Communiqué

La CGTR Educ'Action "très inquiète de la nomination du nouveau ministre de l’Éducation nationale"

Vendredi 19 Mai 2017 - 18:12

La CGTR Éduc'action s’inquiète à plusieurs titres de la nomination de Jean-Michel Blanquer qui n’est pas inconnu dans le monde de l’Éducation puisque son dernier passage rue de Grenelle correspond aux ravages de la politique libérale mise en place par N. Sarkozy et L. Chatel. 
Cette nomination de J-M Blanquer indique que les volontés du président de la République sont bien celles de libéraliser l’Éducation, de casser son caractère national, de fragiliser le statut des personnels, de déréglementer le système actuel et de mettre à mal l’enseignement professionnel.

En affichant sa feuille de route pour les semaines à venir, le nouveau ministre réaffirme la volonté gouvernementale d’octroyer une plus grande liberté aux collectivités territoriales en revenant sur l’organisation de la semaine scolaire. Cela entraînerait désordre, manque de lisibilité collective et nouvelle inégalité territoriale. De même, il souhaite agir vite pour le dédoublement des CP en REP-REP+ en supprimant le dispositif Plus de maître-sses que de classes. Pour nous, cette mesure, hasardeuse pédagogiquement, est difficilement tenable dans les délais impartis (il manquerait 25 % des personnels nécessaires et des locaux). 

La CGTR Éduc’action dénonce surtout une nomination et une politique qui visent à amplifier l’autonomisation des établissements du second degré, leur pilotage par des chef-fes d’établissement aux pouvoirs étendus, la gestion des personnels par le mérite et les résultats et le tout évaluation des élèves. Toutes ces mesures en disent long sur la volonté d’individualiser les salaires (au mérite), sur la faible place accordée au dialogue social et au paritarisme de nos institutions et sur le caractère managérial voulu par ce modèle de gouvernance, comme il a tenté de le faire en tant que recteur de l’académie de Créteil. 

La CGTR Éduc'action dénonce aussi les positions avancées par le président et le ministre concernant l’enseignement professionnel. Nous rappelons que nous sommes opposé-es au transfert de cette voie de formation aux régions. La politique du "tout apprentissage" prônée n’est pas la solution pour lutter contre le décrochage ou le chômage. À ce jour, c’est une impasse dont il faut sortir. 

La CGTE Educ’action considère que cette nomination est un très mauvais signal pour le monde éducatif, les personnels et les élèves. La CGTR Éduc’action sera, avec les personnels et les usagers, vigilante et combattive pour s’opposer à tous les projets annoncés menaçant l’École.
Zinfos974
Lu 926 fois



1.Posté par chikun le 19/05/2017 19:20

L'éducation nationale (rires) accrochée à ses "avantages acquis" totalement déconnectée de la France des travailleurs se complait dans la destruction d'elle-même. Tous les ̶s̶a̶b̶o̶t̶e̶u̶r̶s̶ syndicalistes sont debout pour défendre leurs ̶a̶v̶a̶n̶t̶a̶g̶e̶s̶ droits .
Les syndicalistes ne défendent pas les salariés , ils ne défendent que leurs honteux avantages .

2.Posté par Kaiinoa888 le 19/05/2017 21:30

Même pas 15 jours et i commence☺😊un conseil! FAIT BARRAGE!😀😀😁😀
Mange zot vomi, et surtout oubli pas zot na encore 5 ans pou ralé 😂😂😂
Hummm☺☺☺
Gout à nous!

3.Posté par Gogol le 20/05/2017 06:31

Mange zote moucâte et surtout compte pas su moin pou descendre dans la rue.
Les syndicats qui donnent des consignes de vote ne sont plus crédible, faire du syndicat c'est défendre les intérêts des travailleurs et surtout pas leur dire pour qui il faut voter.

4.Posté par Nicolas le 20/05/2017 08:14

Ce syndicat ne représente que lui-même.

Comment peut-il être crédible lorsqu'il évoque implicitement avec regret le départ de Vajat Ballaud Belkacem alors que celle-ci a été la pire ministre de l'éducation nationale de la Vème république. Une véritable catastrophe qui a englouti dans son sillage l'enseignement des langues de l'Antiquité, les classes bilingues, qui a considérablement réduit les horaires de l'enseignement des fondamentaux (ex. Français au collège en 6ème: avant Goujat: 5h --> après Goujat 3h30 +1h d'AP)

Et puis cette dénonciation de l'évaluation sur le mérite!!! Moi, je trouve normal d'avoir une progression accélérée par rapport à celle de gratteurs de cul patenté qui jonglent entre arrêt maladie et qui ne préparent jamais leurs cours.

Ce genre de syndicat a perdu toute crédibilité. D'ailleurs autour de moi, de plus en plus de gens cesse de se syndiquer car on voit bien ce que ça donne: des glandus déchargés de cours qui ne foutent rien.

5.Posté par mimimne le 22/05/2017 13:00

Zot la peur y envoye a zot travaille! Bande lé plaqué dans bureau mais na vacances scolaires quand même là: la cahsse y sar commencé, allez travaille dont!
Le bande syndicats en premier!
Tellement lé paresse, jusqu'à la grève y fait pendant l'école pou pas perde un jour vacances!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >