Social

La CGTR manifeste et exige la réintégration d'un salarié licencié par Kolors Automobiles

Les manifestants de la CGTR étaient remontés ce matin devant le siège de Kolors Automobiles à Saint-Denis. La raison, la non réintégration d'un de leur collègue, licencié en octobre dernier, et pourtant décidée par la justice pour un vice de forme. Du côté de la direction, on estime que tout est fait pour réintégrer ce salarié, mais à la CGTR on dénonce une raison simple pour ce retard, le salarié était syndiqué.


 
Grosse colère de la CGTR devant le concessionnaire automobile Kolors, rue Léopold Rambaud, à Saint-Denis. Une trentaine de manifestants a mis le feu à plusieurs pneus sur le parking et bloqué une partie de la circulation entrainant de grosses difficultés pour les automobilistes. La raison ? La non-réintégration d'un de leur collègue salarié à son poste, comme prévue au mois d'août, et sans cesse "repoussée" par la direction, souligne Gérard Mechet, délégué syndical à la CGTR.

"On revendique la réintégration de notre camarade, il a été licencié parmi 21 autres salariés en octobre. On a fait un recours auprès du ministère de la Justice et on a obtenu gain de cause. Le ministère a demandé sa réintégration et cette décision est exécutoire. Le salarié devait récupérer son poste le 10 août, on a laissé un délai jusqu'au 30 août et le 1er septembre il se rend à l'entreprise et tombe sur un comité d'accueil. On lui dit que sa place n'est pas dans l'entreprise", explique le délégué syndical. Principal argument avancé par les manifestants, le salarié en question est syndiqué ce qui poserait "problème" pour sa réintégration.

Du côté de la direction, on se dit "étonnée" de cette manifestation. Officiellement, il n'y a pas de problème quant à la réintégration de ce salarié qui doit intervenir dans les prochains jours. Le retard serait dû à sa réaffectation, car selon le représentant des cadres de la société Kolors, Simon Miralikan, le salarié a été licencié mais son poste également, "il faut donc trouver un poste à ce salarié", ce qui semble prendre du temps...

En attendant, les manifestants vont rester devant l'enseigne Kolors jusqu'à ce que leur demande soit satisfaite.
Lundi 5 Septembre 2011 - 12:24
Lu 1344 fois




1.Posté par MENSONGES974 le 05/09/2011 12:38
Je pense que l'on peut comparer leur action à celle de casseurs cagniards vilains manières...

bloque la route, incendies, violences verbales etc

Par contre je ne doute pas de leur sincérité, ni de leur bonne volonté!

2.Posté par Mwinmidike le 05/09/2011 13:48
Est-ce-qu'ils avaient vraiment besoin de se mettre au milieu de la route !?
De toute façon, c'est comme les chiens ça ! Quand zot' les en nombre zot i aboie zot i fé remark à zot, mais quand zot' lé tout seul zot' i raz les murs la queue entre les jambes et i cri kay kay kay.

3.Posté par éverzoli le 05/09/2011 14:11
Aucune protestation écolo devant cette pollution par pneus brulés ?

4.Posté par Longanis le 05/09/2011 14:31
di sak ou vé...

"C'est comme les chiens ça"... Comment peut-on traiter de "chiens" des hommes, des femmes qui se battent pour faire respecter leurs droits? D'après ce que dit l'article, il y a eu procédure, il y a eu jugement, le ministère de la justice s'est prononcé...
Qui sont les "chiens", les voyous? Ceux qui essayent par des moyens de faire entendre raison à ceux qui ne veulent pas respecter une décision de justice, où ceux qui utilisent des moyens qui peuvent choquer les bien pensant?
En l'occurrence, les chiens aboient et la caravane passe...

5.Posté par Nade le 05/09/2011 15:58 (depuis mobile)
La cfdt est elle en perte de vitesse....???

6.Posté par David Asmodee le 05/09/2011 16:22
"Une trentaine de manifestants a mis le feu à plusieurs pneus sur le parking et bloqué une partie de la circulation entrainant de grosses difficultés pour les automobilistes."

CGTR toujours aussi kaniar. Avec la complicité de l''Etat, ils peuvent tout se permettre.

7.Posté par 5 dix cas le 05/09/2011 16:56
Bizzzarrrrrreeeeeeeeeeeee : Ce meme sindicaca ne ma pas suivi dans cette boite de m..........e quand j'ai voulu porter plainte pour harcelement moral par un pseudo cadre ( toujour la d'ailleur ) .Donc meme le sindicat 2 poids 2 mesures alors allez caca dont

8.Posté par Sansblague... le 05/09/2011 17:06
"le salarié a été licencié mais son poste également"...
------------------------------------------------------------------------

Licencier un poste ? Fort, très fort chez Colors.....

9.Posté par Nade le 05/09/2011 17:22
A sansblague....
Je ne vois pas de " " pr noter une citation , donc il faudrait plutôt voir du côté du" journaliste "(vs noterez mes " ") avant de cracher sur cette boite .....ou trouver un autre prétexte !!! Ou bien vs la fermer..

10.Posté par Nade le 05/09/2011 17:26
A sans blague

N avais pas vue la vidéo , milles excuses !! Effectivement il va falloir que certains retournent a l Ecole !!

11.Posté par Sansblague... le 05/09/2011 19:23
9 et 10. Fallait prendre au second degré. Créole y ème taquiner... Entre deux commentaires sérieux, il faut une pause kassage lé kui. Et puis le boug qui a causé, il doit également être un malheureux salarié que l'on a envoyé au casse pipe...

En tout état de cause, c'est une véritable misère de ce que devient notre économie et notre monde du travail.....

12.Posté par David ASMODEE le 05/09/2011 19:27
""C'est comme les chiens ça"... Comment peut-on traiter de "chiens" des hommes, des femmes qui se battent pour faire respecter leurs droits?"

Moi non plus j'aime pas qu'on insulte les chiens. Qu'en pense la SPA ?

13.Posté par CITOYEN le 05/09/2011 20:55
manif inutile donc! La CGTR fait du bruit pour rien! c est leur maniere de faire, puisque la réintégration est actée, ou est le probleme,,,,,? MAIS FAIRE du bruit pour rien (ici c est trop facile), c est pas le genre de syndiact que je prefere!

DEs voyous, ca se voit

14.Posté par Ludovic le 05/09/2011 21:53
Ces methodes de voyous sont la marque de fabrique des nervis de la CGTR, menaces , insultes et intimidations physiques. Ils sont forts en groupes pour foutre la merde.
Comment peuvent ils bloquer la route en mettant le feu aux pneus et entraver la circulation.
Comment la loi peut elle permettre des tels agissements, que fait le préfet face à cette situation.
Ce syndicat extremiste qui dit défendre les travailleurs, par leurs actions néfastes a été à la Réunion responsable de la fermeture de plusieurs entreprises.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales