Social

La CGTR veut combattre le chômage de façon globale

A quelques jours du symbolique 1er mai, la CGTR s’offre les lumières d’Eric Aubin, négociateur national sur l’aspect Assurance chômage et retraites pour le compte de la Confédération Générale des Travailleurs. Son sentiment : "il faut prendre le problème du chômage dans sa globalité".


La CGTR veut combattre le chômage de façon globale
Un interlocuteur national en contact direct avec les négociations salariales du plus haut niveau, quoi de mieux pour aguerrir le discours des syndicalistes péi? C’est la mission assignée à Eric Aubin, négociateur national "Assurance chômage et retraites" de la CGT. En visite dans l’île, ce dernier fait profiter de son expérience les différentes composantes de la CGTR.

Autour de la table, les représentants CGTR des Finances publiques (Pierrick Olivier), du BTP (Jacky Balmine) ou encore du secrétaire général de la CGTR (Ivan Hoareau) étaient attentifs.

"On a une grosse inquiétude au niveau du traitement de l’emploi qui est saucissonné. Hier c’était les séniors qui n’arrivaient pas à trouver un emploi (40% seulement d’entre eux sont en activité à 60 ans), aujourd’hui on traite de l’emploi des jeunes. Une catégorie par ailleurs en négociation actuellement avec le Medef sur le plan national". Pour Eric Aubin, pas de doute, cette parcellisation des problématiques ne répond pas à la question de la résorption du chômage. "Il faut une réponse globale pour stopper la chute du niveau des pensions en France. Cela passe par une augmentation des salaires", avance-t-il.

Parmi les solutions entrevues par le "négociateur": "lutter contre la baisse des cotisations sociales". Même si la bataille plus ou moins vaine contre la réforme des retraites (version 2010) semble avoir été digérée, il ne s’interdit pas de repenser à un scénario englobant la question des conditions de travail et donc de la fameuse pénibilité. "Un tout en somme" pour contrecarrer les propositions gouvernementales qui avancent sous couvert de mise en péril du financement de ces mêmes retraites. "On demande à ce que cette négo soit rouverte", lance Eric Aubin, en parlant de la pénibilité.

De l'efficacité des accords Cospar...

De pénibilité il en sera d’ailleurs question très prochainement, le 28 avril, lors d’une journée à l’appel de l’Organisation internationale du Travail (OIT). Pas relayée à la Réunion, cette journée verra les organisations syndicales rendre hommage à ces hommes qui ont été victimes d’accidents dans leur travail. Une thématique qui s’est élargie, au fil des ans, à tous les travailleurs et à la pénibilité qu’ils rencontrent.

A ses côtés, Ivan Hoareau, aura eu un mot à l’encontre de l’accord Cospar qui souffle ses deux bougies d’existence. Le leader de la CGTR ne rend pas responsable ces fameux accords, avec ses 150 euros à la clé, d’un quelconque blocage dans les négociations annuelles obligatoires. "Ce n’est pas le Cospar en lui-même qui n’a pas marché - le Cospar c’est quand même un plus sur la paie quoi qu’on en dise – mais il nous a manqué (en désignant l’ensemble des syndicats) le maintien du rapport de force qui s’en est suivi", conclut Ivan Hoareau.
Mercredi 13 Avril 2011 - 07:33
Ludovic Grondin
Lu 1063 fois




1.Posté par moietlautre le 13/04/2011 07:48
quand ses personnes auront d'autre chose a faire que de couper l'electricité a la population , la peut être on posera un regard sur ce qu'ils disent.................. bande de voyou

2.Posté par noe974 le 13/04/2011 07:51
La CGTR fait encore parler d'elle avec ses propositions à endormir les mimis de goutières ...

CGTR = manipulatrice = pollueuse = anti-courant ....= nantis = .....

3.Posté par TakoTak le 13/04/2011 08:17
IL SONT ENCORE LA EUX :

Après la grosse bourde de la Séchilienne Il y a encore des nases pour les suivre ?

Continuez à vous faire manipuler c'est bien ! On vous donne quoi en échange ? des dettes ?

4.Posté par fiuman le 13/04/2011 10:28
Pour traiter le chômage la cgtr sait faire: bloquer la Réunion ( électricité, docker, transport etc etc ....)avec comme conséquence la liquidation de nombreuses petites entreprises.

5.Posté par David Asmodee le 13/04/2011 15:08
Ah ah, la bonne blague !
Un syndicat n'espère qu'une chose : des embauches...suivies de licenciements derrière ! Sinon, comment peut-il s'engraisser sur les procès prud'homme ?

La CGTR veut faire baisser le chômage ? Qu'elle donne l'exemple et qu'elle embauche !

6.Posté par Travailleur chomeur arast le 13/04/2011 15:25
Ils n'ont rien combattu lorsque la nassima a licencié 1500 salariés dans le social. NON ces genres de défenseurs de travailleurs ne servent qu'un certain intérêt qui est exclusivement le leur. Il faut voir certains dériver dans les audiences au tribunal. Alors ! qu'on arrête dans la démagogie; ils veulent redorer , s'il était au moins d'or, leur blason depuis la déroute des coupures de courant, mais la population tarvailleuse n'en n'a pas besoin car ils sont les premiers leurs propres fossoyeurs

7.Posté par Bayoune le 13/04/2011 15:43

Si mi tronpe pa dann batiman, travay lé dir, é pourtant, i sanm amwin ke la CGT la signé l’akor èk goiuvernman pou ropouss laze dépar a la rotraite a 67 tan. Kosa noute bann kamarade CGTR i panss, kan nou koné kan lo rényoné larive 40 tan i trouve pi travaye dann batiman. La CGTR lé dakor pou fé travaye kréole ziska la mor ?Kosa kréole i di si sa lé vré. Ke la Cgtr i réponn ?

""Ce n’est pas le Cospar en lui-même qui n’a pas marché - le Cospar c’est quand même un plus sur la paie quoi qu’on en dise – mais il nous a manqué (en désignant l’ensemble des syndicats) le maintien du rapport de force qui s’en est suivi", conclut Ivan Hoareau. " I fodré Yvan Hoarau i di anou osi é a son kamarade gouyave de France ke son kamarade Vergès la rofizé mète lo 50E pou fé 200 euros dosi la pèye, poukwé li fé silanss ladsu??

8.Posté par Tanbi le 13/04/2011 16:45
Le niveau des commentaires...je le crois pas.

Le haut niveau du chômage à la Réunion et la structure des entreprises explique en effet ici un taux de syndicalisation encore plus faible que la métropole. Car la structure économique de la Réunion compte plus de 80% d'entreprises avec moins de 2 salariés.

Dans ces TPME, il n'y a pas de syndicat. Il est donc erronné de dire que c'est l'action des syndicats qui fragiliserait l'entreprise. Les salariés dans ces entreprises n'ont que le droit de se taire et de subir.

Dans les

9.Posté par lizi le 13/04/2011 22:51
Comment la CGTR va combattre le chômage ? ha ben oui maintenant ils peuvent le faire puisqu'il n'y plus Mr Verges à la Région pour leur dire ce qu'ils doivent faire.

10.Posté par fiuman le 15/04/2011 14:45
apparemment tanbi ne comprend pas que l'on la Réunion est bloqué les tpme ne fonctionnent plus et meurent, pas besoin d'être gangréné par la cgt il suffit de vivre dans le même pays .

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales