Politique

La CRC estime de 150.000 à 200.000 le nombre de bénéficiaires de RSA à La Réunion

Le quatrième et le cinquième aspect du rapport d'observations définitives de la Chambre régionale des comptes de La Réunion (CRC), porte sur “l'interopérabilité limitée entre les différents acteurs du système, et la mise en place du RSA dans l'île.


La CRC estime de 150.000 à 200.000 le nombre de bénéficiaires de RSA à La Réunion
“L'interopérabilité limitée entre les différents acteurs du système”, concerne le fonctionnement mis en place par chaque intervenant du circuit RMI. “La Chambre a relevé quelques irrégularités, comme par exemple 661 anomalies liées au numéro de Sécurité sociale. La question des rappels traduit les difficultés rencontrées par la CAF dans le traitement des dossiers. L'effort doit particulièrement porter sur les rappels des années antérieures".

La CRC met également en exergue “le maintien du RMI et du RSO pour un nombre important d'allocataires âgés. 450 allocataires du RMI ont plus de 65 ans, 72 pour le RSO”. La Chambre va même jusqu'à préciser que le doyen des allocataires du RMI, est âgé de 92 ans.

La CRC invite le Département à maîtriser les indus, leur augmentation a compté pour 12 millions dans les comptes du Département en 2008. Il y a également des contrôles jugés insuffisants par le CRC.

Le dernier aspect retenu par la Chambre régionale des comptes est la mise en place du RSA à La Réunion. Alors que la CRC estime de 150.000 à 200.000 le nombre dé bénéficiaire, “selon l'identification des travailleurs pauvres". Toutefois, la CRC a défini les dépenses directes pour 95.000 allocataires du RSA. L'enveloppe annuelle s'élèverait à 495 millions d'euros.
Mercredi 23 Juin 2010 - 10:50
Jismy Ramoudou
Lu 2075 fois




1.Posté par cafir le 23/06/2010 18:02
Voila le résumé d'un sujet majeur qui restera d'actualité . Je l'ai dit , plusieurs mois encore . L'autre théme me parait être aussi trés important et celui des moyens financiers .
L'état est pauvre , il est endetté , et il se defausse sur les collectivités territoriales en les invitant à la solidarité entre elle. Il est prévu en effet que les villes et les départements dit riches adandonnent une partie de leurs ressources au profit des départements et communes endettées , alourdis par des depenses de toutes les sortes , notament à caractére social certes , mais parfois aussi par des politiques couteuses , et pouquoi ne pas le dire , INSUFFISAMENT justifiées . J' utilise , on voit , DES TERMES DIPLOMATIQUES.
CAFIR

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales