Social

La CFDT section Sud roule-t-elle pour le Conseil général ?

Une vingtaine d'ex-salariés de l'Arast fait un sit-in devant le Conseil général pour réclamer le paiement de leurs indemnités de licenciement par le Conseil général, en attendant le jugement de la cour de cassation. En novembre 2010, un jugement d'exécution provisoire du Conseil des prud'hommes demandait le paiement des indemnités aux ex-salariés. Et La CFDT section Sud n'a pas notifié le Conseil général de cette décision. Son inaction interpelle...


La CFDT section Sud roule-t-elle pour le Conseil général ?
 
Environ 20 ex-salariés de l'Arast sont mobilisés depuis le 21 novembre dernier devant le Conseil général à Saint-Denis. Ils ont installé des tentes et une décoration de Noël mais c'est une sorcière sur son ballet qui y remplace le père Noël... Une manière d'interpeller la présidente Nassimah Dindar qui laisse les ex-salariés de l'Arast sans le sous depuis maintenant quatre ans.

Le Conseil général ne respecte pas la décision du Conseil des prud'hommes de novembre 2010, à savoir l'éxécution provisoire de paiement des indemnités de licenciements de 300 ex-salariés de l'ancien organisme à vocation sociale. Précisons que la CFDT section Sud aurait dû notifier le Conseil général du jugement d'exécution provisoire mais cela n'a pas été le cas. La créance n'ayant pas été présentée, le Conseil général fait le mort...

L'immobilisme du syndicat CFDT section Sud entraîne de sérieuses interrogations à la CFDT section Nord et à la CGTR qui soutiennent les ex-salariés de l'Arast dans leur combat. En effet, si la créance n'a pas été présentée au Conseil général condamnée à payer les indemnités à une partie des ex-salariés de l'Arast, il est impossible de demander au préfet un mandatement d'office qui obligerait la collectivité à respecter la condamnation du tribunal prud'hommal de Saint-Pierre.

Une réactualisation de l'accord Maccioni

Face au statut quo, la CFDT section Nord revendique la réactualisation de l'accord qui a été signé en janvier 2010 avec le préfet de l'époque, Pierre-Henry Maccioni. Un accord qui stipule que l'AGS, en conflit avec le Conseil général pour le paiement des indemnités de licenciement des ex-salariés de l'Arast, doit régler les sommes dûes et se verra rembourser une fois le jugement de la Cour de cassation rendu. Un jugement qui peut prendre jusqu'à cinq ans. Sollicité par courrier pour la réactualisation de cet accord, le Conseil général fait la sourde oreille.

La réponse de la CFDT section Sud aux 300 licenciés concernés est d'attendre le 22 mai 2012, date à laquelle le Conseil général pourra interjeté l'éxécution provisoire du conseil des prud'hommes du Sud...

Le sit-in des ex-salariés de l'Arast durera certainement jusqu'au 31 décembre 2011. Pour ces derniers, les fêtes risquent d'être difficiles.
Mercredi 14 Décembre 2011 - 16:00
Lu 1508 fois




1.Posté par vireaelle le 14/12/2011 16:59
Comment une présidente du Conseil Général qui se dit croyante peut être aussi inhumaine en cette période de fetes où tout le monde doit faire preuve d'amour et de bonté à l'égard de son prochain.
Ouss... je comprends ... c'est pas la même festivité... j'ai oublié, ce n'est pas la même fraternité qui s'exerce là !
A-t-elle vraiment l'intention de laisser ces braves dames feter Noel au bord de la route. Droite sociale ou droite a-sociale ou dé-sociale. Madame la prézidente Na-ssi-nana, il faut revoir votre copie.

Vous allez droit ..e socialement dans le mur ....
et vous risquez de perdre votre place.

Pour moi, c'est clair, si vous ne réglez pas le problème des ex-salariés de l'ARAST en respectant le droit et la condamnation, TOUTE MA FAMILLE ET MOI, sur la 1ère circonscription, nous ne voterons pas pour vous.

J'ai fait passer le mot d'ordre et Dieu seul sait, si je connais du monde !!! 400 a 500 voix, ça peut faire la différence !!!

2.Posté par Syndiqué déterminé le 14/12/2011 17:03
La CFDT et CGTR nord soutiennent les ex-arast ; c'est trop surprenant pour au moins tenter de croire cette version. Il y a deux syndicats particulièrement qui ont demandé le transfert des salariés comme promis par la nassima au conseil général comme cette collectivité a fait ^pour certains , entre autre l'ancien directeur arast et l'informaticien qui trônent au GIP actuellement. Ces 2 syndicats cités ci-dessus ont plutôt encouragé le paiement d'indemnités ( très minimes pour plusieurs salariés) et prié d'aller voir ailleurs quitte à vivre la galère depuis 3 ans. Le plus curieux pour ces syndicats en définitive, ce n'est pas l'emploi qu'ils défendent , mais plutôt au chômage qu'ils acculent ces agents. ces mêmes syndicats auraient pu demander à la nassima de virer les directeurs et de sauver les 1500 salariés, probablement elle les chérissait trop pour faire ce choix...mais la justice passera, de même la nassima et son lot de profiteurs politiciens obsolètes

3.Posté par sudiste le 14/12/2011 19:28
Pierrot va t il passer mon post?

Attention à la manip, Emergence Réunion , Président CFTC, valerie ex CGTR passée CFTC auprés de Didier RObert... ca fait beaucoup
zinfos ne joue t il pas le jeu (volontaire?) des syndicalistes chrétiens? CFTC en tapant sur la cfdt?

J espère que non... mais c est tout comme :)

4.Posté par ndldlp le 14/12/2011 19:34
?pardon de poser une question à priori bête.
le conseil général a t il oui ou non été représenté au tribunal des prud'hommes?
si oui, son avocat ne peut ne pas avoir mis au courant son client de la décision et du sens de celui-ci..à défaut, le conseil général peut il prétendre ne pas avoir été mis au courant du caractère exécutoire de la décision ? dans ce cas, c'est de la mauvaise foi, dans le second cas, c'est un conseil bien incompétent en plus de la mauvaise foi du premier cas, qui semble être une constante dans la vie politique de ceux qui mène cette collectivité.

d'autant que la vocation du conseil général, si l'on en croit sa publication mensuelle, c'est "lien social"..voilà bien peu de lien social dans cette affaire..

par ailleurs, il y a cet accord dans lequel le CG s'engage à payer en lieu et place..voici donc un engagement qu'il ne respecte pas.

la droite sociale ? bon sang, mais c'est bien sûr, ceux qui veulent avant tout respecter les créateurs de valeur que sont les entrepreneurs...mais le reste des csp, ex arast en exemple, c'est plutôt RAF.

5.Posté par CFDT le 14/12/2011 19:42
On pourrait croire que le nord lé meilleur que le sud mais pour les connaisseurs, chacun sait que c'est le contraire mais, c'est un règlement de compte entre personnes qui utilisent le désarroi des ex arast pour régler leur affaire personnelles : déplorables

Je dénonce surtout l’ingratitude de ceux qui utilisent gratuitement les services d un syndicat pour cracher dessus après;
La défenseur ex salariée de l'ARAST , devenu conseiller UMP étiquette CFTC, elle fait quoi pour faire avancer les choses?

6.Posté par Sudiste le 14/12/2011 20:39
Madame Dindar ne pense qu'a sa poche, et elle n'a jamais fait du social donc pas croyante
Aussi c'est normal que la CFDT sud roule pour le Conseil Général, car ils vont avoir droit à la Prime de Noël prévu pour eux au conseil général (une grande bouffe )
Qui s'occupe du secteur Social au conseil général?
Pour le Mr qui a commencer sa grêve de la faim de puis hier à st leu, n'est ce pas une personne en situation d'handicap? Alors où est Mr VLODY chargé du Handicap, lui qui faisait savoir haut et fort sur le marché forain du tampon, pendant les élections

7.Posté par AVATAR le 14/12/2011 22:26
conference de presse de la droite social demain on aura surement des reponses et pour les arrast grande bouffe au jardin de l etats pour les employés du cg par un traiteur qui traite les gros marché et a tous les ans le marché cé salle cand enfin tous les employé le sais et tous ce plain pour le prix pas assez a mangé j espere que cette anné il aura plus parce que l arrast et momon le pas la ,sera invité

8.Posté par justice le 16/12/2011 09:59
il faut savoir qu'il n'y a qu'une seule CFDTet pas de Nord ,Sud. Il nfaut surtout faire attentionà la récupération politique car pendant la galère ou étaient ces gens là? On t'il pour certain taper sur la table pour faire exécuter des décisions prise en plénière: comme la création de 1020 postes pour assurer le suivi des personnes agées consécutivement à la fermeture de l'ARAST? Plus facile de tirer sur ceux qui ont depuis le début soutenu et monter les dossiers des EX-arast.

9.Posté par Cultur le 16/12/2011 10:30
Avant de parler de chose qu'on ne connait pas faut se documenter. l'exécution provisoire ne s'applique pas sur l'indemnité de licenciement. Attention aux manipulations politiques!!!

10.Posté par UN VRAI REUNIONAIS QUI NE CHERCHE PAS DE MANDAT le 24/12/2011 14:40
voyons seulement les centaines de millions recupere par le Cgeneral tous les ans sur le tabac

y at il un gaspillage de fond public ou bien oubli t on que les Runionais en ont marre detre des mendiants , surtout par les cadres qui favorisent leur homologues dans les marches

en tout cas l esprit Reunionais a ete oublie et nos vieux avec tant pis pour nous et aussi ceux qui dont le ventre grossit chaque mandat et des dELElguation en plus vice et prEsident de telle ou telle commission PAUVRE REUNION ILE DU GASPILLAGE MEME PAS DE INDEMNITES POUR LES LICENCIEMENTS UN JOUR IL Y AURA 1789 BIS

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales