Politique

L'opposition et le gouvernement s'écharpent sur les retraites

On attendait du PS qu'il propose son plan pour sauver les retraites. C'est chose faite. Martine Aubry a dévoilé hier les mesures du PS, qui sont l'exact contre-pied du plan présenté la veille par Eric Woerth. Les membres du gouvernement et de la majorité présidentielle s'emploient depuis à discréditer consciencieusement chaque point de la proposition socialiste. Propositions, contre-propositions et dézingage.


L'opposition et le gouvernement s'écharpent sur les retraites
Le plan d'Eric Woerth

Tout a commencé avec l'envoi aux syndicats d'un document d'orientation de 14 pages exposant les fondements de la réforme des retraites, que le gouvernement compte présenter à l'Assemblée Nationale en juillet. Dans ce document, Eric Woerth, le ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique, explique qu'il est indispensable d'allonger la durée d'activité des salariés et qu'il est hors de question, d'une part de baisser les pensions de retraites et d'autre part d'augmenter le niveau des prélèvements obligatoires ou des cotisations sociales.

Le ministre explique que cet allongement de la durée d'activité se fera progressivement, "au fur et à mesure que les générations, déterminées par leur année de naissance, atteindront l'âge de la retraite". Le gouvernement dispose, selon le ministre, de trois leviers pour allonger cette durée d'activité : tout d'abord l'augmentation de la durée de cotisation, ensuite le report de l'âge d'ouverture du droit à la retraite et enfin le renforcement de l'incitation des salariés à "liquider leurs pensions de retraite au-delà de l'âge légal de 60 ans". Tout en écartant de façon explicite le recours à ce troisième levier, dont le fonctionnement pourrait apparaître trop "complexe" aux français, d'après Eric Woerth.

Dans le même temps, Eric Woerth annonce la volonté du gouvernement "de mettre les hauts revenus et les revenus du capital à contribution". Mais de quelle façon ? Il s'agira de créer "une contribution supplémentaire sur les hauts revenus et les revenus du capital", afin de financer un "fonds de solidarité vieillesse". Une petite exception à l'intangibilité du bouclier fiscal est d'ailleurs prévue : les contribuables visés par la mesure ne pourront obtenir restitution des sommes versées au-delà du fameux bouclier.

Autre mesure censée "adoucir" le plan de gouvernement : prendre en compte la pénibilité pour les salariés victimes "d'usure physique professionnelle"...

Enfin, le ministre a déclaré que la réforme du financement des retraites allaient être l'occasion pour le gouvernement de "parvenir à plus d'équité entre les secteurs public et privé".

Le contre-pied du PS et de Martine Aubry

Le plan du parti socialiste se veut l'exact opposé de celui du gouvernement. Il a déclenché à ce titre l'ire des ténors de la majorité présidentielle, qui n'ont pas mâché leurs mots et n'ont pas hésité à parler de "bombe fiscale" (E. Woerth et F. Fillon), de "matraquage fiscal sur les classes moyennes" (E. Woerth) ou encore "d'avalanche de taxes, d'impôts et de cotisation" et de "destruction de l'emploi et du pouvoir d'achat des Français" (Xavier Bertrand)...

Pour Martine Aubry, le gouvernement "dramatise" la question du financement des retraites. Et la première secrétaire du PS de briser le tabou sur la possibilité de trouver de nouvelles "ressources". Comme on pouvait s'en douter, ces nouveaux financements seront à rechercher du côté des hauts revenus et des revenus du capital. Martine Aubry, qui veut financer un système de retraite fondé "sur un compte-temps à donner à chaque citoyen", propose en premier lieu d'augmenter la CSG sur les revenus du capital (les livrets d'épargne et les plus-values sur les ventes de résidences principales sont exclus du champ de la mesure), de relever le niveau des prélèvements sociaux sur les bonus et les stock-options et enfin, de faire contribuer à hauteur de trois milliards d'euros par an les fonds d'intéressement et de participation.

Autre mesure phare : l'augmentation de la nouvelle contribution sur la valeur ajoutée mise en place par le gouvernement pour remplacer la taxe professionnelle. Le taux passerait de 1,5 % à 2,2 %, uniquement pour les grandes entreprises.

Le Parti socialiste propose également d'augmenter "à partir de 2012" (une fois la crise atténuée, selon lui) les cotisations patronales et salariales de 0,1 % par an pendant 10 ans. L'objectif étant d'atteindre 1 % au bout de cette période, ce qui devrait permettre de récolter 12 milliards d'euros supplémentaires pour les retraites. La première secrétaire du Parti socialiste a aussi annoncé une surtaxe de 15 % de l'impôt sur les sociétés acquittées par les banques et institutions financières.

Avec une tel arsenal de mesures, le PS prévoit de récolter les 45 milliards d'euros nécessaires à l'horizon 2025 pour financer les retraites. Martine Aubry espère même récolter 5 milliards d'euros supplémentaires destinés à financer les retraites des salariés aux emplois pénibles. La première secrétaire du PS compte ainsi démontrer qu'il n'est pas indispensable de revenir sur le sacro-saint principe de la retraite à 60 ans...

Mais pour les membres de la majorité, il s'agit de mesures "anti-sociales" et "anti-économiques" car "un tiers des salariés en France bénéficient de la participation et de l'intéressement" et "20 millions de Français bénéficient d'un contrat d'assurance-vie", s'est insurgé Laurent Wauquiez... En outre, pour Eric Woerth, les mesures annoncées par la première secrétaire du PS "ne suffiraient pas" à sauver les retraites car s'appuyant sur des chiffres et hypothèses "fantaisistes"...

En définitive, au-delà de la bataille de mots et de petites phrases que se livre les deux camps, c'est bien là deux conceptions de la politique et de la société qui s'affrontent. On attendait du premier parti d'opposition qu'il formule des propositions, c'est chose faite.
Jeudi 20 Mai 2010 - 15:21
Renaud Daron
Lu 2004 fois




1.Posté par vihache le 20/05/2010 15:43
Ce qui est bien dans les 2 propositions, c'est qu'il y a création de taxes et encore et encore !

Il n'y a que les taxes qui ne connaissent pas la crise !

Malheureusement, à force de taxer le peuple, un jour le peuple n'aura même plus d'€ pour se nourrir :(

2.Posté par fiuman le 20/05/2010 16:39
Tout le monde comprend que les français vont devoir faire des efforts en terme d'allongement de la durée du travail et d'augmentation des cotisations en ce qui concerne la retraite, mais je voudrais que tout le monde passe sous la toise, comme par exemple nos députés ou sénateurs et bien d'autre aussi.

3.Posté par ANIN le 20/05/2010 16:55
C'est très bien que le PS fasse ses propositions, comme ca, chacun pourra constater qu'il y a d'autres voies possibles que de pressuriser toujours les mêmes. L'idée d'une taxation des plus values bancaires est une très bonne idée, on n'arrête pas de dire que malgré la crise on voit prospérer les banques, les traders etc... il était temps de prendre l'argent la ou il est et non pas toujours sur les plus faibles, qui ne croient plus à une autre politique tellement la droite a investi la pensée des citoyens avec le même discours alarmiste mais sans prendre les mesures juste

4.Posté par David le 20/05/2010 18:19
Martine La Taxe a causé. Merci.

5.Posté par boyer le 20/05/2010 18:43
En 2008, Sarkozy excluait de passer aux 63 ans et demi:

"Je dis que je ne le ferai pas, pour différentes raisons, et la première c'est que je n'en ai pas parlé pendant ma campagne présidentielle. Ce n'est pas un engagement que j'ai pris devant les Français, je n'ai donc pas de mandat pour faire cela"."Et ça compte, vous savez, pour moi", précise-t-il. "Je n'ai pas parlé des 63 ans et demi, donc je ne le ferai pas".

source: lemonde.fr

6.Posté par nicolas de launay de la perriere le 20/05/2010 20:55
conseil aux jeunes : barrez vous en Australie...

7.Posté par francis le 20/05/2010 21:40
comme d'hab on va taxer les entreprises et quant elles auront couler avec le trop plein de charge on pourra toujours taxer les entreprises Mauricienne, Malgaches etc.

8.Posté par Cambronne le 21/05/2010 07:35
6.Posté par nicolas de launay de la perriere le 20/05/2010 20:55
conseil aux jeunes : barrez vous en Australie... ou Nouvelle-Zélande et Tasmanie pour les plus créatifs car ce pays va vivre d'ici peu des moments historiques

Avec des Gouvernements de droite comme de gauche anti libéraux connu pour leur gestion "médiatique" et Jacobine du pays, à travers des statistiques truquées, et en aucun cas une gestion un tant soit peu efficace.

Avant de vouloir maintenir dans l'illusion de rembourser avec de nouvelles méthodes il conviendrait aimablement aussi de freiner l' endettement et le cout des anciennes méthodes, sinon c est avancer en freinant avec un frein à main . Mais lorsque l'on constate qu'ils auront toujours la réponse suffit devoir un Fillon ce faire applaudir a l assemblé fier de son bilan;ils sont très comptant d eux pourquoi leurs gâcher leurs petits plaisirs... ils n'ont pas touché aux dépenses des Ministres ni aux parachutes dorés des députés sans compter que le Sénat continuera les dépenses sans le moindre contrôle , l'on ne parle même pas du principe de précaution sur le budget de fonctionnement de l'Etat , mais alors v'là bien environ des milliards d'économie qui pourraient être réalisé si nous n'avions pas des politiques qui se prennent pour des vedettes paillettes starlettes people à continuer de péter dans la soie , faut dire que Rolex se porte bien , alors que de nombreux experts de la finance prédisent tous une faillite de la France à la sauce argentine pour les prochaines années à venir , le pire serait en 2012
ce pays est littéralement foutu il n'y a que la horde de bolcheviks aveugles qui s'imaginent encore que la France est un pays riche , si c'était le cas l'on ne pinailleraient pas pour la réalisation d'un tram train et autres activité de relance ...
remarquez depuis 1914 ou le fantassin français, qui à l'époque n'avait rien d' un planqué, porte fièrement le pantalon rouge garance, pour se faire tirer comme des lapins .. Nombreuses seront les questions pourquoi alors avoir des pantalons rouges et pas de canons Rouge . Et pas de mitrailleuses non plus, «L'extrême civilisation engendre l'extrême barbarie.» dira le journaliste Pierre Drieu La Rochelle
Nous étions déjà un foutu peuple.

9.Posté par Pierre Frederic Dupuy le 21/05/2010 08:32
Un truc que je verrais bien implémenter perso est une taxe sur les mouvements financiers internationaux des particuliers, surtout au delà d'un montant, histoire de pousser nos riches à dépenser en interne. Un deuxième truc, aussi, serait de créer deux catégories de banques: des banques à risque, surtaxées mais contrôlées comme aujourd'hui , et des banques normales , avec le niveau actuel de taxes mais un contrôle nettement plus strict (exemple: interdiction d'user de produits financiers n'ayant pas une existence d'au moins 10 ans, le temps de vérifier s'ils ne sont pas porteurs de risques systémiques) .

10.Posté par Cambronne le 21/05/2010 15:07
9.Posté par Pierre Frederic Dupuy le 21/05/2010 08:32
Franchement vous croyez sincèrement que ces fameux spéculateurs resteraient en france avec des mesures Staliniennes , je pense qu'il demanderaient asile politique en Irlande laissant les gauchiste à leur idéologie et à leurs taxes .

11.Posté par Jocé le 21/05/2010 15:46
quand il faut il faut: si la France est endettée il faut payer ses dettes:A commencer par les logements de fonction les voitures de fonction: le smicard il paie son loyer, il paie sa voiture ou son bus pour aller travailler, il paie ses repas pour lui et sa famille...Pourquoi dans l'administration, les directeurs, les cadres, ou autres élus...qui ont un salaire plus que conséquent ne peut-il pas payer son logement, sa voiture, ses repas au restaurant...Admettons que pour certains cela est justifié mais cumul de mandat cumul de logement de fonction et de voiture de fonction dont nous savons très bien que cela sert au conjoint, aux enfants, à la famille...Trop c'est trop! Il faut commencer par dégraisser là où il y a exagérations! ça leur fera des kilos superflus en moins et se sera bénéfique pour leur santé et par là même la sécu s'en portera mieux! Et comme les petits ruisseaux font les grandes rivières! Allons du courage supprimez ses privilèges d'un autre temps! Il en va de la survie de notre démocratie!

12.Posté par nicolas de launay de la perriere le 23/05/2010 22:12
il est clair que les collectivités territoriales ainsi que les ministères doivent être soumises à la diette.. à combien doit se monter le % de frais de fonctionnement pour assurer convenablement, les missions de services publics, rapport aux objectifs de ces missions....voilà la bonne question.

13.Posté par Pierre Frederic Dupuy le 23/05/2010 23:23
10. S'ils veulent investir en France, pas le choix. Et rappelons que jusqu'aux années 90 il me semble, banques de détails et d'affaires n'étaient pas confondues...

12. Les collectivités territoriales ne peuvent s'endetter au delà d'un certain montant de leurs recettes de fonctionnement.

14.Posté par nicolas de launay de la perriere le 24/05/2010 02:35
saint louis, pour ne pas la citer, ainsi que d'autres communes de France, et encore d'autres établissements publics (APHP par exemple) ..voilà ce dont il est question junior dans mon post.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales