Economie

La Chambre d'Agriculture demande au Préfet d'interdire l'importation des serpents


L'agriculteur pointe du doigt l'endroit où un reptile a été retrouvé il y a deux mois
L'agriculteur pointe du doigt l'endroit où un reptile a été retrouvé il y a deux mois
La Chambre d'Agriculture fait bloc aux côtés des planteurs. Ces trois dernières années, une dizaine de serpents ont été capturés dans des champs de canne notamment.

Le phénomène va crescendo. Cinq ont été capturés rien que sur l'année 2014. Preuve que toutes les histoires de rencontre avec ces nouveaux animaux de compagnie n'ont pas toutes fait la Une des médias.

L'observation la semaine dernière de deux boas à Saint-Gilles-les-Hauts dont l'un demeure toujours en pleine nature, a réveillé la colère et l'inquiétude des agriculteurs.

Sur une parcelle agricole des hauts de Saint-Leu ce matin, des représentants de la Chambre ont voulu faire passer un message fort à l'autorité préfectorale. "Nous demandons au Préfet de prendre des mesures draconiennes interdisant l'importation des NAC pouvant représenter un danger pour la faune et la flore réunionnaise ou ayant une capacité d'adaptation au milieu naturel réunionnais", a ainsi plaidé Jean-Paul Pajaniaye, 5ème secrétaire adjoint de la Chambre d'Agriculture. Un point de vue que ne contredira pas à ses côtés le propriétaire du champ qui s'est lui-même trouvé nez à nez avec un python il y a deux mois de cela.

Si les serpents en vadrouille font l'actualité, le bureau de la chambre verte porte aussi l'accent sur l'ensemble des espèces vendues en animalerie ou sur les sites de petites annonces. "Le monde agricole pourrait être particulièrement impacté avec la prolifération de furets, vecteur de la leptospirose, ou de serpents qui rendraient la coupe des cannes plus contraignante. Nous avons pour exemple le Brésil où les planteurs doivent systématiquement brûler leur champ avant la coupe pour faire fuir les serpents", ont-ils pris comme exemple.
Vendredi 20 Mars 2015 - 16:01
LG
Lu 2983 fois




1.Posté par ...??.. le 20/03/2015 16:24 (depuis mobile)
..Je Soutiens..

2.Posté par Métisse974 le 20/03/2015 16:30
Je les soutiens! Je ne voudrais pas que mes enfants se retrouvent face à des serpents quand ils joueront dans le jardin. On est juste à côté d'un champ de cannes!

3.Posté par KLD le 20/03/2015 16:54
je plussoie !!!

4.Posté par Choupette le 20/03/2015 17:54
"... le Brésil où les planteurs doivent systématiquement brûler leur champ avant la coupe pour faire fuir les serpents", ont-ils pris comme exemple".

Enfin, nous avons l'explication des incendies des champs de canne à La Réunion.

5.Posté par areteksa le 20/03/2015 20:30
d'accord avec ça
tout se qui se vend en animalerie se retrouve souvent dans la nature ensuite

6.Posté par porto le 20/03/2015 21:01
Et pendant ce temps là, les candidats cantonaux n'en ont rien à cirer et continuent de clamer haut et fort leurs "boabards" aux citoyens.

7.Posté par haha le 20/03/2015 22:30
Trop de serpent ,tue les serpent !!!!!

8.Posté par GIRONDIN le 20/03/2015 22:32 (depuis mobile)
KLD excellent, je plussoie aussi.

Oui j'avoue, j'ai cherché dans le dico, alors excellent le "je plussoie"....

Si on pouvait interdire aussi au Mr en tee-shirt blanc sur la photo d'être pied nu dans un caro de canne......

9.Posté par Bibik le 20/03/2015 23:01
Les données sont simples: une majorité de Réunionnais ne veulent pas de vos NAC. Vous êtes une minorité. On est en démocratie non ? A ce jour personne ne peut se prétendre suffisamment sûr du comportement de ces bêtes en liberté dans un milieu inconnu. Donc il faut appliquer le principe de précaution. Quand on a faim on mange ce qu'on a. Un serpent qui a faim ne se posera certainement pas de question. Il s'agit juste d'un instinct (animal) de survie. Arrêtez de faire ceux et celles qui savent tout plus que nous. Nous ne sommes pas des couillons. ON - N'EN - VEUT - PAS

10.Posté par Bibik le 20/03/2015 23:04
Soutien total aux agriculteurs
"Lettre ouverte aux décideurs, pour la protection des Familles Réunionnaises et de la Nature qui l’entoure.
Depuis la découverte de serpents à Saint-Gilles les hauts, nous sommes sans cesse interpelés par la population que nous rencontrons dans le cadre de la campagne électorale et même au-delà.
A chaque observation c’est une véritable psychose qui s’est installée et nous déplorons, cette peur occasionnée par ces reptiles et autres espèces qui ne font pas partie de notre biodiversité.
Ici à La Réunion, nous n’avons pas été habitués à vivre en présence de ces animaux, importés, pour assouvir les fantasmes de quelques passionnés, ou inconscients, qui ne mesurent peut-être pas assez la portée de leurs actes.
Nous ne sommes pas sûrs que ces animaux soient aussi heureux dans un milieu qui n’est pas le leur, contrairement, à ce que pourraient penser leurs détenteurs.
Aujourd’hui nous sommes face à un véritable fléau. Les multiples observations d’animaux de compagnie importés et introduits dans notre écosystème par la faute de propriétaires mal inspirés provoque un véritable sentiment d’insécurité. Les réunionnais ont peur des reptiles qui pourraient se retrouver chez eux. Les risques d’accidents et le stress qui grandit pour un grand nombre de nos concitoyens, nous interpelle. « Il vaux mieux prévenir que guérir ».
Dans un document officiel de la Direction Générale de l’Environnement daté de septembre 2005, il est écrit entre autre : … « La faune et la flore de La Réunion sont issues de phénomènes évolutifs (spéciation, radiation adaptative, «syndrome d’insularité ». Ces communautés très sensibles aux perturbations (introductions d’espèces, pression humaine...), sont donc également très fragiles… »
Nous n’inventons rien, nous souhaitons simplement alerter les autorités pour qu’une vraie solution soit apportée à un problème majeur et qui concerne toute La Réunion.
Il est urgent de contrer la prolifération de ces espèces invasives et nous interpelons le préfet, les députés, les sénateurs et toutes instances compétentes pour qu’un arrêté d’interdiction de ces espèces soit publié et qu’il soit scrupuleusement veillé à son application.
Nous souhaitons ardemment la mise en œuvre de mesures de capture dans les lieux où des spécimens ont été observés pour la sécurité des familles Réunionnaises et de la nature qui nous entoure. Il faut également répertorier tous les possesseurs et éleveurs de ces animaux et faire appliquer une règlementation plus stricte pour empêcher la prolifération, les rejets dans la nature, le trafic et autres actions qui porterait atteinte à la population et à son environnement.
Nous comptons sur vous Mesdames et Messieurs les décideurs".
« Nous Lé Capable ! » : Dolorès Pelops - David Aipar
« Responsable et Solidaire » : Giovanny Poire – Julietta Ichiza Imaho
« Ensemble ayons Confiance » : Yannick Payet –Fabiola Patouma

11.Posté par ludowrx974 le 21/03/2015 01:55 (depuis mobile)
proliferation de furet......pfffff.....

12.Posté par Chambre d'Agriculture chimique ? le 21/03/2015 09:44
"Nous avons pour exemple le Brésil où les planteurs doivent systématiquement brûler leur champ avant la coupe pour faire fuir les serpents", ont-ils pris comme exemple. "

Euh, si c'est brûlé, y'a plus rien à récolter non?

Je ne comprends pas....


Sur le fond, d' accord pour l'interdiction et les restrictions pour les NAC. Ceci étant, ne pas oublier que ces quelques serpents peuvent en réalité être très utiles en éliminant les rats qui vivent dans les champs de cannes...?

Car depuis longtemps, les agriculteurs préfèrent l'agriculture "chimique": engrais, herbicides, raticides...

Ca, par contre, pour la santé des consommateurs, la chambre d'agriculture, elle dit quoi?

13.Posté par A mon avis le 22/03/2015 03:04
Les serpents existent depuis très longtemps à la Réunion (notamment une couleuvre dont je ne connais pas le nom d'espèce).

Ce sont toutes les espèces animales qu'il faudrait interdire d’importer dans l'île, car fatalement, ces animaux, un jour ou l'autre se retrouvent dans la nature, et peuvent perturber l'équilibre écologique, déjà bien mal en point à La Réunion.

Quel plaisir peut-on éprouver à séquestrer des animaux en cage, en vivarium ou en aquarium ?

Il en est de même pour les espèces végétales. Combien d'espèces ont été introduites et sont devenues des pestes végétales (goyavier, galabert , (pour les plus anciennes) etc ...)

14.Posté par broumbroum le 22/03/2015 08:19
je plussoie de méme avec cependant une petite nuance,es qu'il n'y a pas assez d'élément sur cette ile pour qu'on passe déja pour des cons?

15.Posté par polo974 le 23/03/2015 10:20
C'est sûr qu'il vaut mieux avoir les rats porteurs de lepto dans les champs.

16.Posté par Gérard Jeanneau le 24/03/2015 02:18
En métropole, on repeuple de vipères les campagnes pour lutter contre les rats. Interdiction de les tuer; on verbalise celui qui est pris en flagrant délit.
Aucun problème avec la couleuvre : elle est inoffensive. Pourquoi ne pas repeupler de cette espèce La Réunion ? On bannirait la leptospirose !

Nouveau commentaire :
Twitter