Social

L'inspection du Travail refuse le licenciement d'un responsable syndical d'Air Austral


L'inspection du Travail refuse le licenciement d'un responsable syndical d'Air Austral

Jérome Imazoute est délégué syndical CFDT à Air Austral, la CFDT étant de loin le premier syndicat au sein de l'entreprise. C'est à ce titre qu'il a été l'un des principaux artisans de la bataille qui a opposé les syndicats à Gérard Ethève, dans le but d'obtenir un audit des comptes de la société. Combat provisoirement gagné.

On comprend donc que Gérard Ethève ait eu quelques bonnes raisons de vouloir se débarrasser de cet empêcheur de tourner en rond.

Le PDG d'Air Austral a cru que l'occasion se présentait enfin quand il a appris, le 17 septembre dernier, que Jérôme Imazoute venait d'être condamné par le tribunal correctionnel de Saint-Denis pour escroquerie simple à l’assurance. Le syndicaliste a fait appel de la décision et est actuellement dans l’attente d’un second procès.

Gérard Ethève saute sur l'occasion et, dans les jours qui suivent, prend prétexte que la Police de l'air et des frontière ait retiré son badge d'accès à la piste à Jérome Imazoute, pour engager une procédure de licenciement contre le responsable syndical. Malgré le fait que, tant que Jérome Imazoute n'ait pas été jugé en appel, il est toujours présumé innocent. Et que le Conseil d'État ait, à plusieurs reprises, jugé qu'un retrait de badge n'impliquait pas forcément un licenciement.

Sans perdre de temps, Gérard Ethève envoie à l'inspection du Travail une demande d'autorisation de licenciement, Jérome Imazoute étant protégé du fait de son statut de syndicaliste. Et la réponse est arrivée ce matin : L'inspection du Travail refuse ce licenciement au motif "que le retrait d'habilitation par une autorité publique ne constitue pas un événement imprévisible ni irrésistible puisque, eu égard notamment à l'ancienneté du salarié, la société Air Austral employant plus de 800 salariés pourrait chercher des solutions de reclassement ou de mise en formation pour proposer à l'intéressé un poste de travail en zone non réservée".

Et l'inspecteur du Travail de conclure que, selon lui, "la diligence mise par la société Air Austral pour rompre le contrat de travail de M. Imazoute, sans avoir épuisé les possibilités de reclassement ou de formation, est de nature à établir un lien entre le mandat exercé et la demande de licenciement". D'où le rejet de la demande de licenciement, en raison également "de son activité syndicale et de son implication dans la demande du Comité d'entreprise de recourir à un expert pour examiner les comptes de la société".

On ne peut être plus clair : Selon l'inspecteur du Travail, Gérard Ethève a cherché à licencier celui qui avait osé lui tenir tête en demandant un audit des comptes d'Air Austral.

Connaissant les pratiques du PDG de la compagnie régionale, nul doute qu'il épuisera toutes les voies de recours : Ministère du Travail ou encore tribunal administratif, pour tenter d'arriver à son but. Jérôme Imazoute n'est pas au bout de son combat...
Lundi 24 Janvier 2011 - 18:33
Pierrot Dupuy
Lu 3123 fois




1.Posté par David Asmodee le 24/01/2011 19:11
Ce n'est pas étonnant. En métropole, l'inspection du travail avait refusé le licenciement d'un salarié qui avait volé pour 45000 euros de matériel dans son entreprise. Après une grève de la faim du gérant et une manif des autres salariés, l'administration est revenue sur son refus.


2.Posté par citoyen le 24/01/2011 19:46
La seule chose raisonnable à faire semble être de le réintégrer et le reclasser.

Mais si le motif réel c'est vraiment d'avoir demandé un audit des comptes (ça peut être aussi parce que c'est un syndicaliste en général qui gêne..), est-ce parce qu'il a remis en cause l'autorité de GE ou parce qu'il y a quelque chose à cacher dans les comptes, ou les 2?

3.Posté par noe le 24/01/2011 19:48
On ne doit jamais toucher un responsable syndicaliste mais graisser ses pattes pour qu'il trouve que tout est bon ! (même quand il a le bras long)
On n'est pas aux USA , là-bas on peut licencier à tour de bras et reprendre d'autres .
Chez nous pour pouvoir licencier dans les règles , il faut déposer le bilan ou faire reprendre son entreprise par un tiers qui propose les licenciements .

4.Posté par ledomien le 24/01/2011 19:52
En fin, le droit commence à donner raison à ceux qui mène le combat sans état d'âme ni partis pris. Déception pour ceux qui croyaient que les carottes étaient cuit pour ce syndicaliste qui a osé se dressé devant son PDG. Merci M DUPUY votre raisonnement et votre article est complètement différent de la première et que la présomption d'innocence vous l'avez citez. ce corriger soit même démontre une qualité que je ne peux vous reprocher. Gardons tout de même à l'esprit que nous ne sommes pas juges des actes de nos concitoyens, si ce n'est que d'émettre un avis, un sentiments, au vu de ce que nous lisons ou que nous détenons.

5.Posté par David Asmodee le 24/01/2011 20:14
"Chez nous pour pouvoir licencier dans les règles , il faut déposer le bilan ou faire reprendre son entreprise par un tiers qui propose les licenciements . "

Ou payer le racket.
Pour ne pas avoir à licencier, ne pas embaucher.

6.Posté par Antoine FRANCO le 24/01/2011 20:20
Petit à petit, la succession des révélations et les langues qui se délient lèvent le voile sur l'opacité de la gestion et de la gouvernance du PDG d'Air Austral. Ce dernier a géré et gère cette compagnie comme les propriétaires des siècles passés géraient leurs domaines et leurs esclaves, agissant comme s'il en était le propriétaire, seigneur et maître avec il faut en convenir la complicité et les silences des administrateurs.

Air France a quitté Air Austral et les dysfonctionnements d'une compagnie dont ils ont été à l'origine tant capitalistique que technique et professionnelle et qu'ils ne pouvaient plus avaliser. Lorsque le PDG Ethève a fait voter par le conseil de prolonger l'âge d'exercice des dirigeants, donc lui-même et Paul Vergès, jusqu'à 99 ans, les représentants d'Air France ont voté CONTRE. Le président "communiste" de la région, qui devrait pourtant être partisan des valeurs de la "gauche" et de la retraite à 60 ans ( 62 maintenant ), un grand combat social de nos aînés, n' a pas été gêné apparemment par ce prolongement à 99 ans. Idem pour les politiques qui siègent région et C.G. à la SEMATRA, le principal actionnaire d'Air Austral. Qu'en est-il du président Robert ? Partisan aussi pour aller jusqu'à 99 ans .... et faire la même carrière que Paul Vergès ?


7.Posté par macadam cowboy le 24/01/2011 20:23
j'ai connu toutes sortes de syndicalistes...des mecs réglos avec qui on pouvait discuter et qui , en faisant
remonter les insatisfactions de la base contribuaient à mettre de l'huile dans la machine.
j'ai aussi eu affaire à de parfaits pourris qui , profitant de leur protection de délégué , ne foutaient rien ou pire se livraient à des trafics...juteux ! dans ce cas , il a fallu " allonger " un gros paquet pour les faire partir
et ainsi assainir la situation....l'inspection du travail est souvent incompétente et favorise plutôt le salarié.
il est difficile de juger sans connaitre la totalité du dossier , passé un certain point , le divorce est inévitable.
il en va de la nécessaire autorité du chef d'entreprise...mais attention !
si le personnel désapprouve la décision , mauvais temps !

8.Posté par oXo le 24/01/2011 20:56
Bizarre !!!!
Un bon syndicaliste est obligatoirement et forcement CFDT , et si il avait ete CGTR ?????


9.Posté par jumeau_974 le 24/01/2011 21:09
http://www.zinfos974.com/Licenciement-d-un-syndicaliste-a-Air-Austral-Gerard-Etheve-a-raison_a24481.html

Ce n'est pas dans ce post de votre blog que vous disiez le contraire ?

10.Posté par Tonton le 24/01/2011 21:40
Je ne connais pas c'est que lui est reproché,
mais il me semble qu"'il a fait une faute gravissime !

Je comprends donc la decision de la direction d'Air Austral de se debarasser au plus vite de
cet employé !

11.Posté par pati le 24/01/2011 21:46
rectification IMPORTANTE : le syndicat majoritaire à Air Austral contrairement a ce qui est dit sur ce forum est le SNPNC ( CF pv des deux dernières élections) majoritaire au CE et en DP
et l' expertise des comptes votés au CE est dû en grande partie à son secrétaire qui est d'ailleurs du snpnc et non a monsieur Imazoute, par contre que les salariés n'aient pas eu de cadeau de fin d'année c'est du a l'annulation des élections du CE sur recourt de la CFDT

A BON ENTENDEUR SALUT

12.Posté par BANDIT le 24/01/2011 21:58
Ce refus de licenciement n'est pas normal surtout quand on sait que ce délégué n'est pas à son coup d'essais.
Il n'a plus accès à la zone réservée, alors comment fera t il pour rentrer dans les locaux d'Air Austral où tous les matins nous devons montrer notre badge pour rentrer à notre poste de travail, il est comme nous et sera encore plus payé à ne rien faire et c'est nous qui travaillerons pour le payer son salaire à la fin du mois.
Pourquoi les autres délègues n'ont pas de problème avec le chef de service qui ne veut plus voir ce gars dans son service. Les autres délègues travaillent et prennent pas leurs 50 heures de délégation par mois pendant qu'il y a du travail.
N'a moun la direction que l'avait aide ce boug la rentre dans l'entreprise après que l'était intervenu pour faire embauche le papa, qui doit morde zot doigts d'avoir fait plaisir à un politique.....
Prochaines élections nous ont ne va plus voter pour lui. On ne veut plus le voir dans le service où les gens travaillent pour lui.
Propose a lu une place jardinier comme ça il pourra travailler sans rentrer dans l'entreprise car il n'aura pas besoin de passer la sécurité et la même quand il sera en heures de délégations il ne gênera personne car il sera seul dans son service. mais on ne pense pas qu.il va accepter....

13.Posté par Yves JACQUET le 24/01/2011 22:08
Tiens revoilà Franco avec ces erreurs une fois de plus. Mais comment peut il encore écrire ses c.....
Air France a quitté la capital depuis bien longtemps, 2004 ou 2005, et non pas parce que l'âge limite des membres du directoire a été porte à 99 ans, résolution votée en 2008 si mes souvenirs sont exacts, Monsieur Dupuy doit pouvoir confirmer tout cela. Franco raconte une fois de plus n'importe quoi.
Aussi bien M Dupuy que FRanco nous promettent des choses extraordinaires sur Air Austral, où sont elles ces choses, on nous met l'eau à la bouche et on ne voit rien venir.





14.Posté par VERITE le 24/01/2011 22:09
La vie est ainsi faite, on fait le procés d'une personne avant même d'avoir des preuves. On juge sans savoir. Quand la vérité éclate enfin, on se rencontre que cette personne défendait finalement des convictions qu'il croyait juste. *******C'est désolant*******
Faut-il le mettre à la porte quand celui ci confond ces jours de repos ou les congés à travailler pour aider des collègues? Alors svp rappelez-vous qu'être représentant syndicat, c'est défendre les droits des salariés. Et quand vous voulez pas que votre entreprise soit un souvenir dans quelques années, là il faut agir!


15.Posté par El Diablo le 24/01/2011 23:00
A "Pati" merci de te renseigné auprès du snpnc pour savoir qui a voté pour l'expertise et qui est majoritaire au suffrage exprimé des 4 collèges! qd au cadeau de fin d'année soit disant non reçu il faudrait en apporté la preuve car jusqu'a ce jour cette élu a toujours tout fait pour les salariés! le comité d'entreprise ce n'est pas que oeuvres social mais surtout droit de regard sur la situation economique de l'entreprise! Pour rappel a ou pour le COSPAR C la cfdt que monte au crainau pour faire appliqué! mais si ou renseigne pas ou! jamais ou va connaitre!

A" Bandit" il semblerait que vous vous faites passez pour une victime! Victime de koi de ne pas avoir pu etre celui que vous ne pouvez pas etre! combien de vendu comme vous y a t'il dans ce service! renseigner vous aupres de votre chef qui soit disans ne veut plus le voir! menssonge! vous etes sans doute celui qui reverait etre a la place de ce monsieur a la fois pour les heures de délégation! mais aussi pour vous vendre a la direction un peu plus de ce que vous etes aujourd'hui! cet homme que vous reviez de remplacé ou mm que vous vous etes vanté d'etre meilleur que lui a un point ou sans vous il n'était rien! les elections ont prouvé que cet homme etait une force de proposition que beaucoup de salarié ont pu compté dessus! sans lui quand sera t'il avec des individus comme vous! vous qui etes a la bote de la Direction! et quand vous parlez de politique et du piston qu'il aurait pu avoir! y en a d'autre qui font pire car ils partent jusqu'a vendre leur bien a bas prix pour se faire embauché!

Cet homme n'a rien a vous envié! bien au contraire je pense que ce qu'il a fait et fera dans un avenir proche nous sera profitable a tous!

Je ne sais pas dans quel état cet homme peut il etre aujourd'hui car moralement et physiquement ca doit etre dur! et que en depit de tout ceux que certains peuvent raconté j'espère qu'il sera fort pour supporté tout ca! j'espère surtout qu'il nous reviendras tres vite car il n'y a que lui pour trrmblé la Direction!

a Médité!

16.Posté par pati le 25/01/2011 06:07
déja y a 3 colleges
ensuite combien a d'élus la cfdt dans tous les conseils, oui effectivement pas plus que le SNPNC
ensuite encore, merci de confirmer toi meme que l'expertise a été voté par le CE et non par Monsieur Iamazoute (moins les cadres de l'entreprise main "armée" de la direction )
Je suis plus renseigné que tu ne crois mais arrêté comme les cocos de déformer la réalité et les chiffres

Cependant même si je souhaite vivement sa réintégration car il y a de nombreux combat pour un délégué syndical comme lui, il devra etre un peu plus droit dans sa vie privé et de deux être exemplaire dans son travail avant de penser a son action syndicale , l'un allant pas sans l'autre ( on ne peut pas être un tireur au flan et en même temps demander a la direction de meilleurs conditions de travail ) etre irréprochable

17.Posté par citoyen le 25/01/2011 06:23
Tout à fait d'accord avec Macadamcowboy et oXo.

Certes, on est loin d'avoir tous les éléments. Notamment sur le comportement et l'activité de ce syndicaliste.

Mais l'Inspection du Travail est censée les avoir eus et elle a tranché. En général, sa position est "bétonnée".

Aussi, sauf recours (si son licenciement tient vraiment la route et qu'elle a tout fait dans les règles, ce qui ne semble pas du tout sûr, quand on lit zinfos et l'Inspection du Travail), AA devrait le réintégrer et chercher à le reclasser.

Sinon, ça montrera ce que dénonce zinfos et A.Franco: le management dictatorial de GE...

Je pense que GE est "couillon": s'il semble savoir su hisser et garder sa compagnie au sommet de la réussite économique, son management et certaines de ses procédures sociales un peu "gros doigts" sont critiquables. Sans compter le manque de transparence financière, apparemment.

A force, sous la pression de l'opinion publique "péi", il va finir par être "lourdé" par les politiques....

C'est ça qu'il veut lui aussi?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales