Politique

L’indemnisation des victimes d’accident de la vie à La Réunion, c’est de l’arnaque

Daniel Raymond, ancien fonctionnaire de la préfecture, a créé l’Association australe d’aide aux accidentés de la vie pour permettre aux victimes d’obtenir une indemnisation à la hauteur des préjudices consécutifs à un accident de la circulation, de la vie et du travail ou d’une agression…


Le constat est stupéfiant. Les sommes d’argent accordées aux victimes d’accident de la vie (circulation, travail, sport…) sont jusqu’à 20 fois inférieures à celles versées en métropole, pour les mêmes accidents et les mêmes préjudices.

Cette situation découle de plusieurs éléments. “Il y a d’abord une méconnaissance du droit et des procédures existant dans ce domaine. Il y a aussi un manque d’experts, juristes et avocats spécialisés en matière d’indemnisation à La Réunion. Il y a enfin l’appréhension, la peur voire l’angoisse d’un grand nombre de familles, d’affronter des procédures interminables et complexes pour obtenir des dédommagements financiers”.

Daniel Raymond, président l’AAAAV, n’a à aucun moment évoqué l’hypothèse de courtiers et experts en assurance peu scrupuleux, dans l'île. Zinfos974.com aura tout de même l’occasion de révéler certaines pratiques, notamment le cas d’une famille qui a perdu sa maison dans un incendie à Sainte-Suzanne en décembre 2008.

Ne rien signer sans un juriste


“Comme dans le cas de cette famille à Sainte-Suzanne, il est difficile pour les victimes d’un accident de la vie, de réagir avec lucidité et objectivité, les premiers jours qui suivent le drame. Car, ils sont dans une grande souffrance. C’est tout à fait humain”, explique Daniel Raymond.

“C’est aussi pour cela que les victimes ne doivent signer aucun papier, aucun document, aucune convention sans être assisté d’un juriste ou d’un avocat spécialisé dans l’indemnisation des préjudices subis. Car, c’est une partie inégale entre l’assureur et les victimes qui commencent”.

“Les victimes ignorent qu’elles ont des moyens juridiques et financiers à leur disposition pour obtenir une juste indemnisation. Ainsi dans tous les contrats d’assurance, il y a une clause de protection juridique. Cela permet de payer l’avocat expert choisi ou nommé”.

“Certains avocats choisissent d’avoir une commission sur le montant d’indemnisation obtenue. Ils ne perçoivent leurs honoraires seulement après que les victimes aient été indemnisées”.

200€ de cotisation après l'indemnisation


L’Association australe d’aide aux accidentés de la vie s’évertue d’une part à diffuser toutes ces informations au public, et d’autre part à accompagner toutes les victimes d’accident de la vie dans leur démarche, c’est-à-dire tout le long de la procédure d’indemnisation.

“Nous collaborons avec un avocat expert de Nantes qui sera ce mois-ci à La Réunion. Nous accompagnons aujourd’hui une quinzaine de dossiers. Nous demandons aux victimes, une cotisation de 200 € que nous percevons généralement à l’issue de l’indemnisation”.

“Et si ces personnes veulent ensuite faire un don à l’association pour nous aider à poursuivre notre mission, cet argent sera bien utilisé…”, a conclu Daniel Raymond, président de l’Association australe d’aide aux accidentés de la Vie.
Lundi 3 Août 2009 - 13:38
Jismy Ramoudou
Lu 3146 fois




1.Posté par tololo le 03/08/2009 19:02
L'Association australe d’aide aux accidentés de la vie est pas référencé sur le site du ministère de la justice?

Aide aux victimes
annuaire national des associations d'aide aux victimes

2.Posté par odile le 03/08/2009 19:17
il ne faut jamais accepter ce que nous donne en premier lieu et dire à son assurance que vous estimez votre préjudice à plus il y aura alors des expertises et contre expertise ne vous laissez pas faire! même si dans ces moments là les assureurs font tout pour vous faire signer au plus vite profitant de ce moment de faiblesse FAITES VALOIR VOS DROITS

3.Posté par Daniel RAYMOND le 04/08/2009 07:42
l'association n'est pas référencée sur le site du Ministère en effet. Elle vient d'être créée (février 2009). Une précision sur l'article ou pltôt son titre: je laisse à M. Ramoudou la responsabilité du mot arnaque. Nous disons simplement comme le rapporte l'article qu'il y a effectivement de grandes différences avec les moyennes métropolitaines et qu'il faut introduire dans les procédures la parole des victimes grâce à des avocats spécialisés et expériemntés dans le droit de la réparation des préjudices et grâce à l'aide de médecins compétents et indépendants pour les expertises.

4.Posté par thierry le 04/08/2009 13:01
Le constat est stupéfiant. Les sommes d’argent accordées aux victimes d’accident de la vie (circulation, travail, sport…) sont jusqu’à 20 fois inférieures à celles versées en métropole, pour les mêmes accidents et les mêmes préjudices.

€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€

Pour le moins étonnant !

Avez vous les preuves qu'il existe de si grandes différences, pour public similaire ???
Parce qui on compare un ingénieur de 30 ans et un rmiste de 64 ans, pour sur il y aura des différences même pour un préjudice comparable !


Des preuves détaillées et vérifiables SVP, 1 à 20 je n'y crois pas un instant en l'état....


6.Posté par Daniel RAYMOND le 14/08/2009 05:53
Il faudrait donner au moins les coordonnées téléphoniques de notre association
téléphone: 0692 611905

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales