Social

La Chambre des métiers sens dessus dessous

Dès 7h30 une centaine de salariés de la Chambre des métiers ont manifesté en amont de l’assemblée générale prévue à 9 heures, pour dénoncer la nouvelle gouvernance et les difficultés qui, selon les grévistes, en découlent.


"La nouvelle gouvernance mise en place avec la présidence de monsieur Giraud Payet ne fonctionne pas, et pire, elle est en train de mettre en péril un outil indispensable pour le développement du secteur et la consolidation des entreprises artisanales", pouvait-t-on lire ce matin sur l’un des tracts distribué devant la Chambre des Métiers.
Des évènements récents ont conduit le personnel à tirer la sonnette d’alarme et parmi les revendications figurent principalement "la discrimination du personnel, la déstabilisation de l’encadrement, le soi disant plan d’austérité financier" et  la plus importante "la préparation en missouk d’une nouvelle organisation administrative de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA)".
Sur ce point, les grévistes ont demandé son retrait pur et simple à l’ordre du jour car "un organigramme est sorti, avec des personnes propulsées à des postes surdimensionnés à leur compétence et des gens qui sont évincés. On se dit quel est ce règlement de compte? D’autant que ce point n’a pas été décidé par le bureau mais rajouté. Ce débat n’a rien à faire sur l’ordre du jour d’une assemblée générale", s’exclame Jacques Maunier, directeur du développement économique à la chambre des métiers.
"Depuis qu’il y a une nouvelle équipe politique, il y a de la casse qui est organisée dans les services pour déstabiliser l’encadrement afin de procurer à un certain nombre d’élus de l’espace pour qu’ils fassent ce qu’ils veulent", ajoute le directeur du développement économique.
L’assemblée générale de la CMA a pris des allures de terrain de bataille. Reproches, colères, cris… Giraud Payet le président est parfois hué quand le secrétaire général, Jean-Marie Trincès, est applaudi.
Finalement, le président avec l’accord des élus de la Chambre a décidé de retirer de l’ordre du jour la question de l’organigramme et de traiter de la question sous les quinze jours.
L’assemblée générale s’est tenue jusqu’à 11h45. Les grévistes espèrent désormais éclaircir les autres points divergents.
Mardi 18 Novembre 2008 - 10:44
Melanie Roddier
Lu 1258 fois




1.Posté par papapio le 18/11/2008 12:23
Ne faudrait-il pas demander à la CCIR d'arbitrer ce conflit ?
100 fois sur les Métiers, remettez votre ouvrage.
Gageons qu'à la toute fin, ils promettent d'etre sâge.

2.Posté par Ulysse le 18/11/2008 14:43
sans dessus dessous

3.Posté par banane pimentée le 18/11/2008 17:51
trop cool cette journée ............les élus ont flippés comme des gamins pris la main dans le sac !!

4.Posté par L.H le 18/11/2008 19:41
... je me demandais... à la chambre des métiers:

il y a toujours autant de repris de justice ?

Il n'y a pas que la politique dans la vie, surtout lorsqu'on est, incapable et condamné par la justice !!

Créole couillon?

5.Posté par Bleu, blanc, rouge le 18/11/2008 22:10
Mais quelle honte pour la Réunion : chambre de métiers dirigée par un ex-repris de justice, la mairie de St-Denis encore par un ex-repris de justice, la CCI par un tricheur !!! C'est édifiant ! Un écoeurement ! Quel exemple pour nos jeunes !

6.Posté par MIDIAOU le 18/11/2008 22:43
Bravo aux salariés de la chambre de métiers, si seulement tous les agents de la fonction publique de la réunion agissaient de la sorte, depuis longtemps certains hommes "politiques" auraient disparu de la scéne et la réunion serait libre....c'est le meilleur moyen de mettre fin à des pratiques d'un autre âge ! un avertissement supplémentaire aux voleurs, menteurs et petits esprits qui sont encore nombreux dans l'île !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales