Social

La CGTR déplore la "méthode Drahi" chez SFR


La CGTR s'inquiète de la réorganisation chez SFR Réunion. Le syndicat a donné ce mardi une conférence de presse pour faire un point sur la situation de l'opérateur au carré rouge, revenant sur les dernières annonces sur la fibre du groupe et sur les conditions de travail des employés depuis le rachat par Numericable.

Le syndicat se méfie des annonces faites par SFR Réunion sur le déploiement de la fibre optique à La Réunion. Invité par la CGTR, Damien Bornerand, délégué syndical central adjoint UES SFR, craint que le déploiement de cette fibre optique se fasse exclusivement dans les zones où l'ADSL est déjà bien déployée, et où on va "maintenir la fracture numérique qui peut exister dans l'île. "Nous souhaitons à la CGT que tous les Réunionnais soient couverts en très haut-débit, qui est pour nous un droit fondamental".

Un avis rejoint par le secrétaire général de la CGTR, Ivan Hoareau, qui estime qu'un important opérateur comme SFR doit avoir pour mission de faire diminuer la fracture numérique. "On parle d'aménagement du territoire, mais n'oublions pas l'aménagement numérique", indique-t-il, craignant que l'installation de la fibre accentue encore le décalage numérique entre le littoral et les hauteurs de l'île.

De plus, la CGTR souhaite que SFR soit très clair concernant son déploiement fibre dans le département, s'il est de type FttH (Fiber to the home) ou FttLA (Fiber to the last amplifier). Le premier, qui "tire" la fibre jusqu'au pied du bâtiment, permet des débits descendants (download) très élevés, mais aussi d'excellents débits montants (upload). De son côté, le FttLA, moins véloce en upload, utilise pour les derniers mètres les réseaux existants, à savoir, bien souvent, le câble coaxial qui délivre notamment le signal TV. "Si pour le client, il n'y aura pas de grosses différences, pour l'entreprise c'est différent, puisque l'investissement n'est pas le même", déclare le syndicat.

 

Pour Damien Bornerand, les risques professionnels sont "très importants" chez SFR
Pour Damien Bornerand, les risques professionnels sont "très importants" chez SFR

Sur l'aspect de l'emploi, le rachat de SFR par Numericable a eu des conséquences négatives sur les équipes déjà en place selon la CGTR. Dans son viseur : la "méthode Drahi". "Certains employés, des cadres et des non-cadres, ont été virés comme des malpropres, pour être remplacés par une nouvelle direction issue notamment de chez Outremer Telecom", s'indigne le syndicat, qui qualifie ces méthodes de "putsch".

"Il ne faut pas oublier que de nombreux salariés de SFR Réunion sont là depuis longtemps et ont aidé à faire grandir le groupe dans le département, ajoute la CGTR, qui demande à la nouvelle direction de "ne pas l'oublier et de ne pas trop bousculer leur environnement".

De la "casse" est également constatée chez les sous-traitants du carré rouge selon la centrale syndicale, qui indique que de nombreuses entreprises locales ont déjà dû mettre la clé sous la porte.

En cause selon la CGTR : la renégociation de leurs contrats ("en baisse de 30%"), la délocalisation de certains services à l'étranger, mais aussi par la réinternalisation d'autres tâches au sein de SFR, avec un impact sur la charge de travail des employés. "Les salariés qui, hier, avaient déjà pas mal de travail, se retrouvent aujourd'hui avec une surcharge, avec des risques professionnels très importants qui ne sont pas acceptables", termine Damien Bornerand.
Mardi 7 Juillet 2015 - 13:22
SI
Lu 3744 fois




1.Posté par Zbob le 07/07/2015 15:15
Drahi? Le Tapie du numérique: j'achète , je dégraisse et je revends avec bénéfice et en plus , les banques lui font crédit alors qu'il n'a pas de tunes

2.Posté par ex client SFR le 07/07/2015 15:39
je ne sais pas comment est traité le personnel mais je sais comment SFR traite les clients, pour ma part j'ai fichu le camp de chez eux dès que possible où rien ne marche mais en y laissant des plumes

3.Posté par Nono le 07/07/2015 17:39
Diminuer la fracture numérique ??? Ils jouent les naïfs à la CGTR ou quoi? Drahi est un prédateur financier, le client est le cadet de ses soucis, comme les employés d'ailleurs. La seule chose qu'il pourrait entendre, c'est une grève mais ça... les moutons ne se révoltent généralement pas contre le berger, même quand on les conduit à l'abattoir.

Alors on baisse la tête en priant de ne pas être le prochain...

4.Posté par La CGTR i fait rire la bouche le 07/07/2015 23:46
Comment un syndicat qui s'appelle CGT peut-il s'indigner des "conditions de travail" d'un opérateur du privé, chamboulement dû en grande partie à des questions de rationalisation des coûts.

Faudrait expliquer à ces socialo-communistes que les entreprises, et notamment les chefs d'entreprise (je crois que les coco viennent de découvrir 2 mots là) sont étranglés par les charges que nous imposent tous les GVT (droite gauche) depuis 81, et par là même pas mal de gouvernements que les mêmes socialo-coco ont soutenu ou soutiennent actuellement.

Un prélèvement obligatoire dont l'un des grands desseins est de sous tirer la paresse de millions d'assistés dans le pays. Social par ci, social par là.

Alors s'il vous plaît, avant de prendre le problème par un petit bout de la lorgnette, il faut comprendre le mécanisme qui oblige, je dis bien oblige les TPE/PME et les sociétés du CAC à réduire la voilure lorsque, par exemple, un pays se retrouve ENFIN à devoir endiguer une dette de plus de mille milliards.

Au final, qui trinque ? les prestataires extérieurs et les salariés français car la tentation de la délocalisation en est malheureusement l'une des dérives de tout ce cercle expliqué plus haut.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales