Faits-divers

L'ouvrier décédé a bien été enseveli jusqu'au cou par des gravats


L'ouvrier décédé a bien été enseveli jusqu'au cou par des gravats
Un drame est survenu ce vendredi matin à 9h35 sur un chantier situé rue Jean Hinglo, dans le quartier de Pichette, dans les hauts de La Possession. Un ouvrier a été surpris par l'effondrement d'un tas de gravats qui se trouvait non loin de l'endroit où il travaillait, dans la tranchée du chantier. "Il n'y a pas eu d'intervention extérieure, comme un déversement de camion", précise la gendarmerie.

L'homme, âgé de 43 ans et habitant de Saint-Paul, est décédé malgré l'intervention des secours sur place. L'homme était en arrêt cardio-ventilatoire. Le Smur a tenté une réanimation pendant une heure de temps. Il a été enseveli jusqu'au cou par les gravats qui se sont effondrés sur lui alors qu'il travaillait sur une conduite.

Le chantier avait débuté il y a deux mois pour effectuer des travaux de tout à l'égout dans la rue.

Selon le commandant en second Bouldoires de la compagnie de gendarmerie de Saint-Paul, un examen du corps sera effectué. Par ailleurs, l'inspection du travail est sur les lieux. Les pompes funèbres ont transporté le corps de l'ouvrier vers midi. Les proches des ouvriers continuaient à arriver sur place.

L'ouvrier décédé a bien été enseveli jusqu'au cou par des gravats

L'ouvrier décédé a bien été enseveli jusqu'au cou par des gravats

L'ouvrier décédé a bien été enseveli jusqu'au cou par des gravats
Vendredi 19 Avril 2013 - 11:56
Ludovic Grondin sur place
Lu 4620 fois




1.Posté par dur le 19/04/2013 12:34
et le blindage obligatoire à partir d'un mètre 30 ! c'est pour les chiens? en espérant que l'entreprise sera condamnée à une très forte amende !!

2.Posté par Dur le 19/04/2013 12:47
Condoléances à la famille et aux proches !

Article R4534-24

Les fouilles en tranchée de plus de 1,30 mètre de profondeur et d'une largeur égale ou inférieure aux deux tiers de la profondeur sont, lorsque leurs parois sont verticales ou sensiblement verticales, blindées, étrésillonnées ou étayées.
Les parois des autres fouilles en tranchée, ainsi que celles des fouilles en excavation ou en butte sont aménagées, eu égard à la nature et à l'état des terres, de façon à prévenir les éboulements. A défaut, des blindages, des étrésillons ou des étais appropriés à la nature et à l'état des terres sont mis en place. Ces mesures de protection ne sont pas réduites ou supprimées lorsque les terrains sont gelés.
Ces mesures de protection sont prises avant toute descente d'un travailleur ou d'un employeur dans la fouille pour un travail autre que celui de la mise en place des dispositifs de sécurité.
Lorsque nul n'a à descendre dans la fouille, les zones situées à proximité du bord et qui présenteraient un danger pour les travailleurs sont nettement délimitées et visiblement signalées.

3.Posté par ticolon le 19/04/2013 15:44
C'est moche, perdre un ouvrier sur une erreur humaine aussi bête, il faut vraiment être con pour déverser du gravier près d'une tranchée ouverte. A quoi sert donc le tractopelle.
Au vu du compte-rendu journaliste il y a selon le code du travail !
1) une faute de l'employeur qui doit garantir les fouilles de tout affaissement par un blindage sur toute la surface d'activité,
2) le transporteur ne doit pas déverser des gravats et autres matières de façon à affaiblir les parois de la tranchée. Généralement c'est vidé loin des fouilles et un tractopelle avec godet télescopique alimente la zone d'activité. car si c'était étayé l'ouvrier aurait souffert plus car il aurait été applati par le blindage côté où la paroi s'est effrondrée.
3) Le chef de chantier et en son absence le chef d'équipe doit refuser qu'un ouvrier débute les travaux sans étayage.
Je ne sais pas pourquoi ces régles élémentaires de base de la sécurité n'ont pas été respectées alors que je suis sûr que dans plan de coordination pour la protection de la santé des travailleurs, ces mesures doivent y figurer.
A quoi ça sert donc que ces gens qui sont en charge de la sécurité et qui conseillent et forment les agents au travail.
L'amende ne ramènera pas la vie à cet ouvrier.
Mes sincères condoléances à la famille.

4.Posté par polo974 le 19/04/2013 17:26
1, 2 et 3 (et peut-être d'autres message à venir)

Vous avez raison de hurler contre la connerie générale consistant à ne pas appliquer les principes de sécurité de base.

On ne voit que ça: des tranchées non protégées (même les compagnies d'eau ne procurent pas la protection nécessaire lors des réparations de conduites d'eau (donc sol gorgé d'eau)).

5.Posté par ti gat la cour le 19/04/2013 18:56
c est sa quand y case le prix pour travail donc la securite y oublie mais c est toujour les petit y paye si les collectifiter et les grosse entreprise y arrrete joue sur les prix, y aurais pas arrive . mais se soir il y a une famille en deuill . l etat les aussi complice
toute mes condoleance a la famille

6.Posté par Boa Bill le 19/04/2013 19:28
4.Posté par polo974 le 19/04/2013 17:26 |
1, 2 et 3 (et peut-être d'autres message à venir)....Vous avez raison de hurler contre la connerie


Condoléances à la famille avant tout !

Mais là, polo974, il ne s'agit pas de connerie mais bien de négligence coupable de l'entreprise en charge des travaux, au nom du sacro-saint argent !

Bertel de Vacoa

7.Posté par Keepcool le 20/04/2013 02:08
Condoléances,
Vu les derniers posts, je suis d'accord mille fois.
Est ce que c 'est une entreprise sous-traitante ?
Ou bien une des grosses BTP de la Run (dont il aurait été salarié).

8.Posté par patrick le 20/04/2013 08:08
lé malheureu cék la arivé condoleances a sa famille
apré pou trouvé kica lé responsable ca va etre otre chose etant doné ke noulé dan un monde de magouille et compagni si le trepor ou son lentreprise lé responsable bana va trouve un moyen fé en sorte ke lu gagne pa rien telemen le ban gendarme lé aussi pouri que le ban politicien mais kan zot toute va arive devan le createur zot nora leternité pou regrété parce ke i sautera pa le maille la o et na poin zistoire largen ni dimportance dor bien lé ga pou linstan apré sera plu dur ahahahah

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales