millions d'euros en 2005 à 48,2 millions en 2009, soit une augmentation de 72%, sans que le périmètre des compétences de la commune ait été élargi"...

Mieux encore, il convient, selon la Chambre, d'y "ajouter les charges de personnel du CCAS (NDLR : Comité communal d'action d'action sociale) et de la CDE (NDLR : Caisse des Ecoles), établissements publics locaux subventionnés par le budget principal, charges qui sont passées de 6,6 millions d'euros en 2005 à 11,3 millions en 2009".

Et la Chambre de conclure sur ce point que "le total général de ces charges de personnel financées par le budget principal, soit un montant de près de 60 millions d'euros pour un total de 2750 agents en mai 2009, représente 76,5% des recettes de fonctionnement en 2009". D'où la conclusion de la Chambre : "Cette situation financière catastrophique appelle de la part de la commune des mesures drastiques en matière de personnel, mais que ces mesures n'auront un impact budgétaire qu'à compter de l'exercice 2010"...

Et pan, deuxième coup de règle sur les doigts de Claude Hoarau...

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
Le modifications préconisées par la Chambre

Ces modifications se résument à trois mesures principales :

1) Les magistrats financiers mettent Claude Hoarau en demeure de faire voter au plus vite -sous un délai d'un mois- une nouvelle décision modificative tendant à ramener le montant des travaux en régie "au montant prévu au budget primitif, soit 2 millions d'euros, ce qui constitue déjà une augmentation de 262% par rapport aux travaux en régie réalisés en 2008". Claude Hoarau a délibérément laissé passer ce délai d'un mois sans obtempérer aux injonctions de la Chambre, ce qui risque d'avoir de très graves conséquences pour sa commune...

2) Dans le même ordre d'idée, la Chambre décide de rayer des soit-disant recettes de 2 millions d'euros des comptes, au motif qu'elles sont "insincères" et ne peuvent donc être retenues. La commune avait en effet expliqué qu'elle avait décidé de "prendre en charge, sur le budget principal, la gestion des crèches qui était auparavant confiée au CCAS". Or, constate la Chambre, "les recettes continuent d'être encaissées jusqu'à ce jour sur le budget du CCAS".. 

Autrement dit, une fois encore, pour tenter de dissimuler la dimension colossale de son déficit, Claude Hoarau n'a pas hésité pas à inscrire les recettes des crèches dans le budget de la commune, tout en continuant en fait de les encaisser au niveau du CCAS, service qui distribue fort opportunément les "aides" en liquide aux familles les plus défavorisées à la veille d'élections capitales...

3) Enfin, la Chambre préconise de budgéter un montant supplémentaire de 920.000 euros pour couvrir les dépenses de personnel de la commune.

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
Des dépenses plafonnées

Pour remettre de l'ordre dans les finances communales saint-lousiennes, la Chambre préconise deux solutions.

Tout d'abord, les magistrats constatent que "les charges à caractère général ont été majorées de 2,6 millions d'euros par rapport au compte administratif 2008", ce que la commune justifie "par la volonté de la municipalité de bâtir un budget réaliste, permettant à l'ensemble des directions d'assurer leurs missions". D'où la "suggestion" de la Chambre -en fait, il s'agit d'une injonction qui ne veut pas dire son nom- de ramener ce montant à celui de 2008, "majoré d'un taux de 2%".

Dans le même temps, "les autres charges de gestion" (essentiellement les subventions) avaient été majorées à hauteur de 6,2 millions d'euros et la Chambre préconise de ramener ces dépenses au niveau de celles de 2008.

Au total, uniquement sur ces deux postes, ce seraient ainsi 8,8 millions d'euros qui seraient économisés...

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
La nécessité de '"mesures drastiques" en matière de personnel

La Chambre réclame également des "mesures drastiques" de la part de la commune en matière de gestion du personnel, tout en reconnaissant que même si la municipalité jouait le jeu, les résultats ne pourraient se faire sentir qu'à compter de l'année prochaine.

Ces "mesures drastiques" passent par une "diminution du nombre d'agents de la commune, pour revenir à un taux d'administration locale plus acceptable". Selon le rapport de la Chambre (page 9), le maire a indiqué à ce sujet "être partisan de rechercher prioritairement des réductions de charges sur l'extinction des contrats à durée indéterminée"...

Ce qui signifie que Claude Hoarau privilégie les contrats précaires au contrats à durée indéterminée. Étonnant pour un maire de Gauche qui déploie par ailleurs beaucoup d'ardeur à réclamer -chez les autres- la transformation des contrats précaires en CDI...

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
Une augmentation de 30% des impôts locaux pendant 4 ans

Comme la solution ne pourra donc venir rapidement des économies réalisées sur le personnel, la Chambre préconise également une augmentation de 30% des différents impôts locaux pendant une période de quatre ans, délai au delà duquel "le conseil municipal pourra réajuster les taux après le rétablissement de la situation financière et à condition de trouver une solution au sureffectif constaté".

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
Une augmentation des prix de la cantine

La Chambre préconise également d'augmenter le prix des repas servis à la cantine, de façon "à revenir à une facturation plus proche du prix de revient du repas, compte tenu de la participation de la Caisse d'allocations familiales et en instaurant, le cas échéant, un système de quotient familial tenant compte des ressources des familles".

Cette mesure pourrait permettre de dégager une recette supplémentaire de 600.000 euros dès l'exercice 2010...

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
La menace de la tutelle...

En conclusion, les magistrats de la Chambre laissent clairement entendre à Claude Hoarau qu'il est désormais sous surveillance étroite. Dans le premier alinéa de la page 11, le président de la Chambre rappelle à Claude Hoarau que "les budgets successifs seront transmis par le préfet à la Chambre régionale des comptes qui appréciera si les mesures de redressement prises par la collectivité sont suffisantes".

Sinon, sous-entendu, la Chambre pourrait alors décider la mise sous tutelle de la commune de Saint-Louis.

Un maire averti en vaut deux...

La Chambre régionale des Comptes impose une hausse de 30% des impôts locaux à St-Louis
Pas sûr que toutes ces critiques mettent Claude Hoarau dans la meilleure des positions, au moment de lancer le sprint de la course aux municipales...

On comprend qu'il ait tout fait pour éviter que le rapport ne soit rendu public...

crclr_st_louis.pdf CRCLR-St-Louis.pdf  (1.75 Mo)

Dimanche 2 Août 2009 - 22:41
Pierrot Dupuy
Lu 6036 fois



Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

76.Posté par anakine le 16/08/2009 14:49
juste une petite remarque sur le titre de l'article. la CRC (comission regionale des comptes) n'impose pas, elle donne un avis car c'est un organe consultatif (qui ne peut s'autosaisir). ont aime les gros titres tapageurs ici, même si sa n'est pas toujours véridiques, mais je comprends sa fait vendeurs...

(Réponse de Pierrot Dupuy : Non, pas du tout. La CRC vous 'conseille' de faire des choses, mais en fait, si vous ne lui obéissez pas, elle vous place sous tutelle et fait ce qu'elle avait prévu. Ce n'est pas la même chose pour vous?)

75.Posté par backplanete le 06/08/2009 13:14
http://www.youtube.com/watch?v=RZ2oXzrnti4

74.Posté par Pierre Dupuy Junior le 05/08/2009 14:56
73: le rapport de la CRC précise que la commune de saint-louis taxe globalement moins que les autres communes de l'île, il me semble... Et oui, vous vous trompez: l'émission de titres obligataires n'a rien à voir avec les collectivités, il sert à financer le déficit de l'Etat. Les deux comptabilités sont séparées, bien qu'elles soient tenues par la même administration. Rien mais alors rien à voir, l'Etat n'est pas solidaire des dettes et déficits des collectivités...

71: pour ça, il faut d'abord que le maire refuse officiellement d'appliquer le rapport. Oui, je sais, il a dit dans le journal ce matin qu'il refusait, mais faut attendre que ce soit le conseil municipal qui le dise. Et comme il peut très bien jouer la montre jusqu'aux nouvelles élections...

Soit dit en passant, j'ai adoré la prestation de Claude Hoareau dans les journaux ce matin: pour lui, il n'y a qu'un dérapage provisoire . Son budget de personnel grâce au jeu des opérations en régie augmente de 25% en quelques mois mais à part ça tout va bien! Il s'agit juste d'une erreur d'inscription comptable! Les travaux en régie n'ont été qu'un tout petit peu surévalué quand la CRC parle quasiment de travaux fictifs! C'est quand même se foutre de la gueule du monde...

73.Posté par backplanete le 05/08/2009 09:01
Les communes et les collectivités peuvent elles éviter le risque de banqueroute en levant l’impôt ? A condition que les contribuables soient en mesure de faire face a l’augmentation générale du coût de la vie, de leurs charges et du remboursement des crédits. Demandez à la BR ce qu’elle en pense…

L’état Français emprunte régulièrement sur les marchés les fonds nécessaires au bouclage du budget. Chaque année l’Agence France Trésor émet sur le marché obligataire une somme totale équivalente au déficit public (service de la dette incluse) majoré de l’amortissement de la dette passée. Un emprunt qui finance vraisemblablement part de problèmes en section de fonctionnement des collectivités puisque débité sur les comptes hébergés à la Trésorerie Générale (a moins que je me trompe encore de compte Pierrot Dupuis Junior ?)

On a parfois le sentiment que les collectivités et leur techniciens s’évertuent a construire des comptabilités du type usines a gaz sur le modèle de l’ingénierie financière, l’objet étant de complexifier un mécanisme somme toute assez simple : quand un particulier, une commune, une collectivité, un état vie au-dessus de ses moyens et n’est plus en mesure de rembourser le couperet de la logique comptable brute, basique tombe et ça saigne

Les financiers américains et autres ont réussi a emballer de la dette toxique afin d’en fourguer a la planète entière avec la bénédiction (incompétence ou connivence au choix) des instances de contrôles. On voit le résultat

72.Posté par Greg Boyington le 04/08/2009 22:57
A Saint-Louis, une seule solution : La réconciliation !!!

Ni L'un ni l'autre.

Le "troisieme homme" existe...

Intègre, efficace, et pret à relever le défi de la réconciliation à Saint-Louis.

Vous en saurez bientot plus...

71.Posté par nicolas de launay de la perriere le 04/08/2009 22:30
que le préfet mette en place la procédure d'administration provisoire de la commune.. la période des élections est toute indiquée pour cela !

70.Posté par Pierre Dupuy Junior le 04/08/2009 21:35
Malheureusement, ce genre de problèmes est courant à la Réunion: défaut d'encadrement, non maîtrise des procédures, défaut de contrôle, défaut de planification sont monnaies courrantes ici. Petit exemple: pour le défaut d'encadrement, la proportion "titulaires/non titulaires" est inversée à la Réunion (3/4 de non titulaires ici... ) . Ce qui m'intéresse plus c'est ce qui a été fait avec cet argent ainsi que: l'évolution des dépenses d'investissement, les sources de financement, ...

Prenons un exemple pour expliquer pourquoi je dis ça: imaginons une commune qui , en année n-1, décide d'emprunter pour créer une nouvelle mairie (les anciens batiments sont trop vieux, trop excentrés, peu adaptés (pas de parking , pas de salles d'attentes pour le public... ) ... ) . Malgré le fait que sa section d'investissement soit rigoureusement équilibrée, elle laisse filer le déficit de la section de fonctionnement jusqu'aux limites légales , sans les dépasser. En année N, elle reporte le déficit de la section de fonctionnement , qu'elle compense en augmentant les taux d'impositions et en révisant les bases fiscales (on peut aussi imaginer que pour une raison X ou Y elle avait besoin en année N-1 d'un grand nombre d'employés temporaires dans le cadre d'une politique spécifique: par exemple pour organiser des festivités d'importance, tels que JO ou autre politique d'importance mais temporaire qui se traduirait par des fins de contrat massives en années N) . En section d'investissement, elle ne possède plus de capacité d'autofinancement et supporte déjà un emprunt important. Le maire décide dès lors de vendre l'ancienne mairie qui ne sert plus à rien et de profiter du produit de cette importante cession pour investir dans un projet routier.

Ainsi, une situation qui paraît en fin d'année n-1 catastrophique (déficit important mais légal, commune lourdement endettée) marque dans ce cas de figure une ville dynamique et dont les équilibres financiers se résorbent dès l'année n. Par conséquent, je suis peu enclin à juger la qualité de gestion sur la seule base du déficit ou de problème d'organisation: tant que c'est dans les clous légaux, je préfère me concentrer sur la composition du financement et sur ce qui a été accompli.

69.Posté par une lectrice indignée par le mensonge le 04/08/2009 20:22
à KILLBILL2
La parole est libre ; en revanche la propagation de fausses informations est punie par la loi.

Quant à vous Monsieur Pierrot DUPUY, je suis surprise que vous acceptiez de publier un tel commentaire dont la totalité des informations sont fausses y compris l’orthographe du nom de famille!


68.Posté par Sainthil le 04/08/2009 18:48
64. Il me semble que le rapport de la CRC de 2008 donne quelques indications quant à la gestion de Saint-Louis par M. Hamilcaro. "Programmation approximative des investissements", "Politique sociale discutable", absence de plan de formation en interne, "Faiblesse de l'encadrement", "Gestion défaillante de la commande publique", "Procédures formalisées peu maîtrisées par la collectivité", "Absence de publication annuelle des marchés", "Contrôle insuffisant de l'utilisation des subventions", "Absence d'évaluation des projets et actions subventionnés"... J'ai certes vu pire, mais c'est tout de même éloquent.

67.Posté par Pierre Dupuy Junior le 04/08/2009 16:34
Comment ça de quel compte? Compte ça peut signifier beaucoup de choses... Mais si vous demandez où sont hébergés les comptes publiques locaux, c'est l'administration des finances (localement la Trésorerie générale et les receveurs municipaux) qui les héberge: les collectivités ne passent pas par des comptes dans des banques (en revanche, elles empruntent aux banques)

66.Posté par backplanete le 04/08/2009 15:46
Merci pour vos explications Pierrot Dupuy Junior mais permettez une question ? De quel compte sont débités les problèmes en section de fonctionnement ?

65.Posté par Pierre Dupuy Junior le 04/08/2009 15:35
Tiens, j'oubliais: il existe aussi une limite en terme d'endettement qui, agglomérés, ne doivent pas dépasser les ressources propres si j'ai bonne mémoire. Par conséquent, il faudrait plusieurs données pour apprécier réellement le déficit de 2008: à quoi il a servi, l'évolution de l'endettement de Saint-Louis et l'évolution des dépenses d'investissement et peut être aussi jeter un coup d'oeil aux cessions d'actifs. Ca me paraît le minimum pour apprécier un déficit dans les clous légaux.

64.Posté par Pierre Dupuy Junior le 04/08/2009 14:57
On est donc presque d'accord Saint-Hill: je trouve juste ça abusif de parler de mauvaise gestion pour un déficit aussi faible. Cependant, petite remarque: il existe d'autres solutions pour financer l'investissement que l'emprunt ou l'autofinancement. Notamment, certaines dotations mais aussi la cession d'autres actifs, ce qui fait qu'un déficit en fonctionnement n'est pas nécessairement équivalent à la fin de l'investissement. C'est pourquoi je trouve la démarche un peu rapide: en finances publiques, il me paraît difficile de reconnaître un "bon" gestionnaire sur ses comptes seuls. En revanche un exécrable gestionnaire se repère assez vite. Par conséquent , je trouverai ça plus juste compte tenu de la faiblesse du déficit d'apprécier la gestion d'Hamilcaro en mettant le dit déficit en regard de ses réalisations (que je ne connais pas) . Après on pourra parler sérieusement de sa gestion.

52: la CRC ne se contente pas de constater les dégâts. Simplement, il était impossible d'agir plus tôt parce que le problème n'était pas encore vérifiable (comme pour toute action légale, difficile d'agir sans preuve... Ce qui existait auparavant n'était que des doutes) . Au contraire, la CRC a agi très tôt dans ce dossier: vous avez ici cette impression parce que Claude Hoareau n'a mis que quelques mois pour créer cette situation. C'est plus lui qui a été fulgurant que la CRC qui a été lente. Quant aux trous dans les finances, tout dépend de leur taille et de leur raison: un petit trou se résorbe aisément quand on est une collectivité. Après tout dépend: si le trou est juste conjoncturel ou est motivé par une bonne raison (un incident, un programme ambitieux en cours, ... ) ça n'a pas grande importance. Si le trou est structurel et motivé par pas grand chose, là par contre... Je vois pas le rapport que vous faites avec les marchés: ceux ci n'ont rien à voir avec le schmilblick en l'occurence, puisque qu'il s'agit d'un problème en section de fonctionnement qui ne sont en aucun cas financés par des recours aux emprunts (c'est même l'un des principaux reproches faits par la CRC) .

63.Posté par Candide le 04/08/2009 12:40
Cette information circulait depuis hier sur Zinfos974 et elle est reprise dans le JIR d'aujourd'hui. Pas un mot hier soir aux informations de TELE REUNION et d'ANTENNE REUNION. Aujourd'hui, il est 12h40, je n'ai rien entendu au journal télévisé de ces deux médias. Il est bizarre que l'un et l'autre fassent 5 minutes de reportage en s'extasiant devant un pot de fleurs dans le hall du parc d'expositions du PORT et rien sur la commune de ST LOUIS. Pourquoi?

62.Posté par backplanete le 04/08/2009 12:28
59 nous explique que la CRC est la pour constater les dégâts sans pouvoir agir faute de fondement juridique, que les trous dans les finances sont aussi inoffensifs que ceux du gruyère. Les explications techniques concernant la forme sont très détaillées merci. Malheureusement sur le fond on constate que la CRC produit surtout du gaz, qu’une collectivité est à l’abri de la banqueroute tant que son endettement est financé par les marchés (puisque les recettes fiscales sont en chutes libre)

Allez expliquer aux Chinois qui détiennent 2000 milliards de dollars de dette américaine qu’un gouffre sans fond va se résorber par l’opération du saint esprit et quelques astuces comptables

61.Posté par Sainthil le 04/08/2009 12:07
59 : Travaillant dans le monde des collectivités locales depuis plus de 20 ans, je vous assure que je ne confonds pas finances privées et finances publiques. S'il n'est pas illégal à hauteur des pourcentages que vous indiquez, et je n'ai pas dit qu'il était illégal, le déficit témoigne, sauf situation exceptionnelle, soit d'un budget pas totalement sincère, soit d'une mauvaise exécution de celui-ci. Qui plus est, le déficit n'autorise pas l'autofinancement, c'est à dire l'excédent de fonctionnement basculé l'année d'après en investissement, ce qui signifie qu'une collectivité dans ce cas est obligée de passer par l'emprunt pour toutes ses dépenses d'investissement, donc d'alourdir sa dette et chaque année ses frais financiers. Si aucune banque n'a voulu prêter à Saint-Louis les 12 millions inscrits cette année, au delà de la crise actuelle, c'est à cause d'indicateurs financiers négatifs. Il n'y a peut-être pas de risque de banqueroute - la ville peut lever des impôts - mais les collectivités n'empruntent pas comme elles veulent quand elles veulent.
La manip de Claude Hoarau - "travaux" en régie financés par emprunt pour payer les salaires - est assez grossière. Mais il en existe de nombreuses autres pour bâtir un budget en équilibre même si au final il ne l'est pas : inscrire en recettes des ventes de terrains que vous ne vendez pas par exemple.

60.Posté par saintex le 04/08/2009 11:38
et si on remettait tout le monde d'accord?
Car je pense que pour cette commune c'est la première chose à faire.
Elire l'un ou l'autre des deux "grands" protagonistes ne fera qu'empirer la situation et fera que SAint louis (comme beaucoup d'autres communes) soit divisée encore en deux!
Ou est donc le 3ème homme?
existe t'il?
SI oui pourquoi alors ne pas arretez les querelles de clocher dans cette commune sympathique pourtant?
Alors SAINT LOUISIENS, SAINT LOUISIENNES votez en connaissance de cause. Votez et réconciliez vous.

59.Posté par Pierre Dupuy Junior le 04/08/2009 10:17
52: légalement, un trou est autorisé au compte administratif (5% des recettes réelles de fonctionnement pour les communes de plus de 10.000 habitants, 10% pour celles de moins de 10000 habitants) , en sachant toutefois que le résultat étant repris l'année suivante, il n'est pas possible de créer un trou chaque année car il finira par dépasser le seuil prévu. A priori, bien que loin d'être un parfait gestionnaire, Hamilcaro a su rester dans la limite légale sur son mandat et donc sauvegarder les principaux équilibres financiers. Sans être "bien", ça n'a rien de mal : c'est de l'ordre d'une tape sur les doigts.

En fait le problème est que vous pensez les finances publiques comme des finances privées: dans n'importe quelle entreprise, un déficit est dramatique, un excédent génial. Sauf que le cas des collectivités locales est spécial: non seulement elles n'ont presque aucun risque de banqueroute, donc on peut tolérer un déficit mineur, mais en plus elles n'ont pas vocation à faire des bénéfices. C'est pourquoi, en droit, au BP et dans les DM, il est aussi bien interdit de faire un excédent qu'un déficit (il doit y avoir équilibre à l'euro près) . C'est au CA qu'on vérifie que le déficit ne dépasse pas un certain seuil, seuil qu'Hamilcaro a toujours respecté: le déficit produit par Hamilcaro n'est donc non seulement pas illégal mais même pas, en soi, constitutif d'une mauvaise gestion. (un trou de cette taille ne signifie pas grand chose pour une collectivité et d'ailleurs n'indique pas grand chose non plus) . Vous remarquerez d'ailleurs que la CRC n'a pris aucune sanction. Il faut plus se focaliser sur les remarques de la CRC sur la gestion même que sur le déficit: non renouvellement des bases, croissance du personnel...

57: la CRC ne peut pas s'autosaisir d'un dossier, ça dépend de la préfecture (en revanche, elle fait des contrôles inopinés sur la gestion) . De plus, tant que les équilibres financiers sont respectés, elle peut faire des remarques mais n'a pas de bases juridiques pour contester le budget. Le budget du TCO , bien qu'en difficulté, respecte probablement encore les principaux équilibres et n'est pas insincère: bien qu'elle puisse conseiller la prudence, la CRC n'a pas le pouvoir de se substituer à l'ordonnateur dans ces conditions.

58.Posté par L'INSOUMIS le 04/08/2009 09:54
49. Posté par Pierre Dupuy Junior le 03/08/2009 21:27
43. Je vois mal ce que la Région a à voir dans l'histoire...



C'est juste, dans le cas présent elle a peut à voir....Directement en tous cas!

Cependant, si l'on continu de débattre sur "ces petites histoires d'élus" , de facon "théorique" et individuelle, rien ne changera.Un élu sortira pour être remplacer par un autre qui ne vaudra guerre mieux .

Le "duo" Hoarau/Hamilcaro est à ce titre exemplaire.
Et l'on pourra redébattre sur les malfacons du nouvel élu... Ainsi de suite.....Interminablement.

Mais si l'on s'en prend "pacifiquement" à un symbole de la "ripoublique" (la région pourrait en etre un), peut être que cela fera réflechir les élus dans leur ensemble...Et mettra un terme à l'incompétence et aux abus de certains?

Aujourdhui la plupart des citoyens lambda, dont je fais partie, s'impatientent et sont devenus hermétiques aux termes que sont "Cours des comptes, inéligibilité, abus...". Par lesquels ils sont quotidiennement submergés.Sans que cela change quoi que ce soit...

Aujourdhui, ces citoyens ne pensent qu'au "quotidien" et n'ont envie que d'une chose : QUE CA CHANGE !

Merci en tous cas à Zinfos de nous laisser nous exprimer, même pour des hors sujets, qui n'en sont peut être pas ...

Cordialement


57.Posté par backplanete le 04/08/2009 09:03
Ce qui advient de la politique à Saint Louis était malheureusement écrit d’avance. La chambre régionale des comptes, au lieu de venir tirer la sonnette d’alarme quand les fonds public on fait « pschitt » ferait mieux de travailler sa capacité a anticiper et envisager la mise sous tutelle des gros « acheteurs » de voix

Si on ouvre au hasard un dossier Réunionnais on s’expose a frise la sidération …Le budget primitif 2009 du TCO annonce une chute des recettes fiscales de 2/3 et le président préconise une « Vigilance extrême sur la croissance des frais de fonctionnement ». Le même site Internet du TCO annonce les recrutements suivant : agent d’exploitation, chargé de mission, gestionnaire administratif, gestionnaire de dossier, responsable d’exploitation, surveillant de travaux (offres d’emploi dont le libellé pourrait laisser penser, pour certaines, à des missions dévolues au secteur privé qui en aurait bien besoin). Ces annonces sont pour la plupart confinées au seul site Internet TCO et tout cela en plein mois de juillet 2009

Face à l’augmentation inexorable des produits alimentaires, des carburants et autres matières premières la gestion politique locale, au lieu de préparer la population a encaisser le choc de la crise, provoque l’augmentation des impôts locaux, l’augmentation du prix l’eau, l’appauvrissement du contribuable et la dislocation du service de proximité au profit de la tribu politique

Pour faire passer la pilule ont nous enfument avec du développement durable alors que la population est précipitée vers quelque chose qui ressemble à un laboratoire (bien involontaire) de l’extinction de masse. Le concept de « dislocation géopolitique » a de l’avenir à la Réunion


56.Posté par nicolas de launay de la perriere le 04/08/2009 00:43
honte aux administratifs incompétents qui ne savent pas s'opposer (ou les éduquer) à leurs élus ..!
il a pas fait une petite formation financée par l'assoc' des maires, le claude ..? allez, le claude, vas y , à ton âge, ce n'est pas une honte de ne pas savoir..Faut montrer l'exemple...!!

55.Posté par blacko le 04/08/2009 00:39
on pourrais ne plus lui (le maire actuel) verser d'indemnités en attendant, non ?

54.Posté par tyny le 03/08/2009 23:02
Si le CE confirme la décision du TA
Si Claude Hoarau reste éligible
Si Claude Hoarau se représente
Qui serai POUR un débat
Qui serai POUR un face à face de la mot qui tu
Qui serai POUR!

53.Posté par nicolas de launay de la perriere le 03/08/2009 22:48
ceci dit, st louis doit bien avoir un service des finances...j'aimerai bien savoir qui est en charge de ce service, vu ce qu'il vient de se prendre dans les dents avec le rapport crc, je doute qu'il ait encore un avenir à la Réunion hormis les collectivités gérées par le pcr.. j'espère qu'il ou elle n'ambitionne pas de devenir directeur financier à la mcur...!!

52.Posté par Sainthil le 03/08/2009 22:46
Ce qu'il ressort de cette riche journée de débats - merci à Zinfos de les permettre ainsi - c'est que ni M. Hamilcaro ni M. Hoarau ne sont les gestionnaires dont une ville comme Saint-Louis a besoin. Parce que choisir entre celui qui a creusé le moins gros trou et celui qui a creusé le plus gros, c'est au final choisir entre la peste et le choléra. De trou, il ne devrait pas y en avoir, point barre. Mais cela signifierait mettre fin à un certain nombre de pratiques - promesses d'embauche particulièrement au moment des élections - qui malheureusement restent l'ingrédient de base de la politique locale.

51.Posté par killbill2 le 03/08/2009 22:01
Pourtant le sinistre Claude Hoarau,expert en basses manoeuvres,avait pris pour l'aider soi-disant en qualité de directeur general des services le non-moins sinistre Jacques Doffnies connu pour avoir sévi à l'epoque au sivomr de Verges comme directeur financier!!!!S'est-il fait la main là-bas ou etait -il dejà un expert en la matière dans la ville communiste de la banlieue parisienne qui a basculé alors à droite ce qui a justifié son salutaire repechage pour lui ici sous les tropiques!!!!

50.Posté par TANGO le 03/08/2009 21:57
Bien qu'on parle souvent de développement durable, Mr C WARO n'est même pas à mettre dans un compost de peur de contaminer les vers, la terre et les produits qui en découleront.

Orientons le plutôt vers la déchetterie pour un ultime voyage vers un centre d'enfouissement technique.

49.Posté par Pierre Dupuy Junior le 03/08/2009 21:27
37. Néanmoins, son budget a toujours réussi à rester dans les clous légaux , notamment en matière de déficit, à ma connaissance. En somme, moins qu'un désavoeu, c'est plus une mention "peut mieux faire".


39. Vous confondez deux types de contrôles: le contrôle de gestion et le contrôle budgétaire. Le contrôle effectué par le receveur financier , dont vous parlez, est simple: il s'agit de s'assurer , pour les dépenses, que celles ci sont réelles (via les pièces justificatives) et budgétées (via le budget) . En somme, dans le cas dont vous parlez, votre maire a tenté de dépenser plus que ce qu'il avait prévu sans passer par une décision modificative. Le document budgétaire lui même n'est pas erroné: il y a simplement tentative de l'ignorer.

Dans le cas présent, on est face à un contrôle budgétaire. En somme, le problème est que le document budgétaire contrôlé ne respecte pas les normes et que les grands équilibres financiers ne sont pas respectés. Ca, c'est difficile pour le receveur de s'en apercevoir (il verra bien que dépenses et recettes ne rentrent pas au même rythme, mais rien ne lui permet de s'assurer qu'il n'y aura pas un rattrapage de dernière minute) . Le respect des équilibres financiers ne peut donc être contrôlé que lors de l'écriture des documents budgétaires , par la préfecture, c'est pourquoi il a fallu attendre une décision modificative pour passer devant la CRC.

Soit dit en passant, de toute façon, ça ne pouvait pas continuer indéfiniment: comme les documents budgétaires (hormis le CA) doivent être votés en équilibre section par section et qu'il est difficile de surévaluer une recette , le seul moyen pour créer ce genre de déficit est de sous évaluer les dépenses. Claude Hoareau se serait donc rapidement heurté au refus du receveur municipal de payer les salaires au delà de ce qui était prévu au budget primitif: il n'avait pas d'autres choix que de passer par une DM pour que celui ci accepte, en priant pour que la préfecture laisse faire.

On voit d'ailleurs bien tout ça dans la DM elle même: Claude Hoareau budgète de nouvelles dépenses de personnel pour que le comptable accepte de les payer mais est du coup, pour sauvegarder les grands équilibres financiers, contraint de trouver des recettes (ou à défaut des sources d'économies) . C'est la source de ces recettes qui pose dès lors problème.

Ce que je trouve effrayant ceci dit c'est cette histoire d'emprunt prévu mais refusé, qui affecte grandement l'équilibre financier mais passe complètement sous les radars des systèmes de contrôle prévus.

En résumé , le comptable devait se douter d'un truc louche mais ne pouvait s'en assurer. Seule la préfecture pouvait contrôler les équilibres financiers mais pour ça il lui fallait attendre qu'un document budgétaire soit voté pour qu'elle ait une base de travail.

43. Je vois mal ce que la Région a à voir dans l'histoire...

45. Le contrôle budgétaire n'est pas un contrôle de légalité, même si c'est très proche. Effectivement maintenant le contrôle se fait à posteriori et les décisions sont exécutoires dès leur publication. Et dans le cas présent, ce n'est pas du juge administratif dont il s'agit (je pinaille: ce serait le JA si on était dans une question de forme, par exemple non respect du quorum lors du vote) .

46. Meilleure façon pour que les postes électifs soient trustés par des gars de sciences po (l'une des rares formations vraiment pluridisciplinaires) : d'expérience, mauvaise idée. Sans compter que niveau "contact avec la population" , y a mieux que nous. Par contre , une réforme du code électoral serait salutaire, à mon sens.

48.Posté par mwa la pa di le 03/08/2009 21:09
Under Ground, tu es un drôle de supo de Claude ou de tout ce qui est magouille? comment défendre un maire qui nous prend pour des cons et qui mets pour une deuxième fois sa commune dans le rouge ? Il faudrait pour te faire plaisir le porter en triomphe ? Ce monsieur Hoarau est un danger pour notre département. Ce n'est sûrement pas un exemple pour nos enfants ni pour nos concitoyens.


47.Posté par Under Ground le 03/08/2009 18:32
La faim, dit-on, fait sortir les loups du bois...
Ne voit-on pas ci-dessus, des Cyrille, Nelly et Consort venir, sabre au clair, "humer" l'air électoral nouveau (comme le fameux napalm "au petit matin"... encore... d'Apocalypse Now...)
Qu'attendent-ils... encore... les restes de la dépouille?
Qu'espèrent-ils... encore... arracher quelques rogatons du bec de quelque charognard de l'actuelle équipe?
Dans un de ces derniers tracts, l'ancien maire s'est totalement déclassé en dénonçant son entourage immédiat (les Viadère, Souton et autres) ...
Les rongeurs quittent le navire avant le combat.. Et reviennent par la fenêtre du Conseil d'État... Alors que le Capitaine, casaque verte au vent, qui le premier quitta le rafiot, s'accroche comme il peut aux planches pourries d'un contexte qu'il a lui-même créé...

46.Posté par Jeff le 03/08/2009 18:18
Quand est-ce que l'on demandera à un postulant maire d'avoir un CV qui montre des compétences en gestion, en urbanisme, en sociale, en écologie, en réglementation (droit = pouvoir de police), etc. ?

Nos élus font joujous avec leur position, ils n'ont généralement AUCUNES COMPETENCES pour gérer un territoire, mais ils aiment le jeu de "pouvoir", et ici en plus ils en font une histoire de sous, c'est-à-dire s'en mettre plein les poches pour eux et leurs copains/copines? Ni Hoareau, ni Hamilcaro ne faillissent à cette loi de la magouille, ce sont des nuls, je ne parle pas du chef de file qui lui gère pour que sa famille est des beaux jours devant eux, la condition des réunionnais, lui importe peu, le soi-disant visionnaire, soi-disant "intelligent,

Honte à nos élus incompétents.

45.Posté par robin de saint lui le 03/08/2009 18:05
JUBILATION 57, La loi de décentralisation du 2 mars 1982 a remplacé la tutelle administrative (contrôle a priori) par le contrôle de légalité .

Le contrôle est a posteriori : les actes sont exécutoires dès qu'ils ont été transmis au représentant de l'État, sans nécessité d'attendre un avis de celui-ci.

Le contrôle n'aboutit pas à l'annulation de l'acte, qui relève du juge administratif.

44.Posté par mansour le 03/08/2009 18:01
Des affaires à répétition,une gestion irresponsable,une gouvernance de tonton macoute, une hystérie permanente voilà ce que Mrs FONTAINE jean,député-maire qui ralliera ensuite le FN!,HOREAU claude du PCR,HAMILCARO cyrille,ex-relève,ex-udf,ex-modem,ci devant Objectif réunion et Nouveau Centre et à nouveau HOREAU claude ont fait de cette commune travailleuse et naguère riche de son tissus artisanal,agricole commerçant et industriel.
C'était avant que MRS Fontaine,au nom des "nationaux",Hoareau au nom des "Camarades" et Hamilcaro au nom de "la Relève"(sic et re-sic)ne viennent mettre à l'encan la commune,la ruiner mais bien plus grave encore la gangréner avec des moeurs qui par l'intensité et l'ampleur sont exceptionnelles dans la vie politique réunionnaise.
L'histoire de la "poupée noire" du sympathisant de claude HOAREAU et la semaine derniere du tract ordurier ,dont je souhaite à la justice beaucoup de persévérance pour loger l'auteur et le commanditaire ,illustrent les conséquences de cette gangraine généralisée !
On peut délors comprendre combien il était urgent pour certains responsables de la droite locale de faire battre leurs amis et pour HOREAU claude de faire battre Mr ETHEVE guy .
Faire de Saint-Louis un fief de macoutes et un morceau de HAITI dans l'océan indien et où on désespère comme la-bas de voir poindre une lueur de changement avec ces rois-nègres ,fussent-ils "mulatres"(ou blanc Mr HOAREAU) comme on dit de l'autre coté du monde,qui se succèdent les uns aux autres pendant que les Haitiens crèvent !
ALORS OUI la tutelle au plutot à saint -LOIUS !
Et regrettons qu'elle ne soit qu'administrative et qu'elle ne puisse pas etre également judiciaire morale et civique ce qui pourrait permettre à cette commune de se remettre sur le chemin de l'éducation,du travail et du Droit mais voilà la démocratie ne l'autorise pas hélas et on ne peut pas installer une délagation spéciale dans la durée!
Aucune population ne mérite pourtant d'etre laissée dans cet etat de contamination où l'entraine avec détermination cette "famille "d'édiles saint-louisiens que sont les HOREAU et HAMILCARO successeurs et héritier sde FONTAINE ainsi que leurs comparses et progénitures à venir
Bravo à zinfos d'avoir donné cette info !
J'ai lu pour me former les posts techniques et poussés de certains zinternautes avec interet mais je crains qu'à saint-louis ce n'est pas que de manuels de droit et de comptabilité qu'à besoin la commune et ses habitants !.

43.Posté par L'INSOUMIS le 03/08/2009 17:48
Des saint louisiens ont réelu claude hoarau et les autres soutiennent un hamilcaro qui est loin, tres tres loin, d'être un modele d'integrité....!

Que feront ils au prochain scrutin ?
Ils réeliront l'un ou l'autre.

Quelque soit le scrutin les dés sont pipés d'avance, à droite, comme à gauche.

Une solution....la fin d'un systeme electorale qui ne favorise que les malfrats et les magouilles.....

Ou plus radicale, la prise d'assaut "symbolique" de la région, apres tout la democratie n'y est pas vraiment respectée la bas....

42.Posté par cafin le 03/08/2009 17:09
incroyable mais vraie. dire que ce monsieur et son fils prévue pour travailler à la mairie de saint paul conseiller madame bello. FRANCO AU SECOURS.

41.Posté par mwa la pa di le 03/08/2009 17:08
Claude HOARAU est un triste individu qui mérite d'être décoré de la honte de la société politique de notre département . Le pire n'est pas qu'il soit incompétent, mais qu'il y ait des électeurs qui puissent voter pour lui. Je vais être un peut méchant pour mes concitoyens, mais il est facile de voter pour un incompétent quand rien ne sort de leurs poches. Cela aussi est un scandale car nous avons fabriqué, avec l'aide de ce genre d'élu, des électeurs irresponsables ! Bravo les St Louisiens zot lé fort

40.Posté par Fabrice HOARAU JUNIOR le 03/08/2009 16:44

Je croirais les politiques le jour où ils seront bénévoles et élus par une population non influencée par des intérêts individuels. Quel doux rêve idéaliste et illusoire!!! En attendant cependant que ce jour arrive, je vote blanc.

Amen


39.Posté par JUBILATION 57 le 03/08/2009 16:13
Pour Pierrot DUPUY Junior, j'ai été élu au conseil municipal d'un petit village de l'EST de la FRANCE, Six Ans m'ont suffi pour abdiquer! Les indemnités du Maire et des Adjoints représentaient prés du tiers du Budget de la Commune, c'est pourquoi, pour les petites Communes, je suis pour le remboursement des frais simplement et contre le versement d'indemnités.
Je me souviens que le maire avait prévu des dépenses et que l'Inspecteur des Impôts chargés de surveiller les comptes de la Commune avait refusé de signer les demandes de notre commune au vu du budget.
Je ne critique pas les cours des comptes, je suis juste étonné du fait que l'on laisse dépenser l'argent public n'importe comment par des incompétents! Alors que les dépenses sont surveillés en permanence. N'importe quel Chef d'entreprise du BTP, vous expliquera, comment les Collectivités et l'Etat paient mals et tardivement les travaux exécutés avec tout un tas de tracasseries administratives.


38.Posté par TANGO le 03/08/2009 15:22
UN de plus.

On est dans un Etat dit de droit. Que ce droit soit appliqué pour tous un élu politique ne saurait être au dessus des lois et il faut impérativement en faire un exemple car ce n'est pas un présumé coupable mais bien un coupable.

Après Sainte Suzanne, la Possession voici le tour de Saint Louis.

Pour un simple délit le citoyen lamda est emprisonné pour le vol d'un euro.
Pour un simple délit, un représentant du personnel n'a plus le droit de se représenter à une élection professionnelle et pour un élu ?????

La Chambre Régionale des Comptes a fait son travail à vous messieurs les juristes de faire vivre la justice et de lui donner toute sa raison d'être.

Claude HOAREAU était connu pour son manque de notoriété, il est connu maintenant pour celui qui fait du parti communiste un parti à scandale et quelle honte pour sa déscendance de devoir porter les extravagances de son paternel.



37.Posté par robin de saint lui le 03/08/2009 15:16
le rapport cité par Sainthil (commentaire 27) est un veritable desaveu pour HAMILCARO. (ca ne dédouane pas pour autant son remplaçant)

Le rapport commence ainsi (page 3): La situation financière de la commune de Saint lui au cours de la période 2001-2005 se caracterise par une chute brutale du résultat brut d'exploitation en 2005, que la chambre estime de nature à compromettre les équilibres financiers maintenus jusqu'en 2004.

Au sujet des recettes fiscales de la commune on peut rajouter que sous Hamilcaro, l'urbanisme a cessé de diffuser correctement aux services concernés(DDE et impots) les informations sur la délivrance des permis, raison pour laquelle l'assiette de l'impôt n'a pas évolué et faisant que ce sont toujours les mêmes couillons qui payent pour les autres. (Au Tampon on dit qu'il en est de même et que ce devrait commencer à se voir en 2010).

36.Posté par Pierre Dupuy Junior le 03/08/2009 14:05
30. C'est justement parce que les fonctionnaires ont fait leur boulot que ce rapport est sous vos yeux: la CRC ne peut être saisie que par la préfecture dans le cadre de son contrôle budgétaire. Le truc c'est qu'entre deux documents budgétaires, il peut s'en passer des choses et que la préfecture ne peut saisir que sur la base d'un document budgétaire. Cette saisine ayant été faite sur la base de la première décision modificative, on ne peut pas dire qu'il y ait eu retard.

31: je crois que vous n'avez pas compris. Le tribunal "classique" , qu'il soit civil, pénal ou administratif , ne sera pas saisi dans cette affaire. On est en présence d'une faute de gestion: le circuit est différent de celui d'un recours contentieux classique. Dans le cadre d'une faute de gestion sur de la comptabilité publique, c'est la préfecture qui, lors de son contrôle budgétaire, saisit la CRC. La CRC rend dès lors un avis que le maire a le choix de suivre ou pas. S'il ne le suit pas, la préfecture peut dès lors suspendre ses pouvoirs budgétaires et adopter les budgets à sa place. Dès lors, ce que vous avez sous les yeux, ce rapport, est ce qui se rapproche le plus d'un jugement par une Cour dans cette affaire. Ce n'est pas le circuit classique et c'est un abus de langage de dire ce que je vais dire mais en langage "profane" un jugement a été rendu et c'est celui ci que vous avez sous les yeux.

33: d'un autre côté, en section de fonctionnement, une fois qu'un trou a débuté, c'est difficile de l'empêcher de se creuser en cours d'année...

35.Posté par Brutus le 03/08/2009 13:40

Je vais vous dire ce qu'il va arriver, et quel que soit le futur maire, car la situation est irrécupérable : la commune sera mise sous tutelle de l'État, et les contribuables, et pas seulement ceux de Saint Louis, vont payer très très cher !

34.Posté par sophia de Saint louis le 03/08/2009 13:29
Depuis le temps que Cyrille HAMILCARO le disait !!! on ne voulait pas le croire. Ouvrez vos yeux saint louisiens et saint louisiennes ! on ne peut confier notre commune à ce genre de personnage : incompétent, égoiste, et surtout menteur et fraudeur. il nous fait honte ce soi disant maire !

33.Posté par Sainthil le 03/08/2009 13:09
Puisque M. Hamilcaro est aimablement intervenu en début de matinée, il n'y a qu'à lui demander de nous communiquer l'évolution des dépenses de personnels de mars 2001 à mars 2008 à la mairie de Saint-Louis.
Quant au trou dont il est question, il n'est pas encore complètement creusé puisqu'il s'agit du budget primitif 2009, donc pas exécuté en totalité. Mais au vu des injonctions de la CRC, M. Hoarau va avoir bien du mal à tenir ses promesses, sauf à se retrouver rapidement sous tutelle. Les mécontents vont être légion...

32.Posté par Saint Paulois le 03/08/2009 13:09
Incroyable, que l'on puisse a ce point au PCR être égoiste ,et sans aucun respect envers les citoyens qui ont votés pour ces dirigeants.

31.Posté par Passi974 le 03/08/2009 13:05
C'est impressionnant de voir comment une joie règne sur ce site avec ce genre de renseignement avant même que la justice ne soit saisie!!! un déchainement contre un parti de gauche, après tout le webmaster fait ce qui lui plaît!!!

30.Posté par JUBILATION 57 le 03/08/2009 12:28
Il y a les mêmes couillons en métropole dans les communes, à moindre échelle c'est vrai, ils sont plus malins.
Il y a tout de même un point très important, les Budgets et les dépenses de l'Etat, des Communes et des Collectivités sont surveillées par les Fonctionaires des Impôts, alors comment peut-on en arriver à laisser une municipalité se mettre dans le rouge comme à Saint-Louis.
Le maire et le conseil municipal sont fautifs certes. Mais les Fonctionnaires chargés de surveiller les bilans et dépenses ne sont-ils pas aussi responsables de laxisme, tout comme les Magistrats qui libèrent un violeur qui n'a pas purgé toute sa peine.
Enfin les habitants de Saint-Louis déménageaient cette Année, pour éviter l'augmentation des impôts injustes que sont les taxes d'habitation et autres.

29.Posté par Pierre Dupuy Junior le 03/08/2009 11:47
Ah, mince, je pensais que le rapport de la CRC donné par Sainthil me donnerait les éléments de réponses sur les frais de personnel mais il pointait juste une augmentation de 10% par an et ne couvrait en plus que les exercices jusqu'à 2005. Dommage car les chiffres 2008 auraient été intéressant à comparer aux chiffres 2009 pour savoir lequel des deux maires est responsable de la situation actuelle.

28.Posté par Pierre Dupuy Junior le 03/08/2009 11:15
Le truc en fait, c'est qu'il est devenu impossible pour qui que ce soit de nier la situation catastrophique de la commune. La question est maintenant de savoir qui est responsable de cette situation: l'ancien maire ou le nouveau maire? Il existe des arguments pour les deux positions (les chiffres du compte administratif 2008 montre que Hamilcaro aussi avait laissé une dette, ceci dit sans commune mesure avec le gouffre actuel. De plus, le fait que la Chambre compare les chiffres du personnel depuis 2005 permet de mettre sur le dos d'Hamilcaro les dépenses de personnel somptuaires de la commune . Il suffirait d'ailleurs à Hamilcaro de ressortir les chiffres du CA 2008 en la matière pour prouver si c'est vrai ou faux) . Ceci dit, dans le cas où Hamilcaro est effectivement plus qu'impliqué dans le trou (ce qui est vrai mais dans une très fable mesure, le trou final en un an étant 4 fois celui qu'il a légué ) , la gestion de Claude Hoareau, à défaut d'être malhonnête, est irresponsable puisqu'il a continué à dépenser en se sachant en difficulté.

Bref, chui content de pas vivre à Saint-Louis...

27.Posté par Sainthil le 03/08/2009 11:02
Deux rapports intéressants de la Chambre régionale des comptes concernant Saint-Louis.
Le premier (http://www.ccomptes.fr/fr/CRC23/documents/ROD/RER200311.pdf) date de 2003 et est relatif à la gestion de Guy Ethève. Il y est noté que "globalement, l'évolution de la situation financière sur la période de 1997 à 2001 a été favorable" mais met notamment en garde le maire - en l'occurence M. Hamilcaro - sur le risque lié à la croissance des dépenses de personnel.
Le second date de 2008 (http://www.ccomptes.fr/fr/CRC23/documents/ROD/RER200801.pdf) et se penche sur la gestion de M. Hamilcaro. La hausse des frais de fonctionnement, et notamment de personnel y est pointée. Je ne commenterai pas certains intitulés de chapitres rédigés par la Cour sous peine d'être accusé d'être partisan mais pour les curieux, elles sont en début de document et valent d'être lues.
Bref, et n'ayant auxcune accointance avec Claude Hoarau mais jugeant la présentation de Pieerot Dupuy un poil tendancieuse, je souhaite simplement aux Saint-Louisiens de trouver un maire compétent et courageux.

1 2
Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales