Economie

La CCIR fait se rencontrer banquiers et chefs d'entreprise

C'est la conjoncture qui l'impose. Face aux conséquences de la crise financière, le jeu de dominos touche la vie réelle. A commencer par le chef d'entreprise soucieux de pouvoir compter sur son banquier pour un prêt salutaire. Depuis début octobre, la Chambre de commerce et d'industrie de la Réunion tente de mettre de l'huile dans le rouage économique essentiel banquier/entrepreneur.


La CCIR fait se rencontrer banquiers et chefs d'entreprise
Le "Rendez-vous de l'entrepreneur" se veut être un message fort à l'adresse des chefs d'entreprise. En temps de crise du crédit, les banques sont-elles à vos côtés ? C'est pour lever le moindre doute sur l'implication des banques en tant qu'accompagnatrices de l'économie que la CCIR a impulsé une série de rencontres entre banquiers et chefs d'entreprise.

"Les directeurs de banques jouent le jeu" répond Myriam Boullay, élue de la CCIR. "Les patrons des six banques locales ont tous dit oui dans les quinze jours suivant l'invitation" poursuit-elle. L'idée d'instaurer un dialogue direct entre ces acteurs a émergé en mars. "L'idée a semble-t-il séduit le nouveau président de la chambre consulaire".

Jeudi soir, c'est à Saint-Paul que se tenait le troisième rendez-vous du genre, après que pareille initiative se soit tenue dans l'Est et le Nord. Loin d'être pensés comme un espace de discussion stéréotypée, les "Rendez-vous de l'entrepreneur" sont envisagés comme la concrétisation d'un travail de fond effectué en amont. A ce titre, et pour répondre au mieux les chefs d'entreprise, un questionnaire avait été remis aux ressortissants de la chambre de commerce, histoire d'évaluer leur attente d'une telle entrevue.

C'est sur la base des conclusions de ces questionnaires qu'ont pris forme les "Rendez-vous de l'entrepreneur". Une idée centrale traverse les quatre rendez-vous : "Comment mieux aborder ou appréhender son banquier". Une forme de séduction doit s'opérer. "Négocier avec son banquier est un art" admet la chambre de commerce, surtout lorsque le contexte économique se tend.  "Pourtant, il est possible, en alliant préparation et connaissance des rouages bancaires, de trouver des leviers pour obtenir les meilleures conditions. "Le chef d’entreprise se doit de connaître quelques notions des principes financiers qui régissent l’activité bancaire" reste le fil conducteur de la CCIR envers ses ressortissants.

Maintenir un dialogue constant avec son banquier

Pendant deux heures, et après une exposition de la situation économique par l'Iedom, la parole est aux chefs d'entreprise. "Peut-on négocier avec son banquier ? J'ai reçu une réponse positive mais uniquement verbale de mon banquier, est-ce suffisant ? Puis-je faire jouer la concurrence avec mon banquier sur ce que propose la banque d'en face ?" D'autres interventions relèvent d'un vécu qui, par contre, ne donne pas le beau rôle aux banques. "Ca fait quinze ans que je suis chez vous (l'intervenant interpelle un directeur de banque présent, ndlr). L'année dernière j'étais en difficulté, vous avez coupé les vivres sans prévenir".

Passée la douche froide, les conseils des directeurs de banque présents,  Alain Hourcade (BFC), Gilbert Calascibetta (Banque Postale) ont tenté de rétablir une image étiolée par la crise. Le dialogue avec son banquier est le conseil qui revient le plus souvent. Une telle extrémité ne serait pas arrivée si "un point d'étape tous les trois mois se faisait entre l'entrepreneur et sa banque" poursuit Myriam Boullay.

A Saint-Paul, jeudi soir, 66 chefs d'entreprise ont attendu cette rencontre pour "mieux aborder ou appréhender son banquier", comme l'indique l'intitulé de la soirée. "Nous n'avons quasiment que des chefs d'entreprise de TPE" avance Myriam Boullay. "Lors de notre précédente rencontre, la salle était trop petite tant il y avait de personnes présentes. "On voit qu'il y a de l'attente chez les chefs d'entreprise". Là où la grande entreprise peut se reposer sur son expert-comptable, "l'entrepreneur qui monte sa boîte va tout gérer la première année", c'est donc vers ce public encore fragile mais prometteur que s'adressent ces rencontres.

Jeudi prochain, la boucle se referme avec le sud. Le 27 octobre, à St-Pierre*, Sébastien Nahon, directeur régional de la BRED et Benoit Catel, directeur général de la Banque de La Réunion répondront aux questions des chefs d'entreprise.

-----------
* MAISON DE L'ENTREPRISE ET DE LA FORMATION SUD
15, route de la Balance
Info/Inscription : 0262 96 96 96
Samedi 22 Octobre 2011 - 07:00
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1034 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales