Social

L'intersyndicale demande le maintien du RSTA et la mise en place d'une table ronde


La suppression annoncée, par le Premier ministre puis le ministre des Outre-mers, du Revenu supplémentaire temporaire d'activité (RSTA)  le 31 mai, fait réagir les organisations syndicales.

L'intersyndicale (UIR-CFDT,CFTC, CGTR, l'UNSA et CFE/CGC), réunie ce matin à l'occasion d'une conférence de presse, demande le maintien de ce dispositif et la mise en place d'une table ronde entre tous les acteurs pour sortir de manière plus douce de ce dispositif.

34.000 à 37.000 salariés encore concernés par le RSTA

Les syndicats ont interpellé la DIECCTE pour avoir accès aux chiffres de ce dispositif instauré en 2009 avec le bonus Cospar. "Au premier trimestre 2009, il y avait 108.267 bénéficiaires. En aôut 2012, il y avait encore 43.656 bénéficiaires", indique Jean-Pierre Rivière, le secrétaire général de la CFDT.

Et d'après les projections de la CGSS, il resterait en mai 2013 entre 34.000 et 37.000 bénéficiaires, pour un montant moyen équivalent à 250 euros par trimestre.

D'après Jean-Pierre Rivière, parmi les personnes qui sont sorties du RSTA, "24.077 sont entrées au RSA, 1.971 sont considérées comme ayant droit au RSA et 22.083 sont sorties du dispositif sans que l'on sache si elles ont un emploi ou accès au RSA". Le syndicaliste dénonce "une gestion catastrophique du RSTA".

Pour Yvan Hoareau, le secrétaire général de la CGTR, "la prime Cospar et le RSTA sont des différentiels de vie chère. Or, la vie est plus chère aujourd'hui qu'en 2009 et la situation sociale s'est aggravée", estime-t-il. Il demande, comme les autres organisations syndicales, le maintien du RSTA. Et assure que "au-delà du RSTA, on va être confrontés rapidement à de nombreux problèmes sociaux".

L'intersyndicale estime donc "urgente" la mise en place "d'une réunion de tous les acteurs du RSTA, y compris les organisations syndicales, pour qu'on ait une évaluation économique et sociale de la fin de cet outil", conclut Jean-Pierre Rivière.
Jeudi 30 Mai 2013 - 15:38
Lu 709 fois




1.Posté par Le principe d''une table ronde c''est de le 30/05/2013 17:04
Le principe d'une table ronde c'est de pouvoir tourner en rond sur un sujet. je reconnais bien là l'intersyndicale qui préfère tergiverser et ne pas chercher une vraie alternative à cette fin pévisible du RSTA. Déjà le plus intelligent serait de transformer le RSTA en RSPA (Revenu Supplémentaire Permanent d'Activité). Mais apparemment vous n'y pensez pas.Et cette attitude me laisse perplexe sur vos vraies motivations.

Le RSTA est un revenu TEMPORAIRE. Donc sa fin est programmée. Or sa fin a été déjà repoussée. Qu'avez-vous fait depuis ? Penser à redemander une nouvelle prolongation ? Et dire qu'il y a des salariés qui votent pour que ces gens se réunissent à longueur de journées de délégation syndicale, aux frais du contribuable pour accoucher d'une souris.

"la prime Cospar et le RSTA sont des différentiels de vie chère. La vie est plus chère aujourd'hui qu'en 2009 et la situation sociale s'est aggravée" a dénoncé le patron de la CGTR. C'est donc de sa part aussi un constat évident, qu'il ne veut pas admettre, que ces deux dispositifs ont contribué comme la surrémunréation à renchérir les prix. Ou alors, c'est dénier à Ratenon une relative efficacité dans sa lutte contre les marges excessives des grands groupes.

N'oublions pas qui si "la prime Cospar et le RSTA sont des différentiels de vie chère.", dénonce le patron de la CGTR. Mais a t-il pensé aux 132 000 chômeurs exclus de cet avantage ? Si les travailleurs pauvres sont conscients de tout cet imbroglio social, sont-ils conscients que la vie est encore plus chère pour les exclus du marché du travail et que cette prolongation ne les concerne pas ?

Le principe d'une table ronde, c'est de réfléchir à d'autres dispositifs pour une vraie inclusion sociale. C'est le B A BA de tout syndicaliste digne de ce nom. On se comprend.

2.Posté par Pat 974 le 30/05/2013 18:32
pat974
RSA vs RSTA

Pour comprendre les dispositifs et la fin du RSTA je vous suggère le lien suivant:

http://www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/Documents/Dser/PSF/106/PSF106-1-SDonne_FThibault.pdf

Mais la ou je ne comprend pas s'est; Pour les bénéficiaires susceptibles d'être éligibles à la fois au RSTA et au RSA à compter de janvier 2011, il leur est proposé d'effectuer un choix entre les deux prestations. La caisse d'allocations familiales (CAF), avec le concours de la CGSS, est chargée d'informer le bénéficiaire placé dans cette situation : c'est le bénéficiaire qui décide de continuer à bénéficier du RSTA ou bien d'entrer dans le régime du RSA et de renoncer à ses droits futurs au RSTA ; sur cette question, on peut se reporter aux précisions figurant dans la circulaire Cnav n° 2012-43 du 14 mai 2012

A savoir

Les conditions d'attribution du RSTA ont été modifiées à compter du 1er janvier 2011 compte tenu de l'entrée en vigueur du RSA, dans les DOM, à compter de cette même date.
Le RSTA est exonéré d'impôt sur le revenu.

3.Posté par Pat 974 le 30/05/2013 18:41
pat974
Voila ce que disait RP VICTORIA :
Le RSTA (Revenu supplémentaire temporaire d'activité) est un dispositif mis en place pour trois ans, qui anticipe l'arrivée du RSA.
René-Paul Victoria n'est pas emballé par la décision du gouvernement (FILLON a l'époque) de mettre en place le RSTA. Bien que ce soit une prime qui aidera les familles, il milite pour une application plus rapide du RSA.

lien Zinf974: 26/06/2009 et 4 ans après....
http://www.zinfos974.com/Le-RSTA-en-attendant-le-RSA_a8051.html

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales