Politique

L'intersyndicale contre la loi Travail: "Le combat continue"


Ils comptent bien se battre... Et ce malgré le recours de Manuel Valls à l'article 49-3 de la constitution pour faire valider le projet de loi Travail.

Réunis ce matin pour dénoncer cette action, les syndicalistes de la CGTR, FO, le FSU, Solidaires-Réunion et l'UNEF l'ont caractérisée de "trahison" du gouvernement.

"Il y a une remise en cause de la hiérarchie des normes et c'est scandaleux, affirme Max Banon, représentant de la CGTR, mais il est encore temps pour les sympathisants de nous rejoindre dans le combat qui est loin d'être fini". Il s'agit selon lui de "construire un plan d'action avec une stratégie qui va durer dans le temps". Une "guérilla syndicale", "la construction d'une résistance", "insurrection du peuple"... Que de termes forts pour montrer qu'il n' y d'autre choix que "le rapport de force" et que "le combat continue".

Selon Pascal Valiamin, délégué régional de Solidaires-Réunion, il y a "un réel mépris pour les organisations syndicales et un passage en force contre les citoyens". "L'utilisation du 49-3 est un aveu de faiblesse, ajoute Marie-Hélène Dor, secrétaire départementale de la FSU, car le gouvernement sait très bien qu'il n'a pas le soutien nécessaire."

Des licenciements trop faciles

Si pour l'intersyndicale rien ne va dans ce projet de loi, le plus inquiétant selon elle reste "la facilité de licenciement". "Le patron doit tout simplement déclarer que l'entreprise est en difficulté; qui pourra aller vérifier? explique-t-il. Et 80% des entreprises à La Réunion sont des TPE sans représentation syndicale pour défendre les salariés".

Une mobilisation le 17 mai

C'est pour cela que l'intersyndicale appelle à la mobilisation le 17 mai prochain. Elle se dirigera vers la préfecture à Saint-Denis. "J'espère que cette mobilisation sera un déclic pour certains", ajoute Max Banon qui aimerait voir une autre mobilisation le 19 mai.

À l'échelle nationale, des actions sont prévues les 12, 17, 19 et 26 mai.

Pour rappel, l'article 49-3 de la constitution fait partie des articles qui régulent "les rapports entre le Parlement et le gouvernement". Celui-ci donne au premier ministre la possibilité, après délibération du conseil des ministres, de décider seul de l'adoption d'une loi sans passer par le Parlement. Le but est d'éviter les blocages trop persistants contre un projet de loi. L'Assemblée peut s'y opposer en déposant une motion de censure dans les 24 heures qui suivent. C'est la quatrième fois que Manuel Valls a recours à cet article.
Mercredi 11 Mai 2016 - 13:22
SH
Lu 577 fois




1.Posté par Rouble le 11/05/2016 19:26 (depuis mobile)
C la région entière qui est contre la loi travail voir contre le travail tout cours

2.Posté par Mike le 12/05/2016 06:10 (depuis mobile)
Le peuple à dit non y aurai pas une loi pour ns entendre notre constitution une fois con à vote il peut ns faire mange de la merde c est ça ou le 49.3 mais 2017 a bon entendeur rajouté y une pour entendre la majorité et une vrai pour les coronpu svp

3.Posté par Mike le 12/05/2016 06:27 (depuis mobile)
À bon entendeur qui veut bosse vraiment pour la France en 2017 vote des loi pour ns entendre même un si on a voté mais après si un % du non ou est cette loi pour ns entendre

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales